En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 1 heure 9 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 3 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 4 heures 23 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 6 heures 21 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 6 heures 45 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 7 heures 17 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 7 heures 48 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 8 heures 55 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 9 heures 2 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 4 heures 2 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 5 heures 24 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 6 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 7 heures 38 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 8 heures 8 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 8 heures 45 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 10 heures 1 min
© Reuters
© Reuters
Procès d'intention

Quand les magistrats tentent de se défendre des accusations d’être des juges sous influence

Publié le 29 novembre 2015
Nos juges manqueraient-ils de colonne vertébrale ? Un gouvernement des juges est-il en train de naître dans notre pays ? Seraient-ils changeants au gré des alternances politiques ?- Un colloque, de haut niveau, organisé le 27 novembre au Conseil économique, social et environnemental, a tenté d'y répondre.
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos juges manqueraient-ils de colonne vertébrale ? Un gouvernement des juges est-il en train de naître dans notre pays ? Seraient-ils changeants au gré des alternances politiques ?- Un colloque, de haut niveau, organisé le 27 novembre au Conseil économique, social et environnemental, a tenté d'y répondre.

Le juge est-il sous influence ? A-t-il suffisamment de distance par rapport à un accusé ? Ne faut-il pas craindre un gouvernement des juges ? Pourquoi les juges sont-ils les mal-aimés de notre société ? Sont-ils vraiment indépendants ? Autant de questions récurrentes qui agitent l’opinion depuis une trentaine d’années dans notre pays. A chaque fois, au gré des moments, des évènements, les réponses varient. Aussi, le syndicat FO des magistrats- dont Béatrice Brugère est la secrétaire générale- a eu l’idée d’organiser le vendredi 27 novembre, un colloque au Conseil économique, social et environnemental (CESE) pour tenter de répondre à ces questions. Quelques vedettes étaient présentes comme le juge Renaud Van Ruymbeke, figure de proue de la lutte contre la corruption depuis plus de 30 ans, Hélène Romano, docteur en psychopathologie clinique, connue pour dénoncer la psychiatrisation de plus en plus forte de la justice, Mathieu Bock-Cote sociologue et chargé de cour à l’université de Sherbrooke à Montréal ou encore Guillaume Didier ancien porte-parole, notamment, de Rachida Dati, reconverti dans la communication judiciaire.

Un colloque, où l’on a parlé sans tabou. Ce qui est rare dans ce genre de réunion. L’attitude des magistrats pendant la période de l’Occupation soit de 1940 à 1944 ? Une historienne, spécialiste de cette période, Virginie Sansico, a évoqué l’attitude de l’immense majorité des juges, en poste sous la République (la IIIème) qui sans coup férir a prêté serment au maréchal Pétain… avant au bout de quatre ans de participer aux tribunaux de l'épuration… Cette même magistrature qui ne se privait pas d’appliquer les lois antisémites de Vichy avant de se rallier, sans trop de difficultés à la loi républicaine issue de la Résistance. Un participant en a profité pour rappeler que le procureur général André Mornet qui a requis contre Pétain avait prêté serment en 1940 à l’ancien vainqueur de Verdun. Un autre-magistrat- a rappelé qu’à la Libération, bon nombre de collaborateurs ont été jugés dans des conditions fort peu républicaines. Période peu glorieuse pour la justice ! En tout cas, aucun des participants, pas même l’historienne, n’a rappelé que seul un magistrat n’avait pas voulu faire allégeance au régime du maréchal Pétain…

Avec la question de la laïcité, là, pas de problème, notre pays, et la justice essayant tant bien que mal de faire appliquer la loi.... Heureusement, avec l’intervention de Mathieu Bock Cote, l’assistance s’est sentie soulagée. Surtout lorsque ce dernier a révélé quelques décisions de la Cour fédérale du Canada-… Jugez plutôt : cette juridiction a considéré qu’empêcher une jeune Sikh de porter un poignard de cérémonie à l’école était discriminatoire. Et portait atteinte au multiculturalisme. La Cour fédérale a même considéré qu’une femme musulmane pouvait aller voter en niqab. En vertu du droit à la différence. En France, une femme se verrait refuser l’entrée d’un bureau de vote si elle se présentait en niqab. Si d’aventure, elle contestait cette interdiction il y a de grandes chances pour que le juge lui donne tort. En effet, le juge quoique l’opinion en pense, est le gardien des libertés individuelles et le gardien de la loi. Il s’y tient. Pas plus pas moins.

