En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 11 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 15 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 16 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 17 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 17 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 18 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 18 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 20 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 14 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 15 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 16 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 17 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 17 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 18 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 18 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 19 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 20 heures
© Reuters
© Reuters
Quiproquo

Pourquoi Nicolas Sarkozy a brusquement décidé de changer les règles de vote de la primaire de la droite et du centre

Publié le 05 mai 2016
Mardi soir, en Bureau politique, l'ex-chef de l'Etat a fait voter un changement de règle qui a irrité tous ses concurrents. Décidant que les Français de l'étranger voteraient non par voie électronique mais par bulletin secret, il a créé un nouveau psychodrame. Mais il se dit ouvert à une réflexion collective.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi soir, en Bureau politique, l'ex-chef de l'Etat a fait voter un changement de règle qui a irrité tous ses concurrents. Décidant que les Français de l'étranger voteraient non par voie électronique mais par bulletin secret, il a créé un nouveau psychodrame. Mais il se dit ouvert à une réflexion collective.

Trop c'est trop. Cette fois, Nicolas Sarkozy serait allé trop loin? C'est ce que clament, en cœur, ses opposants à la primaire. Des opposants pourtant rarement unanimes et rarement frondeurs. Mais cette fois, ils qualifient ce changement des règles de la primaire, voulu par Nicolas Sarkozy, "d'acte inacceptable", chez Bruno Le Maire, "de coup de force" pour Alain Juppé.

Frédéric Lefebvre, lui, en est tombé de sa chaise lorsqu'il a découvert l'information jeudi soir via Twitter. Alors que le Bureau politique des Républicains ne réunissait ce jour-là que quelques cadres, Nicolas Sarkozy a décidé de mettre aux voix deux modifications des règles de la primaire. L'ancien chef de l'Etat a souhaité revenir sur le principe, pourtant acquis, selon lequel les Français de l'étranger voteraient par Internet. Il a demandé ensuite aux membres du BP d'augmenter le plafond des dépenses autorisées par candidats. Et peu importe si la décision est attaquable puisque le quorum n'est pas atteint faute de participants.

Devant son ordinateur, Frédéric Lefebvre n'en croit pas ses yeux. Rien n'avait été signalé à l'ordre du jour, pourtant la modification n'est pas anecdotique. "95% des gens qui ont l'intention de voter n'iront pas si on leur impose de se déplacer", affirme son entourage qui rappelle qu'une circonscription comme celle de Frédéric Lefebvre compte deux pays, les Etats-Unis et le Canada. La deuxième circonscription, pas moins de 33 pays d'Amérique latine. La 9ème, 16 pays d'Afrique. "Le vote à l'urne peut marcher dans les villes mais ailleurs, impossible", souligne un proche du député.

L'affaire a d'ailleurs été mûrement réfléchie. Une semaine plus tôt, Brice Hortefeux a reçu l'ordre de réserver sa journée pour préparer le BP et a annulé tous ses rendez-vous. "Les autres candidats auraient dû assister à la réunion car ils savaient qu'il y avait un flou sur le vote des Français de l'étranger", souligne-on dans l'entourage de l'ancien chef de l'Etat. En effet, le guide électoral de la primaire se contredit. Si à l'article 8 le vote électronique est bien acté, un peu plus haut il est expressément écrit : "Pour les Français établis hors de France, le scrutin est organisé par voie électronique…  (en attente du vote d’approbation du Bureau Politique de "Les Républicains")". Le diable est dans les détails. Mais la discussion était dès lors légitime. L'ancien Président a donc expliqué qu'il ne souhaitait pas faire de différence entre les Français de métropole et ceux de l'étranger, qu'il ne souhaitait pas qu'il y ait rupture d'égalité. Benoist Apparu, proche d'Alain Juppé, s'est opposé à ce point de vue. Nicolas Sarkozy a donc procédé au vote, qu'il a emporté.

