En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 53 min 48 sec
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 2 heures 14 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 2 heures 37 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 3 heures 14 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 4 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 4 heures 38 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 5 heures 22 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 6 heures 46 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 19 heures 41 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 1 heure 29 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 3 heures 43 sec
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 3 heures 38 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 5 heures 46 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 6 heures 8 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 19 heures 17 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 20 heures 8 min
© Flickr
Albert Camus déclarait non seulement son amour pour notre langue mais acceptait aussi l’obligation de la respecter et s’engager à la défendre corps et âme.
© Flickr
Albert Camus déclarait non seulement son amour pour notre langue mais acceptait aussi l’obligation de la respecter et s’engager à la défendre corps et âme.
Bonnes feuilles

Quand la langue de Molière est devenue un jeu de massacre quotidien

Publié le 28 décembre 2015
Barbarismes, pléonasmes, anglicismes, pataquès et liaisons classées X foncent en escadrille sur notre belle langue française. Hommes politiques, journalistes, animateurs, sportifs... ils se sont donnés le mot pour procéder à une entreprise de destruction massive ! Extrait de "Langue française : arrêtez le massacre !" de Jean Maillet, aux éditions de L'Opportun 2/2
Jean Maillet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grammairien et lexicographe passionné, Jean Maillet est l’auteur de plusieurs livres sur la langue française dont Donner de la confiture aux cochons et Langue française : arrêtez le massacre ! aux Éditions de l’Opportun.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbarismes, pléonasmes, anglicismes, pataquès et liaisons classées X foncent en escadrille sur notre belle langue française. Hommes politiques, journalistes, animateurs, sportifs... ils se sont donnés le mot pour procéder à une entreprise de destruction massive ! Extrait de "Langue française : arrêtez le massacre !" de Jean Maillet, aux éditions de L'Opportun 2/2

Ce français que l’on outrage

" Oui, j’ai une patrie : la langue française ! " Par cette belle profession de foi inscrite dans le deuxième tome de ses Carnets (janvier 1942-mars 1951, éd. Gallimard, 1964, p. 337), Albert Camus déclarait non seulement son amour pour notre langue mais acceptait aussi l’obligation de se soumettre à un double devoir : la respecter et s’engager à la défendre corps et âme. Si nos concitoyens étaient aujourd’hui contraints de reprendre à leur compte cette fière devise en se pliant ipso facto aux responsabilités qu’elle implique, reconnaissons que nombre d’entre eux (et pas toujours des moindres !) n’aurait d’autre issue que de s’expatrier.

La langue française est en effet attaquée de toutes parts. Ses plus farouches détracteurs sont ses locuteurs eux-mêmes, essentiellement ceux de l’Hexagone car ailleurs, les tenants de la francophonie sont jaloux de la préserver. Chez nous, tout ce qui fait sa valeur, sa force, sa beauté et son intégrité est sans cesse assailli, sapé, miné, par inculture, par inconscience, par jeu, par bêtise. 

Quelques exemples préliminaires ? Parce qu’on ignore l’étymologie ou le sens exact de certains mots, les pléonasmes se multiplient, au point qu’il n’y a guère, un certain président souhaitait, sans sourciller, qu’une prise de conscience fût saluée « unanimement par tout le monde » ; exemple plus banal : pas un seul jour ne s’achève sans que nos oreilles aient dû subir les multiples " voire même " qui circulent sur les ondes.

Parce que le snobisme du langage est, en France, un mal endémique, on use et abuse d’anglicismes prétentieux là même où l’on pourrait, avec grand bonheur, disposer d’un vocabulaire bien français, plus riche et plus nuancé : on fait appel à des coaches quand on devrait plutôt convoquer, selon les besoins, un accompagnateur, un guide, un conseiller, un entraîneur, un tuteur, un maître, un précepteur ou un mentor.

Parce qu’on amalgame, au nom d’un féminisme qui se trompe de cible, genre grammatical et identité sexuelle, on évoque " la maire de Lille " ou " la maire de Paris " et l’on affuble " madame la proviseure ", comme " madame la procureure ", d’un horrible " e " final.

Parce que l’on a oublié les règles d’accord des adjectifs numéraux – mais les a-t-on jamais sues ? –, on compte les euros sans faire les liaisons, produisant ainsi de barbares et inélégants hiatus, ou, pire, l’on commet d’affreux pataquès.

