En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 2 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 2 jours
© wikipédia
© wikipédia
L’alchimiste

Quand la Cour des comptes révèle comment François Hollande a transformé 300 millions d’euros d’économies en 15 milliards

Publié le 26 mai 2016
La Cour des comptes a remis son rapport sur la gestion du budget étatique de 2015 ce mercredi 25 mai 2016. Alors que Bercy se targuait encore récemment de 15 milliards d'euros d'économies budgétaires en 2015, la Cour des comptes épingle sévèrement le gouvernement.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour des comptes a remis son rapport sur la gestion du budget étatique de 2015 ce mercredi 25 mai 2016. Alors que Bercy se targuait encore récemment de 15 milliards d'euros d'économies budgétaires en 2015, la Cour des comptes épingle sévèrement le gouvernement.

Atlantico : Selon le rapport de la ​C​our des comptes publié ce mercredi 25 mai 2016 relatif à la gestion du budget de l'Etat en 2015, le déficit budgétaire aurait reculé de 15 milliards d'euros par rapport à 2014, mais seuls 0,3 milliards sont attribuables à des économies réelles. Comment l'explique-t-on ? Dans quelle mesure peut-on parler d'efforts en trompe-l’œil, le cas échéant ?

Philippe Crevel : La Cour des comptes insiste sur le fait que la rigueur revendiquée par le gouvernement n'est pas exactement au rendez-vous. Entre le chiffre affiché par celui-ci il y a quelques semaines (15 milliards) et celui calculé par la Cour des comptes (0,3 milliard), il y a un écart conséquent. Cela résulte premièrement du fait que la Cour des comptes sort de sa comptabilité les engagements qu'a la France en matière européenne. Or, en 2014 nous avons doté le mécanisme européen de stabilité financière (MESF), qui vient en aide aux Etats. Cela ne s'est pas produit en 2015. De facto, il y a donc eu moins de dépenses à cet égard... Cependant, il s'agissait là d'une dépense exceptionnelle en 2014, qui n'avait donc évidemment pas à être prise en compte à titre de base de comparaison. Un autre aspect primordial dans l'explication est celui des programmes d’investissements exceptionnels (eux aussi !) qui ont grévé 2014 plus que cela n'était prévu, comme ce fut le cas en 2010. Il s'agit de programmes qui durent dans le temps : les fameux emprunts pour l'investissement. Là encore, si on retranche les coûts exceptionnels, il est clair que le gouvernement a fait très peu d'efforts en 2015.

Pire que cela en vérité, puisque la Cour des comptes note que les dépenses du budget général sont supérieures de 400 000 millions d'euros, dès lors qu'elles sont comparées aux prévisions. De même, à l'inverse de ce qui a été dit, les embauches de fonctionnaires sont en nette hausse par rapport à ce qui avait été prévu. Ce qui signifie évidemment que les dépenses courantes ont fortement augmenté, quand bien même le gouvernement bénéficiait d'un contexte très favorable puisqu'il a gagné 2 milliards d'euros sur le service de la dette, relativement au paiement des intérêts. C'est pourquoi notre Cour des comptes juge que l'année 2015 n'est pas une année aussi saine budgétairement que certains le prétendent dans l'exécutif.

Rappelons que ces économies ne sont en aucun cas reconductibles. Il s'agit évidemment d'efforts en trompe-l’œil. Nous savons tous que les taux d'intérêts ont atteint un niveau historiquement bas, en-dessous duquel il sera difficile (si pas impossible) de descendre. Ces deux milliards gagnés en 2015 ne seront donc pas gagnés en 2016, cela va sans dire. D'autre part, il est important de souligner qu'une partie de ces économies ont été réalisées par les collectivités locales. Les concours aux collectivités locales ont très fortement diminuées en 2015. C'est prévu et cela continuera sur les années à venir mais cela traduit comment l'Etat les appelle au secours pour parvenir à un semblant d'équilibre. A charge, ensuite, pour les collectivités locales de réduire elles-même leurs dépenses ou d'augmenter les impôts.

François Hollande s'était engagé à réaliser 50 milliards d'économies d'ici à 2017. Concrètement, cette promesse est-elle encore tenable ? Où en est le gouvernement sur ce point précis ?