Une victoire certes mais à la Pyrrhus, car les autres concurrents se sentent trahis. Furieux de n'avoir pas été prévenus et de n'avoir pas pu défendre leur point de vue. Et ils n'entendent pas laisser passer ce qu'ils considèrent comme une nouvelle sortie de route. D'autant que ce n'est pas la première. "Nicolas Sarkozy a déjà modifié les conditions de parrainage en imposant que seuls les députés de droite puissent parrainer un candidat alors que ça n'est pas ce qui avait été prévu par le comité d'organisation de la primaire. Puis il a imposé l'idée que les partis qui souhaitent présenter un candidat soient agréés par le BP. Bref, Nicolas Sarkozy change les règles dès qu'elles ne lui conviennent pas", souligne-t-on dans l'entourage d'un candidat.

D’où l'idée de certains petits candidats de réclamer, eux aussi, leurs propres changements de règles. Certains imaginent se rallier à Geoffroy Didier qui propose que les candidats qui ont de nombreux parrainages n'en gardent que le nombre nécessaire à être sélectionné afin que les petits candidats puissent se partager les autres.

Les poids lourds qui avaient, jusqu'ici, gardé le silence "tant que les décisions étaient fondées", sont, eux aussi, montés au créneau. "Nicolas Sarkozy est allé trop loin", souffle l'entourage de l'un d'entre eux qui a écrit à Anne Levade, la présidente de la Haute Autorité. Le courrier tient en deux points : "défendre l'idée que les Français de l'étranger ont, eux aussi, le droit de participer" et exiger "qu'Anne Levade prenne ses responsabilités". "C'est à la Haute Autorité d'être garante de la bonne organisation de la primaire, c'est pour ça qu'elle bénéficie d'un financement propre, de locaux et qu'elle s'est constituée en micro-parti", souligne-t-on.

Pas question, pour les concurrents de Nicolas Sarkozy, de s'accrocher au simple fait que le BP n'était pas légitime à voter car les participants n'étaient pas assez nombreux. "On ne va pas entrer dans quelque chose de juridique, l'idée est de faire pression pour que Nicolas Sarkozy revienne sur sa décision, simplement", explique l'un d'eux.

Dans l'après-midi, la Haute Autorité prenait le relais, publiant un communiqué afin de rappeler que l'idée d'un vote papier est une nouveauté dans les discussions bien que cette disposition soit prévue par la Charte. Et tout en rappelant qu'elle est soumise au respect de la Charte, la Haute Autorité rappelle les difficultés posées par un vote par bulletin papier, notamment dans des Etats qui interdisent les scrutins à caractère politique. Dans le même temps, Nicolas Sarkozy amorçait une légère marche arrière. "Il est soucieux que tout se passe bien, il n'a aucun intérêt à ce qu'il y ait un psychodrame. Il est donc ouvert à l'idée de réfléchir ensemble, mais il ne faut pas oublier qu'il y a eu un vote", tempérait son entourage qui soulignait le désintérêt des autres candidats tous absents mardi soir.

Mais pourquoi avoir pris le risque de se mettre à dos ses concurrents, les députés des Français de l'étranger et les Français de l'étranger eux-mêmes ? Le gain électoral n'est pourtant pas majeur. Nicolas Sarkozy souhaitait-il occulter l'autre modification du jour, l'augmentation du plafond des dépenses réservées à chacun des candidats ? Dans l'entourage de Bruno Le Maire, on ne croit pas à cette hypothèse. "Un million 5 ça n'est pas énorme, c'est même tout à fait raisonnable, on n'avait pas l'intention de s'y opposer".

