En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 5 jours 16 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 5 jours 21 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 5 jours 22 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 5 jours 23 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 5 jours 23 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 6 jours 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 6 jours 45 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 6 jours 1 heure
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 6 jours 1 heure
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 6 jours 2 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 5 jours 19 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 5 jours 21 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 5 jours 22 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 5 jours 23 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 5 jours 23 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 6 jours 35 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 6 jours 48 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 6 jours 1 heure
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 6 jours 1 heure
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 6 jours 2 heures
© Reuters
© Reuters
Ecoute, compagnon, écoute

Mystère scientifique ou hallucination de masse ? Le “hum”, ce bruit entendu un peu partout dans le monde et qui rend les gens fous

Publié le 17 avril 2016
On appelle « Hum », ces sons de basses fréquences, persistants et envahissants, qui ressemblent à un bourdonnement rappelant un moteur diesel. Et ils rendent dingues beaucoup de personnes.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On appelle « Hum », ces sons de basses fréquences, persistants et envahissants, qui ressemblent à un bourdonnement rappelant un moteur diesel. Et ils rendent dingues beaucoup de personnes.

Sue Taylor a commencé à l'entendre, une nuit, en 2009. Cette infirmière psychiatrique à la retraite vit à Roslin en Ecosse, un petit village proche d'Edimbourg. "C'était comme un bourdonnement, un "hum" épais résonnant dans toute la maison, qui m'a tenu éveillée", dit-elle. Au début, elle pensait qu'il provenait d'une usine voisine, ou peut-être d'un générateur électrique.

Des vertiges et des nausées

Elle a commencé à passer ses soirées à rechercher la source de ce bruit, à rôder autour des maisons de ses voisins dès les premières lueurs de l'aube. Sue s'est également rendue chez un spécialiste de l'audition pour une consultation. Mais rien à faire, le bruit persistait. Elle est devenue malade, prise de vertiges et de nausées, avec un sentiment écrasant de désespoir et d'impuissance à force de ne pas localiser ni identifier l'origine du son. Sue pensait que sa tête allait exploser et "les gens me prenaient pour une folle", explique-t-elle.

Un grondement lointain

L'expérience décrite par Sue Taylor, et beaucoup d'autres, est devenue ce que l'on appelle le "Hum", un phénomène auditif mystérieux qui, selon certaines estimations, ne serait perceptible que par 2 % de la population, relate le magazine The New Republic. On ne sait pas quand le Hum a commencé à se faire entendre, ou quand les gens ont commencé à le remarquer, mais il a fini par attirer l'attention des médias dans les années 1970, à Bristol, en Angleterre.  Après avoir reçu plusieurs rapports sur ce sujet, le tabloïd britannique Sunday Mirror a titré, en 1977, "Avez-vous entendu le Hum ?" Des centaines de lettres sont venues inonder la rédaction. Toutes rapportaient des faits similaires : un faible grondement lointain, comme un moteur diesel au ralenti, la plupart du temps audible la nuit.

Simples acouphènes ou réelles souffrances ?

L'histoire du Hum commence dans des lieux éloignés de l'agitation des villes. Il a d'abord été signalé à Bristol, il est apparu au Nouveau-Mexique, en Indiana, en Ecosse... Avec de multiples plaintes, toutes classées sans suites. La plupart des recherches universitaires menées sur ce sujet ont conclu à de simples acouphènes (sensations auditives, tels que des sifflements, grésillements, bourdonnements, qui ne sont pas causées par un bruit extérieur) ou à des bouffées délirantes.

Rejetées par les forces de l'ordre et les chercheurs, les personnes souffrant du Hum sont démoralisées, découragées. Ce qui permet aux thèses conspirationnistes de se développer sur ce terreau.

Des thèses conspirationnistes

En 2009, le premier épisode d'une théorie du complot fait son apparition, elle relate un dispositif de contrôle des esprits par le gouvernement. Coïncidence ? Un épisode d'X-Files de 1998 parle d'un phénomène similaire au Hum... Sur une page Facebook, dédiée aux personnes souffrant du Hum, un article décousu décrit comment "les satellites sont utilisés pour devenir des instruments de torture" en transmettant des sons, des voix et des images directement dans le cerveau, créant de nombreuses douleurs. Cet article nomme plusieurs personnes qui ont été ciblées par cette technologie, comme Aaron Alexis qui, le 16 Septembre 2013, est entré dans un bâtiment du Naval Sea Systems Command, à Washington, et a tué douze personnes avant de mourir dans une fusillade avec la police. Aaron Alexis est devenu, pour certains, la preuve que le Hum est non seulement une nuisance, mais aussi la preuve d'une conspiration du gouvernement. Dans un message récupéré dans son ordinateur par les autorités, Aaron Alexis a écrit : «J'ai été soumis à une attaque d'une ultra basse fréquence ces trois derniers mois. Et pour être parfaitement honnête, voilà ce qui explique mon geste".

