En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 6 jours 19 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 6 jours 23 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 41 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 1 heure
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 1 heure
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 6 jours 22 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 5 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 heure
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 1 heure
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 heures
© Reuters
Alexandre Loukachenko n'avait pas de réels opposants lors de cette élection.
© Reuters
Alexandre Loukachenko n'avait pas de réels opposants lors de cette élection.
Cinquième mandat

Réélection sans surprise d'Alexandre Loukachenko en Biélorussie : pourquoi personne n'arrive à faire tomber le "dernier dictateur d'Europe"

Publié le 13 octobre 2015
Au pouvoir depuis 21 ans, le Président de la Biélorussie Alexandre Loukachenko a obtenu un cinquième mandat. Dans la nuit de dimanche à lundi 12 octobre, la commission électorale centrale a annoncé que le candidat sortant avait remporté la présidentielle avec 83,49% des voix.
Viatcheslav Avioutskii
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Viatcheslav Avioutskii est professeur à l'ESSCA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au pouvoir depuis 21 ans, le Président de la Biélorussie Alexandre Loukachenko a obtenu un cinquième mandat. Dans la nuit de dimanche à lundi 12 octobre, la commission électorale centrale a annoncé que le candidat sortant avait remporté la présidentielle avec 83,49% des voix.

Régulièrement accusé depuis des années de graves atteintes aux droits de l'Homme, de réprimer l'opposition et de museler la presse, celui que Washington a surnommé le «dernier dictateur d'Europe» a été réélu sans surprise avec 83% des voix.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko avait d'ailleurs déclaré en mars 2012 devant les journalistes qu’il valait mieux être « dictateur que pédé », en s’adressant aux Ministres des Affaires Etrangères allemand et polonais : Guido Westerwelle et Radoslaw Sikorski qui l’ont accusé d’être un dictateur. En 2005, le secrétaire d’Etat américain a déjà pointé du doigt ce pays est-européen en le qualifiant de « dernière vraie dictature de l’Europe » en le plaçant au même rang que le Turkménistan, Cuba et le Zimbabwe.

Toutefois, ce pays a pourtant bien entamé sa transition démocratique lorsque le leader d’alors Stanislav Chouchkevitch était parmi les signataires qui ont mis un terme à l’Union Soviétique au cours de la rencontre historique tenue en décembre 1991 précisément en Biélorussie entre les présidents ukrainien, russe et biélorusse.

En 1994, Alexandre Loukachenko, l’ancien directeur d’une ferme collective et alors député au Soviet Suprême biélorusse, se présente aux élections. Il est élu, apparemment au cours d’un scrutin juste, sur la promesse de reconstitution d’un Etat commun avec le grand frère russe et sur les sentiments prorusses d’une grande partie de la population. Loukachenko joue ensuite sur les sentiments populistes et renforce son contrôle sur l’administration et sur le Parlement. Ainsi, en 1996, il considère le Parlement comme un (dernier) obstacle à son pouvoir personnel et organise un référendum qui élargit ses prérogatives. En novembre 1996, il fait emprisonner 89 députés sur 110 qu’il considère comme déloyaux et finit par les remplacer des fidèles.

En 1998, il accuse les gouvernements étrangers de vouloir conspirer contre lui et expulse les ambassadeurs des États-Unis, de Grande-Bretagne, de France, d'Allemagne, de Grèce, d'Italie et du Japon. Les relations internationales de la Biélorussie se détériorent alors avec les pays de l’Union Européenne et les Etats-Unis.

Sur le plan économique, il bloque définitivement les réformes et la libéralisation de l’économie au nom de la stabilité. Il préserve la propriété de l’Etat sur les pans entiers de l’économie. Depuis lors, la Biélorussie n’a jamais pu achever sa transition vers une véritable économie de marché. L’industrie obsolète produit des équipements destinés quasi-exclusivement au marché russe. En échange, Moscou, dans le cadre de relations clientélistes, accorde des crédits généreux et subventionne à travers le gaz à moitié prix l’économie biélorusse.

En même temps, Loukachenko semble initier le projet de création d’un Etat bicéphale – l’Union Russo-Biélorusse, dans laquelle il veut jouer le premier violon sur le fond d’un Eltsine alcoolique et effacé. Toutefois, ce processus n’est jamais arrivé à son terme, en raison de son irréalisme : la Biélorussie réclame dans cette union les mêmes droits que la Russie, ce que cette dernière n’est pas prête à accepter.

Ainsi, Loukachenko parvient à édifier un énorme réseau clientéliste, qui le réunit à une grande partie de la population, travaillant dans les entreprises d’Etat. Le seul problème est que ce système ne peut fonctionner que si Moscou est d’accord pour continuer de subventionner l’économie biélorusse. Or, avec l’arrivée de Vladimir Poutine, la Russie met en œuvre une diplomatie économique, fondée sur la recherche du profit. Lourdement endettée, la Biélorussie s’est engagée dans une série de guerres commerciales avec son voisin russe, avant de les perdre toutes et de vendre en remboursement de ses dettes son seul actif stratégique – les pipe-lines acheminant des hydrocarbures russes en Europe.

La situation devient intenable lorsqu’en 2011, le gouvernement ne parvient plus à maintenir le taux de change de sa monnaie nationale, à la suite d’un énième refus de Moscou d’accorder des crédits. Le rouble biélorusse perd plus de la moitié de sa valeur en quelques jours, provoquant par la même la perte des économies des épargnants (tandis que les épargnants perdent leurs économies).

Politiquement, le système semble verrouillé car Loukachenko se fait régulièrement réélire utilisant toujours les mêmes slogans populistes et en maintenant les subventions. Les tentatives de révolution de velours en Biélorussie ont échoué à deux reprises en 2006 et en 2010 en raison du contrôle sur les médias et la passivité de la population.

La situation en Biélorusse semble être verrouillée pour le moment. La situation est d’autant paradoxale que même la Russie, son allié le plus proche, pourtant très critique à l’égard de la politique de Loukachenko, ne parvient pas à changer la donne dans ce pays.

Article mis à jour, initialement publié sur Atlantico le 6 mars 2012

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier62
- 13/10/2015 - 11:05
Un dictateur qui se fait réélire ?
Amusant la propagande du système atlantiste. Comme Loukatchenko n'est pas une marionnette aux ordres de Washington (rien à voir avec Hollande, rassurez-vous) on le baptise "dictateur" même s'il a été régulièrement réélu !
Et il maintenu l'industrie de son pays et protège son économie du libre-échange dont on a vu les brillants résultats en France. Crime supplémentaire. En surtout il montre qu'un autre politique est parfaitement possible, même sans matière premières, sans débouché sur la mer et avec une population réduite. A méditer...