En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

02.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

03.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

07.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 30 min 4 sec
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 1 heure 43 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 2 heures 1 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 2 heures 47 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 3 heures 21 min
décryptage > Environnement
Quel sale temps

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

il y a 3 heures 45 min
pépite vidéo > Insolite
Spectateurs virtuels
Denver Broncos : les personnages de South Park s'invitent au stade pour les matches de NFL
il y a 17 heures 43 min
pépites > Défense
Chemin de la paix...
L'Arménie saisit d'urgence la Cour européenne des droits de l'homme après les tensions militaires avec l'Azerbaïdjan
il y a 19 heures 24 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 57 min 58 sec
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 3 heures 23 min
décryptage > International
Il y a mis du temps

Et Macron osa (enfin) nommer le Hezbollah

il y a 3 heures 40 min
décryptage > International
Grand silence à l’Est

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

il y a 3 heures 48 min
light > Media
"En toute franchise"
Ségolène Royal va intervenir régulièrement sur le plateau de LCI dans le cadre d'un débat
il y a 18 heures 10 min
pépites > Politique
Candidature
Rachida Dati se confie dans la presse britannique sur son souhait de vouloir "gagner l'élection présidentielle de 2022"
il y a 19 heures 51 min
© Reuters
© Reuters
Autoroute pour l’emploi

Infrastructures publiques, le grand abandon : pourquoi la France se tire une terrible balle dans le pied en n’ayant jamais si peu investi dans ses équipements depuis 1955

Publié le 20 mai 2016
​Ringardisées par les ronds points et les ponts qui ne servent à rien, les dépenses d'infrastructures reviennent sur le devant de la scène​ en apportant de solides réponses au contexte économique du moment. A condition de bien comprendre les besoins réels du pays quant à l'aménagement du territoire.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
​Ringardisées par les ronds points et les ponts qui ne servent à rien, les dépenses d'infrastructures reviennent sur le devant de la scène​ en apportant de solides réponses au contexte économique du moment. A condition de bien comprendre les besoins réels du pays quant à l'aménagement du territoire.

Atlantico : De nombreux organismes internationaux, comme le FMI, plaident pour une relance des investissements d'infrastructure, en pointant notamment les faibles taux d'intérêts actuels et le fort potentiel de ce type d'aménagements, permettant de rehausser le potentiel de croissance de l'économie. Quelle forme pourrait prendre une véritable relance des dépenses infrastructures en France ?

Laurent Chalard : En premier lieu, la principale forme que doit prendre, à l’heure actuelle, la relance des dépenses concerne l’entretien des infrastructures existantes. En effet, le sous-investissement chronique sur le réseau routier public le rend indigne d’un pays développé dans un certain nombre de territoires, en particulier dans la métropole parisienne, où les trous sont désormais monnaie courante sur les grands axes autoroutiers, source d’accident. Il s’en suit l’émergence d’un réseau à deux vitesses, avec une fracture entre des autoroutes sous concession au secteur privé bien entretenues et le reste du réseau à l’entretien beaucoup plus aléatoire. Il en va de même pour le réseau ferroviaire, avec une opposition entre les petites lignes et les lignes classiques en piteux état, comme en a témoigné l’accident de Brétigny-sur-Orge, et le moderne réseau de LGV.

Parallèlement, la seconde forme de la relance pourrait concerner la création de nouvelles infrastructures dans les territoires où le besoin s’en fait ressentir, c’est-à-dire ceux qui connaissent une augmentation des flux de circulation liée à une importante croissance démographique et économique ou ceux qui souffrent d’une desserte en moyen de transports demeurant inadéquate alors qu’ils contribuent à la richesse nationale.

Concernant le territoire français, quelles sont les zones présentant le plus de potentiel pour ce types d'investissements ? Quelles sont les conditions permettant d'éviter le syndrome du "pont qui ne sert à rien" ? 

Laurent Chalard : Deux principales zones apparaissent potentiellement plus particulièrement concernées par ce type d’investissement. 

La première correspond aux grandes métropoles, qui concentrent la croissance, démographique et encore plus économique, et qui ont connu un sous-investissement certain dans le réseau routier, d’où une saturation, que ne peut remédier entièrement la politique (nécessaire) de développement des transports en commun. Par exemple, en Ile-de-France, aucun investissement routier majeur n’a été engagé depuis le bouclage du (très contestable) tunnel de l’A 86 dans l’ouest parisien. En région lyonnaise, l’autoroute transperce le centre-ville, ce qui constitue une anomalie pour une ville européenne de cette taille. Il conviendrait donc de déplacer cet axe. A Marseille, le périphérique n’est toujours pas fini. 

La deuxième zone correspond aux territoires périphériques productifs, c’est-à-dire des petites et moyennes villes qui contribuent positivement au produit national, du fait de la présence d’un tissu de PME et de PMI relativement important, mais dont la desserte routière (voire ferroviaire) n’est pas à la hauteur. Par exemple, Annonay en Ardèche, qui abrite l’usine d’Irisbus, produisant, entre autres, les bus de la RATP, n’est pas reliée par une voie rapide à l’autoroute A 7 et n’a aucune desserte ferroviaire avec la métropole lyonnaise, ce qui bride son développement économique alors que le dynamisme endogène y est impressionnant ! 

Il ne s’agit donc pas d’investir tous azimuts dans de nouvelles infrastructures dans des territoires où il n’y en pas besoin, qui finiront par être épinglées par la Cour des Comptes, contrairement à la politique menée dans les années 1980-90 au nom d’un égalitarisme territorial hexagonal exacerbé, mais d’orienter les investissements où les besoins se font réellement sentir. Dans ce cadre, il est nécessaire d’engager une réflexion poussée en amont de chaque projet, permettant une bonne prise en compte des potentielles conséquences pour le développement économique du pays.

Au regard des grands projets actuels, comme le tunnel Lyon Turin, quels sont ceux qui présentent le plus de potentiel de développement pour le pays ? D'autres projets ont-ils un intérêt particulier ?

Laurent Chalard : Le cadre d’une brève interview ne permettant pas une analyse exhaustive de tout ce qui devrait se faire (et ne pas se faire), nous proposons donc juste ici quelques pistes concernant des projets qu’il nous apparaît nécessaire d’étudier prioritairement.

Sur le plan routier, en Ile-de-France, il est primordial de transformer l’A 86 et la francilienne (non encore bouclée !) en périphériques dignes de ce nom, auxquels doivent s’ajouter de petits aménagements permettant de résorber les principaux points noirs. Dans la France Périphérique, si la construction des autoroutes a fait son temps, la mise en place d’une autoroute de l’espoir Valenciennes-Thionville, desservant des territoires très touchés par le déclin industriel, pourrait constituer un élément de redémarrage de la partie du territoire national la plus fragilisée.

Sur le plan ferroviaire, en-dehors de la LGV Bordeaux-Toulouse, qui s’inscrit dans l’optique de faire émerger un second axe de développement du territoire national non centré sur Paris, le second projet prioritaire est le Lyon-Turin, projet titanesque, qui doit être perçu comme le tunnel sous la Manche du XXI° siècle. En effet, s’il s’adosse à un réseau de transport adapté de part et d’autre de la frontière, il devrait permettre à la France de capter une partie du flux de marchandises considérables qui circule entre l’Europe du Nord-Ouest et l’Italie du Nord, qui pour l’instant passent essentiellement par la Suisse, qui en profite pleinement. Les gains économiques sont potentiellement considérables et pourraient permettre à Lyon de rehausser son statut à l’échelle européenne. 

Sur le plan fluvial, le canal Seine-Nord est indispensable car il permettra de connecter la capitale à la dorsale européenne, réduisant le nombre de camions sur les routes.


Selon les chiffres publiés par l'INSEE, l'investissement public en France est aujourd'hui à son plus bas niveau depuis 1955. Comment expliquer le faible intérêt des pouvoirs publics sur ces questions d'infrastructures ? Le pays est il victime d'un aménagement du territoire mal pensé par le passé, qui viendrait justifier la contestation ?​

Laurent Chalard : Les lois de décentralisation des années 1982-83 ont eu tendance à fragmenter la gestion du territoire, les politiques prenant le pas sur les techniciens, ce qui sous-entend que les grandes politiques étatiques, dont relèvent les infrastructures, qui furent menées par la DATAR pendant les Trente Glorieuses ne sont plus possibles aujourd’hui. Désormais, ce sont les intérêts particuliers, c’est-à-dire ceux de chaque élu local, qui dominent par rapport à l’intérêt général, c’est-à-dire celui de l’Etat. Les élus nationaux étant, en règle générale, aussi des élus locaux, il s’en suit une incapacité à hiérarchiser les priorités, l’intérêt politique dominant. Quand elles sont au pouvoir, la gauche et la droite financent les infrastructures pour les territoires qu’elles détiennent et non en fonction des besoins réels du terrain. 

La contestation, désormais quasiment systématique de tout projet d’infrastructure, à l’exception notable des territoires du Nord-Est paupérisés, est effectivement un héritage de la politique de développement des infrastructures tous azimuts des Trente Glorieuses, qui a conduit à détruire la qualité des paysages de certaines de nos régions et de nos villes. Pensons, par exemple, à ces autoroutes qui ont transpercé des villes comme Lyon, Angers ou Valence, situation très difficilement récupérable aujourd’hui. Il y a eu beaucoup de cathédrales dans le désert, de projets peu justifiés, de routes pénétrant dans les centres-villes…, d’où une méfiance justifiée pour tout nouveau projet, que seule la relance d’une politique d’aménagement du territoire animée par des experts (et non des énarques qui n’y connaissent rien) de la question permettrait de redorer le blason, sous réserve qu’il existe une volonté politique, ce dont rien n’est moins sûr.

Cependant, est-il pertinent de justifier économiquement une relance des dépenses d’infrastructures ? N’est-ce pas une stratégie en totale contradiction avec la nécessité de réduire les déficits publics ? Ou en est-on actuellement, en France, en termes de dépenses d’infrastructures ?

Nicolas Goetzmann : La question de la dépense publique ne doit pas être rejetée à priori. Ici, il s’agit de faire la distinction entre des dépenses de fonctionnement et des dépenses d’investissement. Et le fait est que l’investissement public français est au plus bas depuis 1955 lorsque l’on le rapporte au PIB du pays, et que l’année 2015 s’est encore soldée par une chute de 3.8% en valeur de l’investissement public par rapport à 2014. Plus spécifiquement, le budget initial de l’AFITF (Agence de financement des infrastructures de transport de France), en charge des infrastructures, a été amputé de 400 millions d’euros afin de financer les baisses d’impôts prévues pour cette année 2016. Au final les crédits de paiements au titre des "Infrastructures et services de transports" atteignent 3.2 milliards d’euros pour cette année 2016, soit une baisse de 0.5% par rapport à l’année 2015. Soit l’équivalent de 0.14% du PIB, ou de 0.26% de la dépense publique. C’est-à-dire un chiffre ridicule. Les crédits affectés à l’entretien du réseau routier sont inférieurs de 50% aux besoins, ce qui entrainera mécaniquement une dégradation de ce patrimoine. 

Concernant l’opportunité d’investir dans les infrastructures, le contexte économique actuel aurait dû inciter les pouvoirs publics à se précipiter dans cette voie. En premier lieu, et selon de nombreux rapports économiques, chaque euro investi dans les infrastructures de transport permet de gonfler le PIB potentiel du pays. En second lieu, le fait est que l’investissement public est une puissante courroie de transmission favorisant la croissance de l’investissement privé. Enfin, il est également important de rappeler que les niveaux de productivité des pays sont fortement corrélés à leur niveau d’équipement. Une étude réalisée à la fin des années 80 démontrait que la chute des niveaux de productivité au cours des années 70 et 80 s’expliquait, à 57%, par la baisse des investissements en infrastructure. 

