En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 7 heures 9 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 7 heures 53 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 10 heures 21 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 11 heures 5 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 13 heures 12 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 13 heures 35 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 14 heures 10 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 14 heures 28 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 7 heures 34 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 9 heures 4 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 10 heures 36 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 11 heures 33 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 13 heures 41 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 14 heures 2 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 14 heures 20 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 14 heures 32 min
Tout terrain

Abstinence médiatique, vague de déplacements en province : Nicolas Sarkozy à la reconquête des électeurs

Publié le 12 janvier 2016
Alors que ses concurrents sillonnent la France depuis des mois, l'ancien Chef de l’État recommencera, en fin de semaine, les déplacements à la rencontre des français. L'heure de la reconquête a-t-elle sonné ?
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que ses concurrents sillonnent la France depuis des mois, l'ancien Chef de l’État recommencera, en fin de semaine, les déplacements à la rencontre des français. L'heure de la reconquête a-t-elle sonné ?

Enchaîner des heures de train pour passer l'après-midi à visiter des fermes, engloutir, à chaque fois, une spécialité maison, l'idée mettait jusque-là Nicolas Sarkozy de méchante humeur. Et si, en prime, le soir, l'ancien locataire de l’Élysée ne pouvait pas rentrer dormir villa Montmorency, il refusait tout net. Cela faisait pourtant des mois et des mois qu'une partie de ses soutiens lui conseillaient de refaire du terrain, de repartir à la rencontre les français. Mais il faisait la sourde oreille, prétextant dix mille autres priorités, parfois réelles, mais promettant d'y consentir… plus tard. En octobre, lors des journées parlementaires qui se sont tenues à Reims, il était resté dormir sur place et déjà, cette entorse à ses habitudes, avait sonné comme un signal. Mais cette fois, l'heure est venue de reprendre la route plus régulièrement. Samedi, en marge de la réunion durant laquelle il a présenté ses vœux aux nouveaux adhérents, Nicolas Sarkozy a confié à ses proches réunis autour d'un plat de macarons qu'il avait "très envie de reprendre le fil de sa conversation avec les français". Une conversation interrompue il y a presque 10 ans.

 

Depuis 2007, Nicolas Sarkozy n'a pas vraiment fait de terrain. Devenu Président de la République, les obligations notamment liées à sa sécurité, l'ont isolé. Et le lien si particulier qui le liait aux français a commencé à s'émousser. Après sa défaite de 2012, il n'a pas souhaité le renouer. Entre rancune et désamour, il a préféré travailler, dans ses bureau de la rue de Miromesnil, recevoir des invités choisis et donner des conférences à travers le monde. L'un de ses plus proches conseillers, artisan de la victoire de 2007, s'inquiétait déjà en 2014 : "La campagne de 2017, ça ne sera pas une conférence à Singapour, ça va être dur, il faut qu'il s'y prépare et ça n'est pas ce qu'il fait. Partout où il va il est accueilli comme un roi, ça ne l'aide pas à réaliser que les français, eux, ne l'attendent pas les bras ouverts".

 

Mais cette fois, Nicolas Sarkozy ne peut plus reculer, sa chute dans les sondages face à un Alain Juppé qui sillonne la France depuis déjà des mois et des mois, doit être enrayée au plus vite. L'ancien Président s’apprête donc à repartir à la rencontre les français dès vendredi. Le plus grand secret entoure l’événement. Les proches du futur candidat à la primaire ne veulent rien dire de plus, ni le lieu du déplacement, ni la thématique choisie, afin qu'aucun média ne viennent faire barrage entre lui et ces français qui l'attendent.

 

"Il a une expérience de l’État comme ancien Président et ancien ministre de l'Intérieur très intense, sans doute la plus intense, c'est aussi lui le plus imaginatif mais il n'a pas la science infuse, il est conscient qu'il a besoin d'écouter", explique un conseiller et cadre des Républicains qui ajoute : "Il est très égalitaire, il aime qu'on lui parle directement et aime lui aussi parler directement."

Écouter, c'est sans doute ce qui a fait défaut à Nicolas Sarkozy depuis plusieurs années, encore récemment certains proches se plaignaient : "On ne peut plus rien lui dire de peur qu'il nous vire". Les temps ont-ils changé ? Nicolas Sarkozy sera-t-il plus à l'écoute avec ses électeurs que de son entourage ? "En tous cas, cette étape est nécessaire car s'il y a bien une chose qu'il a su faire par le passé c'est transcrire les envies et les angoisses des français, ça a été sa force entre 2002 et 2007, il a su entretenir un lien fusionnel avec ses concitoyens, c'est ce lien qu'il doit retrouver", explique un élu parisien proche du président des Républicains.

 

Mais si Nicolas Sarkozy veut écouter, prendre le pouls de la population qui a changé depuis 10 ans, comprendre ce que les français ressentent et attendent aujourd’hui de lui, ce qui lui permettra notamment d'étoffer le corpus idéologique des Républicains, il veut aussi, selon l'un de ses conseillers : "Etre écouter. C'est un homme qui aime convaincre, entrer dans le raisonnement de celui à qui il parle". Il va donc ainsi aller chercher les voix une par une. Comme il l'a fait pour Jacques Chirac en 2002 ce qui lui a valu de réintégrer le cercle des chiraquiens et d'être nommé ministre de l'Intérieur, comme il l'a fait en 2006, pour lui-même cette fois, ce qui lui a valu d’accéder à l’Élysée. Il va aller chercher les voix physiquement "parce que la politique se fait avec de la chaire, de l’âme et du cœur. Elle se fait avec des hommes et des femmes qui sont les citoyens de France, ça ne se fait pas sur tweeter ni sur Facebook". C’est pourtant le mode d'expression qu'à, jusqu'ici, privilégié l'ancien chef de l’État. En mai dernier, il répondait encore aux questions des internautes via tweeter. Visiblement l'opération ne l'a pas convaincu et l'ancien Président en revient aux méthodes traditionnelles : des poignées de mains aux hommes, des bises aux femmes et aux enfants. Il va aller "au contact, dans des territoires très différents, avec une véritable qualité d'écoute", résume un proche. Une campagne comme au bon vieux temps, il n'y a que ça de vrai finalement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
arcole 34
- 14/01/2016 - 07:37
@Cloette - 13/01/2016 - 20:03
J'écope et je rame mis je ne coule pas comme Ganesha. Cdlt
Ganesha
- 13/01/2016 - 23:58
Cloette
Cloette, pour Marine Le Pen, je le dis ci-dessus : je n'ai seulement qu'un espoir, un petit espoir, qu'elle sera différente ! C'est une impression purement intuitive, quand je la vois à la télé… Cela dépendra aussi beaucoup des gouvernements qu'elle trouvera dans les autres pays européens. Mais je ressentirai vraiment une profonde inquiétude si notre pays est représenté par des nouilles comme Sarko, Juppé ou Fillon ! Sarko s'est souvent rendu chez cette dame à Boulogne-Billancourt... et cela le rend plutôt sympathique ! La réponse à votre devinette : quand je disparaîtrai, la terre continuera de tourner et on m'oubliera très vite !
cloette
- 13/01/2016 - 20:03
@arcole
que racontez
vous sur Pascal Boniface ? c'est n'importe quoi allez donc sur son site ( iris ou blog je ne sais ) il est le contraire de ce que prône MLP