En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 7 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 8 heures 44 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 9 heures 40 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 10 heures 36 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 14 heures 52 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 15 heures 36 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 16 heures 13 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 8 heures 33 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 9 heures 18 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 10 heures 2 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 11 heures 32 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 14 heures 44 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 15 heures 19 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 15 heures 40 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 18 heures 5 min
© Flickr / marcn
Hillary Clinton est candidate à la primaire démocrate en vue de l'élection présidentielle américaine de 2016.
© Flickr / marcn
Hillary Clinton est candidate à la primaire démocrate en vue de l'élection présidentielle américaine de 2016.
Leader

Présidentielle américaine : Joe Biden jette l’éponge… quels risques pour Hillary Clinton de faire la course en tête ?

Publié le 22 octobre 2015
Cela faisait plusieurs semaines que le doute planait. Mercredi 21 octobre et suite au décès de son fils au mois de mai dernier, Joe Biden a déclaré renoncer pour raisons "personnelles" à la course à l'investiture démocrate.. Lundi, c'était Jim Webb, un des 5 candidats démocrates, qui revenait aussi sur ses ambitions. Une aubaine pour Hillary Clinton.
François Clemenceau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Clemenceau est rédacteur en chef International au Journal du Dimanche. Il était précédemment rédacteur en chef de la matinale d’Europe 1 après avoir été correspondant de la radio à Washington pendant sept ans. Son blog USA 2008 sur la campagne...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cela faisait plusieurs semaines que le doute planait. Mercredi 21 octobre et suite au décès de son fils au mois de mai dernier, Joe Biden a déclaré renoncer pour raisons "personnelles" à la course à l'investiture démocrate.. Lundi, c'était Jim Webb, un des 5 candidats démocrates, qui revenait aussi sur ses ambitions. Une aubaine pour Hillary Clinton.

Atlantico : Hillary Clinton est-elle renforcée par ces deux défections ?

François Clemenceau : Hillary Clinton sort indiscutablement renforcée de ces deux évènements bien qu’ils ne soient pas comparables. La défection de l’ancien sénateur de Virginie Jim Webb était attendue car il disposait de peu de soutiens et de donateurs et sa performance lors du premier débat télévisé des candidats démocrates n’avait pas été bonne. De plus, cet ancien secrétaire à la marine de Ronald Reagan occupait le même créneau qu’Hillary Clinton sur le plan de la sécurité nationale si bien qu’il avait du mal à la concurrencer. La non-candidature de Joe Biden est d’une toute autre importance. Le vice-président des Etats-Unis représentait pour les démocrates la chance de voir le bilan de Barack Obama totalement assumé et relancé lors de cette campagne présidentielle, un peu à la manière d’Al Gore après le double mandat de Bill Clinton. Joe Biden, bien que n’étant pas déclaré, était distancé dans les sondages d’intention de vote par Hillary Clinton et Bernie Sanders mais pouvait nuire à l’ancienne secrétaire d’Etat en attirant toute une frange de l’électorat démocrate de la classe moyenne, un socle sur lequel elle éprouve encore des difficultés à convaincre.

 

Pour autant, cette diminution du nombre de candidats démocrates pourrait-elle avoir pour effet de concentrer le feu de ses adversaires sur elle ? Côté démocrate et évidemment chez les Républicains ?

Hillary Clinton s’est lancée dans la campagne présidentielle en faisant en sorte d’avoir le moins d’adversaires possible afin d’incarner à elle seule la ligne et l’héritage du parti démocrate. La difficulté de cette stratégie est qu’effectivement elle se retrouve avec peu d’opposants mais chacun d’entre eux étant désormais tenté d’être le plus offensif contre elle. Le risque étant même qu’elle finisse par ne plus avoir de rival. Pour l’instant, cette hypothèse n’est pas d’actualité car l’ex-gouverneur du Maryland, Martin O’Malley et l’ancien gouverneur du Rhode Island, Lincoln Chaffee, sont toujours en piste même s’il est douteux qu’ils puissent se maintenir longtemps. Ce n’est pas le cas de Bernie Sanders qui suscite suffisamment d’engouement au niveau national pour bénéficier de fonds de campagne conséquents. Chez les Républicains, en revanche, si nombreux qu’ils ne cessent de donner dans la surenchère pour davantage se diviser, la perspective de voir Joe Biden se présenter contre Hillary Clinton était une aubaine. Ils n’auraient plus été les seuls à afficher leur zizanie. Clairement, Joe Biden a dû entendre suffisamment de conseils, à la Maison Blanche comme dans les hautes sphères du Parti démocrate, pour le supplier de ne pas affaiblir son propre camp. Il faut donc s’attendre à ce que les Républicains n’aient désormais plus d’autre dénominateur commun que de désigner Hillary comme la cible à abattre. A ce jeu-là, les électeurs de droite finiront par devenir raisonnables et favoriser celui qui a le plus d’atouts pour battre Hillary Clinton, autrement dit celui qui peut rassembler non seulement son propre camp mais au-delà. Dans cette équation-là, Donald Trump est celui qui a le plus à perdre et Jeb Bush ou Jon Kasich le plus à gagner. 

Dans le camp démocrate, quelles sont les conséquences pour Bernie Sanders, le candidat "socialiste" de ces primaires ?

Depuis le début, Bernie Sanders n’est pas dans la meilleure position face à Hillary Clinton. Beaucoup plus à gauche qu’elle, il attire tout un public de jeunes et de "bobos" de la côte Est et de la côte Ouest mais cela le condamne à se marginaliser tant qu’il reste sur son programme "socialiste" à l’européenne. Si Biden avait été candidat, Sanders aurait pu se réjouir de voir Hillary affaiblie mais il n’aurait plus été son seul rival, son alternative. Il va donc lui falloir trouver une méthode pour se recentrer sans se déjuger. Ce qui est beaucoup plus difficile pour un homme comme lui qui a toujours été engagé "à gauche". Alors qu’Hillary, centriste par excellence, capable de prendre les meilleures idées à droite comme à gauche, selon les recettes de triangulation expérimentées par son mari à la Maison Blanche dans les années 90, est beaucoup plus experte dans ces tactiques de campagne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 22/10/2015 - 13:41
Election présidentielle américaine
Quelle menace pour l'Europe si la course se résume à H. Clinton / D. Trump, une candidate handicapée par 30 ans de politique, essentiellement intérieure et un milliardaire populiste totalement incontrôlable, il pourrait entrainer plus de guerres (lesquelles ?) que G.W. Bush.
Texas
- 22/10/2015 - 12:02
Whaoooh !!
Je vous livre ma version de ce qui se profile : 1. Hillary Clinton est la meilleure chance de succès des Démocrates ...sauf qu' elle a déjà 2 enquêtes féderales sur le poil . 2. Bernie Sanders totalise à peine 17% des intentions des votes Démocrates. 3. Vos candidats Républicains , Bush et Kasich sont déjà dans les choux , voire sortis de la candidature Républicaine. 4 . Restent en lice : Trump , Fiorina , Carson et Cruz pour les mieux placés .Le trio Trump -Carson - Cruz constitue le trio ideal pour les électeurs des Rep's .