Le programme d'économie de 50 milliards d'euros a été décidé dans le cadre du pacte de responsabilité, qu'il est supposé financer. Il s'agit d'alléger les prélèvements obligatoires, notamment sur les entreprises et sur les particuliers. Pour l'heure, ce programme est appliqué depuis 2 ans. On a constaté, cependant, quelques reports de mesures sur les exonérations de charges sociales tout spécifiquement. Cela traduit clairement les difficultés que l'Etat peut rencontrer à économiser et à quel point il peine à trouver des gisements d'économies en la matière. En 2015, le gouvernement a bénéficié d'un peu plus de croissance. En 2016, celle-ci est attendue aux alentours de 1,3% du PIB, ce qui devrait naturellement aider le gouvernement à réaliser les économies pour lesquelles il s'est engagé. Ici également, il y aura fort probablement des économies réalisées en trompe-l’œil et non de véritables efforts, puisque la croissance devrait venir à la rescousse du gouvernement.

Néanmoins, demeure un petit accroc : le gouvernement multiplie les cadeaux fiscaux, les cadeaux électoraux et les dépenses. Et pour cause, les échéances électorales de 2017 arrivent à grand-pas... Tout cela a contraint Bercy à demander un nouveau plan de réduction des dépenses de 2 milliards d'euros. Cependant, on voit clairement que le navire de l'Etat prend l'eau de toute part... Rien ne dit que nous arriverons à bon port. Avec des artifices signalés (les taux d'intérêts historiquement bas, le transfert d'une partie des charges sociales sur les collectivités locales, un certain jeu de bonneteau entre l'Europe, les collectivités et l'Etat...) nous n'arrivons qu'à peu près à parvenir à l'alignement. Tout cela risque de se compliquer. Mais le gouvernement espère le retour de la croissance, qui finit (enfin !) par arriver, bien que modeste. Il lui sera possible de jouer dessus.

Comment expliquer une telle situation ? Quelles sont les causes réelles qui ont conduit le gouvernement à de tels résultats ? ​

L'abandon de la revue générale des finances publiques, mise en place par Nicolas Sarkozy, est probablement la première des raisons. Derrière celle-ci s'organisait un processus réel de rationalisation des dépenses publiques, qui a été abandonné en 2012. Cela constitue évidemment une très grosse incitation à reprendre le chemin des dépenses. L'embauche, en parallèle, d'un certain nombre de fonctionnaires (notamment à l'Education nationale), couplée à un "petit" laisser-aller sur les dépenses courantes qui, au fur et à mesure des années, entraîne de "légers" dérapages et l'abandon de la feuille de route décidée originellement. En outre, François Hollande n'a pas été en mesure de réformer réellement les structures publiques. Qu'il s'agisse du ministère de l'Education nationale, de Bercy... Tout ceci contribue à l'explication. Enfin, les dépenses militaires, liées aux interventions françaises et à la lutte contre le terrorisme, grèvent également les dépenses, sans avoir pour autant été prévues au préalable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean-Benoist
- 26/05/2016 - 23:53
vivement 2017 pour virer
Ces magouilleurs qui ruinent le pays..
sarko, reviens!,,
Vincennes
- 26/05/2016 - 23:22
Ils mentent sur tout......même sur les chiffres du chomage
pourquoi ne parlent ils QUE DE la catégorie A. 3.511.000 facile de jongler avec B/C/D/E/ . Pour ceux qui veulent la vérité http/by-jipp.blogspot.fr .........écœurant cette manipulation des chiffres, la aussi et triste que les médias soient complices de cette arnaque. Il les tient bien avec cette très chère NICHE FISCALE
Vincennes
- 26/05/2016 - 20:12
"les fourberies de.......SAPIN and co
agréable de lire : "l'abandon de la revue générale des finances publiques mise en place par N.SARKOZY est probablement la première des raisons car, derrière celle-ci s'organisait un processus réel de rationalisation des dépenses publiques qui a été ABANDONNE en 2012 par ce "Gvt de NAZES" !!..........encore 11 mois !!