En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 2 heures 7 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 5 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 10 heures 55 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 11 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 11 heures 48 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 12 heures 52 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 3 heures 19 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 8 heures 6 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 10 heures 28 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 11 heures 2 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 11 heures 36 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 12 heures 21 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 12 heures 30 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 13 heures 14 sec
© Reuters
© Reuters
"La puissance conquérante"

Quand l'Unesco se penche sur la "Palestine occupée" : sérieux rififi archéologique au Moyen-Orient

Publié le 22 mai 2016
En avril 2016, l'Unesco a publié une résolution intitulée "Palestine occupée". Dans le cadre de cette dernière, l'Onu est accusée de ré-écriture historique, ayant ignoré le lien entre judaïsme et le Mont du Temple à Jérusalem, renommé Esplanade des Mosquées.
David Elkaïm
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Elkaïm est fonctionnaire détaché au ministère des Affaires étrangères, chargé de conférences à Sciences Po Paris et chercheur au CF2R. Il est notamment l'auteur aux côtés de Eric Dénécé de l'ouvrage Les Services secrets israéliens ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En avril 2016, l'Unesco a publié une résolution intitulée "Palestine occupée". Dans le cadre de cette dernière, l'Onu est accusée de ré-écriture historique, ayant ignoré le lien entre judaïsme et le Mont du Temple à Jérusalem, renommé Esplanade des Mosquées.

Atlantico : Le 16 avril 2016, l'UNESCO a rendu une résolution intitulée "Palestine occupée" et accusée depuis d'effacer totalement les origines de la civilisation judéo-chrétienne. Dans quelle mesure l'UNESCO a-t-elle outrepassé sa mission de neutralité ? Comment faire la part des choses entre maladresse d'écriture et volonté effective de réécrire l'histoire ?

David Elkaïm : Il faut d’abord rappeler que, déclarés patrimoine mondial en 1981, la Vieille Ville de Jérusalem et ses abords ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial en péril en 1982. Cette inscription a explicitement pour but de condamner les travaux de fouille, de restauration ou de construction entrepris par Israël, qui exerce une souveraineté de facto sur l’ensemble de Jérusalem et de la Cisjordanie depuis la guerre de 1967 et est donc appelé "puissance occupante".

En effet, le Waqf jordanien (la Transjordanie, créée en 1947, a annexé la Cisjordanie pour devenir la Jordanie, et administrait donc la Vieille Ville avant Israël) qui administre les lieux saints musulmans considère que ces travaux conduisent à valoriser les éléments "juifs" au détriment des éléments "musulmans".

La Jordanie et la Palestine (membre de l’UNESCO depuis 2011) réclament régulièrement le retour au statu quo qui avait cours avant le déclenchement de la deuxième Intifada. Jusqu’en septembre 2000, le Waqf contrôlait en effet toutes les portes permettant d’accéder à l’Esplanade de Mosquées (située au sommet du Mont du Temple) alors qu’il doit aujourd’hui partager cette responsabilité avec la police israélienne et a perdu tout contrôle sur la Porte des Maghrébins, réservée aux visiteurs non-musulmans.

Chaque centimètre carré de la Vieille Ville - et même chaque centimètre cube puisqu’il faut rajouter une dimension dès que l’on creuse ! -  fait donc l’objet de contestations !

La résolution en question porte sur l’ensemble des points de discorde sur le site de l’Esplanade des Mosquées, qui n’est autre que le lieu où se dressait le Temple de Jérusalem et que les juifs préfèrent donc appeler Mont du Temple : la Mosquée al-Aqsa, le Centre pour la restauration des manuscrits islamiques, la Porte de la Miséricorde, la Rampe des Maghrébins pour ne citer que les plus célèbres.

Elle mentionne également d’autres sujets relatifs au conflit israélo-palestinien tel que les conséquences de la guerre de Gaza en 2014 et les lieux saints de Hébron (Tombeau des Patriarches/Mosquée d’Abraham) et de Bethléem (Tombe de Rachel).

