En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

06.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 13 heures 21 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 17 heures 59 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 18 heures 48 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 19 heures 25 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 20 heures 3 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 20 heures 40 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 21 heures 9 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 21 heures 49 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 22 heures 10 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 22 heures 36 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 16 heures 20 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 18 heures 13 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 19 heures 10 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 19 heures 42 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 20 heures 17 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 20 heures 59 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 21 heures 12 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 22 heures 7 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 22 heures 16 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 22 heures 38 min
© Reuters
© Reuters
Or noir

Réunion de Doha sur le pétrole : déjà 315 milliards de dollars évaporés pour les pays producteurs

Publié le 17 avril 2016
Les pays exportateurs ont perdu des centaines de milliards de dollars – jusqu'à 20% de leurs réserves financières – à cause de l'effondrement des prix du pétrole, et accusent des déficits budgétaires qui les conduisent à des mesures d'austérité
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les pays exportateurs ont perdu des centaines de milliards de dollars – jusqu'à 20% de leurs réserves financières – à cause de l'effondrement des prix du pétrole, et accusent des déficits budgétaires qui les conduisent à des mesures d'austérité

Rendez-vous crucial à Doha. Pour la première fois depuis quinze ans, un sommet prévu ce dimanche 17 avril pourrait déboucher sur un accord visant à stabiliser la production d’une coalition allant au-delà de l’OPEP. "Face à la vertigineuse chute des prix du brut, tombés fin janvier à leur plus bas niveau depuis douze ans, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a appelé d’autres Etats à la rescousse", relève Le Monde. C'est exceptionnel.

Cette union sacrée a un but : faire remonter les prix. Mais plusieurs experts doutent qu'un éventuel accord ait un impact significatif sur un marché pétrolier. De même, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a prévenu qu'un accord à Doha aurait un "impact limité" sur l'offre.

La situation est pourtant urgente pour les pays exportateurs. Alors qu'en juillet 2008, le prix du baril frisait les 150 dollars et qu'on prédisait des bonds à 250, 300 dollars – voire au-delà ! – les cours se sont effondrés depuis l'été 2014, à moins de 30 dollars le baril aujourd'hui. Le ministre saoudien parle même de l'éventualité d'un baril à 20 dollars !

"La chute d'environ 60% des cours du brut depuis juin 2014 a été causée par une surabondance de l'offre, consécutive à une forte augmentation de la production de pétrole non conventionnel, dont le pétrole de schiste américain, et le refus par l'Opep en novembre 2014 de réduire sa production", rappelle L'Expansion.

Or, la fin de l'abondance des pétrodollars a un impact important sur les pays qui avaient basé leur économie sur cette manne. "Le point mort de tous ces pays se situe en effet à un seuil de 80 à 120 dollars le baril comparé aux 28 dollars actuels. Les Bourses du Golfe persique ont payé un lourd tribut. Les Etats puisent dans leurs fonds souverains qui font office d'amortisseur comme en Norvège. Ils vendent leurs actifs les plus liquides (actions et obligations d'Etat)", détaille le quotidien Les Echos.

L'agence Bloomberg a de son côté calculé que les 18 nations qui se retrouveront à Doha ce dimanche, et qui représentent la moitié de la production mondiale de pétrole, ont dépensé 315 milliards de dollars de leurs réserves monétaires depuis novembre 2014 pour compenser la chute des cours. C'est un cinquième de leur total, s'alarme Bloomberg. Sur les trois derniers mois de 2015, la facture était de 54 milliards de dollars, la plus haute depuis le début de la crise.

L'Arabie saoudite représente la moitié de ces dépenses, avec un total de 138 milliards de dollars – près d'un quart de ses réserves de change. Viennent ensuite la Russie, l'Algérie, la Libye et le Nigéria.

La situation est pire dans d'autres pays. Ainsi, comme l'expliquait Thierry Coville en mars 2015 à Atlantico, "si l'Arabie saoudite peut injecter ainsi 36 milliards de dollars pour soutenir son économie, c'est parce qu'ils les avaient mis en réserve ! En Iran, par exemple, le fond créé en 2000 a été dépensé par l'ancien président Ahmadinejad pour des projets sans rapport, et quand la période des sanctions s'est abattue sur le pays, l'Iran n'avait plus rien".

Pour autant, l'avenir risque d'être compliqué pour ce pays à 90% dépendant du pétrole. "La dépendance pétrolière est très forte et s'auto-entretient. Le seul exemple qui existe, c'est l'Indonésie qui a réussi à diversifier son économie quand il apparaissait évident que ses réserves pétrolières diminuaient", nous expliquait Thierry Coville.

Mardi, l'agence d'évaluation financière Fitch a d'ailleurs dégradé d'un cran la note de la dette de l'Arabie saoudite de «AA» à «AA-», notamment en raison des conséquences de la chute des prix du pétrole sur sa situation budgétaire. Pour faire face à ces énormes déficits, le gouvernement saoudien a augmenté de 80% les prix des ventes pétrolières en décembre et réduit les subventions à l'électricité et à l'eau.

L'Algérie aussi a fait face à une dégringolade de ses réserves de change. Elles ont baissé de 27,9 milliards de dollars sur l'ensemble de l'année 2015, tombant à 151 milliards de dollars à fin 2015, selon des chiffres communiqués le 22 novembre par le ministre des Finances Abderrahmane Benkhalfa. Les réserves devraient descendre à 121 milliards de dollars en 2016.

En Russie, Vladimir Poutine, qui a construit sa popularité grâce à la hausse du niveau de vie alimentée par la manne pétrolière et un baril au-delà de 100 dollars, commence à faire face à la grogne des citoyens, qui voient leur niveau de vie baisser suite à la mise en œuvre de politiques d'austérité.

Pour autant, cette situation a aussi de bons côtés. "Environ 6 milliards d’individus sur terre voient leur pouvoir d’achat progresser avec la baisse des prix de l’énergie, alors que seulement 1 milliard environ bénéficie naturellement des rentes pétrolières", indique aux Echos Jean-Marie Mercadal, directeur général délégué d'Ofi Asset Management.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires