En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

06.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

07.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 4 heures 20 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 5 heures 58 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 8 heures 51 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 9 heures 59 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 11 heures 12 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 11 heures 38 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 12 heures 54 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 13 heures 2 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 4 heures 59 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 8 heures 56 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 10 heures 17 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 10 heures 49 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 12 heures 37 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 13 heures 2 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 13 heures 27 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Comment les printemps arabes ont signé l’échec de l’islam politique et enterré bien des espoirs, mais pas tous

Publié le 13 mars 2016
Extrait de "Danser sur un volcan" de Nicolas Baverez, aux éditions Albin Michel 2/2
Nicolas Baverez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Baverez est docteur en histoire et agrégé de sciences sociales. Un temps éditorialiste pour Les Echos et Le Monde, il analyse aujourd'hui la politique économique et internationale pour Le Point.Il est l'auteur de Lettres béninoises et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Extrait de "Danser sur un volcan" de Nicolas Baverez, aux éditions Albin Michel 2/2

Les révolutions qui affectèrent le monde arabomusulman à partir de 2011 partagent avec celle de 1989 de n’avoir été ni prévues ni anticipées. La chute de Ben Ali en Tunisie puis celle d’Hosni Moubarak en Égypte éclatèrent comme autant de coups de tonnerre dans un ciel que l’on pensait à tort serein. L’insurrection iranienne de 2009 avait pourtant montré, entre autocratie et islam radical, le réveil des sociétés musulmanes. 

Le Printemps arabe a éclos en Tunisie. Sous la direction de Ben Ali, le pays avait connu un développement économique régulier, fondé sur les services et le tourisme ainsi que sur l’émergence d’une classe d’entrepreneurs dynamiques. Au prix cependant d’un chômage massif des jeunes, notamment des diplômés, d’inégalités de plus en plus criantes, d’une corruption endémique qui faisait la part belle aux proches du Président, enfin d’une répression féroce des partis d’opposition et des islamistes. Le soulèvement, né de l’immolation par le feu d’un vendeur ambulant victime du racket policier, emporta en quelques semaines le régime qui tenait le pays d’une main de fer depuis 1987. L’onde de choc gagna l’Égypte : véritable laboratoire des mutations du monde arabe, elle fut le berceau des Frères musulmans en 1928, du coup d’État de Nasser qui, en 1952, inventa le nationalisme arabe, du renversement des alliances au bénéfi ce des États-Unis puis de la paix en Israël réalisés par Anouar el-Sadate avant son assassinat. Les manifestants de la place Tahrir provoquèrent le départ d’Hosni Moubarak, le 11 février 2011, abandonné par l’armée et par l’Occident en raison de sa tentation dynastique et d’une corruption tentaculaire. La révolution, comme en Tunisie, fut confisquée par les fondamentalistes islamiques, seule force d’opposition organisée, à l’occasion des élections législatives (42 % des voix aux Frères musulmans), puis présidentielles (52 % des voix à Mohamed Morsi en juin 2012) ; ils furent à leur tour dévorés par la dynamique révolutionnaire. En 2011 pourtant, la chute successive de deux des autocraties les plus puissantes libéra de la peur les sociétés qui entrèrent en mouvement dans l’ensemble du monde arabo-musulman, du Maroc à la Turquie en passant par la Libye, la Syrie et le Yémen, l’Arabie Saoudite et Bahreïn. Seul le Qatar fit exception.

Le réveil des peuples arabes connut un destin très divers, sans parvenir à promouvoir une nouvelle donne plus favorable au développement économique, à la justice et à la dignité des hommes. La contestation fut désarmée par des signaux d’ouverture au Maroc, par le souvenir de la terrible guerre civile des années quatre-vingt-dix en Algérie, par une redistribution massive des réserves pétrolières dans les monarchies du Golfe. Elle fut violemment réprimée à Bahreïn. Elle déboucha sur la guerre civile en Syrie, où le régime de Bachar al-Assad survit au prix de 250 000 morts et de 11 millions de réfugiés, en Libye, où le renversement du colonel Kadhafi , dû à l’intervention des forces occidentales conduites par la France, a débouché sur le chaos, et au Yémen, où les milices houthis, soutenues par l’Iran, affrontent le camp présidentiel appuyé par l’Arabie Saoudite.

