En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

07.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 min 6 sec
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 3 heures 5 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 5 heures 49 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 6 heures 19 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 7 heures 10 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 7 heures 19 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 6 heures 7 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 6 heures 28 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 7 heures 14 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 7 heures 19 min
© Reuters
© Reuters
Ecole buissonnière

Tout le monde sait comment on fait les enfants mais qui sait encore comment on fait un adulte aujourd’hui ?

Publié le 21 janvier 2016
Si jusque dans les années 1960, le moment du passage de l'enfance à l'âge adulte était particulièrement précis, il est aujourd'hui beaucoup plus flou. Les marqueurs sociaux de ce passage demeurent, mais leur survenue est beaucoup plus espacée dans le temps. L'individu se construit non plus grâce à une transmission intergénérationnelle mais suite à une succession d'expériences personnelles.
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si jusque dans les années 1960, le moment du passage de l'enfance à l'âge adulte était particulièrement précis, il est aujourd'hui beaucoup plus flou. Les marqueurs sociaux de ce passage demeurent, mais leur survenue est beaucoup plus espacée dans le temps. L'individu se construit non plus grâce à une transmission intergénérationnelle mais suite à une succession d'expériences personnelles.

Atlantico : L'âge du premier mariage n'a cessé de reculer depuis vingt ans (passant de 26,8 ans à presque 31 ans en France selon l'Insee), le taux de chômage des moins de 25 ans atteint 24,6% (au troisième trimestre 2015)... Les marqueurs traditionnels de passage à l'âge adulte sont bousculés depuis deux générations. Que signifie être adulte aujourd'hui ?

Eric Deschavanne : Au cour du dernier demi-siècle, le modèle du passage à l'âge adulte s'est radicalement transformé. On est passé d'un modèle où l'on basculait dans un laps de temps assez court de l'enfance à l'âge adulte à l'émergence d'un nouvel âge de la vie consacré au devenir adulte. Dans les années 1950, le passage à l'âge adulte se faisait brutalement, sur une période de la vie très courte. Au sortir de l'école pour les femmes et du service militaire pour les hommes, on entrait directement dans le rôle et le statut d'adulte. L'installation dans la vie de couple coïncidait avec le mariage, et les enfants arrivaient immédiatement après. La notion d'adulte, au sens social, est liée à un statut caractérisé par la stabilité et l'exercice de certains rôles bien déterminés. Les marqueurs liés au mariage, à la création d'une famille et à l'occupation d'un emploi étaient clairement marqués.

Le changement de modèle qui s'est produit au cours du dernier demi-siècle est associé à l'apparition d'un nouvel âge de la vie, la jeunesse. La jeunesse comme âge naturel a bien entendu toujours existé mais auparavant, “jeunesse” signifiait “jeune adulte”, c'est-à-dire adulte vigoureux mais encore immature, inexpérimenté, tandis qu'aujourd'hui la jeunesse en tant qu'âge social se définit comme un état où l'on n'est pas encore adulte socialement parlant. Le "jeune" est un pré-adulte, un adulte en devenir. La jeunesse est l'âge du “devenir adulte”. Or, depuis plusieurs décennies, la jeunesse, cet âge de la transition vers l'âge adulte, ne cesse de s'allonger. Au point que certains sociologues estiment que l'âge adulte a disparu. Pour certains, nous serions entrés dans l'ère de l'adolescence permanente, il n'y aurait plus de rôles ou de statuts propres à l'adulte qui permettraient de distinguer clairement l'âge de la jeunesse et celui de l'âge adulte. Je n'en crois rien, et je considère qu'il y a encore actuellement des critères qui permettent de définir le passage à l'âge adulte, même si ce passage correspond à une série de seuils successifs qui ne se superposent plus.

L'adulte social et l'adulte juridique ne coïncident plus pusiqu'on reste aujourd'hui dépendant économiquement bien après l'âge de la majorité. L'indépendance reste le critère essentiel pour définir socialement l'adulte. Ce marqueur identitaire,toutefois, se démultiplie, on peut distinguer plusieurs critères qui correspondent à différents seuils. Par exemple, l'indépendance financière et le départ du domicile familial ne se superposent pas forcément. L'indépendance affective, ou l'entrée dans l'âge des responsabilités familiales est sans doute le dernier marqueur notable: l'arrivée du premier enfant est l'ultime passage de l'adolescence à l'âge adulte. Entre temps, il y aura eu l'installation de la vie de couple. Le sociologue Jean-Paul Kaufmann a parlé du “couple à petits pas”. Là encore, le nouveau modèle n'est plus celui d'un basculement soudain, avec des marqueurs et des rites très nets (rencontre – fiançailles - mariage - naissance du premier enfant), mais celui d'une entrée progressive dans le vie affective adulte : on commence par l'apprentissage de la vie sexuelle et amoureuse, puis vient la première installation en couple; on attend souvent plusieurs années encore avant l'arrivée du premier enfant...

