En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 6 heures 29 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 8 heures 45 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 10 heures 18 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 12 heures 42 sec
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 14 heures 22 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 14 heures 44 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 15 heures 7 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 15 heures 30 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 15 heures 47 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 16 heures 8 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 7 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 9 heures 44 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 11 heures 30 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 14 heures 33 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 14 heures 48 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 15 heures 11 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 15 heures 32 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 16 heures 5 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 16 heures 29 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

"Le gâchis français" : pourquoi l’économie ne cesse de se venger sur la France et sa population depuis la récession de 1975

Publié le 28 septembre 2015
Chute de la croissance, augmentation du chômage, accumulation de la dette publique et perte d’influence en Europe… Depuis quarante ans, malgré des atouts réels, la France ne répond pas correctement aux crises successives – choc pétrolier, récession, déficit – et ses dirigeants semblent incapables de définir une politique économique cohérente. Quel gâchis ! Extrait de "Le gâchis français - 40 ans de mensonges économiques", de Jean-Marc Daniel, publié aux éditions Tallandier (2/2).
Jean-Marc Daniel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chute de la croissance, augmentation du chômage, accumulation de la dette publique et perte d’influence en Europe… Depuis quarante ans, malgré des atouts réels, la France ne répond pas correctement aux crises successives – choc pétrolier, récession, déficit – et ses dirigeants semblent incapables de définir une politique économique cohérente. Quel gâchis ! Extrait de "Le gâchis français - 40 ans de mensonges économiques", de Jean-Marc Daniel, publié aux éditions Tallandier (2/2).

Depuis la signature du traité de Rome en 1957, sa politique économique est liée à celle de ses partenaires européens. Elle a donc pris l’habitude de multiplier les engagements vis-à-vis d’eux et d’affirmer une communauté de pensée, notamment avec l’Allemagne.

Mais, une fois les engagements solennellement pris, elle s’empresse de les trahir avant de les renouveler encore, dans un enchaînement chaotique de laxisme et de rigueur. Entre une rive allemande et une rive américaine, elle s’est installée au milieu du gué. Il en résulte une alternance mortifère entre des périodes de facilité budgétaire et des périodes de correction brutale.

 

>>>>>>>>>> A lire également : "Le gâchis français" : pourquoi nos dirigeants n’ont en fait presque rien essayé pour redresser le pays depuis plus de 40 ans

 

Depuis l’alternance de 1981, chaque équipe gouvernementale arrive en annonçant la fin des sacrifices et la priorité absolue accordée à la lutte contre le chômage. Elle s’engage dans des actions de relance plus ou moins redistributives qui se heurtent au déficit extérieur et à des tensions inflationnistes. Elle doit alors corriger sa trajectoire économique, ce qui conduit à davantage de chômage. Le tout se solde par une défaite aux élections suivantes et le retour de l’équipe antérieure qui semble n’avoir que peu appris et réellement rien compris. La dernière fois qu’une majorité sortante a réussi à éviter la défaite a été en 1978. En janvier, Valéry Giscard d’Estaing se rend dans la commune de Verdun-sur-le-Doubs, en Saôneet-Loire, et prend position dans le débat pour conforter sa majorité. Dans son discours, connu comme celui du « bon choix », il déclare : « Vous qui travaillez dur, vous qui avez peur que vos enfants ne trouvent pas facilement un emploi, et auxquels on explique que tout s’arrangerait si vous vous contentiez de changer ceux qui vous gouvernent, je vous comprends, c’est vrai, d’être tentés de voter contre la crise. Et d’ailleurs, si c’était si simple et si on pouvait s’en débarrasser par un vote, pourquoi ne pas le faire ? Malheureusement, il n’est pas plus efficace de voter contre la crise que de voter contre la maladie. La crise se moque des bulletins de vote. La crise est comme l’épidémie, elle nous vient du dehors. Si nous voulons la guérir, il faut bien choisir le médecin. Et si nous pensons nous en débarrasser par la facilité, l’économie se vengera, et elle se vengera sur vous. »

 

S’il semble avoir été entendu en 1978, ce message lucide ne le sera plus vraiment par la suite, si bien que l’économie depuis ne cesse de se venger sur la France et sa population. Certains gouvernements ont essayé de rompre avec la fatalité d’une première phase de laxisme démagogique keynésien amendé, suivie d’une phase de redressement honteux libéral-monétariste. Ce fut le cas de Premiers ministres comme Raymond Barre, Laurent Fabius ou Alain Juppé. Mais ce fut pour de courtes périodes et leurs successeurs ne surent pas, ou ne purent, prolonger leur action. Quant aux présidents de la République, le seul qui ait pris la dimension de l’enjeu réel est, à mes yeux, François Mitterrand. Pour lui, l’économie est un outil qu’il maîtrise plus ou moins bien, au service d’une politique. Arrivé au pouvoir en 1981, dans un premier temps, il laisse son entourage mener une action économique qui doit « changer la vie » des Français et faire naître une société socialiste originale. Son discours est marxiste, sa vision réformatrice, l’outil que ses experts lui proposent, keynésien. Rapidement, il constate l’échec de cette politique et change d’orientation. Il ne cherche plus à renouveler l’outil économique mais à modifier le contenu politique. Après l’échec de ses illusions sur le socialisme, il décide en 1983 de porter un autre idéal, celui de l’Europe, qui conditionne désormais son action économique. L’entente avec l’Allemagne devient son projet, son obsession ; il impose au pays de s’en donner les moyens, notamment économiques, y compris quand le doute s’installe dans la foulée de la chute du communisme et de la réunification allemande. Après lui, l’absence de volonté et de vision à long terme qui s’installe au sommet de l’État prive la France d’un objectif fort et la fait renouer avec la politique chaotique des deux phases – celle des largesses « américaines » et celle de la correction « allemande ».

