En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 5 heures 4 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 6 heures 42 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 10 heures 30 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 11 heures 37 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 12 heures 42 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 13 heures 34 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 14 heures 38 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 15 heures 2 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 5 heures 36 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 11 heures 17 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 11 heures 52 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 13 heures 21 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 13 heures 48 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 15 heures 3 min
© Reuters
Benjamin Netanyahu.
© Reuters
Benjamin Netanyahu.
Coalitions et primes aux minoritaires

Construction de nouveaux logements dans les colonies : Israël paie-t-il le prix de son système électoral à la proportionnelle intégrale ?

Publié le 31 juillet 2015
Mercredi 29 juillet, Benjamin Netanyahu a annoncé la construction de 300 nouveaux logements en Cisjordanie, à 30km au nord de Jérusalem. Une politique qui doit faire avec des partis modestes qui, radicaux ou non, pèsent de façon décisive sur les décisions du gouvernement grâce au système électoral à la proportionnelle intégrale du pays.
Frédéric Encel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel est Docteur HDR en géopolitique, maître de conférences à Sciences-Po Paris, Grand prix de la Société de Géographie et membre du Comité de rédaction d'Hérodote, l'auteur a fondé et anime chaque année les Rencontres internationales...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mercredi 29 juillet, Benjamin Netanyahu a annoncé la construction de 300 nouveaux logements en Cisjordanie, à 30km au nord de Jérusalem. Une politique qui doit faire avec des partis modestes qui, radicaux ou non, pèsent de façon décisive sur les décisions du gouvernement grâce au système électoral à la proportionnelle intégrale du pays.

Atlantico : Le Premier ministre israélien est-il victime du système de proportionnelle quasi intégrale (3,25% suffisent à avoir des représentants à la Knesset) qui l'oblige à prendre des décisions influencées par certains membres de sa coalition ou est-ce un projet consacré par le Likoud ?

Frédéric Encel : Victime, oui, mais acteur aussi. Je veux dire par là qu'il n'a jamais su ou voulu le modifier, alors que la dernière mandature en date lui en offrait la possibilité puisqu'il disposait d'une large coalition gouvernementale. Mais au-delà de ce mode de scrutin en effet désastreux du point de vue d'une gouvernance cohérente, il y a sa volonté politique. Si Netanyahou avait souhaité rompre avec une politique favorable aux implantations, il aurait tenté de bâtir une coalition de centre gauche avec les travaillistes. Arithmétiquement, il pouvait le faire. Son choix s'est porté sur une coalition nationaliste et religieuse ; du coup, rien d'étonnant à ces nouvelles constructions. 

Quelle est la marge de manœuvre de Benjamin Netanyahu dans le cadre de ce gouvernement de coalition ? Le système électoral israélien permet-il aux partis radicaux d'imposer certains projets en échange de soutiens politiques ?

Sa marge de manoeuvre est à la fois large et réduite. Large, parce qu'en cas de rejet de sa politique par l'un de ses partenaires gouvernementaux, il peut menacer ce dernier de l'exclure de la coalition au profit d'un autre parti ; menace en général assez dissuasive ! Réduite, car cette menace joue dans les deux sens ; il n'est en effet pas du tout certain qu'en cas de désagrégation de l'actuelle coalition il puisse en constituer une autre. Quant au système électoral, il permet effectivement à des partis modestes - radicaux ou pas - de peser de façon décisive. Cela dit, lorsque dans les années 1980 un unique député pouvait incarner un parti à lui seul et changer de bord à sa guise sur les bancs de la Knesset, aujourd'hui il en faut quatre et ils ne peuvent aussi facilement passer de gauche à droite et vice versa. 

Dans quelle mesure le système de proportionnelle en vigueur au sein de l'Etat hébreu peut-il faire perdre de l'efficacité sur le plan politique ? En d'autres termes, a-t-on des exemples de projets politiques, de décisions qui n'ont pas pu être adoptées par la Knesset alors même que la société y était favorable ?

Dès avant la proclamation de l'Etat d'Israël en 1948, le mouvement sioniste avait souhaité le mode de scrutin le plus juste et représentatif possible. Il l'est. Mais son inconvénient majeur réside en effet dans sa propension à empêcher des majorités stables et la poursuite de politiques claires sur le moyen terme ; les premiers ministres doivent sans cesse composer et louvoyer. Concrètement, quantité de projets diplomatiques, militaires ou institutionnels ont avorté à une ou deux voix (sur 120) du fait de volte-faces de députés isolés, ou par manque de volonté commune au sein d'un même gouvernement ; Ben Gourion renonçant à conquérir la Cisjordanie en 1948, Rabin chutant pour une histoire d'horaires de shabbat non respecté en 1977, Shamir empêchant Péres de conclure avec la Jordanie l'accord de Londres de 1985, Sharon changeant carrément de parti politique en pleine législature pour pouvoir évacuer Gaza, etc. 

Que sait-on sur la position dominante des Israéliens en matière d'implantations en Cisjordanie ? Y sont-ils plutôt favorables ou manifestent-ils une certaine opposition ?

Les enquêtes d'opinion donnent systématiquement et depuis longtemps une majorité d'Israéliens en faveur des deux Etats côte à côte, ce qui induit nécessairement la perspective d'évacuations massives. Je rappellerais aussi qu'en 2005, lorsque Sharon évacue la bande de Gaza et ses vingt implantations, les sondages le créditent d'un large soutien. De ce point de vue, longévité politique remarquable du nationaliste Netanyahou n'est qu'un demi-paradoxe ; ce n'est pas tant sur cette question qu'il est réélu que sur la thèse sensible de la sécurité générale du pays. Et puis, tout de même, n'oublions pas l'essentiel : la vacuité programmatique de la gauche israélienne depuis presque deux décennies maintenant...   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 01/08/2015 - 07:01
Du blabla tout ca,
Tout les chefs d'état israélien disent qu'ils veulent la paix avec les palestiniens, mais tous laissent s'implanter des colonies sur les terres des Palestiniens etne pensent qu'a eradiquer les palestiniens, et tout cela avec l'accord des US dont le gouvernement est composer de beaucoup de juifs , et dont le pays est la 1ere communaute juive au monde.
Anouman
- 31/07/2015 - 22:09
Israël
Il n'y a qu'un exemple de colonisation réussie, les Etats Unis, tout le reste a foiré. Il suffit de voit les méthodes employées là -bas.
Outre-Vosges
- 31/07/2015 - 15:17
Deux problèmes, deux réponses
Voilà un article qui traite de deux points fort différents. Il y a d’abord la question de quelques logements construits pour les Juifs en Cisjordanie ; sur ce point je ne vois pas ce qu’il y a de scandaleux : notre propre gouvernement en construit ou en réquisitionne des milliers pour les Arabes qui vivent en France sans que cela suscite la moindre protestation parmi les bienpensants. Vient ensuite le problème de la difficulté qu’il y a à trouver une majorité en raison de la proportionnelle intégrale, mais il n’y aurait qu’à introduire une réforme inspirée de notre article 49-3 tel qu’il existait au début de la Vème République. On voit que chez nous cette disposition oblige les pseudo-opposants à cesser de faire des coquetteries au gouvernement et à dire clairement leur position ; il serait même possible d’exiger que la motion de censure comportât le nom du nouveau premier ministre qui, au cas où elle serait votée, prendrait immédiatement ses fonctions à la place du chef de gouvernement renversé. Je crois me rappeler que sous la IVème République une telle réforme avait déjà été proposée.