En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

07.

La femme de ce député qui va rejoindre le Modem vient d'être embauchée par ... le MoDem

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 19 min 33 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 36 min 20 sec
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 45 min 50 sec
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 1 heure 26 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 1 heure 44 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 2 heures 5 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 2 heures 27 min
pépites > Politique
Coincidence
La femme de ce député qui va rejoindre le Modem vient d'être embauchée par ... le MoDem
il y a 3 heures 48 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 18 heures 32 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 19 heures 49 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 27 min 23 sec
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 45 min 28 sec
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 3 heures 34 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 17 heures 27 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 19 heures 18 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 20 heures 48 min
© France Bleu
© France Bleu
Antiterrorisme

Philippe Bilger : "Ce projet de réforme de la procédure pénale arme davantage l’état de droit"

Publié le 04 février 2016
Le Conseil des ministres de ce mercredi 3 décembre a notamment été consacré au projet de loi de réforme de la procédure pénale visant à renforcer l’efficacité dans la lutte contre le crime organisé et son financement. Un projet de loi qui va plutôt dans le bon sens.
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Conseil des ministres de ce mercredi 3 décembre a notamment été consacré au projet de loi de réforme de la procédure pénale visant à renforcer l’efficacité dans la lutte contre le crime organisé et son financement. Un projet de loi qui va plutôt dans le bon sens.

Atlantico : Le Conseil des ministres de ce mercredi 3 décembre a notamment été consacré au projet de loi de réforme de la procédure pénale visant à renforcer l’efficacité dans la lutte contre le crime organisé et son financement. Quelles sont les principales mesures annoncées et quels sont les objectifs officiellement visés par le gouvernement ? 

Philippe Bilger : Les principales mesures annoncées donnent davantage de pouvoir à la police, au parquet, au juge d’instruction et éventuellement au préfet. Elles visent à faciliter les investigations en les sortant du processus classique. Globalement, elles me paraissent très satisfaisantes dans la mesure où elles arment encore davantage l’état de droit.

Dans quelle mesure répondent-elles réellement aux enjeux actuels ?

On pourrait en concevoir d’autres, mais ce serait de mauvaise foi de reprocher au gouvernement de n’avoir pas pris la mesure du danger terroriste. Il semble faire ce qu’il peut, malgré ce que voudrait la gauche de la gauche, de manière à répondre à l’attente des citoyens et pour répliquer à la menace toujours présente du terrorisme. Evidemment, si une nouvelle tragédie arrive, on pourra dire que c’était insuffisant, mais dans un état de droit, on ne peut pas inventer à tout instant de nouvelles mesures pour répondre à l’inventivité dont font preuve les terroristes pour les contourner. Je ne vois donc rien dans ces dispositions qui heurte l’état de droit. Je dirais même que peut-être on aborde enfin une définition plus acceptable de l’état de droit. L’état de droit n’est pas destiné qu’aux transgresseurs mais doit aussi être l’arme d’un pays qui est menacé par des malades ou des tueurs. Autrement dit, l’état de droit ne peut être un auxiliaire de la faiblesse transgressive, mais doit être le soutien d’une majorité honnête.

Le gouvernement est-il plus cohérent avec ce projet loi depuis que Christiane Taubira a démissionné ?

Oui, il est clair que c’est plus cohérent. Urvoas est beaucoup plus légitime pour défendre ce projet de loi qui semble plus correspondre à sa philosophie de l’Etat et à sa vision pénale. Cela me paraît évident.

Ce projet provoque déjà des remous dans les rangs de la magistrature, dont une partie active des membres s'y opposent. Que craignent-ils et est-ce fondé selon vous ? 

Il y a effectivement déjà eu une sorte d’avertissement qui a été donné par le premier président de la Cour de Cassation qui s’est réuni exceptionnellement avec les premiers présidents de la Cour d’appel. Ils craignent que l’autorité judiciaire soit reléguée au profit d’un tout sécuritaire. En ce qui me concerne, je ne suis pas convaincu que cette crainte soit justifiée. Bien sûr, je ne discute pas le fait que la sécurité soit placée sous le regard de la justice, mais je pense que l’institution judiciaire est capable de comprendre qu’en certaines circonstances, une priorité conjoncturelle soit donnée non pas au tout sécuritaire mais aux forces de police et au parquet qui sont les plus outillés pour lutter contre le terrorisme.

De nombreux indicateurs montrent qu'il existe une grande aspiration dans l’opinion à plus de fermeté avec les criminels et délinquants et à plus de sécurité. En se mobilisant souvent dans le sens inverse de ces aspirations, les magistrats ne prennent-ils pas le risque de susciter une incompréhension forte et croissante dans la population ? 

Je crois qu’il y a plusieurs choses à distinguer : d’abord il y a la réalité profonde de la magistrature dont je suis persuadé qu’elle n’est pas fondamentalement hostile à ce projet de loi.  

Puis il y a évidemment le fameux Syndicat de la magistrature qui, à des fins idéologiques, se sert de la justice plutôt qu’il ne la sert. Il y met même une énergie forcenée, comme nous l’a montré l’affaire du Mur des cons.

Enfin, au niveau officiel, il y a une sorte de discours obligatoire de la part de la magistrature qui consiste à s’effrayer, voire s’émouvoir devant tout ce qui pourrait ressembler à une relégation de son autorité. Je ne crois pas que ce soit méprisable et je ne tiens pas pour rien ces inquiétudes. Cependant, je crois qu’il ne faut pas surestimer ces angoisses-là. Je crois qu’elles relèvent plus d’un jeu de rôle institutionnel et je ne pense pas que derrière, les magistrats en charge de ces problèmes soient sur la même longueur d’onde. Il est évident que le magistrat est un citoyen et comprend qu’il y a des contraintes qui s’imposent aujourd’hui à l’Etat. On ne peut pas à la fois reprocher le laxisme de l’Etat quand Taubira régnait et dans le même temps s’émouvoir en permanence dès qu’il fait œuvre d’autorité et d’efficacité. Il faut peut-être aussi choisir. J’aurais plutôt tendance à soutenir la démarche présidentielle et gouvernementale dans ce qu’elle a de positif à l’égard de dangers qu’elle a longtemps sous-estimé, en tout cas de janvier 2015 au 13 novembre 2015.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 04/02/2016 - 10:05
Philippe BILGER
Son opinion est très mesurée, elle tient compte de la nécessité d'une lutte ferme et efficace contre les terroristes aussi bien que de l'équilibre nécessaire à la Justice.