En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 26 min 33 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 2 heures 9 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 4 heures 8 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 44 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 heures 41 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 7 heures 11 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 7 heures 57 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 38 min 36 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 2 heures 24 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 3 heures 17 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 5 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 45 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 6 heures 18 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 7 heures 16 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 8 heures 18 min
© Reuters
© Reuters
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

François Hollande va présenter lui-même le plan pour l’emploi comme l’arme ultime de l’anti-FN, mais personne n’y croit

Publié le 21 décembre 2015
Le discours et les projets économiques du président de la République n’ont jamais ressemblé autant à de la cosmétique politique que depuis dix jours. Jamais, la politique n’aura aussi bien répondu à ses deux définitions : la gestion de la cité et l’art d’accéder au pouvoir et d’y rester.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le discours et les projets économiques du président de la République n’ont jamais ressemblé autant à de la cosmétique politique que depuis dix jours. Jamais, la politique n’aura aussi bien répondu à ses deux définitions : la gestion de la cité et l’art d’accéder au pouvoir et d’y rester.

La gestion de la cité n’intéresse pas François Hollande. L’accès au pouvoir et l’art d’y rester le passionnent. Les esprits peut-être un peu naïfs, parce que non pollués par le cynisme moderne, peuvent penser que la qualité de la gestion ou de l’exercice du pouvoir est un bon moyen d’y rester. Logiquement oui ! Et bien en France, ls se trompent. Il ne suffit pas de bien gérer pour rester. Parfois c’est même le contraire.

François Hollande est assez extraordinaire, il a complètement déconnecté les deux dimensions de la politique. L’accès au pouvoir l'intéresse, la gestion et les résultats il s'en moque. Démonstration depuis quinze jours. Ce qu'il va annoncer à la fin de la semaine prochaine, le 31 décembre, va être un petit bijoux de machiavélisme politique, accompagné d’un festival de banalités affligeantes en matière économique.

D’après ce qui a filtré du séminaire gouvernemental de samedi à l’Elysée, le Président va construire son discours de fin d’année autour du concept de concorde républicaine. C’est l’axe de sa stratégie politique : pour lutter contre le terrorisme, restaurer un état de paix et par conséquent endiguer la montée du Front national, le président de la République a besoin d’un front républicain qui permettrait à la droite et à la gauche de travailler ensemble. Il va déjà le faire dans les régions où ses amis ont fait le roi, comme en Paca et  Nord-Pas-de-Calais. Il va donc caresser avec gourmandise l'échine de Xavier Bertrand et celle de Christion Esrtrosi.

Il espère convaincre quelques amis de Jean-Pierre Raffarin où de Nathalie Kosciusko-Morizet de venir travailler avec les socialistes et même de rentrer au gouvernement. Et comme le thème de l’emploi affecte tout le monde, toute la classe politique peut participer à cette bataille. Parallèlement, il va tout faire pour empêcher une candidature écolo à la présidentielle. Les frondeurs ont disparu et Benoit Hamon a commencé à cirer ses chaussures pour revenir au gouvernement.

Pour François Hollande, tout va bien. Ces grandes manœuvres Elyséennes n’ont qu'un seul objectif : arriver au 2e tour dans un face à face avec Marine Le Pen. Le scenario est tout à fait réalisable étant donné l’état de la droite et les embarras de Nicolas Sarkozy. Si l’ancien Président  met la barre à droite, son aile gauche va grogner. Alain Juppé peut finir par se presenter au premier tour et sauter la primaire. S’il met la barre à gauche, son aile droite va voter pour le FN. Dans les deux cas, Nicolas Sarkozy a beaucoup de mal à arriver au deuxième tour pour affronter François Hollande.

Le Président va donc mettre le paquet sur la nécessité de sceller un pacte républicain, c’est sur le plan politique, la représentation du grand rassemblement des Français autour des valeurs de la république. Il désigne le Front national comme l’ennemi numéro 1 du régime ou du système.

Mais loin de le terrasser, il s’arrange pour que ce soit la droite qui fasse cette basse besogne, alors que la droite elle, a besoin des électeurs du FN. Stratégie tordue, Mitterrandienne, machiavélique mais sans doute efficace.

