En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Les lions d'Afrique menacés de disparition

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 2 heures 42 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 6 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 8 heures 27 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 9 heures 28 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 10 heures 31 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 12 heures 2 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 12 heures 3 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 12 heures 4 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 5 heures 9 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 6 heures 56 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 9 heures 7 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 9 heures 49 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 11 heures 33 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 12 heures 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 12 heures 2 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 12 heures 6 min
© Canal plus
© Canal plus
Même pas peur

Baron Noir, le House of Cards frenchy de Canal+ : comment la chaîne à péage espère résister à Netflix en françisant la politique fiction

Publié le 15 février 2016
Composé de 8 épisodes, Baron Noir diffusée sur Canal+ montre la volonté de la chaîne cryptée de concurrencer Netflix par la production de séries françaises politico-fictionnelles. Un combat entre deux géants qui met en avant le désir des téléspectateurs pour l'épopée.
Clément Bosqué
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Bosqué est Agrégé d'anglais, formé à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique et diplômé du Conservatoire National des Arts et Métiers. Il dirige un établissement départemental de l'aide sociale à l'enfance. Il est l'auteur de chroniques sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Composé de 8 épisodes, Baron Noir diffusée sur Canal+ montre la volonté de la chaîne cryptée de concurrencer Netflix par la production de séries françaises politico-fictionnelles. Un combat entre deux géants qui met en avant le désir des téléspectateurs pour l'épopée.

Atlantico : Avec Baron Noir, série de politique fiction qui nous fait découvrir les coulisses d'une circonscription du Nord, Canal+ cherche-t-elle à contrer la chaîne américaine 100% web Netflix sur ce créneau porteur ?

Clément Bosqué : Je crois que pour comprendre ce qui se joue dans cette bataille de parts de marché, il convient de voir un peu quels mots on emploie pour en parler. Par exemple sur le site Allociné : "épopée politique et judiciaire" ; "un combat épique" entre les personnages incarnés par Kad Merad et Niels Arestrup. Faut-il croire que c’est par hasard qu’on choisit ces termes-là pour commenter la série française la plus attendue du moment ? Rappelons que dans le très ancien Gilgamesh, la déesse génitrice Arourou crée pour le héros "un rival / pour qu’ils luttent sans cesse ensemble"[1] ! Donc, plus qu’un créneau porteur, c’est une vénérable tradition narrative que prolonge la série TV. Les partenariats de Netflix avec Disney, Marvel, Pixar et Lucasfilm, les usines à rêve contemporaines, témoignent d’une véritable efflorescence. Et Canal +, pour soutenir la lutte avec le géant de la vidéo à la demande, ne peut faire difficulté de le reconnaître : le spectateur veut davantage qu’un film d’une heure cinquante, qu’une intriguette vite conclue. Il veut prendre son temps. Ce à quoi nous assistons, c’est au retour de quelque chose que l’on a, comme disait Pierre Mac Orlan, "mal oublié", à savoir l’attrait étourdissant du récit long, du récit mythique. L’épopée nous revient sous forme de séries TV ! La politique-fiction, ses affrontements et ses manœuvres, se prête très bien à cela. Et ce qui est frappant, c’est qu’à un autre niveau, le combat de titans entre Canal et Netflix n’est pas dénué d’une dimension épique.

Plus noire, plus sociale ou juste une pâle copie avec moins de moyen du grand-frère américain ? Qu'est-ce qui différencie fondamentalement la série "made in France" de la série US ?

