En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

05.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

06.

Nous aurons la Chine de nos mérites

07.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 40 min 26 sec
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 1 heure 50 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 3 heures 24 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 5 heures 57 sec
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 5 heures 30 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 7 heures 37 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 1 heure 13 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 5 heures 8 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 5 heures 24 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 5 heures 44 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 7 heures 37 min
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 22 heures 46 min
© Reuters
La laïcité est une invention de l’Eglise Catholique pour s’émanciper de la tutelle, parfois violente de l’Etat, qu’il soit royal ou républicain.
© Reuters
La laïcité est une invention de l’Eglise Catholique pour s’émanciper de la tutelle, parfois violente de l’Etat, qu’il soit royal ou républicain.
Késako ?

Laïcité : 13% des lycéens ne savent pas ce que c'est que... Et si on en profitait pour leur expliquer pourquoi ça n'est pas nécessairement la panacée

Publié le 24 septembre 2015
A l'occasion de la journée de refus de l'échec scolaire et quelques mois après les attentats, l’Afev (Association de la fondation étudiante pour la ville), qui lutte contre le décrochage et apporte du soutien scolaire à des milliers d’élèves des quartiers populaires, étudie le rapport des jeunes de quartiers populaires avec leur relation à la citoyenneté et au principe de la République. Les résultats sont édifiants.
Marc Dubief
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Dubief est conseiller municipal de Bron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la journée de refus de l'échec scolaire et quelques mois après les attentats, l’Afev (Association de la fondation étudiante pour la ville), qui lutte contre le décrochage et apporte du soutien scolaire à des milliers d’élèves des quartiers populaires, étudie le rapport des jeunes de quartiers populaires avec leur relation à la citoyenneté et au principe de la République. Les résultats sont édifiants.

La laïcité est en passe de devenir la quatrième devise de notre République. Les élites, socialistes mais pas seulement, posent la laïcité comme un rempart aux communautarismes et à la dérive extrémiste de l’Islam. Laïcité par-ci, laïcité par-là, la laïcité semble être la panacée universelle à tous nos maux. La laïcité a été remise en selle, dans les années 90, avec « l’affaire du voile ». Elle a pris peu à peu de l’importance, pour devenir dans la bouche des politiques, la vertu ultime du 21ème siècle en France, sans pour autant régler nos problèmes. Les événements de janvier, l’affaire de la « jupe », ou encore l’attentat manqué du Thalys en sont la preuve. Il convient donc de s’interroger, réflexion à contre courant, sur la pertinence de cette approche laïque et ce avant qu’elle n’apparaisse sur le fronton de nos mairies.

La laïcité est ressentie comme islamophobe

La laïcité est une invention de l’Eglise Catholique pour s’émanciper de la tutelle, parfois violente de l’Etat, qu’il soit royal ou républicain. Le pouvoir n’a eut en effet de cesse de, soit de tenter de mettre sous tutelle le clergé, soit d’essayer de l’éradiquer. Il faut le redire avec vigueur, la laïcité, c’est l’Eglise Catholique qui l’a souhaitée pour préserver sa liberté ! Ce qui vaut pour les chrétiens ne vaut pas, pour l’heure, pour l’Islam. L’Islam est à la fois une religion,  une voie politique, un code (au sens juridique), et un fait culturel. Le Coran faisant l’unité autour de ces quatre dimensions. Ainsi l’Islam se vit à l’extérieur comme à l’intérieur, sans distinction. Les prescriptions alimentaires et vestimentaires, morales, s’appliquent partout et à tous. C’est un choix de vie, une transcendance, qui ne peut que difficilement être segmenté. Il n’y a pas d’un côté les laïcs et de l’autre les religieux, tout le monde est religieux, tout le monde est musulman. Cet ordonnancement  est à opposer à l’ordre occidental où il y a ceux qui prient, ceux qui travaillent et ceux qui guerroient. La laïcité, vue du monde musulman, est un objet insensé, un objet par construction « islamophobe » puisqu’il empêche, partiellement, sur l’aspect religieux au moins, la mise en œuvre du projet musulman. Au total la laïcité n’est pas l’outil adapté, elle peut être, au contraire, un catalyseur pour l’Islam radical.

Le laïcisme anti-chrétien rend les musulmans encore plus réactionnaires

Le constat d’une laïcité dévoyée, on parlera de « laïcisme », est le second point de la réflexion. L’affaire de l’affiche du concert « les Prêtres » partiellement interdite par la RATP ou encore la décision de justice obligeant le retrait de la statut de Jean-Paul II à Ploërmel -celle d’un chef d’Etat tombeur du « rideau de fer »- disent l’actualité de cette réflexion. Le message induit par le laïcisme est, que le fait religieux et sa dérivée culturelle, pour le « grand frère chrétien » particulièrement, n’ont plus droit de citer dans la vie publique. Il n’a pas le droit de citer dans l’ensemble de ces acceptions : religieuses, culturelles, politiques. L’Islam, encore minoritaire, perçoit négativement ces attaques contre ce que j’appellerai le « para-religieux ». Cela provoque une réaction épidermique chez nos concitoyens de confession musulmane, un repli identitaire et culturel contraire à la tant attendue démarche d’assimilation.  Ainsi plus le fait culturel chrétien sera ignoré, vilipendé, plus l’Islam sera réactionnaire pour se défendre a priori d’un Etat qui vise à éradiquer le fait religieux. La révision de la loi de 1905, qui est sur toutes les lèvres, sera le dernier et ultime renoncement, preuve de la faiblesse et de l’illégitimité de la société fondée sur des valeurs judéo-chrétiennes. En effet l’« L’islamisation » est avant tout le symptôme de nos renoncements successifs, balayons devant notre porte, et plus particulièrement les renoncements culturels et identitaires... On mesure alors  combien la révision de loi de 1905, incarnation de la laïcité par et pour l’Eglise serait contre-productive. 