Beaucoup pensent que si les Français de l'étranger ne pèsent que quelques centaines de milliers de voix, n'étant pas majoritairement favorables à l'ancien Président, celui-ci a quand-même voulu en limiter le poids. Pour certains candidats à la primaire, Nicolas Sarkozy, distancé dans les sondages, a été pris de panique. "C'est la fin de règne", voulait-on croire dans un état-major. En effet, selon un sondage TNS Sofres pour le Figaro Magazine, la cote de confiance de Nicolas Sarkozy est au plus bas. En un mois, il a perdu 10 points chez les sympathisants de son parti (48 %) et se retrouve derrière François Fillon (54 %). Mais l'ancien chef de l'Etat a entamé la reconquête. Ironie de l'histoire, ou pas, il était hier soir au Chili reçu par les Français de l'Etrangers. Aujourd'hui, il sera en Argentine, invité par les mêmes. Une preuve qu'ils ne lui en veulent pas trop?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
chamouton
- 18/05/2016 - 08:42
Cachez ces primaires que le ne saurais voir.
Une fois de plus, Nicolas Sarkozy tente de saper les primaires, dont il aurait aimé s'affranchir. C'est un homme qui n'a pas de convictions propres, mais qui surfe sur l'actualité. Ses déclarations servent uniquement ses intérêts personnels. Un jour il promet d'abroger la loi Taubira pour amadouer Sens Commun, et quelques mois plus tard, il écrit dans son livre qu'il ne le fera pas. En 2012, il affirme que si il est battu, il arrête la politique, et aujourd'hui il nous fait le coup de l'homme providentiel pour justifier son reniement. On pourrait allonger la liste car chez lui, tout est tactique politicienne. La France a besoin d'un Chef d'Etat, pas d'un agité imprévisible.
Mamounette
- 06/05/2016 - 18:14
La Charte et le Guide suite
"Un peu interloquée par tout ce chahut inattendu, Anne Levade, présidente de la Haute Autorité, tente d'expliquer la modification de la charte de la façon suivante : « En novembre, il a été acté qu'un vote électronique était souhaitable. Cela devait être formalisé par le vote du bureau politique. On m'avait dit que cela avait été voté, raison pour laquelle nous avions modifié la charte sur le site de la Haute Autorité. Pour moi, il n'y avait pas d'ambiguïtés. Nous ne pouvons qu'attirer l'attention sur les très grandes difficultés d'un vote papier pour les Français de l'étranger. » À l'entendre donc, l'instance juridique de la primaire devrait donner raison aux adversaires de Sarkozy et conseiller un vote électronique. En attendant, le chef de LR aura réussi à faire perdre un temps précieux aux organisateurs du scrutin".
(Source : Le Point du 04/05/2016)
En conclusion, pour ma part, les participants au vote doivent voter de la même façon : papier ou électronique. En province , certains auront des kms à faire pour aller voter. Dans des cas similaires, le Conseil Constitutionnel a toujours dit qu'il devait avoir égalité entre les citoyens, donc vote électronique pour tout le monde.

Mamounette
- 06/05/2016 - 18:06
La Charte et le Guide
La Charte de la primaire : article 6 : DÉROULEMENT DU SCRUTIN
1. Le scrutin, organisé au moyen de bulletins papier, se déroule, en métropole, dans les territoires d’outre-mer et à l’étranger, dans des bureaux de vote dont la liste est arrêtée par la Haute Autorité.
Guide Électoral : 1.2. DATE DE L’ÉLECTION : Pour les Français établis hors de France, le scrutin est organisé par voie électronique sur un site Internet dédié ouvert pendant une période de vingt-quatre heures du samedi 19 novembre 2016, 19 heures (heure de métropole) au dimanche 20 novembre 2016, 19 heures (heure de métropole). (en attente du vote 1.3. LISTE ÉLECTORALE
1.3.1. Liste électorale générale Le vote des Français établis hors de France se déroulant par voie électronique, leur participation au scrutin
est subordonnée à une préinscription (art. 6, § 1 de la Charte de la Primaire ; voir point 8.2 du présent guide électoral. (en attente du vote d’approbation du Bureau Politique de « Les Républicains )
La question : où est l'approbation du Bureau politique de Les Républicains.