En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© Wikimédia
© Wikimédia
Confessions

Geoffroy Didier : "Si vous pensez que je roule pour Nicolas Sarkozy et pour ringardiser Bruno Le Maire, alors je risque de vous étonner par ma liberté"

Publié le 04 avril 2016
L'annonce de la candidature de Geoffroy Didier à la primaire de la droite a provoqué un levé de boucliers chez les élus LR, notamment à Neuilly-sur-Seine. Dans cette interview, le vice-président d’Île-de-France explique les raisons de cette décision, tout en présentant son projet politique.
Geoffroy Didier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Geoffroy Didier est député européen et secrétaire général délégué des Républicains. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'annonce de la candidature de Geoffroy Didier à la primaire de la droite a provoqué un levé de boucliers chez les élus LR, notamment à Neuilly-sur-Seine. Dans cette interview, le vice-président d’Île-de-France explique les raisons de cette décision, tout en présentant son projet politique.

Atlantico : Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter à la primaire ?

Geoffroy Didier : Parce que j'ai un projet pour notre pays et que je me sens capable de le porter. Beaucoup de Français désespèrent des politiques, un sur deux ne vote plus, d'autres sont tentés par une aventure extrémiste. Un grand nombre d'entre eux veulent la relève. Elu local de la nouvelle génération, j'aurai 40 ans dans quelques jours, je suis vice-président de l'Ile-de-France, première région d'Europe en charge d'un dossier aussi concret que capital, le logement. J'ai aussi un métier, avocat, que j'exerce au quotidien. J'ai refusé la professionnalisation de la vie politique car il faut mettre fin à l'entre-soi qui éloigne des réalités et fait vivre dans une bulle. Trop de politiques ne connaissent pas le monde de l'entreprise. A tous ces titres, mon profil est différent des autres candidats. Mais est-il absolument nécessaire d'être un ancien ministre, un ancien Premier ministre ou un ancien président pour avoir le droit de porter ses convictions? Dans la vie, on n'a pas besoin d'avoir des titres pour avoir des idées. 

Vous êtes violemment critiqué car, dit-on, vous n'avez aucune chance d'avoir les parrainages nécessaires pour concourir. Les aurez-vous ou bien votre candidature est-elle un coup médiatique ?

Qui peut se permette de condamner une candidature à l'avance? Si ceux qui nous ont gouverné avaient si bien réussi, cela se saurait. Ma candidature semble bousculer quelques intérêts acquis et anciens, mais la démocratie ne se décide pas à trois ou quatre. Je propose d'ouvrir le jeu. Les parlementaires, dans leur grande majorité, ressentent la même nécessité que moi de déverrouiller le système. Certes, je n’aurai pas de luxueux QG, ni de meetings à plusieurs centaines de milliers d’euros. Mais tous les élus locaux, les maires, les conseillers départementaux, régionaux et les parlementaires n'ont pas forcément beaucoup de moyens et ils sont à l'écoute du terrain. Leur travail ressemble à ma démarche. Beaucoup d'entre eux ont aussi envie de faire sauter les verrous. 

Vous êtes aussi critiqué à Neuilly car vous vous êtes fait élire délégué de circonscription en promettant de rester neutre dans cette élection. Allez-vous démissionner ?

Neuilly a toujours aimé les hommes libres, audacieux et qui ont du caractère. Elle l'a montré avec Achille Peretti, Charles Pasqua, puis Nicolas Sarkozy. En faisant vivre ma propre liberté, je dérange forcément les trois ou quatre personnes qui veulent toujours que rien ne bouge. Moi, j'avance en équipe, je travaille et trace un sillon. Comme délégué de la circonscription de Neuilly et Puteaux, je veillerai toutefois à accueillir à égalité chaque candidat à la primaire car c'est ma conception de la démocratie. Mais les règles sont très claires: être l'élu d'un territoire n’a heureusement jamais imposé une contrainte de neutralité. 

 

Mais les délégués de circonscription n'organisent-ils pas la primaire ?

Absolument pas. Les personnes désignées par le siège du parti, et spécifiquement chargées de l'organisation de la primaire, ont un devoir de neutralité. Pas celles et ceux qui, comme moi, sont démocratiquement élus! 

Quelles idées allez-vous défendre durant la campagne ?

Je présenterai chaque semaine de nouvelles propositions concrètes. Je souhaite changer la manière d'être et de faire en politique, par exemple en imposant un nouveau rythme de la vie publique. Une règle simple : une loi deviendra caduque lorsque ses décrets d'application n'auront pas été rendus publics dans les trois mois. Tant de lois sont votées mais jamais appliquées! Je souhaite que le cœur de l'Etat retrouve les moyens de sa mission. Les budgets de l'armée, de la police, de la gendarmerie et de la Justice doivent être considérablement renforcés. Est-il acceptable qu'en France, 6ème puissance économique mondiale, on n'ait même plus de quoi mettre de l'essence dans les voitures de police à la fin du mois? Je souhaite rendre le pouvoir aux citoyens: je propose que chaque année une réforme soit soumise au peuple directement par référendum, et que la décision s'impose vraiment. Je souhaite que le mérite devienne la boussole de toute politique publique. L'effort doit toujours mieux rapporter que l'inactivité : l'ensemble des allocations sociales ne pourra jamais excéder 75% du SMIC. Je souhaite faire ressurgir la valeur de respect. Pour transmettre ce respect au plus tôt, je veux rendre obligatoire l'école maternelle, avec une scolarité pour tous dès trois ans, ainsi que des cours de politesse dès l'école primaire. Mon objectif est que chacun soit considéré, respecté et parvienne à trouver la place qu'il mérite dans la société française. 

Votre proposition qui consiste à limiter les aides sociales à 75% du SMIC est la même que celle de Bruno Le Maire. Est-ce que ce sera lui votre principal adversaire dans cette primaire?

Nous la proposons à la Droite forte depuis 2012 et je suis déterminé à la mettre en œuvre. 

 

A lire également sur notre site : " Sarkozy-Le Maire, un écart qui se rétrécit dangereusement dans les sondages...jusqu’à un dépassement ? "

 

Certains pensent que vous roulez pour Nicolas Sarkozy et que vous vous êtes présenté pour ringardiser Bruno Le Maire, qui devient de plus en plus inquiétant pour l’ancien président. Est-ce vrai ?

Si vous pensez cela, alors, je risque de vous étonner par ma liberté. C'est bien parce que je ne dépends pas du système politique que je n'aurais jamais accepté de me laisser instrumentaliser par qui que ce soit. Je suis libre. 

L'autre père fondateur de la Droite forte, Guillaume Peltier, a fait un choix différent et ne vous soutient pas. Comment l'expliquez-vous ? La Droite forte a fait 28% des voix. Séparément, vous risquez de faire beaucoup moins, de peser beaucoup moins...

La création de la Droite forte était la première étape de la relève. Elle répondait à la volonté d'affirmer haut et fort ses convictions, portée par une nouvelle génération. Je poursuis et amplifie désormais cette démarche et cet état d'esprit, en voulant passer à une seconde étape : la mise en œuvre de ces convictions. Je suis de droite, mais je ne suis pas sectaire. J'assume mes choix politiques mais suis aussi capable d'aller soutenir une bonne idée d’où qu'elle vienne. J'ai soutenu publiquement la loi Macron parce que je veux assouplir le marché du travail. La loi El Khomri allait dans le bon sens avant d'être vidée de sa substance du fait de l'amateurisme de François Hollande. Sur certains thèmes, le clivage classique est parfois trop simpliste, voire stérile.

 

Savez-vous déjà qui vous allez soutenir au second tour ?

Je ne me suis même pas posé la question. Je préfère me concentrer à écouter, travailler et rencontrer les Français. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 04/04/2016 - 11:40
Il faut bien commencer un jour!
On peut penser ce qu'on veut de Didier ou des autres!
Mais n'importe qui (de préférence encarté LR) peut se présenter à l'investiture de la Primaire (puisque primaire il y a). Ensuite, qu'il soit adoubé est une autre histoire.
Mais cessez vos noms d'oiseau: "tête à claques"? Peut-être, mais en quoi cela fait-il avancer le débat! Gardez pour vous de telles appréciations et la sérénité y gagnera!
Liberte5
- 03/04/2016 - 19:55
Il n'ira pas loin
Il n'a pas assez d'appuis et surtout il n'est pas assez connu. C'est pour cela qu'il se déclare. Un petit tour et puis s'en va.
ISABLEUE
- 03/04/2016 - 17:00
petit crétin
tête à claque.