En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 4 heures 26 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 6 heures 5 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 8 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 9 heures 53 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 10 heures 59 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 12 heures 4 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 12 heures 57 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 14 heures 56 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 14 heures 25 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 4 heures 58 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 6 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 10 heures 39 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 11 heures 15 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 12 heures 44 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 13 heures 11 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 13 heures 54 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 14 heures 26 min
© Reuters
© Reuters
Leçon

Bernard-Henri Lévy : "C’est à l’Amérique d’Obama qu’incombe la responsabilité principale" de la situation en Syrie

Publié le 15 avril 2016
Alors que son dernier mandat touche à sa fin, le président américain commence à tirer un bilan général, notamment en matière de politique étrangère. Depuis un mois, via des médias différents, il revient sur l'intervention en Libye, avec un avis parfois quelque peu contradictoire.
Bernard-Henri Lévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philosophe de renom, Bernard-Henri Lévy est à la fois écrivain, cinéaste, essayiste et éditorialiste.Politiquement engagé, il s'est exprimé notamment sur le conflit au Kosovo ou sur la guerre en Irak.Il a signé le 16 mars 2011 le manifeste intitulé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que son dernier mandat touche à sa fin, le président américain commence à tirer un bilan général, notamment en matière de politique étrangère. Depuis un mois, via des médias différents, il revient sur l'intervention en Libye, avec un avis parfois quelque peu contradictoire.

Atlantico : Ce lundi, le président Obama a déclaré sur Fox News : "Ma pire erreur aura probablement été de n'avoir pas mis en place un plan pour "l'après" au lendemain de ce qui fut, je pense, une intervention justifiée en Libye". Partagez-vous cette analyse ? 

Bernard-Henri Lévy : Oui, formulée ainsi, je crois que l’idée est acceptable. Il ne remet plus en cause le principe de la guerre de Libye dont il admet qu’il a eu raison de s’y joindre car elle était "justifiée". Il semble convenir, et c’est aussi une bonne nouvelle, que ce fut un vrai progrès de voir la communauté internationale s’emparer enfin, Etats-Unis et France en tête, de cette "responsabilité de protéger" inscrite dans les principes des Nations Unies. Mais il ajoute que l’erreur, la grande erreur, a été de ne pas se soucier du "jour d’après", de n’avoir, probablement même, jamais eu de vrai plan pour ce "jour d’après" – et ça, c’est évidemment exact. 

Il y a un mois, dans une interview accordée à The Atlantic, Obama semblait davantage mettre en accusation Nicolas Sarkozy et David Cameron, affirmant : "Lorsque je me demande pourquoi cela a mal tourné, je réalise que j'étais convaincu que les Européens – étant donné la proximité de la Libye – seraient plus impliqués dans le suivi"...

Je sais bien. Et c’est pourquoi cette nouvelle déclaration me satisfait. Il y avait, dans l’interview de The Atlantic, une suffisance, une arrogance vis-à-vis de ses alliés, une inélégance aussi, qui ne ressemblaient pas à Obama. On ne se défausse pas sur autrui quand on est le Président de la première puissance mondiale. On ne dit pas "c’est la faute à Sarkozy et Cameron", quand on a fait équipe avec eux, qu’on leur a laissé une forme de leadership et qu’on s’aperçoit que la chose tourne un peu moins bien que prévu. Cela n’était pas digne. La correction est donc bienvenue. Peut-être Hillary Clinton est-elle passée par là… Ou Samantha Power et Susan Rice, les deux femmes qui, dans son entourage, ont plaidé pour l’intervention en Libye et, d’une façon générale, pour le devoir d’ingérence quand on est face à une situation d’extrême urgence où menace le crime contre l’humanité…   

Quel rôle aurait dû jouer précisément chacun des acteurs engagés dans ce conflit (Européens et Américains), et notamment sur cette question de "l'après" intervention ? La faute doit-elle être rejetée sur un acteur en particulier ou sur l'ensemble ? 

Sur l’ensemble. Une démocratie ne se construit pas en un jour. Ou, plus exactement, je ne connais que deux exemples de démocraties qui se sont construites en un jour, du jour au lendemain, en passant, comme par miracle, de la foule dispersée, d’origine diverse et n’ayant souvent connu que la dictature à un contrat social républicain en bonne et due forme. Ces deux cas, ce sont les Etats-Unis justement et, deux siècles plus tard, Israël. A part ça, la démocratie prend du temps. C’est un travail. Une longue patience. Tout le contraire de ce providentialisme laïque auquel nous ont habitués nos temps frivoles et court termistes…

Les guerres asymétriques (entre deux Etats de puissance inégale) semblent caractéristiques des conflits au XXIème siècle. Les dernières déclarations d'Obama sur Fox News ce lundi ne pointent-elles pas ce qui constitue le réel problème de ces guerres ? Se dirige-t-on vers une situation similaire en Syrie ? 

