En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 5 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 5 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 5 jours
© wikipédia
Vasco de Gama arrivant à Calicut.
© wikipédia
Vasco de Gama arrivant à Calicut.
Histoire

Une épave d'un navire de Vasco de Gama, perdue depuis des siècles, vient d'être retrouvée près d'Oman

Publié le 18 mars 2016
L'Esméralda, pilotée il y a 500 ans par un oncle de l’explorateur portugais Vasco de Gama, renferme des trésors extraordinaires.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Esméralda, pilotée il y a 500 ans par un oncle de l’explorateur portugais Vasco de Gama, renferme des trésors extraordinaires.

Les côtes de l'île Al-Hallaniyah, au sud d'Oman, sont déchiquetées et très escarpées. Un bel endroit pour un naufrage. Et la réalité a rattrapé la fiction puisqu'une découverte qui met en émoi toute la communauté des archéologistes et des scientifiques : l’épave d’un navire piloté il y a 500 ans par Vicente Sodré, un oncle de l'explorateur portuguais Vasco de Gama et descendant du noble Frederick Sudley, a été retrouvée au large des côtes d’Oman.

L'Esméralda a sombré corps et âme

Cette épave est censée être celle de l'Esmeralda, qui faisait partie d'une flotte dirigée par le légendaire navigateur, lors de son deuxième voyage en Inde, entre 1502 et 1503, comme l'explique le Washington Post. Pris dans une tempête survenue en mai 1503, l’Esmeralda a sombré dans les profondeurs marines. L'équipage ainsi que le capitaine ont trouvé la mort dans la catastrophe.

Premier navire des grandes découvertes

L'épave a été initialement localisée en 1998 et le ministère de l'Héritage et de la Culture (MHC) d'Oman, en collaboration avec la société britannique Blue Water Recoveries Ltd (BWR), dirigée par David Mearns, ont entrepris les travaux d'excavation de ce qui se présente comme le premier navire de la période des grandes découvertes européennes trouvé et examiné scientifiquement par une équipe d'archéologues. Professionnels, leurs remarquables résultats ont été publiés le 14 mars 2016 dans la revue Journal of Nautical Archaeology.

Comme le navire s'est échoué dans des eaux peu profondes, il ne reste que très peu d'éléments de l'embarcation.

Un vaste trésor archéologique

L'exploration de la zone a toutefois mené à la mise au jour d'un vaste trésor archéologique, livrant de précieux renseignements, et des milliers d'artefacts déterrés à partir du site de l'épave doivent encore être analysés.

Au total, plus de 2800 objets ont été remontés permettant de confirmer l’identité de l’épave. Parmi ce vaste inventaire, on compte notamment une cloche en bronze pourvue d’une inscription suggérant que la navire remonte à 1498, un disque en alliage de cuivre frappé des armoiries royales portugaises faisant certainement partie d'un astrolable, et extrêmement rare, un petit médaillon en argent connu sous le nom de pièce de monnaie de Dom Manuel I. Cette pièce de monnaie, appelée « Indio », commandée par Dom Manuel en 1499, était spécialement destinée à des échanges commerciaux avec l’Inde. Il n'en existait auparavant qu'un seul exemplaire au monde.

Les archéologues ont également retrouvé des pièces en or cruzado frappées à Lisbonne à la fin du 15ème siècle et des boulets de canon en pierre portant les initiales V.S. qui correspondraient au nom du commandant du navire Vincente Sodré.

De plus, de la grenaille de plomb disséminée sur le site a permis de géolocaliser les minerais qui proviennent des mines d'Espagne, du Portugal et d'Angleterre.

Les grandes explorations

L'âge d'or des grandes explorations se réfère à une période située entre le milieu du 15ème et du 17ème siècles, lorsque les pays européens recherchaient des routes commerciales maritimes mondiales. Une grande partie de cette activité a été initialement alimentée par des tentatives pour atteindre les marchés d'épices du sous-continent indien. La recherche infructueuse de Christophe Colomb pour trouver une route maritime occidentale vers l'Inde a donné lieu à la découverte des Amériques en 1492, mais c'est Vasco de Gama qui a finalement établi la fameuse route de l'Inde, après avoir navigué autour de l'Afrique et dans l'océan Indien, pour finalement atterrir à Calicut (Kozhikode aujourd'hui), en Inde, en 1498.

Six mois de recherche et des hypothèses

L'équipe de Mearns a passé six mois à rechercher dans les archives portugaises les lieux potentiels du naufrage de l'Esmeralda avant de localiser le site de l'épave en 1998. « Notre équipe s'est tenue au-dessus de l'île et a regardé les vagues déferler, en se mettant à la place des portugais. Nous avons construit des hypothèses pour déterminer où les marins avaient pu ancrer leur navire pendant la tempête avant qu'il ne se brise sur les côtes », a expliqué David Mearns dans le National Geographic. Puis des plongeurs équipés de simples tubas ont nagés sur la zone déterminée et après 20 minutes, ils ont commencé à apercevoir des boulets de canons qui étaient évidemment ceux d'un navire européen.

Le destin mystérieux des marins

On ignore toujours le sort de l'équipage de l'Esméralda. D'après plusieurs sources du XVIème siècle, ses membres sont morts sur l'île Al-Hallaniyah, suite au naufrage. Néanmoins, les scientifiques n'ont découvert aucun reste humain lors de l'analyse des tombeaux non musulmans. Dans l'ensemble, les archéologues estiment qu'il pourrait y avoir près de cent membres de l'escadron portugais enterrés sur Al-Hallaniyah. Mais les sépultures étant peu profondes, les corps des marins, exposés aux éléments et aux animaux, auraient disparu sans laisser de trace…

David Mearns, qui a également localisé le HMS Hood et le cuirassé japonais Musashi, a expliqué au National Geographic que ce sont à ces hommes disparus qu'il pensait pendant sa longue quête de l'Esmeralda. « Un site de naufrage n'est pas une jolie chose. « Il est la scène d'une tragédie... Il est un endroit que vous avez à traiter avec respect parce que beaucoup de gens y sont morts ».

Les artefacts sont actuellement conservés et étudiés, et seront finalement exposés au Musée national d'Oman.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires