En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

06.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

07.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 10 min 9 sec
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 40 min 45 sec
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 1 heure 25 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 2 heures 48 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 15 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 16 heures 30 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 17 heures 26 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 19 heures 27 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 20 heures 57 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 10 min 47 sec
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 1 heure 49 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 2 heures 11 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 15 heures 20 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 16 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 16 heures 44 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 18 heures 54 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 19 heures 39 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 21 heures 8 min
© Reuters
L'UE est tétanisée par l’austérité et la crise des migrants.
© Reuters
L'UE est tétanisée par l’austérité et la crise des migrants.
L'UE à l'épreuve

Europe, la mort par les Po-Po ? Déni de démocratie au Portugal & nationalistes au pouvoir en Pologne, l’UE tétanisée par l’austérité et la crise des migrants

Publié le 30 octobre 2015
Dimanche 25 octobre, la Pologne est passée à droite avec une très large victoire des conservateurs. C'est le parti Droit et Justice, une formation nationaliste eurosceptique et particulièrement proche du traditionalisme de l’épiscopat polonais qui a remporté les élections législatives. L'Union européenne doit faire face actuellement à plusieurs défis nationaux.
Alain Wallon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Wallon a été chef d'unité à la DG Traduction de la Commission européenne, après avoir créé et dirigé le secteur des drogues synthétiques à l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, agence de l'UE sise à Lisbonne. C'...
Voir la bio
Gérard Bossuat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Bossuat est professeur à l'Université de Cergy-Pontoise, titulaire de la chaire Jean Monnet ad personam.Il est l'auteur de Histoire de l'Union européenne : Fondations, élargissements, avenir (Belin, 2009) et co-auteur du Dictionnaire historique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dimanche 25 octobre, la Pologne est passée à droite avec une très large victoire des conservateurs. C'est le parti Droit et Justice, une formation nationaliste eurosceptique et particulièrement proche du traditionalisme de l’épiscopat polonais qui a remporté les élections législatives. L'Union européenne doit faire face actuellement à plusieurs défis nationaux.

Atlantico : Dans quelle mesure la montée du nationalisme - comme en Pologne ce week-end - au sein des pays membres de l'Union européenne peut-elle affaiblir cette dernière ?

Alain Wallon : L'ancien premier ministre polonais Jaroslaw Kaczynski et son parti Droit et Justice, le PIS, trouvent dans leur victoire aux législatives de dimanche une revanche complète sur les libéraux pro-européens de Donald Tusk et Ewa Kopacz. Cela se fait sur un effondrement de la gauche, incapable pour l'instant de se renouveler pour répondre aux enjeux actuels. Un premier pas dans ce retour aux affaires pour le jumeau de Lech Kaczynski, l'ancien président polonais mort dans un accident d'avion, avait été l'élection en mai dernier à la présidence du pays de Andrzej Duda, un ultra conservateur devenu un de ses hommes liges. Mais, comme vous l'avez noté, la relation à l'Europe de cette formation, ouvertement nationaliste, est très ambigüe. Elle devra à terme clarifier son attitude, marquée par l'opportunisme, cherchant à garder les bénéfices sonnants et trébuchants de son appartenance à  l'Union européenne tout en se présentant comme la force fédératrice de tous les mécontentements, avec la tentation de leur désigner l'UE comme bouc émissaire. Sans oublier l'impossibilité de se passer de l'Europe face aux menées de Poutine en Ukraine et plus largement aux marches orientales et baltes de l'UE.

Pour celle-ci, la poussée croissante des populismes en Europe et leur capacité à peser sur les orientations de ses politiques devient une question brûlante. Le danger est grand d'un grippage de toute la machine. Si rien n'est fait pour le prévenir - et la responsabilité du triangle institutionnel (Conseil, Parlement et Commission) est ici engagée - les réveils risquent d'être brutaux.

Gérard Bossuat : Oui la construction européenne s’effrite devant les attaques inutiles contre les institutions européennes. Cependant la grande idée fondatrice des pères de l’Europe, Monnet, Schuman, de Gasperi et Adenauer structure toujours nos esprits et nos cœurs : la paix entre les Européens grâce à un système de prise de décisions en commun inégalé dans le monde. Il est insuffisant certes, mais il fonctionne. Elle s’effrite aussi du fait d’une technostructure communautaire incapable de faire de la politique, i.e. de mesurer les souffrances des gens et de prendre des décisions pour les surmonter. Elle risque de s’effriter dans nos esprits si on ne veut pas relever tout ce que l’Union a apporté à chacun des citoyens européens. La construction européenne offre pourtant de quoi se réjouir : la paix est dans nos territoires. Elle a formé un espace politique original et pacifique dont la confiance franco-allemande est le moteur et l’emblème. L’autarcie européenne des années 30 a été remplacée par le libre-échange. La stabilité monétaire n’est plus discutée, le spectre d’une dévaluation abyssale a disparu. La crise institutionnelle, ouverte par de Gaulle, a été dépassée au prix d’un renforcement de l’intergouvernementalité et un abandon à court terme de la Fédération, ce qui devrait rassurer les souverainistes. La crise financière et bancaire a été surmontée par les Etats avec la création en 2012 de divers moyens de stabilisation dont un traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), une union bancaire avec un Mécanisme européen de solidarité (MES) qui peut lever €700 milliards, un Mécanisme de surveillance unique (MSU) et un Mécanisme de résolution unique (MRU) qui veillent sur les banques de l’euro-zone. Alors pourquoi de Varoufakis à Orban ou Kaczynski de Podemos à UKIP ; de Mélenchon à l’extrême droite en France, à Blocher en Suisse, Le Pen ou Berlusconi, tant de haine envers cette construction européenne ? Sans doute parce que, contrairement à une analyse des comportements socio-politiques et culturels classiques des citoyens sur la fin des nations, les peuples imaginent mal comment se sentir pris en charge par une entité si grande et si diverse, l’Europe.

Au Portugal, le pays fait face à une impasse démocratique depuis les élections au début du mois. Est-ce là aussi un élément pouvant effriter l'Union européenne ?

Alain Wallon : Je ne pense pas que le Portugal restera très longtemps dans cette impasse entre un gouvernement minoritaire au Parlement et une opposition de gauche divisée mais majoritaire en sièges, restant au bord du Rubicon d'une coalition pour l'instant impossible. De plus, le pays a su remonter en partie la pente et montrer sa capacité à gérer puis surmonter ses difficultés. Je pense même que ce sera un des pays les plus constructifs au moment de relancer la construction européenne en s'opposant à ses forces les plus centrifuges qui en menacent la pérennité.

Ces résultats électoraux marquent-ils l'échec du projet européen, ou du moins, d'un pan de ce projet ?

Gérard Bossuat : Si lorsque la Gauche arrive au pouvoir quelque part cela provoquait un effritement de l’Union, on risquerait en effet de ne plus avoir d’Europe organisée ! Il faut distinguer ceux qui, à gauche et à droite aussi, ne veulent plus d’Europe ; ce qui signifierait un retour aux pratiques diplomatiques bilatérales. On est au XXIe siècle, se serait un retour en arrière extraordinaire et impensable. Tsipras en Grèce, conscient des conséquences graves s’il n’appliquait pas le plan de sauvetage financier, a fait adopter par les électeurs la potion amère (trop amère sans doute) des institutions communautaires et du FMI. D’autres veulent une autre Europe et il faut les prendre au sérieux, car les peuples semblent la suivre. Ils veulent être protégés par l’Europe comme ils le sont par leur Etat en termes de travail et de protection sociale ; ils veulent moins de mondialisation économique mais tout autant de mondialisation touristique et un contrôle sur les migrations de masse. La Pologne vient de se donner à la droite conservatrice et anti-européenne du PIS, tout comme la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie. Il semble que la peur des migrants, des hommes et des femmes d’une culture différente, ait motivé ce vote de rejet d’un partage des responsabilités envers les exilés de la guerre au Moyen-Orient ou en Afrique.

Donner un sens à l’unité, retrouver la fraicheur de l’idéal de 1948-1950, exigent de mettre la Démocratie en action, contre les pratiques du système communautaire européen quelles que soient ses qualités technocratiques. Seule la Démocratique pourra permettre de contester l’euroscepticisme, la défiance, le repli et le nationalisme. Les citoyens doivent pouvoir questionner démocratiquement les dirigeants européens sur leur politique car ils ne sont pas convaincus que l’Union protège et prépare leur avenir. Résoudre la plaie du chômage, ouvrir un horizon civilisationnel ambitieux et généreux est une nécessité pour donner du sens à la construction européenne. Les choix politiques de Barroso et de Juncker sont-ils pertinents ? L’action du couple franco-allemand, souvent mise en exergue, a-t-elle été efficace ? La solution est de rendre les institutions européennes responsables devant le Parlement et de développer des médias plurinationaux, libres et multilingues afin d’unir les consciences en faveur de l’intérêt général européen tout en restant loyal envers les cultures et les nations des pays membres.

Trois secteurs devraient être gérés selon une méthode fédérale: Premièrement, les politiques sociales, monétaires, économiques et fiscales. Deuxièmement, les politiques migratoires et le contrôle des frontières extérieures. Enfin, les politiques d’innovation écologique et environnementale, et le développement d’un nouveau modèle de production. Ainsi peut-on espérer écrire un roman historique européen, respectueux des histoires nationales, ouvert à l’avenir plurinational des peuples de l’Union. Allons-nous vers un dépassement de la crise ou vers une explosion de l’Union ? La période que nous vivons est instable. La guerre est à nos portes. Tout peut basculer. Rien n’est acquis. La leçon de Monnet et de Schuman est une leçon d’audace et d’innovation politiques. On cherche aujourd’hui qui peut s’en prévaloir.

Alain Wallon : En eux-mêmes, ces deux résultats, de nature très différente, ne démontrent rien de comparable. C'est surtout la déroute des forces pro-européennes, de gauche ou libérales, en Pologne qui est préoccupante. Le troisième plus peuplé des 28 États membres et qui avait réussi avec doigté son installation au coeur du système européen, se voit passer du jour au lendemain sous la férule quasi monopolistique d'une formation dominée par des conservateurs attachés aux positions les plus rétrogrades de l'Eglise polonaise, et dont le nationalisme étriqué, mâtiné d'un pro-américanisme de guerre froide, est à l'opposé des valeurs fondatrices de Solidarnosc. Or, pas de véritable démocratie sans une opposition portant un projet d'alternance digne de ce nom. Elle renaîtra seulement â ce prix. Se contenter de dénoncer les mesures réactionnaires voire ubuesques (Eglise plus OTAN, ça ne fait pas un programme !) que le PIS est susceptible de prendre ne suffira évidemment pas.

La nouvelle donne en Pologne va surtout profiter, au plan européen, à un David Cameron qui ne manquera pas de s'appuyer sur les conservateurs polonais dans sa tentative de renégocier les conditions d'adhésion du Royaume-Uni à l'UE. Une très mauvaise nouvelle, donc, pour la France, pour laquelle il ne faut rien céder sur l'essentiel au partenaire britannique. Une nouvelle alarmante pour tous ceux, l'Allemagne en tête, qui espéraient un assouplissement de la position polonaise sur l'accueil des réfugiés fuyant les zones de guerre.

Comment expliquer cette perte de confiance des populations européenne en l'UE ? Peut-on parler d'un début de fin de l'Union européenne actuelle ?

Alain Wallon : Elle est due pour beaucoup au sentiment qu'elles ont en commun de ne pouvoir influer sur les décisions politiques qui les concernent directement et affectent leur environnement immédiat : qu'il s'agisse de la carte hospitalière dans les régions rurales ou la carte scolaire dans les grandes agglomérations, de la fermeture d'un site industriel dans une région déjà touchée par un chômage de masse, d'une obligation de mises aux normes européennes ruinant la rentabilité d'un secteur artisanal ou de l'ouverture à la concurrence mondiale de productions jusque là rentables et soumises soudain à des prix de dumping, ou encore le sentiment du déclassement, de la perte de repères dans des lieux de mixité sociale où l'autorité centrale ou locale a cessé d'exercer son pouvoir de régulation et de médiation. La trop grande distance creusée entre ces questions concrètes et les responsables politiques créé une frustration croissante qui atteint â un moment donné un tel état de saturation, un tel fatalisme amer qu'il devient la proie facile de la démagogie populiste, passée maitre dans l'art de la canaliser à son seul profit électoral. L'Union européenne est confrontée pour la première fois de sa jeune existence à une confluence très dangereuse de ces courants qui, parce qu'ils sentent avoir le vent en poupe, sont prêts à mettre à l'épreuve l'édifice européen sans lequel pourtant leur pays se retrouverait précipité sans armes sérieuses dans la fosse aux lions de la mondialisation. Bloquer un tel processus et son éventuelle contagion est possible. A condition d'en faire une priorité immédiate. L'Europe est à la croisée des chemins. Elle ne doit pas craindre la confrontation avec ceux qui voudraient la balkaniser. Elle doit et elle peut refonder un leadership de ses États membres fondateurs et démontrer par des actes à ses citoyens qu'elle ne fuit pas ses responsabilités.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lémire
- 20/11/2015 - 12:06
A côté de la plaque
Pologne : la gauche européenne a voulu oublier que les idéaux de Solidarnosc étaient imprégnés de catholicisme et de lutte pour l'indépendance nationale. Et ce n'est pas la première fois que le PIS arrive au pouvoir, mais (en politique étrangère) ils aboient plus qu'ils ne mordent

Peur des autres cultures ? Les tenants du multiculturalisme s'expriment ainsi depuis 30 ans, évitent de nommer la culture qui éveille des peurs (dans quelle culture apprend-on le mépris et la haine de l'Occident chrétien et/ou athée ?). Il y a aussi du ressentiment envers ceux qui imposent cette cohabitation et tentent de canaliser les opinions publiques dans un débat biaisé ?

Tenter d'intimider Cameron et ses électeurs ? Faut-il oublier qu'un ministre allemand a menacé de supprimer les subventions aux pays désobéissants sur l'accueil des migrants (rien dans les traités ne le permet) ? Une telle attitude de la part d'une institution gangrénée par les conflits d'intérêts (Juncker !), les lobbys et les intérêts US et chinois et la morale à géométrie variable (des sanctions sur la Crimée, mais pas sur les îles Spratley) ne rend pas service à l'Europe
BOCE64
- 28/10/2015 - 15:04
tous
Incultes ......
BOCE64
- 28/10/2015 - 15:04
tous
Incultes ......