En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

04.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

05.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

03.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

04.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

05.

Olivier Duhamel bénéficiait d'un réseau d'influence et de puissantes protections

06.

Il donne un coup de boule au principal de son collège. Ouf il ne l’a pas décapité…

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 jour 11 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 jour 12 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 jour 12 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 jour 13 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 jour 13 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 jour 15 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 jour 11 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 jour 11 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 jour 12 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 jour 13 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 jour 13 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 jour 15 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 jour 15 heures
info atlantico
© Reuters
Ségolène Royal aux côtés de Laurent Fabius
© Reuters
Ségolène Royal aux côtés de Laurent Fabius
Confusion des genres

Quand le quai d’Orsay et l’Elysée interviennent pour éviter à Ségolène Royal une question gênante au parlement mauricien

Publié le 25 septembre 2015
Un député mauricien souhaitait interroger le gouvernement sur les voyages et les libéralités consenties à Ségolène Royal lors de ses séjours à l’île Maurice. Subitement, il en a été empêché. Un journal mauricien laisse entendre que l’ambassadeur de Maurice à Paris aurait fait l’objet d’une intervention de l’Elysée et du Quai d’Orsay. Du coup, le diplomate aurait alerté son gouvernement des desiderata de la France. Ils ont été exaucés : exit la question embarrassante sur les séjours de la présidente de la région Poitou-Charentes.
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un député mauricien souhaitait interroger le gouvernement sur les voyages et les libéralités consenties à Ségolène Royal lors de ses séjours à l’île Maurice. Subitement, il en a été empêché. Un journal mauricien laisse entendre que l’ambassadeur de Maurice à Paris aurait fait l’objet d’une intervention de l’Elysée et du Quai d’Orsay. Du coup, le diplomate aurait alerté son gouvernement des desiderata de la France. Ils ont été exaucés : exit la question embarrassante sur les séjours de la présidente de la région Poitou-Charentes.
  • Les séjours de Ségolène Royal à l’ile Maurice continuent de faire des vagues. La pression des medias se fait plus forte.
  • Le 15 septembre, un député souhaitait interpeller au Parlement, le gouvernement mauricien sur les facilités accordées à Ségolène Royal lors de ses séjours dans l’Ile.
  • Finalement, il en a été empêché, certains élus trouvant inconvenant de s’intéresser à Ségolène Royal, numéro trois du gouvernement de Manuel Valls.
  • Le journal Le Mauricien laisse entendre que ce retrait pourrait trouver son origine dans une intervention faite par l’Elysée et le quai d’Orsay auprès de l’ambassadeur de Maurice à Paris… Qui a son tour en aurait informé le gouvernement de Port-Louis.

 

L’Elysée et le Quai d’Orsay sont-ils intervenus auprès de l’ambassadeur de l’Ile Maurice en France pour qu’on ne pose pas de questions trop indiscrètes au Parlement sur les voyages de Ségolène Royal dans ce paradis de l’Océan indien ? La France a-t-elle frisé l’incident diplomatique avec Maurice ? A en croire Le Mauricien daté du 20 septembre, ces deux questions sont loin d’être absurdes. Atlantico, le 17 septembre, revenait sur les escapades de la présidente de la région Poitou-Charentes à l’ile Maurice, notamment entre 2011 et 2014. Autant de voyages tous frais payés en avion première classe, agrémentés de séjours dans des hôtels de luxe, ce que n’a jamais démenti l’ancienne candidate à la présidentielle de 2007. Sauf une fois, lors du Salon du Livre, qui s’est tenu du 6 au 9 mars 2014, lorsque, à la suite d’un article du Canard Enchaîné, Ségolène se justifiait en faisant savoir que ce séjour avait été pris en charge par les entreprises mécènes du Salon, ce qui n’avait rien coûté au contribuable mauricien.

