En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

04.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

05.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

03.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

04.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

05.

Olivier Duhamel bénéficiait d'un réseau d'influence et de puissantes protections

06.

Il donne un coup de boule au principal de son collège. Ouf il ne l’a pas décapité…

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 jour 14 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 jour 14 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 jour 15 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 jour 16 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 jour 16 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 jour 17 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 jour 17 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 jour 18 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 jour 18 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 jour 14 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 jour 15 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 jour 15 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 jour 16 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 jour 17 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 jour 17 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 jour 18 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 jour 18 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 jour 18 heures
© Reuters
Marine Le Pen veut amender le programme économique du FN.
© Reuters
Marine Le Pen veut amender le programme économique du FN.
Bip bip

Marine Le Pen en voie de se convertir au réalisme économique : mais peut-on croire aux signaux qu’elle émet ?

Publié le 07 novembre 2015
Marine Le Pen a commencé à publiquement changer son programme économique pour respecter certaines contraintes de marché, ce qui plonge une partie de ses dirigeants et de ses électeurs dans l'expectative.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marine Le Pen a commencé à publiquement changer son programme économique pour respecter certaines contraintes de marché, ce qui plonge une partie de ses dirigeants et de ses électeurs dans l'expectative.

Faut dire que le FN doit une partie de son succès à un programme économique qui prône la rupture brutale avec des politiques de gouvernement, y compris avec les principes de l'économie de marché. Le FN, comme tous mouvements extrémistes, proposait un plan B à une situation qui était certes compliquée pour beaucoup, mais qu'il fallait réformer.

Alors que Marine Le Pen, comme son père d’ailleurs, a toujours proclamé son opposition violente à l’Union européenne, à l’Euro, à l‘emprise des marchés, ainsi qu’à la mondialisation industrielle et financière, elle vient - à la surprise d’une partie de son entourage - d'entreprendre une révision de son programme économique vers plus de responsabilité et de pragmatisme.

Ce virage quasiment idéologique concerne trois grands dossiers de son programme.

Le premier de ces dossiers concerne l’euro et l'Europe. A écouter Marine Le Pen, il ne sera plus question pour elle de quitter l‘Europe et l'euro. Il faudra seulement négocier une réforme de fonctionnement de l'UE... Et des critères de stabilité de la monnaie unique. Elle veut, comme la Grande-Bretagne, initier une démarche de réforme et ensuite soumettre le système au référendum.

Le deuxième dossier porte sur la durée du travail, et plus clairement sur les 35 heures. Marine Le Pen, qui avait toujours défendu les 35 heures, commence à reconnaitre qu'il faudra passer aux 39 heures. Elle ne partage pas encore le diagnostic du manque de compétitivité qui piège le système français mais elle s’en rapproche.

Le troisième dossier sur lequel elle a beaucoup assoupli ses positions est celui de la retraite à 60 ans ; cette position était sanctuarisée. Elle admet maintenant qu’il faudra sans doute travailler plus longtemps, elle parle de 63 ans pour tenir compte de l'allongement de la vie.

Il est évident que sur ces trois points, la présidente du FN  brise ce qui était incontournable pour le Front National et qui a été très important dans la conquête des électorats populaires.

Il est évident aussi que si elle franchit ces lignes jaunes, c’est parce qu’avec un certain nombre de ses conseillers, elle sait qu'elle ne pourra pas séduire l'électorat de droite, les classes moyennes et cadres dirigeants du privé, qui connaissent les réalités de l'économie, les contraintes.

Marine Le Pen sait que si elle veut gouverner, il lui faut un socle de propositions crédibles et réalisables.

Accessoirement, elle peut aussi avoir besoin de séduire les patrons de grandes entreprises qui pour l'instant hésitaient à s'intéresser au FN. Ces grands patrons sont aussi accessoirement des sponsors, et Marine Le Pen, comme les autres responsables politiques, aura besoin d‘argent. 

Le problème pour elle, c’est qu'un tel virage ne fait pas l'unanimité dans son parti. Certains dirigeants et même des très proches sont violemment opposés à de tels changements qui seront ressentis comme des trahisons. Le risque politique sera de voir des couches populaires prendre de la distance par rapport au FN.

Nul ne sait aujourd'hui quel sera l‘impact d'un changement de positions économiques de la présidente du FN sur les discours des autres partis, ceux de la droite comme de la gauche.

Dans l’immediat ça devrait dire deux choses à la classe politique :

La première, c'est qu'il est urgent de définir des programmes et des projets dans tous les domaines de l'action politique. Programmes cohérents et projets réalisables ; l'électorat veut bien rêver, mais il ne supportera plus qu on lui mente sur la réalité de la situation économique.

La deuxième chose est que le FN est peut-être en train de comprendre que les qualités qu'il faut pour promettre un exercice responsable et sérieux du pouvoir ne sont pas celles qu'il faut mobiliser pour conquérir ce pouvoir. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
marie06
- 09/11/2015 - 13:26
Quel manque d'analyse économique prospective !
Je suis abasourdie par tous ces commentateurs qui analysent en fonction de ce qui et que l'on nous fait croire ! quand les français s'intéresserons t-il à l'économie même vulgarisée et cesseront de répéter en boucle les phrases toutes faites des politique, patrons ou médias qui ne voudront jamais reconnaître qu'ils se sont trompés depuis longtemps ? Personne ne parle d'un débat qui se fait jour :
"La question de l’impact des fluctuations relatives des taux de change sur le commerce extérieur" que vient de publier le Fonds Monétaire International. Je recommande de lire sur cette page : https://russeurope.hypotheses.org/4446 l'article de Sapir très explicite.
Personnellement je pense depuis sa création que l'euro ne peut pas durer pour des tas de raisons que même des patrons europhile reconnaissent aujourd'hui. Par conséquent Ce que MLP peut décider aujourd'hui n'a aucune importance car nous allons (et l'Europe) vers des problèmes économiques et migratoires qui seront suffisamment conséquents pour modifier toute la bien pensance europhile.
Je suis effarée que tant de gens puissent "gober" la pensée économique martelée jusqu'à l'extrème alors que rien ne va depuis l'euro.
Akilès
- 09/11/2015 - 06:07
Akilés_
Impossible d'avoir un échange correct avec quelqu'un qui pratique le négationisme intellectuel : "délire suprématiste, Ku Klux Klan", etc ...
Mais dans quel monde vivez-vous ? Ça rappelle les arguments des gauchards genre : > pas de liberté pour les ennemis de la liberté<
Quelle HONTE_
Ganesha
- 09/11/2015 - 02:53
Akilès
Ce que vous ne semblez pas comprendre, c'est que les théorie de Margareth Thatcher sont effectivement encore au pouvoir dans toute l'Europe, avec comme ''commandante en chef'', Madame Merkel et ses gauleiter à l’œuvre dans de nombreux pays, mais que la résistance s'organise et que son ''Reich millénaire'' est proche de l'effondrement ! Vous poursuivez votre petit délire suprématiste, proche du Klu-Klux-Klan, mais vous ne réfléchissez même pas aux arguments qui vous remettent en cause, qui vous dérangent !