Il y a donc toujours plusieurs marqueurs identitaires pour déterminer le passage à l'âge adulte, mais il est devenu impossible d'identifier une limite bien précise qui permettrait de fixer une frontière nette entre la jeunesse et le statut d'adulte. On peut dire qu'on est définitivement adulte lorsqu'on a rempli tous ces critères, franchi tous ces seuils, approximativement et en moyenne autour de l'âge de 30 ans. La tendance lourde est celle d'un retardement de l'entrée dans la vie c'est à dire de l'âge auquel tous ces critères sont réunis. Auparavant, les seuils se superposaient alors qu'aujourd'hui, ils sont en quelque sorte dispersés dans le temps. L'entrée dans la vie adulte se produisait rapidement à la sortie de l'adolescence, voire de l'enfance, alors qu'elle intervient beaucoup plus tardivement aujourd'hui.

Comment interpréter ce phénomène?

Il y a deux interprétations sociologiques possibles de ce phénomène. On peut d'abord considérer que l'allongement de la jeunesse, le retardement de l'entrée dans la vie adulte, est subi, contraint, imposé par les nouvelles conditions de la vie économique et sociale. L'économie moderne étant définie comme une économie de la connaissance, il devient nécessaire d'allonger la période d'éducation, les études, ce qui contribue au retardement. Il y a aussi ce qui est plus subi encore: le chômage, la difficulté à s'insérer dans le marché de l'emploi : les jeunes se voient parfois contraints de rester au domicile familial contre leur gré, de retarder le moment où ils vont faire des enfants parce qu'il leur manque encore la sécurité économique que leur assurerait un emploi. Ce sont des facteurs objectifs venant accentuer la tendance au retardement de l'entrée dans la vie adulte.

Cette première interprétation n'est pas forcément suffisante car on peut faire l'hypothèse qu'il y a en fait une nouvelle norme culturelle associée à ce nouvel âge de la transition, de la jeunesse, et qui fait qui pourrait expliquer qu'il n'y a pas nécessairement d'appétence pour une entrée précoce dans l'âge adulte. Sans aller jusqu'à la caricature du syndrome "Tanguy", il existe un désir de faire durer l'âge de cette transition qui est un âge d'indétermination et d'apprentissage,où l'on redoute les engagements irréversibles et définitifs. C'est la thèse à laquelle j'adhère. Ce qui me permet de dire cela c'est le fait qu'on ait changé de modèle. L'entrée dans l'âge adulte se faisait précédemment de manière beaucoup plus rituelle, encadrée. Auparavant, ce passage à l'âge adulte se faisait sur le modèle de la transmission et de l'héritage. On héritait les rôles de ses parents, parfois de leur métier, de leur statut social. Alors qu'on est pour ainsi dire entré dans l'ère de l'individualisation du passage à l'âge adulte. Désormais, l'individu doit apprendre à exercer ses rôles d'adulte par lui même, en accumulant les expériences, sur le plan de la vie privée comme sur celui de la vie professionnelle. La déinstitutionalisation de la famille, et l'économie de l'innovation destructrice ont créé un univers où chacun sait d'avance qu'il devra trouver une route qui n'est pas tracée d'avance et qui n'est pas celle empruntée par ses parents. Impossible de s'appuyer sur l'expérience des générations précédentes. Comme le souligne le sociologue de la jeunesse Olivier Galland, on est passé d'un modèle de socialisation par l'imitation à un modèle de socialisation par l'expérimentation personnelle. On devient adulte par soi-même en quelque sorte. Il faut accoucher soi-même l'adulte que l'on devient en traversant une multitude d'expériences. C'est angoissant, mais cette autodétermination sur fond d'indétermination est en même temps la liberté même. Dans cette perspective, on peut comprendre qu'un individu répugne à s'enfermer trop tôt dans un rôle d'adulte, dans un statut d'adulte et dans les engagements qui vont avec, que ce soit dans la vie privée ou dans la vie professionnelle. Cette liberté individuelle, ce pouvoir de multiplier les expériences pour parvenir à se trouver, à définir par soi-même son statut d'adulte, est aujourd'hui valorisée.

Quels sont les marqueurs qui font que l'on se sent adulte aujourd'hui ?

