En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg

06.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

07.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 8 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 13 heures 24 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 14 heures 57 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 16 heures 39 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 19 heures 2 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 19 heures 23 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 19 heures 46 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 20 heures 10 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 20 heures 26 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 20 heures 47 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 14 heures 23 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 16 heures 9 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 19 heures 12 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 19 heures 27 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 19 heures 50 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 20 heures 11 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 20 heures 44 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 21 heures 8 min
Bonnes feuilles

Bienvenue dans le capitalisme 3.0 : le travail éclaté

Publié le 12 octobre 2015
Sommes-nous à l’aube d’un hyper capitalisme marchand où tout sera à vendre ? Ou inversement la société va-t-elle se convertir à l’échange et au partage ? Enfer ou paradis ? Un voyage au cœur du nouveau monde qui nous attend. Extrait de "Bienvenue dans le capitalisme 3.0", de Philippe Escande et Sandrine Cassini, publié aux éditions Albin Michel (2/2).
Sandrine Cassini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sandrine Cassini est journaliste aux Echos, spécialisée dans les technologies et les médias. 
Voir la bio
Philippe Escande
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Escande dirige le supplément économique du Monde. Il a déjà publié Les pirates du capitalisme (avec Solveig Godeluck, Albin Michel, 2008). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sommes-nous à l’aube d’un hyper capitalisme marchand où tout sera à vendre ? Ou inversement la société va-t-elle se convertir à l’échange et au partage ? Enfer ou paradis ? Un voyage au cœur du nouveau monde qui nous attend. Extrait de "Bienvenue dans le capitalisme 3.0", de Philippe Escande et Sandrine Cassini, publié aux éditions Albin Michel (2/2).

S’inscrivant dans cette tendance, la révolution numérique vient parachever le mouvement. Tout d’abord, en écrasant les niveaux hiérarchiques. Comme dans la PME de clôtures d’Angoulême, les petits chefs disparaissent progressivement. Du moins ceux qui assoient leur pouvoir sur le savoir et la surveillance. Voilà vingt ans que les entreprises cherchent à réduire les niveaux de hiérarchie, c’est même l’un des objectifs du « lean management » que l’on tente d’appliquer jusque dans les ministères. Mais le numérique accélère le phénomène.

>>>>>>>>>>>>  A lire également : Bienvenue dans le capitalisme 3.0 : la revanche du consommateur

Avec le mail et plus encore avec les réseaux sociaux d’entreprises, ces Facebook professionnels, les hiérarchies sont court-circuitées, le savoir circule horizontalement et non plus verticalement, comme les manutentionnaires de Lippi, à Angoulême, quand ils utilisent Twitter pour s’échanger informations et tuyaux sur la production en cours et les problèmes rencontrés. Comme le remarque joliment François Silva, chercheur au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) : « A la loi des pères, est en train de succéder la loi des frères. » Le pouvoir des chefs fait place à l’autorité partagée et l’évaluation se fait collective. Le mode traditionnel de contrôle et de commandement, inspiré de l’organisation militaire, devient du pilotage et de l’animation d’équipe en réseau au service d’une mission donnée.

Est-ce pour autant la fin programmée des commandants ? Bernard Ramanantsoa, directeur général d’HEC, l’une des premières fabriques de leaders de France, ne le croit pas : « Il restera toujours de grands groupes et, en leur sein, des gens ayant plus de responsabilités que d’autres. Le cadre en charge d’entités employant plusieurs milliers de personnes continuera d’exercer une responsabilité assez proche de ce qu’elle est aujourd’hui. » Mais il reconnaît tout de même que « l’autorité ne viendra plus du savoir, mais du savoir-être, de la personnalité, du charisme, de la capacité à faire adhérer les hommes à des idées, et surtout de la capacité à les faire travailler ensemble ». Jules César n’aurait pas dit autre chose !

Autre phénomène majeur : l’éclatement dans le temps et dans l’espace de l’entreprise. Le travail à distance, attendu depuis trente ans, entre doucement dans les mœurs. Selon la première enquête sur le télétravail, effectuée en 2012, près de 17 % des Français travailleraient plus de huit heures par semaine en dehors de leur lieu de travail. Ils étaient moins de la moitié en 2002, selon les chiffres de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) et du ministère de l’Economie. Le lien social physique se distend, remplacé par le réseau social omniprésent. Le temps de travail n’est plus un objectif, seule compte la mission. Elle remplace la subordination, symbolisée par la pointeuse qui venait rappeler, comme une horloge, l’idée qu’avec le travail, on achète avant tout du temps humain dans un lieu donné.

Dans les régions surpeuplées comme l’Ile-de-France, le télétravail est attendu comme le messie par une grande majorité des travailleurs qui perdent près d’une heure et quart par jour dans les transports. Jusqu’à douze jours par mois, le télétravail accroît la productivité (Roland Berger) et réduit l’absentéisme (Caisse des dépôts). Et il est plus économique pour le salarié et l’employeur. Reste à faire évoluer le droit du travail. « Il faut repenser toute la relation du salarié au travail, estime Bruno Mettling, le DRH adjoint d’Orange. Remplacer la définition d’un lieu, d’un temps et d’une subordination par une finalité (une mission à accomplir) et une liberté de moyens. » C’est ce que teste Orange dans sa Villa Bonne Nouvelle à Paris, où quatre-vingts personnes travaillent sans contrainte de lieu ni d’horaire. Une sorte de laboratoire expérimental regardé au microscope par la direction du groupe pour imaginer le travail, et l’organisation, de demain.

Enfin, après les hiérarchies et l’espace, le troisième grand changement touche aux frontières de l’entreprise, qui, comme toutes les autres organisations, Etat compris, éclatent. A la fois en interne, entre les services, et en externe, avec l’ensemble de l’écosystème qui englobe fournisseurs, partenaires et clients. Que deviendra l’entreprise dans ce monde fragmenté et recomposé ?

Dès les années quatre-vingt, l’économiste irlandais Charles Handy anticipait un modèle entrepreneurial en forme de trèfle à trois feuilles. La première est le cœur avec un petit nombre de permanents, très qualifiés et bien rémunérés, pilotant deux autres ensembles bien plus larges : d’une part, un personnel flexible, intérimaire ou indépendant et d’autre part, les sous-traitants. Une organisation très polarisée avec peu de gens, très qualifiés au centre et une masse de précaires à la périphérie.

Une machine à détruire la fameuse classe moyenne, socle supposé de l’idéal capitaliste et démocratique. Dans son livre au titre très explicite, Average is Over (« le moyen c’est fini »), l’économiste américain Tyler Cowen décrit une société de ce type où la classe privilégiée, qui concentre la richesse, ne représente que 15 % de la population. Une thèse cohérente avec l’actuelle explosion des inégalités dans le monde, où, selon l’organisation Oxfam, 1 % de la population détient près de la moitié du patrimoine de la planète.

Extrait de "Bienvenue dans le capitalisme 3.0", de Philippe Escande et Sandrine Cassini, publié aux éditions Albin Michel, 2015.  Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires