En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 6 jours 23 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 5 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 5 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 6 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 6 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 7 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 7 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 8 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 5 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 6 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 6 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 6 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 7 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 7 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 8 heures
© Pixabay
© Pixabay
Cocorico

Test de missile nucléaire à 120 millions d'euros en Bretagne : l’investissement en vaut-il la chandelle pour la crédibilité de la dissuasion française ?

Publié le 17 juin 2016
L'armée française procédera dans les prochains jours à un nouveau tir d'essai de son missile nucléaire M51, après le fiasco de 2013 qui avait vu ce dernier exploser en plein vol. Un test nécessaire si la France veut maintenir tant bien mal son rang dans la compétition mondiale de l'industrie de l'armement.
Etienne Copel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Étienne Copel est un général de brigade aérienne de l'armée de l'air française. Il fit une brillante carrière d'officier et a été en 1981 le plus jeune général français en exercice. Il fut l'un des trois pilotes d'avion de chasse qui ont effectué le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'armée française procédera dans les prochains jours à un nouveau tir d'essai de son missile nucléaire M51, après le fiasco de 2013 qui avait vu ce dernier exploser en plein vol. Un test nécessaire si la France veut maintenir tant bien mal son rang dans la compétition mondiale de l'industrie de l'armement.

Atlantico : Selon toute vraisemblance, dans les prochains jours aura lieu en Bretagne un nouveau tir d'essai du missile nucléaire M51. A l'occasion du précédent essai, en 2013, un missile similaire avait explosé en plein vol suite à des problèmes de "qualité industrielle". En quoi consiste précisément un tel test et à quoi sert-il concrètement ?

Etienne Copel : Quand le prototype d’une voiture ou d’un avion sort d’usine, la première chose à faire est de l’essayer ; il en va de même pour les missiles de nos sous-marins nucléaires. Ils ont toutefois deux particularités. La première est qu’ils sont tellement chers qu’on ne peut pas faire de grandes séries d’essais ; en général, on se contente de moins de 5 tirs. La deuxième particularité est que ces missiles font leur premier test à partir d’une base terrestre - en l’occurrence à Biscarosse dans les Landes - avant de faire le premier essai "grandeur nature" à partir d’un sous-marin nucléaire en mer.

L’essai du M51 au large de la Bretagne est en fait un essai de rattrapage car il fait suite à un échec survenu en décembre 2013 lors du premier tir à partir d’un sous-marin. Les essais préalables à terre avaient pourtant été excellents mais lorsqu’il s’est agi de vérifier que ce nouveau missile plus gros, plus lourd, plus performant, fonctionnait aussi bien à partir d’un sous-marin en plongée que du sol, l’échec peu après le décollage a été flagrant… et donna lieu à de nombreuses critiques. Pourquoi avoir dépensé autant pour remplacer un missile qui fonctionnait fort bien (le M45) et dont la portée et la furtivité étaient déjà remarquables ? Heureusement, l’enquête a montré que l’échec n’a pas été dû à une inadaptation du missile au sous-marin mais tout simplement à la malfaçon d’une pièce banale. Tout porte à penser que ce tir imminent va prouver que le M51 tiré de son sous-marin est un missile, purement français, de hautes performances… et sûr.

La Fédération Antinucléaire de Bretagne affirme que ce test coûtera au moins 120 millions d'euros, sans compter le coût indirect de l'interdiction de survol aérien et de navigation maritime sur place pendant plusieurs jours. Est-ce une affirmation plausible ? Que coûtent réellement ces essais ? A l'inverse, combien nous "rapportent-ils" et de quelle manière ?

Le coût estimé par la fédération anti-nucléaire de Bretagne n’est pas aberrant. En fait, c’est l’ensemble du coût de la dissuasion nucléaire qui est considérable. Si l'on trouve justifié de dépenser des milliards d’euros pour mettre en service des missiles M51 portés par nos sous-marins nucléaires, le coût de l’essai qui va avoir lieu n’est pas exagéré. Comment notre dissuasion nucléaire pourrait-elle être crédible si on ne montrait pas au monde que nos missiles et nos sous-marins fonctionnent bien ?

Les essais ont un intérêt majeur : crédibiliser les matériels français. Sans les essais réussis de nos sous-marins, qui peut penser que l’Australie aurait confié à la France le soin de renouveler sa flotte sous-marine ? Sans les essais réussis de tous les missiles militaires lancés depuis 60 ans, qui peut penser que la série des lanceurs Ariane aurait le succès que l’on connaît ? La dissuasion nucléaire voulue par le général de Gaulle coûte cher, très cher, mais ses retombées économiques sont indiscutables et majeures. Ceci étant, le budget de la France n’étant pas extensible à l’infini, je continue de penser que l’on pourrait dissuader aussi bien - ou presque - en dépensant moins. Les sous-marins et les missiles sont exportables mais pas les têtes nucléaires. Alors pourquoi les renouveler sans cesse à très grands frais ? Pourquoi par exemple dépenser près de quatre milliards pour un laser mégajoule dont l’intérêt pour développer de nouvelles têtes nucléaires n’est, pour le moins, pas vraiment prouvé ?

Quel état des lieux peut-on faire de l'industrie de l'armement français, notamment par rapport à d'autres pays occidentaux ? Comment sa situation a-t-elle évolué ces dernières années ?

Que l’on s’en réjouisse ou non, l’industrie française d’armement va bien, très bien même. Avec 16 milliards de prises de commandes, les ventes d’armes françaises ont battu tous leurs records en 2015 ; en 2014 elles n’avaient presque pas dépassé 8 milliards ! La dérivée est impressionnante. Et tout porte à penser que 2016 va battre le record de 2015. Tous les secteurs de l’armement, ou presque, sont en pleine expansion. Les plus spectaculaires sont toutefois ceux des avions de combat, des frégates ,des hélicoptères et des satellites. Après son premier succès en Egypte, le Rafale devrait bientôt confirmer ses ventes en Inde et au Moyen-Orient. Les livraisons de frégates au Qatar et à l’Arabie Saoudite deviennent probables comme la commande d’hélicoptères en Pologne ou au Koweït, sans parler bien sûr du gigantesque contrat de sous-marins en partenariat avec l’Australie. Notons encore que le spatial militaire est en pleine expansion à l’exportation : des satellites de télécommunications et d’observation de très haute technologie sont sur le point d’être commandés par l’Arabie Saoudite et l’Egypte.

Comment expliquer de tels succès ? Les talents de négociateurs du président Hollande et de son ministre de la Défense jouent un rôle important. Le premier a une vertu cardinale à l’étranger : il la "joue modeste", il n’agace jamais, quant à Jean-Louis Le Drian c’est un travailleur forcené dont la connaissance profonde des dossiers fait merveille. Mais ces résultats spectaculaires ont aussi pour origine des données techniques favorables, la plus importante étant sans doute l’indépendance de l’armement français. Un système d’armes français est en général purement national. Un acheteur potentiel n’a qu’un vendeur en face de lui : il n’a pas à se demander comment il sera ravitaillé en pièces de rechanges si, par exemple, les Etats-Unis décident de ne plus exporter certains de leurs équipements.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 17/06/2016 - 17:09
Essai du M51
OUI, cela en vaut la peine, c'est un des rares domaines qui nous valent encore le respect du reste du monde qu'atterre la chienlit où nous ont conduits notre Président "normal" et ses pitres., sauf peut être Cazeneuve malheureusement paralysé par la gauche du PS
Pourquoi-pas31
- 17/06/2016 - 15:03
la peau de l'ours
Pour les frégates du Quatar, c'est plié, elles seront italiennes. Pour les rafales de l'Inde, partis en fumée, la Russie continuera à fournir.
Olivier62
- 17/06/2016 - 11:47
Des exportations à quel prix ?
On se gargarise de ces exportations, mais on se garde bien de dire qu'elles sont en fait massivement subventionnées par le con-tribuable français. Voir l'affaire démente des "mistral", "revendus" à l'Egypte (qui a un besoin urgent de navires brise-glaces, comme chacun sait) avec des prêts consentis par l'état français, et qui bien entendu ne seront jamais remboursés. Mais bon, ça permettra à mou-président de faire bonne figure pendant une minute au journal TV...