Des signaux extra-terrestres ?

Les hypothèses pour expliquer le Hum ne manquent pas, des plus rationnelles aux plus fantastiques et farfelues : phénomènes géologiques ou atmosphériques, infrasons provenant de processus industriel, prospection pétrolière et gazière, fuite de tuyaux, sirène, chute de météores, antennes de téléphonie, éoliennes, communications en basse fréquence des sous-marins, signaux extra-terrestres, gémissements de notre planète à l'agonie, accouplement de créatures sous-marines...

Ce qui reste quand tous les bruits ont disparus

La révolution industrielle a changé notre approche du bruit. Et après l'introduction, dans les années 1920, du décibel comme une unité objective pour mesurer le bruit, les villes ont été en mesure de mettre en œuvre des politiques d'atténuation du bruit pour en réduire son volume global. Mais paradoxalement, c'est précisément ces lois de réduction du bruit qui ont permis au Hum d'émerger. Dans un environnement bruyant comme New York, il est très difficile d'entendre le Hum, car il tend à se fondre avec le vacarme et le chaos ambiant. En fait, le Hum n'est pas tant un son, mais plutôt ce qui reste une fois que tous les autres bruits ont été enlevés.

Comme un hydravion qui décolle

Glen MacPherson, professeur de mathématiques en Colombie-Britannique, au Canada, et auteur d'une banque de données et d'un carte mondiale du Hum, a souffert de ce phénomène. En 2012, il a commencé à entendre chez lui, la nuit, le bourdonnement de ce qu'il supposait être des hydravions qui décollaient et atterrissaient. Rapidement, il s'est rendu compte que ce bruit n'était pas causé par des avions. "Le bruit était régulier à partir de 22 heures mais s'interrompait lorsque je sortais dehors. La source provenait donc de chez moi et j'ai éteind mon réfrigérateur, puis tous les appareils électroménagers, puis j'ai totalement coupé l'électricité de la maison". En vain, le bruit était encore plus fort.

Une vibration basse fréquence ?

MacPherson s'est alors rendu sur Google et a trouvé un article dans le Journal of Scientific Exploration, rédigé par un géophysicien nommé David Deming. Ce dernier, enseignant à l'Université de l'Oklahoma depuis 1992, a été l'un des premiers scientifiques à prendre le problème du Hum au sérieux (il a également entendu le Hum). Deming a pu distinguer le Hum des acouphènes. Les acouphènes peuvent prendre plusieurs formes, mais l'intensité du bourdonnement peut croître et décroître, il est plus ou moins omniprésent et ceux qui en souffrent ont tendance à l'entendre partout. A l'inverse, le Hum est constant et seulement dans certaines circonstances : à l'intérieur, dans des zones rurales, etc. Deming a estimé que le Hum n'était pas un son mais peut-être une vibration basse fréquence que certaines personnes interprètent comme un son.

La cartographie planétaire du Hum

En se basant sur les constatations de David Deming et en répertoriant les différentes plaintes sur le Web, MacPherson a cartographié le Hum et sa base de données permet aux utilisateurs d'entrer leurs expériences avec le Hum. Aujourd'hui, il y a plus de 5000 cas répertoriés et résultat... Le Hum est mondialisé ! On le trouve au Kansas, en Turquie, en Australie, en Islande, aux Philippines mais il reste cependant très concentré en Amérique du Nord et en Europe. Mais comme son site n'est accessible qu'en anglais, cela pourrait expliquer cette répartition.

Un cercueil pour bloquer les ondes

Sur les conseils de Deming, MacPherson a créé une boite, comme un cercueil, longue d'1,80 mètres sur 1 mètre de large, en acier faible en carbone, pour bloquer les ondes très basses fréquences. Avec cette boite, à condition de ne pas être claustrophobe, on peut détecter si la personne entend le Hum à l'extérieur ou/et à l'intérieur. Ce qui permettrait de prouver l'existence du Hum et l'action des ondes basses fréquences.

Mais après avoir finalement terminé sa boîte, MacPherson a arrêté brusquement l'expérience. Il a expliqué que son emploi du temps était trop chargé et a minimisé l'impact de sa boîte, jugeant qu'elle n'avait pas beaucoup d'utilité pratique. On ne peut pas vivre toute sa vie dans une boîte étanche...

Le Hum va rester une énigme

Plutôt que d'espérer mettre fin au problème du Hum, une fois pour toutes, MacPherson espère que son expérience servira de catalyseur pour une enquête plus sérieuse. Il estime que le Hum pourrait être résolu avec un bon laboratoire et un petit budget.

Seul problème, personne ne veut investir d'argent. Le Hum va donc continuer à faire souffrir nombre de personnes et va rester une énigme non résolue.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 17/04/2016 - 13:01
Moi je l'entends
Pourtant dans une grande ville , mais ce sont des acouphènes sans doute !
zouk
- 17/04/2016 - 10:39
Hum
Canular? ou observation confirmée?