Concernant la lutte contre les déficits, il s’agit d’un faux problème en l’espèce. Puisque ce type de dépenses permet d’augmenter le potentiel économique du pays, l’accroissement de la productivité, et la hausse de l’investissement privé, elles apportent un gain réel qui, si les dépenses sont soigneusement choisies, est supérieur au coût. De plus, avec des taux d’intérêts aujourd’hui proches de 0, il s’agit d’une extraordinaire opportunité pour les pouvoirs publics. 

De plus, selon une étude réalisée par le Brookings Institute au cours de ce mois de mai 2016, il apparaît que les emplois créés dans le cadre des travaux d’infrastructures ne nécessitent pas un haut niveau de qualification, pour 93% d’entre eux. Ce qui signifie que les catégories de population les plus touchées par le chômage seraient susceptibles d’être embauchées dans le cadre d’un plan de relance par la voie des infrastructures. Ce sont justement ces mêmes emplois qui ont été touchés par la mondialisation ou par l’automatisation des taches. Ce qui permettrait également de former ces personnes à de nouveaux emplois, et d’apporter une véritable réponse au taux de chômage des personnes les moins qualifiées. 

Enfin, les entreprises françaises sont des leaders mondiaux en termes d’infrastructures, et celles-ci seraient ainsi largement mises à contribution par de tels projets. 

Au regard de l’ensemble de ces bienfaits, il est parfaitement aberrant de constater que cette piste a été écartée par le gouvernement. Il s’agit d’une opportunité incroyable, par un seul canal, de provoquer de nombreux effets bénéfiques pour l’économie et la société française. Et ce, pour un coût 0. Le seul effort à faire est de sélectionner correctement les dossiers qui ont un véritable sens économique, pour éviter de répéter certains épisodes malheureux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pessimiste actif
- 19/05/2016 - 18:38
HALTE AUX TRAVAUX!!!...
Le BTP est le lobbie le plus nuisible de France, avec celui de la promotion immobilière...
Une petite vidéo bien vue à l'époque ou EDF voulait reverdir son image:
https://www.youtube.com/watch?v=rs0-CTZl68M
moneo
- 19/05/2016 - 16:15
Avec ce titre j'étais sûr de retrouver mr Goetzmann
l'Etat a transféré aux collectivités les routes et bien d'autres choses mais n'a pas diminué son train de vie pour autant....la solution serait pour le collectivités d'emprunter pour profiter des conditions exceptionnelles d credit ,oubliante les les collectivités sont déjà bien endettées et pour certaines surendettées...A part les entreprises capitalistes de connivence qui en seraient ravies, je trouve dégueulasse de charger la barque fiscale de nos descendants au prétexte que les intérêts sont bas alors que c'est le capital qu'il faudra bien rembourser.
Mais je perds mon temps , il faut continuer à dépenser l'argent que l'on a pas et qui n'existe que par un pyramide d Ponzi créée avec les banques centrales
Olivier62
- 19/05/2016 - 10:27
Un pays paralytique
Bon article, mais qui oublie l'essentiel, à savoir le sabotage délibéré de tous les atouts de notre pays par une oligarchie d'incapables corrompus, qui ont dans la tête la vision anti-nationale du mondialisme. Sur la région parisienne la situation est devenue honteuse, avec pour seul axe cohérente le (très) vieux périphérique et la A86, faite de bouts de routes rafistolés. Il n'y a même pas une autoroute de contournement de la région parisienne dans son ensemble, qui permettrait de déplacer le trafic entre le sud-ouest et le nord de l'europe !