La syntaxe n’est pas mieux lotie : on ne travaille plus " à " Bordeaux mais " sur " Bordeaux, on n’hésite plus à prétendre " plus pire " ce qui n’est que " plus grave ", on utilise anarchiquement les pronoms relatifs " lequel ", " laquelle ", " lesquels ", " lesquelles ", on n’accorde plus le verbe avec son véritable sujet, etc.

Bref, la langue de Molière, de Hugo, de Chateaubriand et des droits de l’homme est devenue un jeu de massacre quotidien. Et qui donc s’y adonne, volontairement pour certaines incorrections (anglicismes, apocopes, etc.), involontairement pour d’autres (pataquès, fautes syntaxiques, etc.) ? Pas forcément monsieur Tout-leMonde, pas nécessairement le Français moyen auquel le destin n’a pas offert l’aubaine de longues études, mais – l’aurait-on autrefois toléré ? – des personnes dont le niveau d’instruction est censé dépasser la moyenne et – c’est un comble ! –, dont les qualifications professionnelles devraient intégrer les compétences de tout orateur : animateurs, présentateurs, publicitaires, journalistes, critiques (y compris littéraires), hommes politiques, jusqu’au tout premier personnage de l’État.

Certaines de ces élites nieront sans doute avoir failli, opposant aux accusateurs une évidente mauvaise foi, alors même qu’elles reconnaîtraient volontiers une erreur de calcul ou une confusion de dates. Rien n’humilie tant son auteur, semble-t-il, que la mise en lumière d’une faute de langage. Alors, on cherche des faux-fuyants, on ergote, on tente de justifier une bourde en invoquant – alibi cousu de fil blanc – le caractère vivant de la langue, comme si la vie devait s’accommoder de dérèglements et d’anarchie, comme si elle pouvait longtemps résister aux parasites, infections, lésions, mutilations, et autres outrages. Poussé dans ses derniers retranchements, le coupable finira par retourner l’attaque en vous accusant de mener un combat d’arrière-garde, de n’être pas de votre époque. Suffisant, il pourra aussi vous ignorer et, en aparté, citer – sait-on jamais ? – Condorcet : " Ne pourrait-on pas dire avec justice à ces détracteurs d’un homme supérieur, si avides de chercher ses défauts : Quel droit avez-vous de lui reprocher des fautes qui ne l’ont pas empêché de valoir encore mieux que vous ? " (Éloge de M. Margraaf, 1785). 

Il n’est pourtant pas si sûr que le combat soit voué à l’échec. Le serait-il que la seule vraie victime en serait la langue française et, partant, une société qui faillirait de plus en plus à communiquer. Puisse le lecteur comprendre qu’au-delà d’une simple, voire vaine, dénonciation, cet ouvrage voudrait provoquer une prise de conscience. Si, au moins, il réhabilite le goût du bon usage, il pourra ne pas être inutile.

 

Extrait de "Langue française : Arrêtez le massacre !", de Jean Maillet, aux éditions L'Opportun, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
patrickcharrier17@yahoo.fr
- 29/12/2015 - 19:14
Amusant
Jean Maillet a raison de se révolter contre la destruction programmée de notre langue. Principal responsable : le monde économique, des affaires, de la publicité. Les messages publicitaires sont d'ailleurs souvent tout simplement en anglais, et quand le texte est français (Chanel Mademoiselle), il est prononcé avec l'accent anglais, seul capable de rendre acceptable et moderne une langue aussi ringarde. Cela dit, il est amusant que ce genre de combat soit soutenu par Atlantico, site d'information certes intéressant, mais probablement champion incontesté de l'effondrement de la langue.
vangog
- 29/12/2015 - 01:12
Faut pas exagérer non plus!
La chasse aux fautes frise parfois la chasse aux sorcières, et notre langue est bien trop complexe pour se satisfaire d'un parcours sans fautes. Certes les anciens, et Molière ne fut pas un des moindres, savaient mêler humour, humeur et language châtié, mais nous devons reconnaître qu'ils n'ont pas fait d'enfants, ou pas souhaité les reconnaître... Quel auteur moderne peut se targuer de mêler ces trois vertus avec brio? Aucun, car nous possédons des spécialistes dans leurs domaines respectifs, mais peu de polytechniciens du language ourlé. Laissons-les donc cumuler les fautes, pourvu qu'on ait le rire, sans faute!
essentimo
- 28/12/2015 - 16:33
Faudrait-il
payer pour apprendre les fautes des autres sans être sûr de pouvoir ou savoir (au choix) les corriger ?