La situation économique et sociale dans une tel schéma ne préoccupe guère Hollande. Sauf que cette situation économique est quand même désastreuse, puisqu’elle contribue à l’émergence des forces polupistes et extrémistes, et qu’elle participe aussi à la montée du terrorisme. Dans ces conditions, François Hollande ne peut pas faire comme si la situation économique était neutre. Il a dit lui-même le contraire. Il va donc faire semblant de s’en préoccuper.

Au soir du 31, il expliquera que cette concorde retrouvée pour tous les Français doit servir à combattre le chômage. Le pacte republicain au service de la sécurité et de la politique de l’emploi. Le plan de sécutité tel qu'il avait été présenté au lendemain des attantats par François Hollande tenait à peu près la route. La plan de relance pour l’emploi est d’une telle banalité qu'il n'aura aucun impact si jamais le gouvernement a le temps de le mettre en place.

Ce plan emploi repose sur la mobilisation des régions, la prise des fonds de formation et la relance des investissemnts dans les industries de la technologie. Le gouvernement peut toujours l’essayer, ça ne fera de mal à personne, mais ça ne changera pas le sens des courbes. On réfléchit sur le rôle des régions depuis que les régions existent, on cogite des réformes de la formation pour récupérer le racket des fonds de formation par les syndicats et l'on n’a jamais pu décoincer le système. Enfin, les investissements dans la technologie, tout le monde en parle depuis dix ans. Très bien mais les Américains en parlent aussi mais eux et il le font.

La vérité, c'est que l’emploi ne peut décoller que si et seulement si, on s’attaque à l’écosystème des entreprises et au droit du travail. L’écosystème est paralysé par les charges administratives et fiscales, par un discours officiel très  protectionniste  qui perturbe beaucoup les investisseurs. Quant au droit du travail, il est évidemment trop lourd et trop contraignant.

Il  était question, dans la loi Macron 2, d’alléger le contrat de travail et la procédure de départ des entreprises. Il était question aussi de profiter des nouvelles opportunités économiques. Noé a disparu. Sans un écosystème porteur et des dispositifs droit du travail améliorés, on voit mal pourquoi l’emploi en France pourrait redémarrer plus fort.

Le problème pour François Hollande, le seul petit problème, c’est qu'il comptait sur des vents extérieurs extrêmement forts pour retourner les courbes. Or, la réalité de la météo est beaucoup plus incertaine. L’alignement des planètes, l’euro, le pétrole et les taux, est très favorable mais tardive. Les émergents sont fatigués et l’Amérique change son logiciel monétaire.

L’Europe qui aurait pu profiter de la conjoncture internationale est touchée par le ralentissement mondial. La France qui était très en retard sur le redressement européen aurait dû relever la tête, mais elle est restée coincée.

François Hollande ne voit pas très bien quoi faire pour la décoincer. Il a trop peur de bousculer des niches d’électeurs précieux. Il va simplement expliquer à l’opinion publique française que la gravité de l’économie et du social est moins inquiétante que la montée du Front national. Le plan de relance de l’emploi ne marchera pas, parce qu'il n’a pas les bons ressorts.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 21/12/2015 - 22:04
OLLYTEUS
Apparemment, votre principale source d'information consiste en un livre que vous avez emprunté dans la bibliothèque de vos enfants : ''Alice au Pays des Merveilles'' ! Pour élargir vos connaissances, je vous propose de vous renseigner sur ce que sont vraiment ces ''merveilleux emplois privés'' en Angleterre ! https://fr.wikipedia.org/wiki/Contrat_z%C3%A9ro_heure
OLYTTEUS
- 21/12/2015 - 21:00
Machiavel de bas étage
La concorde nationale pour l'emploi est une hérésie:les socialos n'arrêtent pas d'embaucher des fonctionnaires,ce qui empêche les emplois privés ,c'est une loi économique maintes fois vérifiée.Cameron nous en a offert la dernière illustration:il a viré 500 000 fonctionnaire et cela a permis au secteur privé d'embaucher 2millions de Britanniques. Embaucher 1 fonctionnaire (payé avec nos impôts) et vous privez le secteur marchand de 2ou 3 emplois. Raffarin aurait pu s'abstenir,aurait dû s'abstenir.
cloette
- 21/12/2015 - 19:30
Allez jeter un coup d'œil sur le blog de Jacques Attali
titre " l'année des mauvaises surprises" ( 2016) il en prédit 10 et ce sera un miracle si elles ne se produisent pas . Après lecture on comprend qu'aucun jeu n'est fait !