 

Il est temps de mettre un terme à ce processus. D’abord, parce que les capacités de rebond de l’économie française commencent à s’amenuiser et que le déclin, de sujet de débat intellectuel, risque de devenir une réalité. Ensuite, parce que les défaites électorales à venir pourraient profiter aux mouvements politiques extrêmes, à l’aventurisme économique inquiétant. Enfin, parce que les relations avec nos partenaires européens se détériorent et que notre crédibilité internationale s’amenuise. Il y a quarante ans, face à la « tempête », Valéry Giscard d’Estaing demandait aux électeurs de garder la tête froide. Dans la foulée, en portant le système monétaire européen sur les fonts baptismaux au sommet européen de Brême, en juillet 1978, il donnait un cap au navire France. Depuis, ce cap n’a vraiment été tenu que par François Mitterrand après qu’il eut été dégrisé des ivresses de mai 1981. Aujourd’hui, le navire est à la dérive, gâchant les chances d’un pays à qui on ne cesse de répéter qu’il a tout pour réussir. Ce livre décrit en quoi les quarante années qui ont suivi la récession de 1975 furent un gâchis, afin d’inviter ceux qui nous dirigent à se ressaisir.

 

Extrait de "Le gâchis français - 40 ans de mensonges économiques", de Jean-Marc Daniel, publié aux éditions Tallandier, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 27/09/2015 - 21:47
Allez, une petite histoire garantie vraie...car vécue en famille
Ma belle soeur il y a 5 ans, passe un concours de la fonction publique. Je ne sais plus lequel, mais en tout cas, elle le réussit et est admise à travailler à la préfecture de Lille.
Elle arrive toute guillerette et prête à donner le meilleur d'elle-même pour le "service public".
On lui donne un bureau, une chaise, une armoire, un ordinateur et une imprimante....Jusque là rien que de bien normal.
Et puis....on ne lui demande RIEN.... Si si, je vous assure, c'est possible, elle vient chaque matin, attend dans son bureau et repart en n'ayant absolument RIEN fait ...
Au bout de 3 jours, elle s'inquiète un peu et malgré sa timidité naturelle, va enquêter dans les bureaux voisins.
Des collègues tout aussi inoccupés qu'elle lui répondent : "te donner du travail, tu n'y penses pas,... Il n'y en a déjà pas assez pour nous, on va pas en plus t'en donner alors que tu viens d'arriver".
VERIDIQUE 100%.
Et mes impôts ont augmenté de 200% depuis 2 ans pour payer des gens à rien foutre....
Vous me direz, au moins, ils payent le salaire de ma belle-soeur....ça reste dans la famille....Sauf qu'ils sont beaucoup plus élevés que le salaire de ma belle-soeur...ils ne payent pas qu'elle !!
Anguerrand
- 27/09/2015 - 17:52
A MONEO98 pour completer
Zoé Sheppard haut fonctionnaire décrivait le gâchis dans les services publics territoriaux, dans son livre elle avait changé tous les noms, mais sa description etait tellement fidèle que les personnes se sont reconnues, et bien sûr après avoir été mise à pied, sa carrière est bloquée. Le titre du livre "35 heures en un mois". Elle décrivait aussi les gâchis financiers sans limite et autres voyages " d'étude", au soleil bien sûr. Entre la diminution des dotations de l'état et et les frais énormes de ces fonctionnaires il ne faut pas s'étonner de l'augmentation des impôts locaux.
MONEO98
- 27/09/2015 - 15:47
il faudra un miracle
une société profondément renouvelée , ne s'assimilant plus et ne voulant pas le faire sur un socle marxiste égalitariste enfoui au fonds des cervelles constamment formatées des l'école primaire,un milieu culturel protégé à coups de subventions tous les jours présents dans les petites lucarnes délivrant la bonne parole égalitariste et désormais la bonne éducation verte, des journalistes au garde à vous vis à vis de la bonne pensée sauf à être lynchés en place publique, un enseignement économique absent ou carrément marxiste,des français totalement déboussolés prêts à suivre le prochain joueur
de flûte qui leur promettra tout et son contraire savoir le travail pour tous bien payé avec encore moins d'effort et le rejet facile de la mondialisation par le verbe ...
Dans un pays ou le
principal employeur est la Puissance Publique si chère à Zoe
Sheppard ,comment un homme politique pourrait changer le train lancé vers la disparition à moyen terme du pays.... les candidats actuels ont prouvé leurs limites et leurs insuffisances notamment au niveau du courage et ceux qui aspirent à les remplacer sont pires