En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

07.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 5 heures 40 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 7 heures 56 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 9 heures 29 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 11 heures 11 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 13 heures 34 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 14 heures 18 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 14 heures 42 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 14 heures 58 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 15 heures 19 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 8 heures 55 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 10 heures 41 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 12 heures 14 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 13 heures 44 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 13 heures 59 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 14 heures 22 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 14 heures 43 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 15 heures 16 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 15 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
Au dodo !

Finie la culpabilité des jeunes parents ? Des chercheurs affirment que laisser son bébé pleurer ne produit pas de dégâts émotionnels et peut même s’avèrer positif

Publié le 31 mai 2016
Après la méthode dure de nos grands-mères, et celle de l'écoute des besoins de l'enfant, une étude australienne démontre que l'enfant se porte aussi bien dans tous les cas, qu'on se lève on qu'on ne se lève pas lorsqu'il pleure.
Michèle Freud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michèle Freud est psychothérapeute et directrice d'une école de sophrologie. Elle est également l'auteur de " Se réconcilier avec le sommeil", "Réconcilier l'âme et le corps" et "Mincir et se réconcilier avec soi", "Enfants, ados... les...
Voir la bio
Edwige Antier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pédiatre et mère de famille, ancienne interne des Hôpitaux de Paris, diplômée en psychopathologie, Edwige Antier exerce la pédiatrie depuis trente ans. Connue pour son travail de députée à l'Assemblé nationale pour la protection des enfants, elle a...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la méthode dure de nos grands-mères, et celle de l'écoute des besoins de l'enfant, une étude australienne démontre que l'enfant se porte aussi bien dans tous les cas, qu'on se lève on qu'on ne se lève pas lorsqu'il pleure.

Atlantico: Une étude australienne a démontré que laisser le bébé pleurer dans la nuit n'entrainerait pas les conséquences émotionnelles, comportementales, ou d'attachement qui pourraient inquiéter les parents. On oublie le "stress infantile" et on revient donc à la recette de nos grands-mères: laisse-le donc pleurer. Une révolution pour les parents qui peuvent enfin dormir tranquille?

Michèle Freud : Une révolution peut-être pas, mais une confirmation qu’il est important de bien préparer l’enfant au sommeil. L'étude a porté sur des enfants de 6 mois à 16 mois, âge où cet apprentissage au sommeil est fondamental. 

En réalité, ce dont l’enfant a besoin pour bien dormir, c’est de stabilité, de calme et d’amour. Il importe qu'il reçoive une dose d’affection suffisante ; il a besoin de ces échanges de caresses, de contact, de corps à corps pour se sentir en sécurité. C'est précisément cette qualité d'attachement qui va lui permettre de s'endormir paisiblement. 

Ce sont d’ailleurs des arguments que je développe dans mon dernier ouvrage "Enfants, Ados, les aider à dormir enfin" paru tout récemment chez Albin Michel. 

Ce sont, à mon sens, les ingrédients de base d’un bon sommeil. Un enfant a besoin non seulement d’une qualité de présence et d’échanges, de paroles rassurantes et aimantes pour dormir en toute confiance. Apaisé, il peut s’endormir et se rendormir tout seul. Mais il a aussi besoin de calme, une sorte de sas de décompression avant de se coucher. (Voir ci-après rituels du coucher) 

Or, souvent, certains parents culpabilisent de ne pas voir leur enfant suffisamment ou s’en occuper dans la journée, ils le stimulent trop au coucher, ce qui génère un degré d’excitation empêchant l'endormissement, de nature à favoriser les pleurs.

D’autres, faute de temps, occultent le rituel du sommeil, les échanges et la petite histoire, et privilégient la télévision et les dessins animés le soir. Sources d’excitation ou d’anxiété, ils provoquent une hyper-stimulation causant souvent des endormissements tardifs et des réveils nocturnes.

Edwige Antier : On ne peut évaluer le retentissement des pleurs juste sur la mesure de cortisol dans la salive, ni évaluer le comportement d’un enfant qu’on a laissé pleurer avec un recul de seulement un an ! Cette "étude"  comporte un trop petit nombre d’enfants (46 alors que toute étude digne de ce nom est estimée valable à partir d’au moins 800 sujets !) Trop petit nombre, trop peu de recul, un indicateur discutable, cette étude ne doit pas cautionner le comportement des adultes qui trouvent normal de laisser un bébé pleurer seul la nuit.

D'après l'étude, l'enfant  n'est finalement pas plus équilibré, ou plus sûr de lui lorsque le parent s'occupe de lui la nuit. Qu'en pensez-vous?

Michèle Freud : Je suis tout à fait d’accord. Bien au contraire, il n’apprend pas à trouver en lui-même des ressources pour se rendormir, ce qui ne favorise pas son autonomie. Le mode d’endormissement est capital dès les premiers mois. Le rituel du coucher doit être identique chaque soir, aussi bien en semaine qu’en week-end et le prépare à la séparation et à un sommeil de qualité. Une fois les rituels installés (berceuses, histoires, câlins) lui signifiant qu’il est l’heure de dormir,  mieux vaut laisser l'enfant trouver seul le chemin du sommeil, c’est ainsi que, petit à petit, il parviendra à  se faire confiance et à se familiariser avec la nuit. 

Edwige Antier: Ce sont des milliers d’enfants que je suis depuis deux générations. Je peux donc affirmer que ceux que l’ont console de leurs pleurs avec attention et bienveillance sont plus compétents et plus autonomes que ceux qui ont dû se résigner à pleurer pour rien et pour personne.

D'après l'étude, le bébé dort plus longtemps, au final, lorsque le parent ne se lève pas quand il pleure que lorsque le parent se lève, même s'il y a une évolution positive avec le temps chez l'enfant dont le parent se lève. Confirmez-vous ces propos?

Michèle Freud : Oui absolument, le bébé dort non seulement plus longtemps, il apprend surtout à se rendormir seul. Si le parent intervient dès les premiers pleurs, il est même susceptible de le réveiller totalement. De plus, il empêche l’enfant de trouver ses propres rythmes. Le bébé dispose de stratégies pour se calmer seul (sucer son pouce, jouer avec ses doigts, sa couverture, un doudou, regarder son mobile). Il est important de lui permettre d’explorer  ses propres compétences et ce, dès les premiers mois. Il est donc préférable d’éviter d’intervenir trop rapidement. 

Il est important de noter que le sommeil chez le bébé obéit à une organisation et des rythmes différents. C’est durant les six premières années qu’il se modifie pour atteindre les caractéristiques de celui de l’adulte. Les trois premiers mois de sa vie, le nouveau-né débute sa nuit par une phase agitée, puis au fil des mois, les cycles s’inversent. Moins stable que le sommeil calme, il est entrecoupé de nombreux micro-réveils. Ces phases de sommeil agité ne sont pas à confondre avec l’éveil. Certains parents, dans l’ignorance de ces différentes phases, interprètent le sommeil agité du bébé comme un signal de réveil, d’alarme ou de détresse. L’enfant est remuant et parfois pleure. Pour le rassurer, ils le prennent dans les bras et le réveillent. En pleine phase de sommeil paradoxal, le bébé ne peut expérimenter, à la fin du rêve, l’entrée dans le sommeil lent. Réveillé dans son premier cycle, il pleure et aura quelques difficultés à se rendormir. Ce conditionnement anormal perturbe le repos de l’enfant qui peut, par exemple, être nourri à contre temps, pris dans les bras, bercé, etc. Il perd ainsi ses repères et ne parvient pas à trouver ses propres rythmes. Les premiers troubles du sommeil peuvent débuter à cette période cruciale et se poursuivre dans les mois suivants voire même se perpétuer dans le temps. Il s’agit en l’occurrence d’un mauvais conditionnement au sommeil.

Bien sûr les pleurs du bébé sont un langage, encore faut-il savoir le décoder. Laisser pleurer ou pas ? Le plus important à mon sens pour les parents, c'est de se fier à leur  boussole intérieure, se faire confiance dans leur rôle de parents et de  trouver la méthode qui conviendra le mieux pour le bien être de tous.

