En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 2 heures 3 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 7 heures 48 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 8 heures 49 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 9 heures 52 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 11 heures 23 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 11 heures 25 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 11 heures 26 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 4 heures 30 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 6 heures 17 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 8 heures 29 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 9 heures 10 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 10 heures 37 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 10 heures 54 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 11 heures 23 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 11 heures 27 min
Anniversaire

100 ans après, le très décrié accord Sykes-Picot est-il le bouc-émissaire facile du nationalisme arabe ?

Publié le 16 mai 2016
Il y a 100 ans, la France, la Grande-Bretagne et la Russie se sont partagés le Moyen-Orient. Et si tout venait de là ?
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a 100 ans, la France, la Grande-Bretagne et la Russie se sont partagés le Moyen-Orient. Et si tout venait de là ?

Le 16 mai 1916, la France et la Grande-Bretagne, avec l'aval de la Russie, ont signé un accord, par l'entremise de leurs représentants Sir Mark Sykes et François Georges-Picot, se répartissant des zones de contrôle et d'influence au Moyen-Orient. L'Empire ottoman venait de rejoindre la Première Guerre Mondiale du côté de l'Allemagne ; en cas de défaite de la Triple Alliance, les deux plus grands empires coloniaux de la planète avaient prévu de se répartir ces territoires.

A entendre certains, Sykes-Picot est la source de presque tous les problèmes actuels du Moyen-Orient. L'impérialisme des puissances occidentales aurait empêché l'émergence d'entités politiques saines et durables. Le tracé des frontières à la serpe aurait mélangé les peuples, les ethnies et les cultures, et aurait favorisé l'émergence de dictateurs. Selon Rami Khouri, de l'Université américaine de Beyrouth, "pour les Arabes, Sykes-Picot est un symbole d'une doléance beaucoup plus large contre la tradition coloniale ; symbole de tout un siècle pendant lequel les puissances occidentales ont joué avec nous et étaient impliquées militairement dans la région". La réalité derrière le symbole est sans doute plus complexe... 

Un accord rattrapé par l'Histoire

Comme le rappelle The Economist, la première chose à retenir est que le Moyen-Orient actuel ne ressemble que vaguement au tracé déterminé par MM. Sykes et Picot. Beaucoup de choses se sont passées entre temps. Les Turcs, sous la direction de Mustafa Kemal Atatürk, ont expulsé les troupes étrangères de l'Anatolie. Mossoul, d'abord donnée aux Français, fut prise par la Turquie, puis par les Britanniques, et agrégée à ce qui deviendrait l'Irak. La dynastie hashémite fut expulsée de ses fiefs à la Mecque et Médine, promise par les Britanniques, par une famille d'obédience musulmane wahhabite, les al-Saoud, soutenus par le Royaume-Uni, puis d'Irak en 1956, ne leur laissant plus que la petite Transjordanie - aujourd'hui tout simplement la Jordanie.

La Palestine devait être gérée sous mandat international. Malgré les efforts des Britanniques d'en exclure les juifs, ceux-ci ont réussi à y prendre un petit Etat, et à l'agrandir, malgré la volonté d'extermination de tous leurs voisins.

La logique impérialiste de sphères d'influence des deux empires européens fut vite remplacée par une autre logique d'ingérence, celle de la Guerre froide. Le Moyen-Orient s'est vite divisé entre Etats clients de l'Union soviétique, et ceux clients des Etats-Unis.

Si le Moyen-Orient a été victime de manipulation, ce n'est pas tant de l'accord Sykes-Picot en tant que tel que des promesses contradictoires faites par les Britanniques à la France, aux Arabes et aux Juifs. La Grande-Bretagne n'avait jamais voulu respecter les sphères d'influences françaises ; elle avait promis aux Arabes un grand royaume hashémite dirigé depuis Damas et a préféré diviser pour mieux régner ; si elle a promis aux Juifs de favoriser l'établissement d'une nation juive en Palestine par la déclaration Balfour de 1917, elle a empêché par la suite l'émigration juive en Palestine - y compris celle de Juifs fuyant la Shoah.

