En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 1 heure
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 6 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 7 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 7 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 8 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 9 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 9 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 10 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 10 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 10 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 4 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 6 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 7 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 8 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 8 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 9 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 9 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 10 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 10 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 11 heures
© Reuters
© Reuters
Idée reçue

Victoire de Virginia Raggi à Rome : le populisme est-il devenu le seul moyen de ravir les métropoles à la gauche ?

Publié le 24 juin 2016
Alors que Virginia Raggi, candidate du Mouvement 5 Etoiles, a été élue maire de Rome, ce résultat électoral met de nouveau sous les projecteurs la montée indéniable des formations populistes en Europe. Un phénomène qui ne touche pas seulement les campagnes mais également les grandes villes, traditionnellement plus enclines à voter à gauche.
Raul Magni Berton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raul Magni Berton est professeur de sciences politiques. Il a enseigné à Paris, Montréal et Bordeaux et enseigne depuis 2009 à l’Institut d’Études politiques de Grenoble. Spécialiste de politique comparée, il travaille sur les régimes, les élections et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Virginia Raggi, candidate du Mouvement 5 Etoiles, a été élue maire de Rome, ce résultat électoral met de nouveau sous les projecteurs la montée indéniable des formations populistes en Europe. Un phénomène qui ne touche pas seulement les campagnes mais également les grandes villes, traditionnellement plus enclines à voter à gauche.

Atlantico : Ce lundi, Virginia Raggi, candidate de la formation populiste du Mouvement 5 Etoiles, a été élue maire de Rome. Alors que la sociologie des grandes villes (individus actifs, plutôt jeunes, intégrés dans la mondialisation) peut être considérée comme davantage favorable à la gauche traditionnellement, le recours à un discours plus "populiste" pourrait-il permettre à la droite de lui reprendre des grandes villes ?

Raul Magni-Berton : La définition du terme "populiste", à proprement parler, n'est elle-même pas claire. Pour certains, cela signifie "anti-élite" et, dans ce cas, ne peuvent tenir un tel discours que les outsiders de la politique, comme précisément Virginia Raggi à Rome. La droite traditionnelle ne peut tenir un discours anti-élite (sauf à se critiquer elle-même), en revanche le Front national et l'extrême gauche le font abondamment, et avec succès. Par ailleurs, si "populiste" signifie plus classiquement le fait de penser exprimer la "volonté du peuple", le Mouvement 5 étoiles est loin d'être populiste.  

Une autre partie de votre question porte sur les grandes villes. Il est vrai que, traditionnellement, les grandes villes sont plutôt de gauche. Cependant, elle sont aussi le lieu privilégié des premières victoires des nouveaux partis. A Rome et à Turin, le Mouvement 5 étoiles a gagné, tout comme les Espagnols de Podemos à Madrid. En Allemagne, le parti Pirate a fait son meilleur score à Berlin. Les villes françaises votent plus verts ou Front de gauche que les campagnes. En réalité, les partis traditionnels ont mis du temps, mais ils sont désormais bien implantés dans les campagnes, avec des sièges, des fédérations locales et une présence forte des partis. De leur côté, les nouveaux mouvements cherchent leurs succès là où il y a plus de monde à conquérir, donc en ville.  

Pour conclure, un discours plus ou moins "populiste" est assez secondaire. Le succès de Virginia Raggi à Rome est surtout celui d'un parti nouveau, anti-élite, qui a investi les centres urbains. Il reste inimitable, en France, sauf pour un mouvement de ce type qui n'est pas encore né. 

Dans son histoire, la gauche a souvent fait des grandes villes des bastions électoraux. Au regard de la défaite de Nathalie Kosciusko-Morizet à la tête de la ville de Paris, n'est-il pas illusoire, pour la droite, de penser pouvoir reprendre des grandes villes sur la base d'un discours modéré ? La transgression est-elle inévitable pour assurer un succès ?

Il est vrai que, dans le temps, l'électorat de gauche était ouvrier et athée (plutôt dans les villes) et l'électorat de droite davantage catholique et paysan (plutôt dans les campagnes). Mais cela n'est, depuis longtemps, plus aussi vrai. Depuis 1980, des villes comme Paris, Marseille ou Lyon ont été plus souvent dirigées par la droite que par la gauche. 

Par ailleurs, la gauche a souvent gagné ces villes avec un discours modéré, qui n'effraye pas les nombreux groupes de la population qui craignent des changements brutaux. 

Je ne crois donc pas que le secret réside dans un discours moins modéré, mais plutôt sur un échec des politiques de la gauche, comme cela est arrivé pour la droite il y a quelques années. 

Lors des dernières élections municipales, la participation a été moins importante à Paris que sur le reste du territoire, avec un écart de 5 points. La reconquête des grandes villes par la droite passe-t-elle par la remobilisation d'un électorat abstentionniste ? Un discours "populiste" est-il adapté à un tel dessein ?

Beaucoup de victoires électorales passent par la mobilisation de l'électorat. Mais dans le cas précis des élections municipales, cette entreprises est assez difficile à mener. Les municipalités ont de moins en moins de pouvoir au profit des métropoles, et les électeurs le savent fort bien. Dans les élections de moindre importance, les gens votent peu. L'élection du maire est devenue moins importante qu'avant, et il faut donc s'attendre à une baisse de la participation électorale. 

Un discours "populiste", dans le sens cette fois-ci de discours qui surestime les compétences du maire, peut servir. Mais le problème est qu'il faut fournir alors une histoire à laquelle les citoyens puissent croire, ce qui n'est pas facile.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
D'AMATO
- 21/06/2016 - 12:33
Enfin "un Raggio di luce"...
....une lumière de 5 étoiies qui nous viennent du sud pour crier à la face des élites co-optées d'Europe: "PODEMOS" , nous pouvons secouer les fruits pourris qui parasitent l'arbre européen, qui entre petits fours et coupes de champagne ont asséché les poches, l'espoir et le moral de tous ces peuples qu'ils ont baladé d'une crise à l'autre d'une ornière à l'autre pendant des dizaines d'années dans l'espoir que peut-être un jour ça irait mieux.....
...Le temps a passé....dans l'attente et la désespérance s'est installée
et avec elle le REFUS...
Ganesha
- 21/06/2016 - 10:48
Va Pensiero
Dimanche, dans l'après-midi et la soirée, sur Arte, il y avait des émissions sur Giuseppe Verdi. On nous racontait son engagement pour l'indépendance de l'Italie, le ''Chœur des Hébreux'' (''Va Pensiero''). A cette époque, les français sont venus en aide aux italiens qui combattaient la tyrannie des Habsbourg. Cela m'a fait penser au mouvement actuel des peuples européens pour se libérer de la tutelle de la Commission européenne, contre les mafia, les lobbies, le pouvoir des ultra-riches et toutes les dérives inacceptables du Capitalisme libéral. Et, au moins, l'impératrice Sissi était plus belle qu'Angela Merkel !
Innocent
- 21/06/2016 - 09:55
Populisme
Position de ceux que l'on n'approuve pas, notamment quand on fait partie des zélites.