En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 26 min 46 sec
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 2 heures 42 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 5 heures 19 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 5 heures 57 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 7 heures 23 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 17 heures 37 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 18 heures 37 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 49 min 11 sec
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 3 heures 55 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 6 heures 43 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 7 heures 21 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 7 heures 40 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 50 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 21 heures 52 min
© REUTERS/Philippe Wojazer
© REUTERS/Philippe Wojazer
La courbe ou la vie

François Hollande ou l'opération rattraper le temps perdu, suite : 14 mois pour sauver les 45 précédents

Publié le 20 février 2016
A près d'un an de la fin de son mandat, François Hollande joue son va-tout sur l'emploi, avec la réforme du code du travail.
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A près d'un an de la fin de son mandat, François Hollande joue son va-tout sur l'emploi, avec la réforme du code du travail.

Alors que sa cote de popularité rechute dans les sondages à cause d'un remaniement ministériel mal accueilli par l'opinion, François Hollande se démène sur le front de l'emploi en mode accéléré. Après des mois d'hésitations, la mise en oeuvre de mesures qui n'ont pas suffisamment porté leurs fruits pour inverser la courbe du chômage - à savoir le CICE et le pacte de responsabilité, le chef de l'Etat s'est rangé à l'idée qui jusque-là semblait lui rebuter, la réforme du Code du Travail.

La loi El Khomri, dont on ne connait pas encore le contenu exact, est supposée apporter de la "souplesse" à la législation, ce qui devrait permettre de "fluidifier" le marché du travail, autrement dit permettre aux patrons d'embaucher et de licencier plus facilement, sans avoir en permanence l'épée de Damoclès des procès au-dessus de la tête.

Cette simplification sera, nous dit-on assortie de "garanties" pour les salariés, ce dont doutent aujourd'hui les syndicats. Pour eux cette "souplesse" signifie ni plus moins une réduction de leurs droits. Même la CFDT, le syndicat le plus ouvert au dialogue, le trouve "déséquilibré".

Pourtant cette réforme a fait ses preuves dans d'autres pays et notamment l'Allemagne où le dialogue social est autrement plus développé qu'en France. Or, la future loi laissera précisément une large place à la négociation dans l'entreprise. Si, comme le souhaite François Hollande, cette réforme est adoptée (sans trop de couacs gouvernementaux, ce qui n'est pas acquis) rapidement, pour qu'elle porte ses fruits avant la fin du quinquennat, elle doit être votée, validée et mise en oeuvre sans tarder. Pour la Gauche du PS et le Front de Gauche, c'est un sujet de fracture, voire de rupture. Pour François Hollande, une question de survie politique.

Sans exagérer, on peut dire qu'il joue son va tout avec cette ultime réforme. N'a-t-il pas conditionné sa candidature pour sa réélection à l'amélioration de la situation de l'emploi ? Il l'a répété au micro de France Inter : "Je n'ai qu'une seule parole. J'ai été candidat pour que nous créions les conditions pour qu'il y ait une baisse du chômage et il doit y avoir une baisse du chômage. Et s'il n'y a pas de baisse du chômage, vous savez quelles conclusions j'en tirerai". C' est dit. Et il enfonce le clou: " "Je demande à être jugé là-dessus: est-ce que j'aurais bien fait, ou est-ce que je n'aurais pas bien fait ?"

Il aura en tous cas tout fait, pas comme il aurait fallu, mais c'est le propre des décisions politiques. Comme François Hollande ne laisse poindre aucun signe de lassitude du pouvoir par ailleurs, on peut aisément imaginer qu'il aimerait relever le défi malgré "le spectre d'un nouveau 21 avril". Pour la présidentielle le compte à rebours a déjà commencé. Il reste quatorze mois ; pour que le texte soit adopté et mis en oeuvre, il faut compter au moins six mois. Pour qu'elle produise ses effets, un peu plus... C 'est dire que les semaines , voire les jours seront comptées et que l'on comptera aussi le temps perdu. Mais le pire n'est jamais sûr.

La Droite qui réclame cette réforme dans tous ses programmes est au pied du mur, voire piégée. Va-t-elle voter contre, en prétextant qu'elle ne va pas assez loin, après l'avoir saluée comme cela a été le cas pour la loi Macron ? Ou va-t-elle contribuer à son adoption, laissant à la Gauche les débats sur l'abandon ou non de ses grands principes ?

Chez les Républicains, pour d'autres raisons, on a aussi les yeux rivés sur l'horizon 2017. L'enjeu est immense. Il permet à François Hollande de balayer l'hypothèse de sa participation à des primaires. L'idée, il est vrai, parait surréaliste pour un président en fonction. Il "préfère", explique-t-il "être pleinement dans (sa) mission".  Et François Hollande est trop fin politique pour ne pas savoir qu'en cas d'amélioration de la situation de l'emploi, l'hypothèse d'une primaire de Gauche tomberait d'elle-même, et que sa candidature s'imposerait à son camp. En revanche en cas d'échec, il ne laissera à personne d'autre qu'à lui même le soin de s'exclure de la bataille.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 21/02/2016 - 17:49
Lorsqu'il a dit en 2012
vouloir baisser le nombre de chômeurs, c'était par rapport aux chiffres existant . Or, il en a rajouté quelques 700 000 (?).Compte tenu qu'il y en a pour 14 mois encore, il doit donc trouver une solution à pratiquement 1 million de chômeurs en moins pour oser se représenter. C'est mal parti !
tiopere 1
- 20/02/2016 - 18:02
la lutte anti chomage comporte plusieurs volets
pour qu'un employeur procède a des embauches , il faut qu'en cas de retournement de conjonctures , il puisse se séparer de salariés , c'est le premier volet facilité par ce projet , la deuxième condition tout aussi importante est que les charges sociales qui sont les plus fortes au monde puissent rejoindre la moyenne de nos pays concurrents , donc des les baisser au moyen de la TVA sociale a l'exemple danois . Compte tenu des velléités démagogiques de Hollande , c'est inenvisageable . Il se contentera donc d'un traitement social du chomage en augmentant massivement la dette globale déjà colossale mais on connaît la fourberie de ce personnage /
Mike Desmots
- 20/02/2016 - 17:57
C'est perdu d'avance pour Normal 1er ...!
Tout le monde en France...sait ...qu'un scooter la nuit ...va plus vite qu'un pédalo....!!