En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 45 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 2 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 3 heures 59 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 5 heures 57 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 6 heures 21 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 6 heures 53 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 7 heures 24 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 8 heures 31 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 8 heures 38 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 3 heures 38 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 5 heures 32 sec
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 6 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 7 heures 14 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 7 heures 44 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 8 heures 21 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 9 heures 37 min
© REUTERS/Jean-Paul Pelissier
© REUTERS/Jean-Paul Pelissier
Folie

La Société Générale condamnée pour licenciement sans cause réelle et sérieuse de Jérôme Kerviel : la preuve par l’absurde de l’insécurité juridique que font peser les prud’hommes sur les entreprises

Publié le 10 juin 2016
Ce mardi 7 mai, les prud'hommes ont condamné la Société générale à verser 450 000 euros à Jérôme Kerviel pour licenciement "sans cause réelle et sérieuse". Si le versement d'un tel montant sera sans effets sur les comptes de la banque, certaines décisions prud'homales font peser sur les PME et ETI une réelle insécurité juridique.
Julien Boutiron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Boutiron  est avocat au barreau de Paris. Il pratique le droit du travail au quotidien depuis plus de dix ans.Il a écrit Le droit du travail pour les nuls, et tient un site internet. 
Voir la bio
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mardi 7 mai, les prud'hommes ont condamné la Société générale à verser 450 000 euros à Jérôme Kerviel pour licenciement "sans cause réelle et sérieuse". Si le versement d'un tel montant sera sans effets sur les comptes de la banque, certaines décisions prud'homales font peser sur les PME et ETI une réelle insécurité juridique.

Atlantico : Ce mardi, suite à la requête déposée par Jérôme Kerviel, les prud’hommes ont condamné la Société générale pour licenciement "sans cause réelle et sérieuse". La banque devra donc verser plus de 450.000 euros à son ancien trader. A quoi ce montant correspond-il exactement ? Au regard des condamnations pénales dont Jérôme Kerviel fait l'objet, comment expliquer une telle décision de la cour ? 

Julien Boutiron : Julien Boutiron : Parmi les sommes qui ont donné lieu à condamnation de la société générale, 300 000 euros correspondent à un rappel de salaire. En effet, indépendamment du motif de licenciement, lorsqu'un salarié est licencié, l'employeur est tenu de lui payer son salaire. Cela ne veut pas dire que la Société générale aura à lui payer cette somme puisque celle-ci a obtenu sa condamnation à lui payer plus de 4 millions d’euros en réparation des préjudices causés par les infractions dont Monsieur kerviel a été reconnu coupable par le Tribunal correctionnel.

A cela s'ajoutent 100 000 euros pour licenciement abusif. Normalement, un employeur est condamné à verser au minimum 6 mois de salaire brut au salarié lorsque le motif de licenciement est jugé abusif si l'entreprise a au moins 11 salariés et si le salarié a plus de deux ans d'ancienneté. La vraie question est la suivante : comment le licenciement a-t-il pu être jugé abusif alors que Jérôme Kerviel a été condamné pénalement en raison des infractions commises au préjudice de la Société générale.

Il faudrait pouvoir lire la décision du Conseil de prud’hommes afin de connaître précisément les motifs retenus par le jugement pour prononcer cette condamnation.  Il semble que la Société Générale n’ait pas respecté le délai de deux mois pour sanctionner un salarié à partir du moment où l’employeur le supérieur hiérarchique du salarié a connaissance des faits qui motivent la sanction.  si ce délai est dépassé, la sanction est prescrite.

Par ailleurs, devant toute juridiction, il  existe un aléa judiciaire.  Devant le conseil de prud'hommes, cet aléa est particulièrement prégnant compte tenu  de la composition de cette juridiction  puisque les décisions sont rendues par deux employeurs et par deux salariés.

La Société générale a annoncé qu’elle ferait appel d'une décision que son avocat juge "scandaleuse". Dans quelle mesure ses propos vous semblent-ils justifiés ? 

Julien Boutiron : Pour dire que la décision est scandaleuse, il faut connaitre  non seulement connaître les motifs des prud’hommes  mais avoir accès à la totalité du dossier.  dans cette affaire, il est tout à fait possible que Jérôme Kerviel  ait commis les délits qui lui ont été reprochés et que la Société générale ait fermé les yeux sur son comportement en le laissant agir en tout connaissance de cause.

Si l'explication est autre, alors cette décision est effectivement absolument incompréhensible et aberrante.

Si la Société générale verse effectivement ces 450.000 euros d'indemnités à Jérôme Kerviel, cela sera sans effet sur les comptes de l'entreprise. Néanmoins, dans quelle mesure de telles décisions prud’homales maintiennent-elles d'autres entreprises, comme les PME et les ETI, dans l'insécurité ? Que faudrait-il faire pour y remédier ?