Une citoyenneté hors-sol

Enfin, le laïcisme, outre le fait de mettre les croyants musulmans dans une posture de défiance, créé un grand vide. La laïcité, associée aux « valeurs de la République » ayant pour mission de remplacer les valeurs de la Nation, héritage de 1500 ans de chrétienté en Europe. Je défie quiconque de citer ces fameuses, valeurs… Elles sont d’ailleurs curieusement absentes du texte du Ministre de l’éducation nationale « Grande mobilisation de l'École pour les valeurs de la République », texte censé organiser la défense de celles-ci. Citons la « liberté d’expression » : que de divisions autour de cette soi-disant « valeur », qui devrait être universelle et naturelle… La laïcité mal entendue génère un vide culturel et une vacuité des valeurs sans précédent, voire des fractures irrémédiables. Le phénomène est accentué dans nos banlieues par l’insuffisante maîtrise du français. Nous sommes en train de créer, pour cause de laïcité et d’antiracisme, de « phobie » quelque chose, des générations de citoyens hors sol, sans repères. L’Islam, elle, ne peut se satisfaire de ce vide, révélateur de mollesse et de lâcheté. Cette perception est renforcée par le fait que pour un citoyen de confession musulmane tout lui rappelle qu’il vit dans une société chrétienne : les prénoms, les noms des rues, les églises, la charcuterie, l’alcool, etc...

La Nation plus forte que l’Oumma ?

Alors comment sortir de l’ornière, de ce pernicieux faux ami, de l’universalité présupposée de la laïcité… D’abord s’assumer : être ferme sur ce qui fonde notre identité, notre unité forte de 1500 ans d’infusion dans le christianisme. Ensuite, s’aimer pour être aimé, se respecter pour ne pas être méprisé. La déclaration de Manuel Valls « Vouloir s'en prendre à une église, c'est s'en prendre à un symbole de la France, c'est l'essence même de la France  qu’on a sans doute visé », suite aux attentats déjoués contre les églises de Villejuif est en soi positive et répond à cette ambition. Puis travailler à séculariser l’Islam, c'est-à-dire privatiser le fait religieux, en s’appuyant sur les citoyens de confession musulmane réformistes, car il y en a ! C’est uniquement la sécularisation de l’Islam, avec une lecture interprétative –obligatoire ?- du Coran qui permettra de faire de nouveau Nation. Nous avons la responsabilité de rendre la Nation, pour les citoyens de confession musulmane, plus attractive que l’Oumma, la communauté des croyants qui transcende les frontières. Nous avons la responsabilité politique de rendre la Nation attractive pour tous les citoyens, la responsabilité de rassembler plutôt que de diviser.  Cela passera par l’affirmation du fait culturel français, la fermeté à l’endroit de ceux qui ne respectent pas la Nation, et la bienveillance envers chaque personne et sa propre transcendance. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 26/09/2015 - 01:24
La laïcité reste un mot vide qui a créé une situation ingérable
Elle fait comprendre seulement qu'on ne voudrait plus entendre parle du sacré, par pur confort personnel. Mais peut-on mettre aisément le sentiment religieux sous cloche ? Les religions monothéistes, dites universelles, sont par essence ostentatoires et collectives. Il faut proclamer son existence, prêcher et convertir. Cela ne peut guère se faire sous le manteau. L'État essaie depuis plus d'un siècle de comprimer un ressort par la force de lois. Le catholicisme avait quasi disparu au lendemain de la Révolution. Puis, il est revenu très fort au cours du XIXe siècle. Enfin, on a fait croire à la simple séparation de l'Église et de l'État. C'est fait . Pourtant le problème n'est pas toujours réglé. Le cléricalisme n'était pas un fait spécifique à la religion (Rendez à César...) mais purement de l'ambition humaine (on tend à prendre du pouvoir) . L'homme ne peut pas vivre sans la religion (même les athées, qui ne le sont que parce qu'en vérité ils la craignent l !) et ce n'est pas l'ersatz des « vertus républicaines », par ailleurs jamais définies (ou alors la Gauche se fend à reprendre ce que le christianisme lui a inculquer !) qui résoudra les difficultés.
G.L.
- 24/09/2015 - 23:23
Quel est l'essence de la laïcité ?
Pour moi la laïcité, ça a toujours été simple. Séparation du pouvoir politique et du pouvoir spirituel des Eglises.
Au mieux, c'est s'assurer que la foi, le culte est un droit privé, un droit d'un individu et non d'une communauté et que nous sommes tous subordonnés au même droit.
La Laîcité c'est bien la liberté religieuse, l'égalité devant le droit et la fameuse fraternité, disons que c'est le devoir de tolérance envers les croyances d'autrui.
Texas
- 24/09/2015 - 20:51
Je propose une " Journée
...de la Connerie Institutionnelle " pour succéder logiquement à la " journée du refus de l' échec scolaire " .