En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

04.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

07.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 6 min 5 sec
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 1 heure 20 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 1 heure 54 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 2 heures 22 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 2 heures 38 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 2 heures 59 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 15 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 18 heures 3 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 19 heures 49 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 33 min 48 sec
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 1 heure 43 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 2 heures 3 min
pépites > Politique
Communication
Jean Castex donne ce jeudi matin des informations supplémentaires sur l'allègement du déconfinement
il y a 2 heures 21 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 2 heures 28 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 2 heures 47 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 47 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 17 heures 4 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 18 heures 37 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 20 heures 19 min
© Reuters
© Reuters
A retenir

Abstention, plafond de verre du FN, efficacité du désistement républicain... Les enseignements à tirer des régionales

Publié le 14 décembre 2015
Les résultats de dimanche confirment la tripartition de la vie politique française... Et cela ne se fait pas sans répliques à gauche comme à droite.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les résultats de dimanche confirment la tripartition de la vie politique française... Et cela ne se fait pas sans répliques à gauche comme à droite.

Atlantico : Quels sont les enseignements que l'on peut tirer de ces résultats aux élections régionales de 2015 ?

Jérôme Fourquet : Ces résultats nous en apprennent beaucoup sur les ressorts notamment du vote Front national, et sur la recomposition électorale de la vie politique.

1 – Premièrement, la très forte progression de la participation d'un tour à l'autre est à noter. C'est un phénomène tout à fait inédit, et dont le seul précédent pour ce niveau de mobilisation est la présidentielle de 2002. Un scrutin dont on se rappelle qu'il était déjà marqué par la présence du Front national au deuxième tour. Cette configuration remobilise l'électorat, une mobilisation qui se compose minoritairement de l'électorat frontiste abstentionniste, qui se sent probablement galvanisé par un score élevé du Front national, mais qui provient surtout majoritairement des électeurs opposés à la perspective d'une victoire FN, et qui se range donc du côté des candidats restés en lice.

2 - Deuxième enseignement majeur, en partie lié au précédent : si le FN poursuit sa dynamique et continue de progresser tant en score qu'en nombre de voix dans certaines régions d'un tour à l'autre, le FN ne parvient à l'emporter dans aucune des six régions où il était en tête au premier tour. Le Front national se trouve a des niveaux historiquement élevés, profite d'une dynamique puissante, mais demeure néanmoins une force politique solitaire qui en l'absence d'alliés et face au retrait républicain n'est pas capable de dépasser le plafond de verre des 50%. Le front et le désistement républicain continuent manifestement à fonctionner.

En effet, on a constaté des bons reports des électeurs de gauche vers les listes de droite, et une mobilisation d'abstentionnistes qui sont plutôt allés contre le Front national au second tour. Autrement dit, les tirs de barrage contre le Front national demeurent efficaces.

Et c'est une déception pour l'Etat major frontiste, bien qu'une déception partielle. On y retrouve le sens de l'intervention de Marine Le Pen de dimanche 13 décembre au soir du second tour : le FN inscrit sa stratégie dans la durée, et observe les progressions enregistrées avant tout.

Le Front national sera bien présent dans la totalité des conseils régionaux, ce qui lui permettra probablement de gagner des points dans les batailles à venir. Une défaite donc en demi-teinte pour le Front national, puisqu'un nouveau pallier a été franchi.

3 – Troisième enseignement : les résultats de ce scrutin confirment que nous sommes installés dans la tripartition de l'espace politique. Et cette configuration politique nouvelle perturbe fortement les institutions politiques, tout comme la perception des résultats aux élections. Si l'on prend le dernier scrutin régional en 2010, nous étions encore dans un modèle classique d'élections intermédiaires où le pouvoir en place impopulaire était sanctionné durement au profit d'une opposition qui raflait la mise : cela avait été le cas pour la droite sanctionnée en 2004 et 2010. Dans cette dernière élection, cette mécanique avait connu un paroxysme : 21 régions sur 22 étaient tombées dans l'escarcelle de la gauche.

Aujourd'hui la gauche et le Parti socialistes, malgré leur impopularité, parvient à résister à la "vague bleue" qui était annoncées. La droite remporte une majorité de régions, certes, mais elle n'obtient la Normandie que d'une courte tête et dans deux régions -PACA et NPDCP -, la victoire se fait grâce au désistement du PS. 