Julien Boutiron : Par principe, à partir du moment où le système prévoit qu'une entreprise puisse être condamné à verser des dommages et intérêts pour licenciement abusif, si la société n'est pas en mesure de payer cette condamnation, cela peut la mettre en faillite.  une TPE peut être mise en faillite même en devant payer une très petite somme. La question est de savoir jusqu'où on peut et on doit aller en termes de protection des salariés.   Autour de moi, je constate que très souvent les chefs d’entreprise sont traumatisés par le montant des demandes des salariés devant le conseil de prud’hommes qui sont parfois énormes alors que le montant des condamnations est souvent beaucoup plus faible que celui des demandes des salariés.

Si une entreprise pouvait licencier un salarié totalement librement, ce serait la loi de la jungle. Cela ne veut pas dire que toutes les décisions de condamnation d'employeurs soient justifiées (certaines sont aberrantes, scandaleuses, injustes). les justiciables ont beaucoup de mal à comprendre que deux juges successifs ( le conseil de prud’hommes puis la cour d’appel) puissent adopter une position opposée pour trancher un même litige. 

Est-ce qu'il faudrait limiter le montant des condamnations ?  La limitation du montant des indemnités prud’homales pouvait être une piste de réflexion intéressante.

Une telle disposition était prévue par la loi Macron qui a été censurée par le conseil constitutionnel car elle distinguait le montant maximum de la condamnation en fonction de la taille de l’entreprise. La loi El Khomry  le prévoyait mais compte tenu de la levée de boucliers des syndicats, ce barème n’est plus qu’à ma connaissance indicatif.

 

Eric Verhaeghe : Les prud’hommes sont une loterie, généralement défavorable à l'employeur. Dans le cas d'espèce de Kerviel, la décision dont il bénéficie est forcément populaire parce que le personnage apparaît comme un Robin des Bois, ou une victime du "système" et spécialement des abus bancaires. En revanche, il faut que chacun comprenne bien qu'elle illustre la difficulté des employeurs face au risque prud’homal. Lorsqu'un salarié recourt aux prud’hommes, ce qui est son droit, les conclusions du tribunal sont généralement défavorables à l'employeur, et les montants alloués extrêmement aléatoires. Le problème ne tient d'ailleurs pas tant à la probabilité fréquente de "victoire" du salarié qu'à l'impossibilité de chiffrer le risque sur les montants d'indemnité à payer. Mesurons bien que les décisions symboliques prises dans le cas Kerviel nourrissent ce sentiment d'une partialité de principe des prud’hommes en faveur des salariés, et le sentiment que la justice peut mettre une très petite entreprise en danger par l'incertitude qui pèse sur les montants à verser.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zeliclic
- 10/06/2016 - 16:11
@lexxis
Totalement en phase avec vous.
lexxis
- 09/06/2016 - 07:05
ERREUR DE CIBLE
L'article oublie d'une part que des juges indépendants, fûssent-ils prud'hommes, ne sont pas obligés de suivre le scénario invraisemblable de la SG, selon lequel une banque pourvue d'un contrôle interne efficace et bardée d'auditeurs et de commissaires aux comptes peut sans s'en apercevoir laisser filer 50 milliards d'engagements , avant de les dénouer d'urgence en y perdant près de 5 milliards (que le Trésor a fort complaisamment admis en pertes déductibles du résultat imposable, contrairement à toute la jurisprudence sur ce point!). D'autre part si la prescription est avérée, elle s'impose normalement au juge. Avant de crier haro sur les prud'hommes, il faut donc se demander dans quel fruit se trouve le ver, d'autant que la partie civile du dossier n'est toujours pas bouclée (et peut-être même pas le côté pénal s'il y a recours devant la justice européenne). Et donc, le problème ne se situe pas au niveau des seuls prud'hommes , mais il remonte à la justice française , aléatoire, imprévisible comme le savent la plupart des Français qui, à un moment ou à un autre, ont eu à faire à elle.
Jasmin84
- 08/06/2016 - 15:47
Ma visite au Monoprix rue jean pierre Timbaud
Le hasard m'a conduit dans ce magasin.
Des vendeuses traînent en savates et s'interpellent à haute voix.
Une fois mes courses terminées, je me dirige vers la caisse où la caissière attend visage fermé. Je lui dit bonjour et lui adresse un sourire auquel elle ne répond pas. Je pose mon panier qui ne contient qu'un shampoing et un démaquillant. Elle me regarde l'air mauvais et m'intime l'ordre de vider mon panier. Je suis stupéfaite, je le lui dit elle me répond que c'est mon travail de le faire et pas le sien...
A la caisse d'à côté des touristes japonaises se font également maltraiter.
S'étonnant qu'on leur rende leur monnaie en petites pièces, elles s'entendent dire ça suffit je n'ai pas de temps à perdre...elles saluent tout de même avant de partir, mais la vendeuse tourne ostensiblement la tête. Alors si effectivement certains employeurs abusent, certains salariés sabotent consciencieusement la société qui les emploie sans courir aucun nrisque. Il est clair qu'aucun employeur ne se risquera à licencier ces caissières car il est assuré d'être condamné aux prud'hommes.
Les règles qui entourent le licenciement ne sont pas destinées à protéger le salarié mais à ligoter l'employeu