Les marqueurs sociaux restent les mêmes. Sur la plan sociologique, comme je vous l'ai dit, le débat porte sur la question de la disparition ou de la permanence du statut d'adulte. Selon certains sociologues, les rôles adultes traditionnels sont tellement déstabilisés par la vie moderne (éclatement de la famille, émancipation des femmes, innovation destructrice dans l'économie), que finalement il n'y a plus d'adulte. L'autre thèse, celle d'Olivier Galland, consiste à dire qu'on a toujours les mêmes seuils, la même définition de l'adulte, avec simplement une norme de retardement de l'âge de l'entrée dans la vie d'adulte. Il existe un autre débat, philosophique celui-là. On peut se demander s'il n'y a pas une crise de l'âge adulte - une difficulté à se percevoir et à s'assumer comme adulte - qui viendrait d'une crise de l'idéal de la maturité. C'est ce que traduit le concept de "jeunisme", qui désigne une inclination à vouloir "rester jeune" après la jeunesse, une immaturité caractérisée par le refus de la finitude, des engagements irréversibles et définitifs, un effort desespérer pour se garder indéfiniment disponible pour de nouvelles expériences. Là où auparavant on assumait le fait d'être adulte, et les responsabilités qui vont avec, on assiste aujourd'hui à un déclin de cet idéal de maturité.

Quelles sont les différences culturelles en la matière, d'un pays à l'autre ?

Il y a effectivement des différences culturelles d'un pays à un autre. Le livre de référence en la matière est l'ouvrage “Devenir adulte”, par la sociologue Cécile Van de Velde. Elle y identifie des modèles de passage à l'âge adulte en fonction des pays. En France on conserve une conception assez rigide de la frontière entre la jeunesse et l'âge adulte, la formation et l'emploi. Dans les pays du nord de l'Europe, la frontière entre ces deux périodes est assouplie. On peut y mettre ses études en suspens pour avoir des expériences professionnelles, puis reprendre leur cours. La frontière est relativisée. Le rapport à la famille varie également selon les pays: en Italie ou en Espagne les jeunes ont tendance à rester plus longtemps vivre chez leurs parents, en opposition à des modèles plus individualistes en vigueur dans les pays du nord de l'Europe, où l'Etat encourage l'autonomie de la jeunesse par des aides diverses.

Comment bien vivre ce passage à l'âge adulte? Comment accompagner un proche à le devenir ?

Ceci est une grande question. Il y a une contrainte structurelle liée à l'émergence de ces nouvelles normes en matière de jeunesse qui vient limiter la responsabilité des parents (ou des adultes): à partir du moment où l'on considère que le nouveau modèle de passage à l'âge adulte consiste en une succession d'expériences permettant de devenir adulte par soi-même, alors on adopte une conception individualiste qui conduit à relativiser l'encadrement social et familial. En d'autres termes, le devoir des parents (et des adultes) va être de laisser le jeune faire ses propres expériences. On ne surveille plus, on "veille sur", on accompagne par une aide financière et réticulaire, et bien entendu un soutien affectif.

L'accompagnement ne peut plus être fondé sur la contrainte. Néanmoins, cet accompagnement demeure nécessaire car cette liberté nouvelle est pleine de pièges (les "pathologies de la jeunesse" telles que la drogue, la délinquance, la dépression...). Aujourd'hui, on évoque par exemple, dans certains contextes où ne les attendait pas nécessairement, des phénomènes de conversion à l'islam et "radicalisation" soudaine. Cela fait partie des expériences ou des aventures qui peuvent tenter des jeunes gens durant cet âge d'indétermination. Ces risques sont liés à l'incertitude qui entoure le passage à l'âge adulte de nos jours. Difficile de donner une solution à ce problème. Il y a une part d'immaîtrisable dans ces phénomènes, qui est la rançon de la liberté. La réponse consiste peut-être à réfléchir sur le processus éducatif. Paradoxalement, alors que la durée de la formation s'est considérablement allongée, la période durant laquelle les adultes ont véritablement une prise sur la formation de l'individu s'est rétractée : elle correspond à la période de l'enfance (avant 12 ans), période qui est celle de l'acquisition de la personnalité de base qui va structurer l'âge de l'autonomie qui vient ensuite. L'enfance est l'âge du déterminisme, donc aussi celui de la prévention des risques (échec scolaire, désocialisation et délinquance, dépression, etc.)

 
Propos recueillis par Adeline Raynal

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Kaliste
- 22/01/2016 - 08:04
Stromae
Comme disait Stromae avant l'épisode du mariage pour tous "tous le monde sait comment on fait les bébés, mais personne sait comment on fait les papas" #papaoutai
zouk
- 21/01/2016 - 11:30
Fabriquer un adulte
Il n'ya malheureusement pas de recette. C'est un "art simple et tout d'application" avec deux fondements: la responsabilité des parents, càd l'enseignement des limites tolérables et la qualité de l'enseignement, primaire d'abord, sans lequel tout enseignement secondaire ou universitaire risque fort d'être perdu.