On fait souvent de la différence entre séries françaises et américaines une question de moyens. Est-ce que vous ne croyez pas que c’est une excuse ? Non, il y a surtout une différence de savoir-faire narratif, qui s’explique à mon avis par une façon différente de traiter le divertissement. Que remarque-t-on ? Les français renchérissent de réalisme glauque : d’où ces armées de flics patibulaires, avocats véreux, politiciens usés et juges ambivalents qui se bousculent dans les séries Canal notamment. Mais si les productions françaises ne sont dépourvues ni d’ambition ni de bons acteurs (un Niels Arestrup, par exemple), on doit regretter qu’elles se prennent tant au sérieux. Malédiction française ! La même chose depuis Zola : un pathos grandiloquent, sombre, qui masque un moralisme puissant. Le divertissement français tient absolument à édifier, à châtier un peu les mœurs. Les américains, eux, n’ont qu’une seule devise : entertain ! Entertainment qui en Europe nous met si mal à l’aise et qu’on ferait mieux de traiter de moins de mépris. Le sémiologue Vincent Colonna (L’art des séries TV) explique comment en France, on n’enseigne pas, et par conséquent, on méconnaît les règles du récit dramatique. Aux Etats-Unis, on sait raconter une histoire. La veine héroïque ne fait pas honte : en tout personnage politique, comme dans À la Maison Blanche, sommeille un cowboy, voire, imaginaire médiéval aidant, un Arthur, un Charlemagne ou un Robin des Bois de vieil estoc. Et surtout, pas de morale qui tienne. Lorsque le personnage de Frank Underwood (House of Cards) déclare, en un aparté distinctif, que "les amis font les pires ennemis" (une sentence qui a peut-être inspiré le slogan de Baron Noir), les créateurs n’ont pas pour objectif de dénoncer son cynisme, mais de provoquer chez le spectateur le plaisir invraisemblable de se sentir le complice du Prince. Les séries américaines dont nous parlons ont bien compris cette leçon de Machiavel : il n’y a pas de vérité ou de vertu éternelle, en dehors de la capacité des hommes à saisir l’occasion "par les cheveux". En France, que ce soit dans la fiction ou dans a réalité, nous ferions bien de nous en inspirer.

La politique fiction est un genre très à la mode, avec des succès mondiaux comme A la maison Blanche, puis House of Cards et Borgen. Comment Canal a-t-il fait pour adapter cette tendance à la culture politique française ?

Revenons un instant sur les raisons d’un tel succès des fictions « politiques ». D’abord, elles fournissent aliment à une mise en scène aiguë, concentrée, d’un certain nombre de dilemmes après tout fort ordinaires. La série danoise Borgen montre des femmes et hommes tiraillés entre vie professionnelle et vie familiale, jeux de pouvoir, de séduction, trahisons de soi et des autres, alliances et compromis. L’être humain y est dépeint comme la proie de tentations multiples, aux prises avec les turpitudes de Monsieur ou Madame Tout-le-Monde. Ensuite, on l’a déjà évoqué, les séries de politique fiction accrochent le spectateur en donnant accès aux antichambres et aux coulisses du château (c’est la signification du mot danois borgen). On y trouve résorbé le fossé entre la "pensée du Palais" et celle de la "place publique" contre lequel mettait en garde Machiavel. Shakespeare ne s’y était pas trompé, qui puisait dans les chroniques des rois la matière d’Othello, de Macbeth, de Richard III (on sait que Kevin Spacey interprétait cette pièce sur les planches parallèlement au tournage de House of Cards !).

Mais cela ne suffit pas à faire un bon récit, qui dépend avant tout de ses personnages, au-delà ou hors de tout mauvaise morale, on l’a dit. Or la particularité de la vie politique française réelle, c’est justement le sérieux insensé dans lequel se drapent ses acteurs : refus effarouché du spectacle, foi bigote en de vagues "idées", quand ce ne sont pas de louches "valeurs", attachement grippé au programme moderne, au logiciel des Lumières réduit à un bréviaire (la "politique, domaine de pseudo-problèmes, où se dilate le mauvais philosophe qui réside en chacun de nous", écrivait Cioran). Le défi de Baron Noir Canal est donc grand, puisqu’il s’agit, à partir de ceux que le philosophe, peu amène, qualifiait de « combinards au regard nul et au sourire atrophié », de construire de vrais personnages.

Canal+ semble être le seul à tenir le choc contre les Etats Unis, avec de grandes réussites comme BraquoBorgiaBref, PlataneEngrenages ou Maison Close. Quelle est la recette de ce succès ? Est-ce un investissement durable pour une chaîne à péage ? 