Edwige Antier: L’enfant qui s’est résigné à ce que ses pleurs ne soient pas entendus finit par renoncer, mais au prix d’une perte de l’empathie et d’une altération de certaines zones cérébrales, comme le montrent de plus en plus, non seulement l’expérience mais les neurosciences. Les IRM fonctionnelles montrent au contraire combien le stress nuit au développement du cerveau en plein développement !

Si l'on s'en tient aux avancées des chercheurs australiens, les parents qui se lèvent toujours la nuit lorsque l'enfant pleure auraient perdu toutes ces heures de sommeil "pour rien", et même "contre leur santé" puisqu'il est prouvé qu'il est mauvais pour la santé des parents de se réveiller trop fréquemment la nuit : mauvais pour la santé, la concentration, la gestion des émotions?

Michèle Freud : Les parents qui se lèvent dès qu'ils entendent l'enfant pleurer éprouvent de plus en plus de difficultés à se rendormir et dérèglent ainsi leur horloge biologique interne avec des troubles du rythme circadien. Un rythme circadien se définit sur une période de 24 heures. Il décrit l’alternance du rythme biologique entre le cycle jour-nuit, en l’occurrence le cycle lumière-obscurité et le mode de vie (heure de lever, horaires de travail, prises alimentaires, activité sportive et heure du coucher). Il gère notamment la température du corps, la sécrétion et la libération d’hormones, comme le cortisol. Ce rythme vital peut se désynchroniser du fait de ces réveils nocturnes et générer une dette de sommeil importante. La perte de l’équilibre veille/sommeil peut générer toutes sortes de perturbations.

Il est en effet difficile pour l’organisme de s’accoutumer à de telles ruptures de rythmes. 

A plus ou moins long terme, ils entraînent un désordre dans l’apparition des signaux de sommeil et  notamment un retard de phase, avec pour conséquence, un état d’épuisement au réveil, un émotionnel à fleur de peau, des troubles de l’humeur, de la concentration, mais aussi des troubles fonctionnels, douleurs et autres désordres, voire même dépression chez la mère. C'est ce que semble confirmer en fait l'étude des chercheurs australiens. 

Edwige Antier: Ces chercheurs australiens ne nous offrent pas des "avancées" mais un grave prétexte au recul éducatif, à l’indifférence aux pleurs des êtres entièrement dépendants de leurs parents, qui en ont déjà été de plus en plus séparés la journée… Il y a une tendance à la déshumanisation de l’éducation, par rapport aux temps où toute la famille dormait ensemble, dans les donjons et dans les fermes, ou encore aujourd’hui dans les paillotes et les cases des deux tiers de la planète. Les enfants deviennent de plus en plus agressifs, agités, manquent d’empathie et de confiance en eux. Après qu’on les ait traités avec tant d’indifférence 

Propos recueillis par Clémence Houdiakova

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vallain
- 30/05/2016 - 11:56
Pleurs de Bébé bénéfiques, la belle blague!!!
http://femininisrael.com/8RkwC
article du Huffington post Allemand
Voilà ce qu'ils ressentent selon une étude sérieuse!
Il serait bien simple de considérer le bébé aussi comme un objet, cela va dans le sens de la manipulation télévisuelle, vos équipes devraient effectuer un jour sabbatique et étudier les programmes! Pour bien manipuler les foules, la méthode est: Il faut vous adresser au plus con d'entre eux, ce programme a été initié par un célèbre personnage allemand et repris et étoffé par la suite!!! Il est d'ailleurs expliqué à science PO. Bien à vous, restez curieux!!
vallain
- 30/05/2016 - 11:56
Pleurs de Bébé bénéfiques, la belle blague!!!
http://femininisrael.com/8RkwC
article du Huffington post Allemand
Voilà ce qu'ils ressentent selon une étude sérieuse!
Il serait bien simple de considérer le bébé aussi comme un objet, cela va dans le sens de la manipulation télévisuelle, vos équipes devraient effectuer un jour sabbatique et étudier les programmes! Pour bien manipuler les foules, la méthode est: Il faut vous adresser au plus con d'entre eux, ce programme a été initié par un célèbre personnage allemand et repris et étoffé par la suite!!! Il est d'ailleurs expliqué à science PO. Bien à vous, restez curieux!!