En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 1 heure 58 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 4 heures 19 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 6 heures 11 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 8 heures 39 sec
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 8 heures 34 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 8 heures 54 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 9 heures 9 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 9 heures 47 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 10 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 1 heure
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 4 heures 9 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 6 heures 6 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 7 heures 32 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 8 heures 43 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 10 heures 35 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 53 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 2 heures
La semaine Goldnadel

La perte de son triple A sera-t-elle suffisante pour que la cigale française se rende à la raison de la fourmi allemande ?

Publié le 17 janvier 2012
Cette semaine, Gilles-William Goldnadel revient sur la perte du triple A français et explique pourquoi l’Allemagne n'a pas été dégradée.
Gilles-William Goldnadel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles-William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il fut le défenseur des accusés dans les affaires Sentier I et Sentier II, ainsi que dans l'Angolagate. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine, Gilles-William Goldnadel revient sur la perte du triple A français et explique pourquoi l’Allemagne n'a pas été dégradée.

Si on veut tenter de comprendre pour quelles raisons l’Allemagne a conservé son triple A, à l’instar de la plupart des pays de l’Europe du Nord, et non la France et l’Europe méridionale, je recommande la lecture et la relecture de deux ouvrages économiques, plutôt que l’écoute du dernier discours convenu de François Hollande.

Alain Peyrefitte, dans sa Société de confiance (1995) expliquait déjà la supériorité du septentrion huguenot, rigoureux jusqu’à l’ennui, sur des cigales ultramontaines et lyriques s’en remettant magiquement à un Etat-baudet, chargé bien vite de tous les péchés.

Mais au début de cette année, l’excellent Alain Mathieu, président de Contribuables Associés, qui a publié (aux Editions du Cri) Ces mythes qui ruinent la France répond à la question posée. Morceaux choisis, puisés dans un sous-chapitre intitulé « le défi allemand » :

A plusieurs reprises, le Président de la République a cité la différence considérable de dépenses publiques entre la France et l’Allemagne, 150 milliards d’euros.
En août 2010, il a demandé à la Cour des Comptes une comparaison entre la France et l’Allemagne « sur l’ensemble des prélèvements obligatoires » en vue « d’une décision pour aller vers davantage de convergence fiscale ».
La Cour a donné la liste des principaux prélèvements français qui n’existent pas en Allemagne : taxe d’habitation, taxe professionnelle, ISF, taxe sur les salaires, versement transport, taxe d’apprentissage, 1% logement, 1,6% pour la formation etc. l’Allemagne n’a que 55 prélèvements obligatoires alors que la France en a plusieurs centaines.
La Cour a constaté qu’en France les charges sociales patronales sur les salaires sont le double des allemandes, que les impôts sur les entreprises sont deux fois plus élevés en France et les impôts sur le capital quatre fois plus. Elle en a aussi relevé la conséquence : « la rentabilité des PME allemandes du secteur industriel atteint presque le double de celle des PME françaises ».
Aucun rapport n’a cherché à analyser en détail la différence des dépenses publiques entre les deux pays, qui s’élevait pourtant à 10% du PIB en 2010. D’après les prévisions de la Commission Européenne, la différence était de 10,5% du PIB en 2011, soit 212 milliards d’euros.

Il suffit de se rendre sur le site Web de l’OCDE, explique Mathieu, pour connaitre la différence entre les dépenses publiques de la France, très supérieure à celle de l’Allemagne.
Depuis 1990, le nombre de fonctionnaires allemands est passé de 6,7 à 4,5 millions.
Si elle avait le même nombre de fonctionnaires que l’Allemagne par habitants, la France en aurait 1,5 millions de moins.
Toujours d’après l’OCDE, les salaires des fonctionnaires étaient en 2010 de 259 milliards en France et 182 milliards d’euros en Allemagne. 

D’autre part, les horaires de travail sont sensiblement supérieurs en Allemagne. Les 35 heures par semaine sont inconnues. L’absentéisme des fonctionnaires n’y est pas plus élevé que celui des salariés du secteur privé, alors qu’en France il est le double, 12% contre 6%…
Parmi des exemples à foison, Mathieu explique que les Allemands ont privatisé la moitié de leur HLM, qu’ils ont égalisé les tarifs de remboursement entre hôpitaux publics et privés, et qu’ils ont nettement moins de dépenses sociales, notamment parce qu’ils partent en retraite plus tard.
Bien entendu, je n’ose comparer l’attitude des syndicats allemands, pourtant  légendairement combatifs, à nos castes corporatives idéologisées et prévariquées.