Canal + est retournée aux origines, autrement dit, étymologiquement (origo), à la source. Elle a compris que ce qui était original n’était pas ce qui était nouveau, mais ce qui renouait la tradition. La recette est simple, et Canal l’applique à ses Braquo, Borgia, Engrenages, et autre Baron Noir. La chaîne a bien repéré l’engouement pour les formats longs. Le succès des préquelles et des séquelles au cinéma le montre aussi : le spectateur désire de retrouver son personnage, de faire un bout de chemin avec lui. Comme le dit Emmanuel Daucé, co-créateur et producteur de la série France 3 Un Village français, il s’agit de savoir « comment est-ce qu’on va vivre avec ces personnages, et comment est-ce qu’on va intimement comprendre ce qu’ils sont et ce qu’ils font ». On veut, au sens propre, suivre Frank Underwood dans les salons feutrés de House of Cards, on jouit d’être partie prenante de ses manigances ; on veut vivre jour après jour le procès de Steven Avery dans l’excellent documentaire Making a Murderer (à voir toutes affaires cessantes… sur Netflix) ; on tremble pour le falot Lester Nygaard dans l’incroyable Fargo. Sans parler des multiples groupes de fans qui, réseaux sociaux aidant, commentent et communient. Oui, la série fait religion ! Netflix et Canal à sa suite ne font que retrouver l’efficacité propre de l’épopée d’autrefois, qui avait refait surface dans le roman chevaleresque, puis entre le XVIIIème et le XXème siècle dans le roman d’aventure et le feuilleton.

Le passage au pur numérique (et multi-écrans) comme chez Netflix, est-il absolument nécessaire ? En quoi la stratégie de Canal+, plus hybride et encore centrée sur une chaîne de télévision peut-elle tout de même se révéler payante ?  

Netflix a dû faire ses preuves, en France comme dans d’autres pays, pour installer, expliquer son système de « vidéo à la demande ». On ne voit pas bien par quel motif la tendance ralentirait, avec la poussée de ces nouvelles habitudes de consommation, comme disent les experts en stratégie, et compte tenu des partenariats avec les grands fournisseurs d’accès, qui ne vont pas manquer de propager le « virus ». À quoi sert encore une chaîne (qui nous enchaîne…) quand on a un site, un portail ? « L’esprit Canal » a-t-il jamais été autre chose qu’une vieille idée marketing, qui connaît ses derniers soubresauts ? Le principe de la chaîne à péage conçu par Léo Scheer dans les années 1970, à partir de l’intuition que la télévision, l’informatique et le téléphone devaient fusionner, semble dépassé. Cette géniale « cash machine » qu’est Canal +, pour s’agiter encore, vit ses derniers jours. Combien de temps ? Si Canal fait encore bon visage, elle ne devrait pas oublier que nil permanet sub sole, (Ecclésiastes), « rien ne demeure sous le soleil » (ce qui ne contredit pas le proverbe qui veut qu’il n’y ait jamais vraiment, sous ce même soleil, rien de nouveau). Même un genre aussi fertile et respecté que le genre épique a pu tomber en désuétude : il s’est trouvé des contemporains d’Homère pour se moquer des vieilles légendes, des mythes rapiécés, des scènes un peu grotesques de l’Iliade, où les dieux trop humanisés se battaient comme des chiffonniers. Au fond, les hommes ont toujours besoin de citharèdes parmi eux, et de chanter des péans aux dieux et aux héros. Mais il faut parfois que les mélodies, que les instruments changent.



[1] L’épopée de Gilgamesh, traduction d’Abed Azrié, Berg International.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 15/02/2016 - 19:52
Frenchy
De grâce, Mesdames et Messieurs les plumitifs, interdise vous ce mot imbécile qui désigne un Français expatrié aux Etats Unis ou tout autre pays anglophone, et maintenant une série télévisée imitant une série américaine.Même expatrié, un français reste français, et s'il y réussit, ce serait plutôt l'occasion de célébrer l'excellente qualité des dirigeants français plutôt que de l'affubler de cette épithète vide de sens. De grâce, assez!
Ganesha
- 15/02/2016 - 10:46
Choix
Il y a de nombreux soirs où ''il n'y a vraiment rien à la télé'' ! Canal + et Arte sont mes choix les plus fréquents, parfois France 2. Je ne suis pratiquement jamais attiré par TF1 ou M6 !