Béatrice Brugère, aujourd’hui vice-procureur de la République à Paris, a taillé en pièces cette vision de certains – sans doute les politiques- qui affirment que nous vivons sous "un gouvernement des juges". Avant d’ajouter : "Hier [sous la droite] nous étions d’horribles répressifs ; aujourd’hui [sous la gauche], nous sommes devenus d’horribles laxistes." Voilà bien comme l’a dit Jean de Maillard, vice-président au Tribunal de Grande Instance de Paris, un beau stéréotype. Comme celui qui veut que le juge d’instruction soit toujours Balzac, "l’homme le plus puissant" de France. Faux et faux martèle Renaud Van Ruymbeke. Et de rappeler que désormais la collégialité existe depuis de nombreuses années. Ce qui permet à chaque magistrat de se consulter, de réfléchir avant la prise d’une décision. D’ailleurs, l’enquête sur les attentats de Paris du 13 novembre a été confiée à 6 juges d’instruction. Du jamais vu. Soit. Ce qui n’empêche pas ce commentaire ironique d’un de leurs collègues : "On n’arrive déjà pas à se réunir à deux ou trois, alors à six, ça risque d’être la croix et la bannière !"

Autre idée préconçue : celle qui consiste à opposer juges d’instruction et avocats. "Pas d’accord, répète l’emblématique juge Van Ruymbeke, la porte de mon cabinet, mes dossiers sont ouverts à tout le monde. Mais je dois faire attention à ne pas me faire manipuler, tempère-t-il…" Et, a-t- il ajouté, on a essayé de le faire. Ou tenté de porter des coups à ses instructions. Et de citer l’affaire Kerviel, dont la condamnation a été confirmée par la Cour de Cassation. Qui n’a oublié le bruit autour de cette affaire, pour faire de Kerviel tour à tour une victime puis un héros qui lutte contre l’ogre bancaire ? Rappelez-vous les multiples papiers annonçant que l’ancien trader de la Société Générale allait rencontrer le pape… Van Ruymbeke, ironique, de citer le quotidien La Croix qui apportait un démenti du Vatican : Jérôme Kerviel n’a jamais été reçu par le Saint-Père. Après tout libre à un prévenu de choisir les journaux pour se défendre ou se justifier. Cette stratégie est-elle payante ? Est-ce une bonne stratégie ? Depuis quelque temps, se développent des cabinets de communication judiciaire. Ainsi, Vae Solis, dans lequel est associé Guillaume Didier, ancien juge d’instruction à Douai, il y peu encore en poste à la Chancellerie. Il est surtout présent, a-t-il précisé, chez les parties civiles, victimes d’attentats. A coup sûr, il peut être utile. Mais sa présence au côté d'un mis en examen, ne risque-t-elle pas de déplaire à ses anciens collègues qui lui reprocheront d’être passé de l’autre côté du miroir ? On eut aimé, au cours de ce colloque, que l’on évoque le statut du magistrat, de sa responsabilité, -question très souvent soulevée par la droite et les justiciables- de sa place dans la lutte contre le terrorisme, de ses relations avec le pouvoir politique… Et aussi que l’on réponde à cette question angoissante posée par le président du Conseil économique, social et environnemental, Jean-Paul Delevoye : "pourquoi la force du droit se fait-elle de plus en plus suppléer par le droit à la force ?" 

Erratum : Matthieu Block-Cote est sociologue chargé de cour à l'Université de Sherbrooke, et non professeur de psychologie. Les affaires de laïcité au Canada ont été portées devant la Cour fédérale, et non la Cour suprême.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 29/11/2015 - 22:43
l'enclume
Vous vous référez à Pétain et à l'épuration , mais qui comparez vous à Pétain et que comparez vous à la Résistance ? Les situations de plus sont elles les mêmes ?
jualano
- 29/11/2015 - 21:28
La justice a été transformée
La justice a été transformée en courroie de transmission du pouvoir socialiste, avec l’obsession de ne désespérer ni les bobos, ni « Billancourt »-leur nouveau prolétariat : La criminalité explose donc dans et hors des quartiers,mais sans répression. La gauche a formaté la Justice pour servir ses objectifs politiques : fin de toutes les législations d’exception notamment et ravalement du terrorisme au rang de la criminalité ordinaire, puisque les deux sont le fruit des errements de la société, que le socialisme corrige par essence ! Seulement, la magnitude de l’assaut terroriste, à moins d’un mois d’élections catastrophiques pour le pouvoir, l'a obligé à recourir aux grands moyens exceptionnels : l’Etat d’urgence, qui désavoue donc et établit un vrai constat de faillite de la Justice. La cause en est clairement établies, car même durant les alternance, ce sont les mêmes circuits de décision ( grâce aux réseaux) qui formatent les Lois. Le pouvoir actuel n’a cure des fonctionnaires, car il sait qu’il les tient par l’avancement et qu’ils voteront bon an mal an, pour lui. Du côté du peuple, ce ne sont pas les mêmes contingences, les maçons n'y sont pas les maîtres.
Deneziere
- 29/11/2015 - 20:15
Je ne les aime pas beaucoup, mais...
... il faut reconnaître qu'on leur pourrit la vie avec des textes de plus en plus nombreux, de plus en plus mal fichus et inextricables, et de moins en moins applicables.