Le problème, avec la Syrie, c’est que c’est l’anti-Libye. On n’a même pas été capable de l’intervention militaire minimale qui était le préalable à tout et qui aurait sans doute stoppé l’engrenage qui a conduit à ce bain de sang, à cet exode massif de migrants, à la déstabilisation de la Jordanie, du Liban, de la Turquie, de l’Europe – le tout sur fond de bras de fer terrifiant entre ces deux frères ennemis, se nourrissant l’un l’autre, que sont Bachar et Daech. Et cet échec, que voulez-vous que je vous dise ? C’est à l’Amérique d’Obama qu’en incombe la responsabilité principale. C’est lui, Obama, qui avait fixé la ligne rouge de l’emploi des armes chimiques. Et c’est lui qui, quand la ligne a été franchie, a tourné casaque en quelques heures en renonçant mystérieusement à la punition qu’il avait annoncée. Cela a été un grand encouragement à la continuation de massacres. Un grand encouragement à Daech. Et un vrai problème, qui se ressent jusqu’aujourd'hui, pour la crédibilité militaire et politique de l’Amérique. 

Ce mea culpa d'Obama doit-il servir d'avertissement à la France qui est engagée dans plusieurs conflits actuellement sur le continent africain ? 

La France a eu raison de faire ce qu’elle a fait en Afrique. Et c’est l’honneur de Hollande de n’avoir pas cédé, sur ce point, aux "pacifistes" de son propre camp. Mais c’est vrai que les opérations militaires ce n’est pas assez. Il faut accompagner le redressement politique et moral des pays que l’on aide à s’arracher aux griffes du djihadisme. Alors, je sais bien que d’aucuns vont crier au "colonialisme". Et il se trouvera toujours des souverainistes de gauche, indigènes de je ne sais quelle république, pour nous dire : "attention, compte tenu de son passé impérial, la France ne peut pas se permettre de s’attarder trop longtemps au Mali ou en Centrafrique". Eh bien c’est une sottise. Car on a changé d’époque. Tous les logiciels politiques doivent être révisés. Nous sommes entrés dans un âge où le plus menaçant des "impérialismes" est celui des djihadistes et de leur projet de califat…

Si l'on considère le cas de la Chine, qui développe son influence au-delà de son aire géographique sans pour autant faire preuve d'une très grande activité militaire (NB : nous ne parlons donc pas ici de son attitude régionale vis-à-vis de ses voisins proches au sujet de la mer de Chine), l'intervention armée est-elle encore le meilleur moyen d'asseoir sa puissance et de faire bouger les lignes dans une autre région du monde ? 

La Chine a toujours état dans ce régime de rapport à l’Histoire. Elle n’a jamais été une puissance impériale en ce sens et je ne vois pas de raison qui ferait qu’elle le deviendrait aujourd'hui. Après, ce n’est pas de ça que nous parlons depuis tout à l’heure. Nous ne parlons pas de guerres qui sont faites pour "asseoir sa puissance" ou "faire bouger les lignes". Nous parlons de guerres qui sont menées (en Libye) ou pas menées (en Syrie) et dont le propos est de sauver des vies humaines et d’arrêter un bain de sang. Ces guerres-là, quand il n’y a pas d’autre solution, c'est-à-dire quand toutes les autres solutions ont été essayées et ont échoué, j’y ai toujours été et j’y suis toujours favorable. Hélas.

Propos recueillis par Thomas Sila.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mike Desmots
- 15/04/2016 - 12:47
Atlantico copie Hollande ...pour mieux chuter dans les sondages
car se proposer du BHL décadent ...il faut le faire ....!
tiopere 1
- 15/04/2016 - 12:11
pas d'accord avec ses détracteurs
je ne hurlerai pas avec la majorité des gens qui lui imputent la guerre civile et l'embrasement de la Lybie . On sait que l'enfer est pavé de bonnes intentions et que ce personnage , certes un peu irritant par sa suffisance avait voulu éviter le massacre des populations de Benghazi par Khadafi dont on oublie trop facilement ses crimes odieux . Bachar el Assad aussi était un assassin de son peuple , mais aurait-il fallu passer son mouchoir sur ses crimes et le soutenir en considérant cyniquement qu'il massacrait les islamistes et protégeait les minorités ? Je pense , en ce qui me concerne qu'entre deux maux , il convient de choisir le moindre , donc qu'en matière de politique internationale , des considérations morales n'ont pas a intervenir , mais je ne jette pas la pierre a ceux qui mettent en avant des idées contraires .
A M A
- 15/04/2016 - 12:09
Sa suffisance déborde chez Atlantico.
Le fait que ce Monsieur puisse s'exprimer encore sur des sujets comme la Libye pour lequel ses prises de position ont été aussi hautement "bête", que celles sur la Syrie d'ailleurs, laisse supposer qu'il dispose d'une influence inquiétante dans les médias. Atlantico fait-il partie de la meute des lèches c....?