Cette mécanique est donc grippée du fait de la tripartition. Le FN fait sentir ses effets perturbateurs, en positif ou en négatif sur chacun des deux autres pôles.

Ainsi au premier tour, la forte poussée frontiste fait des dégâts à gauche, en la contraignant à sacrifier deux régions -voir trois si l'on considère ce qui était prévu par les instances nationales. Mais au deuxième tour, la gauche a à son tour pu tirer des bénéfices d'un FN à un haut niveau : en région Centre ou en Bourgogne Franche-Comté, où les résultats étaient très serrés, les régions auraient dû basculer à droite, ce qui n'a pas été le cas. En Bretagne, en Aquitaine et en Languedoc-Roussillon, on peut penser que même avec un FN un peu moins haut, la gauche n'était pas menacée. Mais elle sauve la mise grâce à un FN élevé : la gauche passe ainsi de 3 à 5 régions. 

Mais un FN à un niveau élevé profite aussi à la droite : dans une configuration de triangulaires en NPDCP et en PACA, elle aurait vraisemblablement été battue par le FN. La droite récupère donc un nombre de sièges astronomique dû à la fois à la prime de 25% accordée à la liste gagnante, mais aussi du retrait de la gauche.

4 – Enfin ce que l'on apprend aussi, c'est que l'électorat du Front national pratique le vote stratégique en fonction du niveau du vote FN dans une région donnée, et selon la configuration de vote du premier tour. On le voit très clairement en Île de France.

Aux municipales et aux départementales, le FN reculait au second tour quand il était deuxième ou troisième. Inversement, en duel, il conserve ses positions –et progresse même- lorsqu'il est en tête, un phénomène que l'on a aussi retrouvé pour les régionales. En triangulaire, dans bon nombre de région le FN maintient ses positions. Inversement, dans une région comme l'Île de France, le FN reflue assez significativement de 18% à 14% au profit de Valérie Pécresse, en position de remporter la région face à Claude Bartolone.

Mais être arrivé en troisième position ne provoque pas forcément ce reflux stratégique : ainsi en Bretagne, la liste FN ne baisse pas entre le premier et le second tour. Pourquoi, parce qu'à l'aune des résultats du premier tour, Jean-Yves le Drian était beaucoup trop haut pour que la droite puisse l'emporter. Il n'y avait aucune perspective de victoire possible, et le vote est donc resté frontiste.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 15/12/2015 - 07:03
Sens unique pour le Front républicain !
merci pour cette excellente analyse.
A propos du front républicain, je note :
1 qu'il est motivé par l'alarme du PS vis à vis d'une éventuelle victoire FN
2 que le Gouvernement a été à la manoeuvre
3 que le parti de Droite parlementaire ne l'a jamais demandé
4 que LR a refusé le principe d'un front républicain généralisé
5 que rien n'indique qu'un désistement ou retrait d'un candidat de droite parlementaire au profit de la gauche, serait suivi par l'électorat de droite.

En résumé, le front républicain ne fonctionne que de la gauche vers la droite, car l'électorat de gauche y voit un intérêt : exclure le FN des responsabilités politiques. Il n'est pas proposé de la droite vers la gauche, car il est peu probable que l'électorat de droite y voie son intérêt, au vu des réalisation des exécutifs de gauche.

Conclusion ni NKM (qui ne représente rien à droite) ni Raffarin (ancien PM autrement plus influent) ne défendent les intérêts de leur électorat ! Le font-ils par reflexe pavlovien "républicain" ou par idéologie ?


vangog
- 15/12/2015 - 02:04
Les murs de la peur sont là pour être démolis!
Et les patriotes sont des spécialistes de la démolition des vieux murs: socialisme, mur de la peur, mur de la propagande, plafond de verre...rien ne nous résiste, car la peur renforce l'amour, l'amour entre France et patriotes...
Arbannais
- 14/12/2015 - 20:04
Plafond de verre
L'histoire du plafond de verre me fait rire : il y a 25 ans, quand le FN était à 10%, on parlait déjà de plafond de verre, nous assurant qu'il ne dépasserait jamais 15%. Puis, le FN est arrivé à 20%, et on nous assurait alors qu'au delà de 25%, plafond de verre ! Et le FN a fait 25%, mais on nous jurait qu'il plafonnait, qu'il ne pourrait pas dépasser ce seuil. Aujourd'hui, il est à plus de 30%, alors, quand on m'assure qu'il a atteint son plafond de verre, j'ai peur.