En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

04.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

05.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 1 heure 41 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 2 heures 16 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 3 heures 12 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 5 heures 28 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 7 heures 43 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 9 heures 53 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 2 heures 29 sec
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 2 heures 43 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 4 heures 15 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 7 heures 8 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 8 heures 28 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 8 heures 52 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 9 heures 29 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 10 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 10 heures 52 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 11 heures 37 min
© NobMouse
© NobMouse
Des efforts, il faut continuer

Nouveau record du nombre de ruptures conventionnelles en 2015 : pourquoi c’est un signe que l’économie a besoin d’aller plus loin dans l’assouplissement du contrat de travail

Publié le 30 décembre 2015
En hausse par rapport à l'année précédente, les ruptures conventionnelles semblent avoir le vent en poupe. Dispositif apprécié par les patrons mais également par les employés pour la sécurité juridique qu'il est censé apporté, celui-ci est encore à améliorer. D'autant plus que certaines dérives sont déjà constatées, notamment chez les seniors pour lesquels la rupture conventionnelle est utilisée comme une pré-retraite.
François Taquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Taquet est professeur en droit du travail, formateur auprès des avocats du barreau de Paris et membre du comité social du Conseil supérieur des experts-comptables. Il est également avocat à Cambrai et auteur de nombreux ouvrages sur le droit...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En hausse par rapport à l'année précédente, les ruptures conventionnelles semblent avoir le vent en poupe. Dispositif apprécié par les patrons mais également par les employés pour la sécurité juridique qu'il est censé apporté, celui-ci est encore à améliorer. D'autant plus que certaines dérives sont déjà constatées, notamment chez les seniors pour lesquels la rupture conventionnelle est utilisée comme une pré-retraite.

Atlantico : Le ministère du Travail a publié il y a quelques jours les chiffres liés aux ruptures conventionnelles pour la période janvier-novembre 2015 qui sont en hausse par rapport à 2014, considérée comme l'année record en la matière (+20 000 par rapport à la même période en 2014, pour s'établir à 319 848). Cette hausse doit-elle être interprétée comme le signe d'une efficacité de ce dispositif visant à assouplir la rupture du contrat de travail ? Quelles seraient éventuellement les améliorations à apporter à ce dispositif ? 

François Taquet : Effectivement, la rupture conventionnelle ne cesse de se développer depuis sa création en août 2008. La barre des 2 millions de ruptures a même été franchie en octobre 2015. On relèvera que ce système est né d’un accord national interprofessionnel approuvé par l’ensemble des syndicats (hormis la CGT). Il est intéressant de constater que ceux qui ont approuvé ce processus il y a quelques années sont les premiers à le critiquer aujourd’hui. Soyons clair : si ce système a été adopté, c’est avant tout parce qu’il permettait de faire échec à un fléau français : celui de l’insécurité juridique en matière sociale (une législation monstre et changeante, une jurisprudence rétroactive, des indemnités de licenciement abusif non plafonnées, des délais de contestation longs…). Il est d’ailleurs remarquable de constater que les autres pays européens, qui ne sont pas atteints des mêmes imperfections que le système français, ne connaissent pas ce mode de rupture. Qui plus est, les professionnels du droit savent qu’avant 2008 existaient des processus de licenciement transactionnel permettant de garantir également l’intérêt des parties. La loi de 2008 n’a fait qu’entériner des pratiques antérieures, en les simplifiant.

Quels sont les objectifs poursuivis par la rupture conventionnelle depuis sa mise en place ? Quelle est sa singularité en tant que dispositif visant à assouplir les règles du licenciement en France ? 

La rupture conventionnelle n’est pas un licenciement. Elle est une espèce de troisième voie originale entre la rupture à l’initiative de l’employeur (licenciement) et celle à l’initiative du salarié (démission). Dans le cadre d’un Droit où la complexité est la règle, où même la ministre du Travail ne s’y retrouve plus, le but est de créer moins de complexité en garantissant  la sécurité juridique pour l’employeur et le droit à l’assurance chômage pour le salarié. Et on notera que la jurisprudence est venue apporter sa pierre à l’édifice en rejetant dans la plupart des cas les demandes de nullité formulées par les salariés. Finalement, les entreprises ont trouvé dans ce mode de rupture la sécurité juridique dont elles ont nécessairement besoin.

