En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

06.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 1 heure 19 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 2 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 4 heures 13 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 6 heures 56 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 7 heures 11 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 7 heures 26 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 8 heures 18 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 8 heures 26 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 2 heures 17 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 7 heures 3 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 7 heures 14 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 7 heures 36 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 8 heures 21 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 8 heures 26 min
© REUTERS/Benoit Tessier
© REUTERS/Benoit Tessier
Atlantico Business

EDF et SNCF en difficulté : ni argent pour investir, ni stratégie, les grandes entreprises publiques face à un Etat actionnaire défaillant

Publié le 14 mars 2016
Le mois de mars va être cruel pour les grandes entreprises publiques. Chez EDF comme à la SNCF, les rendez-vous avec la réalité risquent d’être très douloureux.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mois de mars va être cruel pour les grandes entreprises publiques. Chez EDF comme à la SNCF, les rendez-vous avec la réalité risquent d’être très douloureux.

Pendant que le gouvernement essaie de se sortir du piège de la loi El-Khomri en évitant une explosion sociale, et que le président de la République est encore le dernier à penser qu’il peut arriver aux élections présidentielles dans une posture favorable, des pans entiers de l’économie française continuent de se fissurer. Ce qui ne semble inquiéter personne, en dehors des personnels des entreprises.

La totalité du secteur privé cherche les moyens de gagner en productivité avec une liberté administrative et fiscale que le gouvernement ne veut pas lui donner. Résultats : les très grandes entreprises s’en sortent parce qu’elles sont devenues mondiales. Les petites et les moyennes étouffent faute de marchés, et surtout de perspectives qui leur permettraient d'investir.

Faits nouveaux, les grandes entreprises publiques sont de plus en plus menacées. Elles n'ont pas de stratégie, et surtout pas de moyens financiers. Le mois de mars va être cruel.

Depuis la semaine dernière, le dossier industriel qui focalise toute l'attention et l’inquiétude est celui d'EDF. La démission spectaculaire du directeur financier, Thomas Piquemal, a servi de révélateur aux difficultés de l'électricien. Thomas Piquemal a démissionné parce qu’il considérait qu'EDF n’a pas les moyens d'assumer financièrement la construction des EPR en Grande-Bretagne. Ce dossier n'est pas nouveau : la construction des EPR en cours, c’est-à-dire des centrales nucléaires de la 3ème génération, va déjà couter très cher en France, à Flamanville, et en Norvège. Par ailleurs, EDF doit à la fois prendre en charge la restructuration d'Areva, qui est une vraie catastrophe et qui va lui coûter 2,5 milliards d'euros si l’Etat accepte de participer à la recapitalisation pour le même montant … Mais EDF va devoir aussi financer la mise en état des centrales existantes pour prolonger leur durée de vie.

Du coup la situation financière trouvée par Jean-Bernard Levy est des plus tendue. La Cour des comptes vient de rappeler que l'endettement d’EDF ne permet pas d'envisager des développements à l'étranger.

L’Etat actionnaire n’a pas d’argent. Plus grave, il a besoin d’argent, il a donc tendance à exiger un maximum de dividendes de ses participations industrielles ou financières, dont celles qu'il détient dans EDF (90 % du capital). 

L' Etat régulateur n’a pas de stratégie de prix très claire. Sa position sur les tarifs varie avec le climat politique. Une augmentation des prix de l'électricité en période préélectorale paraît peu probable.

Quant à la stratégie industrielle, elle existe, certes, mais elle ne s’exprime pas très clairement. Si le choix de la France est de rester un champion de l'énergie nucléaire en attendant que les énergies renouvelables prennent le relai, il faudra le dire haut et fort et dégager les moyens de maintenir les moyens d'investissement.

Sur l’allongement de la durée de vie des centrales existantes, les politiques ne sont pas aussi déterminés que les ingénieurs. Sur les EPR, les dépassements de coût ont rendu le dossier plus difficile à défendre. Sur l'exportation en Grande-Bretagne, Pierre Gadonnex, l’ancien président d’EDF, qui avait lancé le programme anglais a, dû, ce week-end,  expliquer dans le JDD que sans ces programmes, la France pouvait perdre son statut de numéro 1 dans le monde. Or, si EDF ne construit pas les centrales, ce sont les Coréens ou les Russes qui les feront.

EDF attend donc que l(Etat soit plus précis et plus clair sur la stratégie de sa principale réussite industrielle.

Le cas de la SNCF est très différent parce qu’il est politiquement moins sensible ; n "empêche que les symptômes du déséquilibre sont les mêmes. La SNCF est une magnifique entreprise mais qui n’a pas investi depuis 25 ans. Il lui faut rénover le parc actuel de TGV, ouvrir de nouvelles lignes et surtout entretenir la totalité du réseau, ce qui n’a pas toujours été fait avec tous les moyens nécessaires. La conséquence de tout cela, c’est que la SNCF prend du retard sur ses concurrents, et surtout se met en risque au niveau de la sécurité des voyageurs. Le déficit de la SNCF est de 12 milliards d'euros. Considérable. Son endettement est tel qu’elle ne peut plus financer ses investissements, et son exploitation est limitée.

Comme chez EDF, l’Etat actionnaire n’a pas d'argent. Il lui faut négocier des partenariats avec les collectivités publiques et avec des privés. Ceci dit, ce type de pratique ne colle pas avec les valeurs traditionnelles de la gauche.

Quant à l'Etat régulateur, il demande à la Sncf le zéro défaut, mais ne lui donne pas les moyens d’améliorer sa recette.  

Ces deux exemples posent évidemment le problème de l’avenir des grandes entreprises publiques françaises

La France n’a jamais eu de stratégie très claire, hormis après la guerre ou pour reconstruire le pays, où l’Etat prenait les commandes sur une grande partie de l'appareil économique. L'objectif assigné par le Conseil de la Résistance et le Général de Gaulle était sans ambiguïté : la France devait retrouver ses grandes infrastructures et construire des pôles d'excellence industrielle dans l'énergie, le transport, l'automobile.

En 1981, François Mitterrand a lancé une deuxième vague de nationalisation des groupes industriels, des banques et de deux compagnies financières. La raison en était politique et financière : toutes ces entreprises étaient sous-capitalisées et l 'épargne française était trop fragile.

A partir des années 1986, la France a privatisé les entreprises nationales qui étaient en bon état et capables d'affronter la concurrence étrangère.

Au moment de la crise des subprimes en 2008, la tentation de privatiser les banques pour les protéger était forte, mais on a choisi de leur donner des béquilles le temps qu‘elles cicatrisent leurs blessures. Au demeurant, les banques françaises n'étaient pas en trop mauvais état.

Depuis les années 2008, la question des entreprises publiques françaises n’a pas été posée. Ni par Nicolas Sarkozy, ni par François Hollande.

Cette question sera forcement posée lors des élections présidentielles de 2017. La France n’a pas de stratégie industrielle, et sa politique économique a une ambition strictement sociale. La vraie question que la classe politique n'ose pas poser :  à quoi servent les grandes entreprises publiques françaises ? Si le personnel politique est incapable d'apporter une réponse convaincante, il faudra se résoudre à admettre que les entreprise publiques sont appelées à disparaître. En attendant, ces galères prennent l’eau. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 15/03/2016 - 01:14
Depuis les années Mitterrand-le-collabo...
les "combats" pour les privilèges de la SNCF lui ont permis d'abriter, en son sein, un actif pour deux inactifs...aucune entreprise normale ne peut résister à ces privilèges honteux plus de deux mois, sans jeter l'éponge! La SNCF, elle, a traversé les décennies gauchistes sans moufter, car le con-tribuable épongeait ses déficits, chaque année. Et quand l'état faisait mine de vouloir adapter la SNCF à la globalisation, les ancêtres CGTistes et FO se mettaient en grève...et tout rentrait dans l'ordre rouge!...puis, les mêmes qui avaient instauré ces privilèges, ont décidé, sans modifier ces privilèges, l'ouverture à la concurrence: c'était comme jeter un oisillon hors du nid! Il avait toutes les chances de s'écraser, après quelques battements d'ailes infructueux. Ben voila, on y est! Les SNCF-RFF sont proches de l'écrasement au sol, et le schéma peut-être reproduit à toutes les entreprises française privilégiées...
karenotsoa
- 14/03/2016 - 22:16
Mal placé
Hollande ou Valls, et beaucoup avant eux, font la morale aux entreprises qui distribuent des dividendes au lieu d'invertir ou de créer de l'emploi... c'est bien que JM Sylvestre nous rappelle que l'actionnaire-sangsue par excellence, incapable stratégiquement et ignare économiquement, pourtant le premier à exiger ses dividendes pour entretenir son obésité morbide, c'est l'Etat.
zombikiller
- 14/03/2016 - 20:34
JMS peut il se relire ?
En 2008 la tentation de privatiser les banques pour les protéger était forte. La tentation n'était elle pas de les nationaliser pour les protéger ?
Il faudra admettre que les entreprises publiques "soient" appelées à disparaître et pas "sont"
On peut être bon économiste et se relire. Je paie mon abonnement