En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

03.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

04.

Macron skie français

05.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

06.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 18 min 34 sec
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 2 heures 50 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 4 heures 53 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 5 heures 21 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 6 heures 4 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 7 heures 47 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 18 heures 31 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 1 heure 47 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 4 heures 46 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 5 heures 13 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 5 heures 58 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 6 heures 17 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 6 heures 31 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 6 heures 49 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 7 heures 30 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 18 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 18 heures 57 min
© wikipédia
© wikipédia
Mon ennemi c’est la finance

Arbitrage privé du TAFTA : ce double jeu du gouvernement qui accrédite la thèse du "consensus de Paris" (et fait du PS français une force motrice du néolibéralisme au niveau mondial)

Publié le 20 mai 2016
Alors que dans le cadre des négociations sur le TAFTA, le gouvernement français pointe les abus de l'arbitrage privé, la France a proposé l'instauration d'une juridiction d'exception européenne pour les entreprises souhaitant attaquer les décisions des Etats. La duplicité du gouvernement socialiste à l'égard du libéralisme s'inscrit dans la lignée de l'exercice du pouvoir de François Mitterrand et du tournant de la rigueur de 1983.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que dans le cadre des négociations sur le TAFTA, le gouvernement français pointe les abus de l'arbitrage privé, la France a proposé l'instauration d'une juridiction d'exception européenne pour les entreprises souhaitant attaquer les décisions des Etats. La duplicité du gouvernement socialiste à l'égard du libéralisme s'inscrit dans la lignée de l'exercice du pouvoir de François Mitterrand et du tournant de la rigueur de 1983.

Atlantico : D'après un document confidentiel auquel aurait eu accès Le Monde, dans le cadre des négociations sur le TTIP, "un groupe de cinq pays européens, dont la France, propose l’instauration d’une juridiction d’exception européenne au service des entreprises souhaitant attaquer les décisions des Etats" alors même que le gouvernement français pointait les abus de l'arbitrage privé au cours des dernières semaines. Dans quelle mesure cela illustre-t-il la duplicité du gouvernement français vis-à-vis du "libéralisme" ? 

Christophe Bouillaud : Cette demande de la part des négociateurs français me parait, tout de même, bien étonnante dans un cadre européen, où, en principe, l’égalité de traitement juridique entre entreprises étrangères et entreprises nationales est déjà très largement garantie par tout le droit européen transcrit dans celui de tous les Etat membres. Pourquoi faudrait-il d’autres procédures ? Si les informations recueillies par Le Monde sont exactes, cela correspondrait surtout au fait que l’Etat français voudrait conserver pour les grandes entreprises françaises certains avantages liés à l’arbitrage privé inclus dans des traités bilatéraux entre Etats européens devenus de fait obsolètes avec l’élargissement. Cela n’explique donc pas tant la duplicité du gouvernement français vis-à-vis du ‘libéralisme’ que la présente symbiose entre grandes entreprises françaises et Etat. Il n’est pas sûr en effet que se ranger du côté des grands groupes qui disposent déjà d’un pouvoir de marché exorbitant soit très libéral. 

Pour autant, est-ce le propre du gouvernement actuel ? Dans quelle mesure du tournant de la rigueur de François Mitterrand en 1983 à aujourd'hui, le parti socialiste français, lorsqu'il est au pouvoir, promeut le néolibéralisme ? Sous quelles formes ?

Le PS, sous ses oripeaux parfois révolutionnaires pour concurrencer le PCF dans les années 1970, n’a jamais été hostile aux grands courants intellectuels qui ont marqué le capitalisme. Le "tournant de la rigueur" de 1983 ne marque du coup pas tant une rupture qu’une constante. Dans les années 1980, le néo-libéralisme l’a emporté partout en Occident. En France, la majorité de la direction du PS s’est inscrit sans grande difficulté dans ce courant, mais sans en informer clairement les militants et les sympathisants. C’est pourtant Mitterrand qui organisera même la propagande en sa faveur, avec la célèbre émission "Vive la Crise !" et la promotion de Bernard Tapie comme modèle économique puis comme allié politique. Plus généralement, ce sont les socialistes qui géreront la montée en charge du chômage,  la désindexation des salaires et des prix, la poursuite de la flexibilisation du marché du travail, et la poursuite de la déprise industrielle dans les régions de vieille industrialisation, pour assurer la "désinflation compétitive" qui devait enfin permettre la création de la monnaie unique européenne. Ajoutons, pour achever de rassurer les militants de gauche, qu’avec la CSG, M. Rocard invente à la fin des années 1980 en une sorte de "flat tax" (impôt proportionnel) parfaitement néo-libérale dans son esprit, mais sans le dire bien sûr, et qu’avec le RMI, il pose les bases d’un fonctionnement de l’économie où le taux de chômage peut augmenter autant que de besoin pour discipliner les salariés sans que les exclus (du marché du travail) aient trop lieu de se plaindre de leur sort. 

En allant plus loin, peut-on considérer à l'instar de Rawi Abdelal, professeur à Harvard, que "c’est le 'consensus de Paris' et non celui de Washington, qui est avant tout responsable de l’organisation financière mondiale telle que nous la connaissons aujourd’hui, c'est-à-dire centrée sur des économies donc les codes libéraux constituent le socle institutionnel de la mobilité des capitaux" ? Comment les Français ont-ils façonné l'orthodoxie néolibérale ? 

Les travaux de Rawi Abdelal montrent en effet le rôle décisif des hauts fonctionnaires socialistes dans l’accentuation de la libéralisation financière au milieu des années 1980. D’après lui, ce sont les Français qui ont insisté pour aller encore plus loin que ne l’étaient prêts en la matière les Anglo-saxons à l’époque. Ces derniers étaient en fait plus conscients des risques de la libéralisation financière que les Français. Il s’agit à la fois de faire en sorte que l’Etat puisse se financer sur les marchés financiers, et aussi de permettre l’expansion internationale des entreprises financières françaises, en particulier des grandes banques nationalisées en 1981-82. Cela correspond au fait que, dès cette époque, les hauts fonctionnaires, fussent-ils socialistes, croient beaucoup plus dans les vertus du marché que dans ceux de l’Etat, mais aussi au fait qu’ils sont pris dans le lien pour le moins étroit entre une partie de la fonction publique et les grandes banques. Comme l’a rappelé le sociologue B. Lemoine dans un ouvrage récent,  les hauts fonctionnaires, ceux de l’Inspection des finances, ont milité depuis les années 1960 pour que l’Etat se soumette aux fourches caudines des marchés financiers. Ils ont toujours été du parti de la monnaie stable, du parti de la défense de l’épargnant contre l’inflation. Le plein emploi n’est pas  vraiment leur préoccupation première. On retrouve d’ailleurs cette même façon de penser chez Benoit Coeuré, l’actuel membre français du Directoire de la BCE.

A quelle ambition politique répond cette stratégie libérale de la gauche française ?

Plutôt que de gauche française en général, il vaudrait mieux parler de stratégie libérale de la haute fonction publique ralliée au socialisme dans les années 1970 /1980, dont F. Hollande et sa fameuse "promotion Voltaire" de l’ENA représentent bien l’image publique.  Plutôt que de stratégie libérale, il vaudrait mieux parler de stratégie néo-libérale, car, contrairement au libéralisme (ou même à l’ordo-libéralisme des origines), elle néglige sciemment les rapports de pouvoir entre agents économiques et tend plutôt à privilégier au nom du marché les acteurs déjà puissants, acteurs qui sont souvent des affidés (comme l’a montré l’exemple de la création de CANAL+ dans les années 1980 par exemple).  Il s’agit là d’une stratégie de défense de la puissance de l’Etat et des grandes entreprises typique du capitalisme français, qui correspond en plus à celle d’un milieu de "capitalistes sans capital". Quand F. Hollande va signer des "grands contrats" à l’étranger, on a là une illustration caricaturale de cette stratégie de symbiose Etat/grandes entreprises. Elle peut tourner fort mal quand la grande entreprise que l’Etat soutient de toute sa puissance politique commence à faire des erreurs de gestion énormes, comme avec Areva par exemple.

Le défaut de cette stratégie est en plus d’être souvent fort contradictoire avec les aspirations à l’égalité de la base militante du PS - et de la gauche en général. En effet, un des vrais mystères politiques des 30 dernières années n’est autre que cette propension des militants et cadres intermédiaires du PS à accepter des dirigeants qui sont pour le moins aussi proches du grand monde économique que ceux de la droite classique. Certes, il faudrait compter tous les départs du PS depuis 1981 pour avoir une idée de la désillusion des militants, et, en même temps, cette magie semble marcher toujours. "Mon ennemi, c’est la finance", c’est le propos de meeting, et puis ensuite, quelques temps plus tard,  je nomme à la tête de la Banque de France un ancien responsable de la plus grande banque privée française. Pourquoi y a-t-il toujours eu depuis 1983 des militants et cadres intermédiaires pour se laisser prendre à ce tour de passe-passe ? En tout cas, cette illusion a toujours permis au PS de se refaire une virginité "anti-capitaliste" dans l’opposition. On peut en avoir une illustration ces temps-ci sur les réseaux sociaux avec toutes les déclarations de F. Hollande et autres responsables socialistes que les facétieux militants anti-‘loi El Khomri’ ont retrouvé lorsque ces derniers s’opposaient aux odieuses réformes libérales de la droite au pouvoir.

Propos recueillis par Emilia Capitaine

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 22/05/2016 - 07:44
Bâle I, Bâle II, Bâle III, bientôt Bâle IV...
et vous nommez ça le libéralisme financier???? Les banques sont pieds et mains liées à la BCE qui leur explique comment trader, comment emprunter, à quels taux, à qui prêter , toujours les plus riches, toujours les plus institutionnels, comment ne pas prendre de risques individuels, comment se référer à un carcan de normes et de contraintes, comment dénoncer au fisc les mouvements de fonds, comment utiliser les paradis fiscaux pour leurs transactions douteuses...et vous nommez ça le libéralisme????alors, vous n'avez rien compris au libéralisme, qui est l'inverse: moins de normes, moins de contraintes, moins de fiscalité, moins d'interventionnisme europeiste, moins de soumission au grand-frère américain...la méconnaissance du libéralisme par les analystes et journaleux biberonnés à la pensée unique ne O-marxiste aboutit à ce type d'article surréaliste...il y a du boulot!
Deudeuche
- 21/05/2016 - 08:54
Obama le veut
donc c'est bien. Cela résume la pensée libérale-libertaire mondiale!
Fondation pour l'innovation politique
- 20/05/2016 - 10:56
"Mais s’il est bien un
"Mais s’il est bien un argument fallacieux avancé par ses adversaires, c’est celui du caractère non démocratique du TTIP". Retrouvez l'article de Vincent Delhomme, pour le blog Trop Libre, sur http://urlz.fr/3qx2