En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 5 heures 1 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 6 heures 39 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 9 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 10 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 11 heures 34 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 12 heures 38 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 13 heures 31 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 13 heures 56 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 14 heures 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 14 heures 59 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 5 heures 33 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 7 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 11 heures 13 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 11 heures 49 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 13 heures 18 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 13 heures 45 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 14 heures 29 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 15 heures 38 sec
© Reuters
© Reuters
Changement

Les 100 propositions de la Société civile 2017, ou l'élaboration d'un projet politique complet et cohérent en vue de la présidentielle

Publié le 04 avril 2016
A un an de la présidentielle, la plate-forme SOCIETECIVILE 2017, présidée par Michel Guénaire, se veut prête pour proposer à la France le projet dont elle a besoin. A commencer par le renouvellement des responsables politiques.
Michel Guénaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Guénaire est avocat et essayiste. Il est l'auteur de  Le retour des Etats (Grasset, 2013), et président fondateur de Société civile 2017.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A un an de la présidentielle, la plate-forme SOCIETECIVILE 2017, présidée par Michel Guénaire, se veut prête pour proposer à la France le projet dont elle a besoin. A commencer par le renouvellement des responsables politiques.

Atlantico : Vous avez travaillé 3 ans à l'élaboration d'un programme politique de 100 propositions regroupées en 10 priorités. Dans quel esprit votre démarche s'inscrit-elle ? 

Michel Guénaire : A l'issue de la dernière élection présidentielle, j'ai fait le constat, comme beaucoup de Français, que notre pays ne suivait aucun projet depuis trente ans. Les gouvernements qui se sont succédés ont accumulé les lois sans but. Le projet dont la France avait besoin pour répondre aux multiples défis de la mondialisation n’est jamais venu. Avec mes amis de SOCIETECIVILE2017, nous avons voulu, à partir de dix lignes directrices, qui couvrent tous les domaines de l'action politique, définir un projet politique complet et cohérent. Nous avons souhaité partir de là. C'était un travail de fond. Il fallait le faire, et peut-être sommes-nous les seuls à l'avoir fait, je m'en rends compte aujourd'hui, à un an de la prochaine élection présidentielle.

Votre programme accorde une grande importance au renouvellement de la classe politique, ainsi qu'à la modernisation de la vie publique. Quels sont les constats qui en sont à l'origine ? En quoi la professionnalisation du politique est-elle aujourd'hui un problème selon vous ?

Le progrès passe par le renouvellement des responsables. C'est une vieille loi de l'Histoire : le conservatisme politique se marie avec la décroissance. Nous avons une classe politique qui, parce qu'elle est incapable de se renouveler, bloque le pays. Comment ses leaders pourraient-ils continuer de nous faire croire qu'ils vont faire ce qu'ils n'ont pas fait quand ils étaient au pouvoir ? Les hommes politiques, en exerçant des carrières d'élus, se sont coupés de la société réelle. La Grande France, nom que nous avons voulu donner à notre projet, commence par la grande démocratie, c'est-à-dire une société aux responsabilités renouvelées.

Pour quelles raisons choisir un représentant issu de la société civile est-il bénéfique selon vous ? Existe-t-il aussi des inconvénients ? Comment se passer, par exemple, du réseau d'élus sur lequel un président de la République peut s'appuyer ?

Le ton doit être donné demain par un homme indépendant du système. La nouveauté, mais aussi l'exemplarité dont a besoin en profondeur le pays pour se rétablir dans un état d'esprit positif, viendront d'une personne nouvelle. Mais je ne désire pas opposer la société civile aux élus car il ne doit pas y avoir deux France. Il ne doit y avoir que cet aller-retour incessant entre société réelle et responsabilités politiques, qui définit l'essence de la représentation politique et au terme de laquelle les responsabilités à la tête de ce pays sont constamment renouvelées.

Vous souhaitez également un retour des fonctions régaliennes de l'Etat et réaffirmer son autorité dans tous ses territoires. Quelles solutions nouvelles proposez-vous pour régler le problème épineux des quartiers difficiles, que les gouvernements successifs peinent à résoudre depuis plusieurs décennies ?

Je crois depuis plusieurs années à une nouvelle phase de la mondialisation où intervient un retour du régalien. Je l'ai analysé dans mon dernier essai, Le retour des Etats, paru en 2013. Les nations veulent que les Etats assurent leur sécurité et protègent leur identité. Deux axes pour cela dans notre projet : dans la République, nous devons avoir un Etat limité à l'essentiel mais fort, et c'est pourquoi nous proposons de renforcer les moyens et l'efficacité des fonctions régaliennes de l'Etat, la Défense, la police, la gendarmerie et l'administration pénitentiaire, mais également la Justice ; dans la nation, la République doit être présente, et c'est ainsi que nous proposons de garantir cette présence sur tous les territoires, par la création de 1 000 Maisons des services publics où nous réunirons tous les services dans un seul lieu. Les quartiers seront moins difficiles quand la République sera là.

 

Sur le plan économique, vous souhaitez revenir sur les dispositions concernant la réduction du temps de travail, et vous appelez également à une simplification du code du travail. Les sondages montrent qu'actuellement, la majorité des Français sont opposés au projet de loi El Khomri. Comment pensez-vous qu'il faudrait s'adresser à eux pour les convaincre ?

C'est le terrain de prédilection d'un homme de la société civile ! J'ai vingt-cinq ans de métier libéral. Le travail ne viendra pas d'une nouvelle loi dans ce pays hyper-réglementé.

Nous proposons de procéder à une transformation profonde de la relation de travail en donnant priorité au contrat de travail sur le Code du travail, et en abrogeant la loi de 1998 sur la réduction du temps de travail pour déléguer au niveau des entreprises les accords sur le temps de travail. Pour convaincre les Français, il faut leur parler un langage loin du discours technocratique et confus des législateurs du moment. Depuis trois ans, nous y pensons. Je suis prêt.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 05/04/2016 - 07:00
On reste...
Un peut sur notre fain, non ? Elles sont ou les 100 propositions ?
Deudeuche
- 04/04/2016 - 18:08
super article
c'est quoi le sujet?