Au fil des mois, avec le changement, en février 2015, de premier ministre Navin Rangoolam, dont les relations amicales avec Ségolène Royal étaient notoirement connues, la presse a commencé à s’agiter et à ironiser sur les séjours de l’actuelle ministre de l'Ecologie. Au début du mois de septembre, la pression s’est accentuée. Jusqu’à ce qu’un député, Mahen Jhugroo se décide à poser une question orale au Parlement au nouveau premier ministre, Sir Aneroof Jugnauth. Elle était prévue pour le mardi 15 septembre. La question était claire et nette : le parlementaire désirait savoir avec précision le nombre de fois où Ségolène avait séjourné dans l’île ainsi que les facilités auxquelles elle avait eu droit. Seulement voilà : un mini coup de théâtre a eu lieu. De question, il n’y en eu point, bon nombre de parlementaires estimant qu’il était inconvenant de se mêler des voyages de Mme Royal, ancienne vice-présidente de l’Internationale socialiste et numéro 3 du gouvernement de Manuel Valls. Du coup, le député Jughroo remit l’embarrassante question dans sa poche. Ce qui lui vaudra ce titre méchant du Mauricien : "Les visites de Ségolène Royal : Mahen Jhugroo se débine." C’est un autre parlementaire, Rajesh Bhagwan qui devait indirectement s’emparer du cas Royal. Avec des questions moins personnelles. Du genre : qui a droit à une escorte policière pour ses déplacements ? Qui a profité d’invitations ? Des questions donc très générales qui ne ciblent pas directement l’ancienne candidate à l’élection présidentielle. Qui a donc décidé que le député Mahen Jhugroo devait remettre ses questions aux calendes grecques ? En réalité, de ne jamais les poser ?

Le Mauricien a donné une explication : ce serait l’ambassadeur de l’Ile Maurice en France, Joël Rault, qui, à la suite d’une démarche de l’Elysée et du Quai d’Orsay, aurait alerté le gouvernement mauricien que s’intéresser à Ségolène Royal serait parfaitement discourtois. D’où ce commentaire acide du Mauricien, le 20 septembre : "On croyait que le travail de l’ambassadeur de Maurice à Paris consistait à défendre les intérêts de Maurice, donc des contribuables mauriciens. Ce n’est pas de la faute des Mauriciens si Mme Royal a accepté de s’offrir des vacances cinq étoiles tous frais payés – avec un de ses enfants- aux frais de la République mauricienne, rappelons-le." Et l’auteur de l’article, de lancer cette pique en direction du président de la République française : "Il est pour le moins surprenant que le gouvernement socialiste de François Hollande, si sourcilleux sur les dépenses des fonds publics des deux derniers présidents de droite et leurs proches, soit frileux quand il s’agit d’un des siens qui aurait usé et abusé des fonds publics d’un Etat étranger. Qui plus est, d’un pays ami de la France pour des raisons diverses et variées." Et l’auteur de conclure : "Il suffit donc que Paris fasse part de son mécontentement pour que Port-Louis se mette à genoux. Faut-il prendre cette démission du gouvernement mauricien comme une démonstration de la puissance de la France à Maurice, plus de deux cents ans après la fin de la colonisation française ?"

Atlantico a adressé un mail ce lundi 21 septembre à l’ambassadeur de Maurice à Paris pour qu’il confirme ou non l’intervention de l’Elysée et du Quai d’Orsay au sujet de Ségolène Royal. Ce mardi soir, nous n’avions reçu aucune réponse. Pour quelles raisons ? L’ambassadeur serait-il gêné ? Ou tout simplement ferait-il sienne la maxime "le silence est d’or ?" Une chose est sûre : si une partie de la classe politique mauricienne et la presse surtout ne se montrent pas toujours tendres à l’égard de Ségolène Royal, bon nombre de Mauriciens ne l’accablent absolument pas. Au contraire. D’aucuns louent "cette femme politique, forte, dynamique, qui a traversé des périodes douloureuses dans plusieurs domaines et garde la tête haute." D’autres affirment qu’elle "personnifie la perfection dans son absolu." Ou "qu’ils ont voté pour elle en 2007 contre Sarkozy." Ou encore lui crient affectueusement: "Merci, Ségolène de passer nous voir de temps en temps !"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 24/09/2015 - 18:46
Quai d'Orsay
c'est une annexe de Act'up, des spécialistes du straight inverti!
Le truc à tuer après l'EN, juste après, et avant l'ENA.
lafontaine
- 23/09/2015 - 22:24
Complice
La réponse à l'intervention de l'Elysée est simple: Hollande et Ségolène sont complices pour l'éternité, ils ont eu quatre enfants ensemble. Ça ne peut pas s'oublier. Quoi qu'il arrive.
l'enclume
- 23/09/2015 - 17:11
Putain, on va se marrer
Atlantico, il ne vous reste qu'une chose à faire, mettre l'adresse courriel de l'Ambassade de Maurice sur votre site. Ensuite à nous de jouer.