Dans quelle mesure les chiffres évoqués plus haut peuvent-ils et doivent-ils inciter le gouvernement à aller plus loin dans l'assouplissement des règles et démarches régissant le marché du travail ? 

Je persiste à penser que cette rupture conventionnelle est révélatrice d’un mal français. C’est parce que le Code du travail est source de complexité et d’insécurité juridique que la rupture conventionnelle est autant prisée. Faites une législation sociale, plus simple, plus compréhensible, moins changeante et moins la rupture conventionnelle sera nécessaire. Encore une fois, l’étude du droit comparé est révélatrice sur ce point. Cependant, force est de constater que malgré les annonces, on ne change rien et on ne simplifie rien. Et ce n’est pas en se débarrassant du problème auprès des partenaires sociaux que la solution sera trouvée. Que les pouvoirs publics assument leurs responsabilités en créant un cadre juridique clair et qui protège les parties.

Encore aujourd'hui, le coût du licenciement constitue l'une des principales raisons avancées par les entrepreneurs pour expliquer leur frilosité à embaucher. Plutôt que la rupture conventionnelle en l'état, ne conviendrait-il pas de passer directement à un mode de rupture unique régi par le contrat unique de travail ? N'est-ce pas la réelle solution ? Peut-on espérer une avancée du gouvernement sur le sujet du contrat de travail unique ? 

Le contrat de travail unique est une piste de simplification intéressant proposée en 2007 par le président Sarkozy, mais jamais réalisée. Ce qui est clair, c’est que la France ne peut pas rester avec 38 formes de contrat de travail. Peut-on encore soutenir que le CDI est la norme lorsque l’on sait que les trois quarts des recrutements se font en CDD. Nous avons un Droit du travail totalement déconnecté de la réalité et paradoxalement, des syndicats peu représentatifs et conservateurs. Sans aller jusqu’au contrat de travail unique, il serait indispensable de faire le ménage en la matière et d’offrir aux entreprises un cadre juridique sécurisant. Ce qui n’est guère le cas aujourd’hui ! Ce qui est paradoxal dans ce pays, c’est que plus on parle de simplification, plus notre droit se complexifie !

Les ruptures conventionnelles représentent 25% des fins de contrats chez les 58-60 ans, faisant dire aux syndicats que la rupture conventionnelle sert en fait de déguisement aux pré-retraites. Les syndicats proposent ainsi une nouvelle taxe sur les indemnisations de rupture des seniors afin d'alimenter les caisses de retraite des régimes complémentaires de l'Agirc-Arrco. Est-ce là une mesure réellement efficace pour lutter contre ce phénomène qui coûte beaucoup d'argent aux caisses de retraite ? 

Là encore, on est face à un réflexe qui est très français : plutôt que de modifier un système, de le faire évoluer, on préfère taxer. Sans refaire la genèse de la rupture conventionnelle, deux mesures ont impacté récemment ce système : d’abord un délai de carence plus important pour les salariés vis-à-vis de l’assurance chômage ; ensuite, l’obligation pour les employeurs de payer un forfait social de 20%, Aujourd’hui, les syndicats réclament qu’une cotisation soit instaurée sur les ruptures conventionnelles des seniors pour alimenter les caisses (vides) de l’Agirc-Arrco. Sans d’ailleurs savoir si une éventuelle taxe aurait une incidence quelconque sur le nombre de ruptures conventionnelles formalisées. Après tout, on se souvient que la soumission de la rupture conventionnelle au forfait social n’avait été d’aucune influence en la matière. Plutôt que de créer des taxes, qui vont encore complexifier notre droit,  il serait plus utile que les partenaires sociaux mettent leur énergie à adapter notre législation du travail à l’économie du XXIème siècle comme le font nos partenaires européens (Allemagne, Italie…). Mais la France en est très loin, faute de volonté politique.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 30/12/2015 - 10:31
Les gauchistes ne savent pas procéder par abstraction..l
ils ne savent procéder que par accumulation complexe! Il faudra donc attendre les patriotes pour réformer le code du travail et le remplacer par un code du travail simple, débarrassé des dogmes marxistes, et prenant exemple sur des codes du travail efficaces et justes, comme le code du travail Suisse, par exemple.