Il aura fallu que les cigales françaises entendent les fracas du tonnerre qui précède l’Apocalypse, pour qu’elles se résignent, mais combien tard, à retrouver le Nord.
Si Nicolas Sarkozy avait, dès le début de son mandat, voulu appliquer les recettes que l’évidence économique et financière imposait, sa témérité politique l’aurait probablement perdu.
Les cigales, médiatiques, syndicales, politiques, auraient couvert de leurs cris stridents tout discours austère de raison.
Car en France, au rebours de l’Allemagne, la rigueur demeure un gros mot. Pas une vertu.

Ayant évoqué les corporations idéologiques à la française, la dernière saillie de Mailly sur le « national-socialisme » associé au FN, laisse à penser que les organisations syndicales ne sont pas plus calées en histoire-géographie qu’en économie.

Bergeron, réveille-toi, ils sont devenus fous !

La gauche morale revient

Pierre Joxe, mercredi matin, invité de France Inter. L’ancien garde des sceaux est désormais « défenseurs des enfants », entendez, avocat de jeunes délinquants. Suit un festival de poncifs éculés sur le rapport indiscutable entre pauvreté et criminalité (notre éminence de droit héréditaire n’a manifestement pas eu le temps de prendre connaissance des travaux de notre ami Xavier Raufer qui prouvent exactement le contraire), et de références lyriques au père Hugo.

Lorsque Patrick Cohen, fleuron de la gauche médiatique, l’interroge avec retenue mais intelligence, sur l’éventuelle modification de l’ordonnance de 1945 sur les mineurs, compte tenu de ce que les jeunes ne sont plus les mêmes, l’ancien ministre s’esclaffe. Certainement pas en pensant à ces jeunes de 11 ans mis en examen pour viol, ou à ceux de 17 ans arrêtés avec des Kalashnikov. Lorsque le même intervieweur, évoque les noms de Ségolène Royal ou de Julien Dray, pour lui opposer une certaine conception sécuritaire chez les socialistes, Joxe vitupérant, manque de se signer, et le rassure avec hauteur : le Parti est derrière lui. Au secours, la gauche morale revient !

Encore quelques émissions comme celle-là, et Sarkozy n’a plus besoin de faire campagne.

A cet humanisme de pacotille, j’opposerai sans complexe celui de mes amis de l’Institut Pour la Justice, qui de manière plus ingrate et sans doute moins esthétique, militent, par exemple, pour une responsabilisation financière des parents des mineurs délinquants de moins de 14 ans. Faut-il rappeler que ce sont principalement des enfants qui sont victimes de la délinquance des mineurs ? Il m’arrive, salaud que je suis, de les défendre.

Regard sur l’Afrique du Nord, à ce qu’il parait, libérée de ses chaines

En Libye, Omar el Béchir, visé par un mandat international pour crimes contre l’humanité et génocide au Darfour, est accueilli en héros par un gouvernement islamiste, en passe d’être dépassé par des milices djihadistes.

En Tunisie, le chef  du Hamas est accueilli comme un chef d’Etat par les hommes de l’Ennahda, phagocytée par les salafistes, aux cris de « Mort aux juifs ! ». Silence respectueux dans la presse française - à commencer par le pourtant vétilleux Le Monde - à l’exception notable mais tardive du Figaro, de LCI et de Nicolas Beau de Marianne. Silence tout aussi remarquable du Quai d’Orsay.
Dans le Figaro du vendredi 13, Renaud Girard écrit, comme souvent, un remarquable article qui ne brille pas par l’optimisme. Il conclut ainsi : « Les occidentaux ne peuvent désormais que regarder sans agir, tant l’échec de leur expérience de « nation building » en Irak les condamne au silence en terre d’islam ». Assurément. Mais doivent-ils également se bâillonner volontairement en terre que l’on osera nommer judéo-chrétienne ? Sous peine d’être complices du massacre du printemps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
fms
- 19/01/2012 - 10:44
@sheldon
le cour des comptes indique sur les 500 milliards, 150 à cause de la crise et 350 pour les mesures fiscales prises dans la loi TEPA.
Privatiser les bénéfices et partager les pertes : la grande idée du quinquennat que Sarkozy a mis en œuvre avec efficacité, la TVA sociale vient boucher le gouffre financier laissé par le bouclier fiscal !
titine
- 18/01/2012 - 17:56
L'affaire grec n'est pas encore finie
Même si on n'en parle plus... Et pourtant ! Au premier "accroc", c'est la chère Allemagne qui saute ! L'avenir n'est écrit nul part...
Mani
- 18/01/2012 - 10:26
@DEL
"Oubliés dans la démonstration... Les centaines de milliards de privilèges fiscaux des riches..." Attendez... vous ne voulez pas plutôt dire "Les millions de milliards de privilèges fiscaux des riches" ? C'est marrant quand on balance n'importe quel chiffre au hasard pour donner un poids illusoire à son propos.