Certes, il y a des maladresses : la double dénomination juive/musulmane des lieux n’est pas toujours respectée ; certes, il y a des formulations malheureuses qui nourrissent la polémique : la résolution parle d’installations de "fausses tombes juives" dans des cimetières musulmans ; certes, Israël est systématiquement placé en position d’accusé ; certes, rien n’est dit sur les actions du Waqf pour dissimuler les éléments "juifs" ; mais à aucun moment dans la résolution le lien entre Jérusalem et le judaïsme ou le christianisme n’est nié.

Et pour cause : qui peut imaginer que l’Afrique du Sud, l’Argentine, le Brésil, l’Espagne, la France ou la Russie, pour ne citer que quelques-uns des pays qui ont voté la résolution, auraient laissé passer un texte qui se livrerait à une telle réécriture de l’Histoire ?

Ce qui est regrettable, c’est que cette résolution, incontestablement maladroite sur certains points, a été instrumentalisée par le gouvernement israélien pour discréditer l’initiative française sur l’organisation d’un sommet sur le Proche-Orient.

Dans cette région du monde, et d'autant plus à Jérusalem, l'archéologie et le passé ne constituent-ils pas en eux-mêmes des enjeux politiques ? Dès lors, quel est le risque que cette étude soit instrumentalisée, politisée et utilisée ? Quel impact cela pourrait-il avoir ?

Jérusalem est le lieu le plus saint du judaïsme, l’endroit où Jésus venait prier et où il a été crucifié, et le troisième lieu saint de l’islam, parce que Mahomet y a été transporté sur le dos de sa monture al-Buraq avant de monter au paradis lors de la Nuit du Destin. C’est à la fois ce qui unit les trois religions monothéistes dans une continuité spirituelle et les divise dans une logique de revendication exclusive.

C’est le cas pour quasiment chaque découverte archéologique au Proche-Orient : chaque "camp" accuse l’autre de vouloir s’approprier tel ou tel artefact, tel ou tel site pour affirmer son antériorité ou sa prééminence.

Il faut donc bien reconnaitre que, dans une entreprise de légitimation de la (re)-création de l’Etat dans le cadre du projet sioniste, les autorités israéliennes font prévaloir les éléments démontrant l’ancienneté de la présence juive. C’est ce qui se passe dans le cadre du projet de parc archéologique dit de la "Cité de David" située à l’extérieur des murailles de la Vieille Ville (qui datent du XVIème siècle) : il n’y a pas de doutes sur le fait que les éléments qui y ont été trouvés sont largement antérieurs à Jésus et à Mahomet mais c’est une association proche des mouvements nationalistes religieux et coutumière de la négation du passé non-juif des sites (Elad) qui en est un des pilotes. D’où les inquiétudes exprimées par les Palestiniens. Il en va de même en ce qui concerne le site de Sabastiyah, identifié à Samarie, l’ancienne capitale du royaume d’Israël. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 23/05/2016 - 05:51
Avérée ? Fantasmée ? Que nenni : le seul déni !
Le problème n'est pas dans la véracité ou le fantasme : il n'y a pas de véracité ! C'est le total déni, et seulement le déni de ce que fait l'autre : pour l'un, ce que dit l'autre est faux. Un point, c'est tout. Il n'y a même pas de fantasme : l'autre a tort. Résultat ? sauf à écarter tout le monde (musulmans et juifs, puis chrétiens suspects pour les musulmans ou de culture insuffisante pour les juifs), je ne vois pas qui pourrait apporter une neutralité acceptée par les trois parties. Pas un athée non plus, voyons ! Un chinois ? Ils ne traitent que de choses sérieuses, c'est-à-dire l'histoire de la Chine. Il ne reste donc personne !
vangog
- 22/05/2016 - 16:51
De l'art de se battre pour la propriété de
quelques pierres...et le désert, personne n'en veut?
vangog
- 22/05/2016 - 16:50
De l'art de se battre pour la propriété de
quelques pierres...et le désert, personne n'en veut?