Une logique impérialiste millénaire

Comme le rappelle Tony Badran, chercheur à la Fondation pour la défense des démocraties (LIEN), l'impérialisme au Moyen-Orient n'est pas arrivé avec l'accord Sykes-Picot. La tradition impérialiste dans la région date presque des débuts de l'histoire - déjà Babylone et l'Egypte des pharaons jouaient aux empires il y a plus de 2000 ans dans la région, et on voit dans la Bible comment le royaume de Judas était déjà un pion dans des jeux impérialistes d'influence. Les Français et les Britanniques n'ont voulu que remplacer les Ottomans.

L'Occident, bouc-émissaire facile du nationalisme arabe

Démoniser l'étranger et son ingérence est toujours une stratégie politique facile. La mouvance du nationalisme arabe qui a émergé après la décolonisation et a visé à créer un Etat arabe uni et moderne a aujourd'hui échoué, pour de nombreuses raisons. On peut citer les querelles de personnes - qui de Kadhafi, Nasser, Saddam Hussein ou du roi d'Arabie saoudite serait le dirigeant de cette Arabie unie ? On peut citer l'incapacité de dictatures militaires à mobiliser les forces du peuple. On peut citer, surtout, comme on le voit en Syrie et en Irak, l'existence de myriades de peuples, d'ethnies, d'obédiences religieuses et culturelles fractieuses qui, depuis des siècles, ne s'accordent pas ensemble.

Selon le Weekly Standard, le nationalisme arabe a cherché à unifier ces peuples avec l'idée d'une langue et d'une histoire commune (pas d'une religion, puisque le nationalisme arabe d'après-guerre était socialiste et laïc), et a préféré faire poser la responsabilité de l'échec à réaliser cette vision sur l'ingérence étrangère et l'impérialisme européen, américain ou soviétique (ou israélien, c'est-à-dire juif), plutôt que sur les causes internes.

Si l'ingérence des puissances occidentales au Moyen-Orient est une réalité, c'est également une réalité à deux sens. Si Nasser, dirigeant de l'Egypte, a cherché à devenir un Etat-client de l'Union soviétique, c'était également pour obtenir une puissance militaire - des armes et un entraînement modernes pour ses troupes - qu'il ne pouvait pas acquérir par ses propres moyens, au service d'un pan-arabisme qui n'aurait que Nasser comme leader.

100 ans après, Sykes-Picot apparaît donc, non comme le déclencheur ou la cause principale, mais comme un élément parmi d'autres de ce qu'il faut appeler la terrible tragédie du Moyen-Orient.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Nap4
- 17/05/2016 - 13:57
@Ganesha.
Le droit à l'autodétermination des peuples existe. Même sur Atlantico. C'est donc aux peuples de ces régions de décider ou non s'il doivent créer des pays sunnite, Chiites, allaouïtes, Coptes, orthodoxes, etc. Si nous devions intervenir, il nous en serait fait aussitôt le reproches. Maintenant, je vous l'accorde, la création de ces "états" est franchement mal partie...
Ganesha
- 17/05/2016 - 11:00
Evidence
Il y a cent ans, à l'époque de l'accord Sykes-Picot, on ne s’intéressait pas encore vraiment au pétrole et ces pays désertiques étaient peuplés de nomades élevant des moutons... Ce qui est désolant, c'est que ni les diplomates qui se réunissent à Vienne, ni les articles qui paraissent sur Atlantico, ne parviennent à imaginer cette idée simple, lumineusement évidente : il faut maintenant créer des pays sunnites et d'autres chiites. Faut-il vous faire une liste de la recomposition de nombreux états européens en fonction de critères linguistiques ou religieux ?
Paul Emiste
- 17/05/2016 - 08:20
Ouaip...
Mais par contre ils sont bien contents de leurs frontières quand on trouve du pétrole sur leurs territoires.