Trois ans après la chute de Ben Ali et de Moubarak, la révolution a connu une même confiscation par les islamistes et un même échec de leurs gouvernements avant de diverger. En Tunisie, la prise du pouvoir par le parti Ennahda aboutit rapidement à un désastre économique et social, avec la récession et le chômage, mais aussi politique et stratégique, avec la vague d’assassinats de leaders libéraux et de défenseurs des droits de l’homme ainsi que la dégradation de la situation sécuritaire et la multiplication des attentats par les groupes islamistes profi tant du chaos libyen. En 2013, le pays était au bord de la guerre civile. Ennahda accepta alors de s’effacer au profi t d’un gouvernement de transition qui permit le vote d’une Constitution progressiste par 92 % de la population au début de 2014.

En Égypte, Mohamed Morsi fut destitué, le 3 juillet 2013, sous la pression des manifestations qui ramenèrent les généraux au pouvoir derrière le maréchal al-Sissi. Le premier président égyptien démocratiquement élu fut moins renversé par les militaires que par la mobilisation du peuple. Les islamistes déçurent plus vite encore que les autocrates. Mohamed Morsi a cumulé la faiblesse du leadership et l’autoritarisme, se coupant de la population tout en affermant l’État aux Frères musulmans. La corruption et les violences policières sont allées de pair avec la montée de l’insécurité. Surtout, la crise économique et sociale s’est emballée avec l’effondrement de 30 % du tourisme, l’envol du chômage qui touche 20 % de la population active, les pénuries de produits de première nécessité. L’économie égyptienne fut prise en étau par l’explosion du défi cit budgétaire, la  déliquescence du secteur public, et la crise de la balance des paiements qui provoqua l’effondrement de la livre. La prise du pouvoir par le maréchal al-Sissi, plébiscité par une très grande majorité d’Égyptiens, s’imposa comme la dernière chance de prévenir l’effondrement de l’État et la plongée dans une guerre civile à la syrienne.

Force est de constater que le Printemps arabe a débouché sur un nouvel échec de l’islam politique, venant après la débâcle des expériences de modernisation soutenues par les États-Unis ou se réclamant des modèles socialistes. L’impasse dans laquelle se trouve enfermé le monde arabo-musulman renvoie au cumul de quatre fléaux : l’absence de démocratie, bloquée par les structures tribales, le nationalisme autoritaire des militaires et l’islamisme ; l’échec du développement ; la spirale infernale de la pauvreté et des inégalités ; enfin la condition des femmes.

Les soulèvements n’ont pas conduit à la démocratisation mais au déchaînement de la violence. Le Moyen-Orient est ainsi devenu, au croisement de la guerre civile, de l’effondrement des États et des rivalités de puissance, le théâtre d’opérations privilégié du djihad. Pour autant, le réveil des sociétés arabes comporte une part d’espoir. Il est en effet indissociable de l’émergence d’une classe moyenne émancipée et d’une jeunesse urbaine éduquée qui refuse de céder à la peur et de se soumettre aux traditions. Il traduit la volonté de certains peuples de prendre leur destin en main en échappant aux manipulations par les puissances extérieures à la région. Il peut ouvrir la voie à un programme de réformes qui permettrait à ces pays d’exploiter leur formidable potentiel.

Extrait de Danser sur un volcan de Nicolas Baverez, publié aux éditions Albin Michel, 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
de20
- 13/03/2016 - 19:23
Islam et Arabes ne font qu un
Islam et Arabes ne font qu un pour abjurer le tout au profit du peu.
Depuis le sacage la bibliothėque d Alexandrie à nos jours rien n est sorti de ce peuple primaire. Tant pis pour polifico correct dont dailleurs tout le monde se fiche hormis ses chantres aux émotions tarifées.