En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 7 heures 34 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 9 heures 12 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 12 heures 5 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 14 heures 26 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 14 heures 53 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 16 heures 8 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 16 heures 16 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 16 heures 41 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 8 heures 13 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 13 heures 31 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 14 heures 3 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 14 heures 45 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 15 heures 52 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 16 heures 16 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 16 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Victimes collatérales

Crise des migrants : pourquoi il ne faut pas penser le droit d’asile par rapport à 65 millions de Français mais relativement aux habitants des zones de crispations

Publié le 02 août 2015
Cette semaine, à Paris et à Calais, les tentatives des migrants de rejoindre le Royaume-Uni se sont multipliées, parfois au péril de leur vie, créant une situation de vive tensions dans les territoires concernés. En guise de réponse, la France a envoyé 120 gendarmes et CRS supplémentaires.
Pierre-Yves Bournazel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Yves Bournazel est conseiller de Paris, conseiller régional et secrétaire national de l’UMP chargé des grandes métropoles.
Voir la bio
Eric Lejoindre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Lejoindre est maire du 18ème arrondissement à Paris
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine, à Paris et à Calais, les tentatives des migrants de rejoindre le Royaume-Uni se sont multipliées, parfois au péril de leur vie, créant une situation de vive tensions dans les territoires concernés. En guise de réponse, la France a envoyé 120 gendarmes et CRS supplémentaires.

Atlantico : L'approche générale des questions migratoires consiste à expliquer que le nombre de migrants peut être "facilement assimilé" par une population de 65 millions de personnes. Or, un raisonnement par la moyenne semble invalide en raison des points de concentrations des zones concernées par l'accueil des migrants. Comment répondre à ce décalage entre un discours généraliste et une réalité plus complexe sur le terrain ?

Pierre-Yves Bournazel : C’est un sujet extrêmement complexe car cela touche à la vie et à la mort d’hommes et de femmes. Face au développement des populations migratoires qui fuient des régimes politiques qui les pourchassent, il faut avoir des principes. Le premier d’entre eux est un devoir d’accueil avec humanité une fois que le migrant est sur notre territoire car un migrant est un homme ou une femme égale aux autres. Pour autant, il faut être extrêmement ferme vis-à-vis des filières, des réseaux et des mafias qui prospèrent sur la misère humaine. J’interroge le gouvernement sur sa politique en la matière. On ne sait pas ce qu’il fait et quels sont les résultats escomptés. Enfin, il faut assurer la tranquillité des riverains. Nous avons vu dans le quartier de la Chapelle-Pajol à Paris ou à Calais des riverains victimes de l’inertie des pouvoirs publics.

Une fois ces principes définis, il faut agir. A court terme, en donnant des moyens à Frontex à l’échelle européenne. Il faut raccourcir le temps de réponse de l’obtention du droit d’asile, accueillir dignement les personnes qui obtiennent le droit de rester en France et reconduire dans leur pays celles qui ne bénéficient pas du droit d’asile. Il faut s’interroger à moyen et à long terme sur la politique de coopération. La France et l’Union européenne n’ont plus de politique de coopération. Il n’y a plus de développement dans les pays africains notamment ne serait-ce que l’accès à l’eau, à la nourriture, à l’école et à la formation qui permettent à ces populations de se développer dignement dans leur pays d’origine. Ce sont des populations délaissées aujourd’hui.

Dans les zones qui connaissent un fort afflux de migrants, quel est l'impact de cette présence sur la vie des habitants ?

Pierre-Yves Bournazel : Malheureusement les pouvoirs publics n’ont pas géré la question de la présence des migrants comme à Pajol. Je rappelle que sur le boulevard de la Chapelle cela fait plus d’un an qu’il y a eu des dizaines puis des centaines de migrants qui se sont installés. Ni la préfecture de police, ni la ville de Paris ne s’en sont occupés. Ces personnes ont vécu dans des conditions absolument inhumaines. C’est un problème d’abord pour les migrants eux-mêmes. C’est aussi un problème pour les riverains en raison de la nuisance très importante et d’autres problèmes qui peuvent se greffer au phénomène migratoire. Des associations font un travail humanitaire formidable, mais il faut que cela soit suivi par les municipalités pour l’hébergement et par l’Etat pour assurer les conditions de sécurité. Une réponse rapide pour le droit d’asile est primordiale car c'est dans l'attente que s’installent des campements de la honte.

Eric Lejoindre : Cela dépend des situations, du type de migration, de l’objectif des personnes en France (si elles considèrent notre pays pour s’y installer ou si c’est uniquement un lieu de transit). Il y a beaucoup de facteurs différents. La réalité géographique joue beaucoup également. En tant que maire du XVIII arrondissement dans lequel vivent 200 000 personnes, le phénomène est très différent d’un quartier à l’autre, voire d’une rue à l’autre. Généralement, l'impact pour les riverains est moindre même s'il peut y en avoir comme ce fut le cas sur l’esplanade Nathalie Sarraute à la halle Pajol. 

Que fait l'Etat pour les quelques zones confrontées à cet afflux de migrants ?

Pierre-Yves Bournazel : On agit toujours en urgence. Il y a bien sûr des politiques d’urgence à mener, mais il faut aussi avoir une vision de moyen-long terme. Trouver un logement pour ceux qui bénéficient du droit d’asile, reconduire à la frontière les autres, remonter les filières mafieuses et les démanteler et avoir une politique de coopération comme je le disais.

La question des pays qui sont aujourd’hui en guerre comme la Syrie reste sans réponse. Les populations fuient et là il faut aussi une action diplomatique et politique de la France. On a trop l’impression que la France subit ce qui est en train de se passer. Le pays doit pouvoir jouer de son influence pour éviter l’augmentation de personnes qui fuient la misère et la guerre.

Eric Lejoindre : Personne ne laisse des zones confrontées à l’afflux des migrants. Le déplacement des migrants suit une certaine logique. Pourquoi les migrants sont-ils plus dans le XVIIIe que dans d’autres arrondissements de Paris ? C’est sans doute en raison de la proximité avec la gare du Nord, un endroit par lequel certains arrivent et certains souhaitent repartir.

Les associations, la ville de Paris et l’Etat ont été présents tout au long de cette période et le sont encore actuellement. J’ai senti qu’il y avait beaucoup de travail à faire. On l’a fait ensemble avec la préfecture de région, la préfecture de police, la ville de Paris, et les grandes associations. Et ce phénomène est amené à durer encore. 

Quelles seraient les solutions concrètes à apporter à ce phénomène ?

Pierre-Yves Bournazel : Si les migrants sont élligibles au droit d’asile, alors ils doivent être accueillis dignement. Mais on doit avoir une vraie politique vis-à-vis de l’apprentissage de la langue française car sans elle il n’y a pas d’intégration possible. On doit également agir sur la possibilité de les intégrer par l’emploi car sans activité économique il n’y a pas de dignité pour ces personnes.

Il faut une action très concrète pour le respect des institutions et des valeurs de la République française. C’est essentiel pour l’adhésion de la communauté nationale si ces migrants doivent rester.

Eric Lejoindre : Il faut d’abord avancer sur les discussions européennes en cours. C’est important dans la mesure où ce problème dépasse les frontières de la France. Je me réjouis par ailleurs que le Parlement ait adopté la loi sur la ville qui permettra une meilleure répartition des demandeurs d’asile sur l’ensemble du territoire.

Les structures qui traitent ces questions comme les associations (France Terre d’Asile, Emmaüs,etc), les institutions ou enore les collectivités font un travail formidable. Elles permettent un traitement humain des personnes qui sont sur notre territoire – en conformité avec les valeurs de la France. On veille aussi à ce que chaque situation soit traitée de manière individuelle comme l’exige à la loi. Bien évidement cela est compliqué à mettre en œuvre. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 03/08/2015 - 15:25
Xavier Bertrand
Citation de Xavier Bertrand (ancien ministre UMP : ''Les Anglais doivent changer leurs règles sur le travail des migrants parce qu'en Angleterre, même si, en théorie, il faut certains papiers, la réalité est qu'il est possible d'y travailler sans papiers, et que beaucoup de patrons en profitent pour payer ces travailleurs-là moins cher" C'est amusant, ces hommes politiques qui disent la vérité quand ils sont dans l'opposition ! Essayez-donc de le porter au pouvoir pour voir s'il agit !
Deudeuche
- 03/08/2015 - 08:28
@Outre-Vosges
Oui, probablement un copain à Juppé (et à NKM), et en tout cas un discours bien pariso-consensuel-média-compatible.
On dirait presque m'sieur Toubon, le copain de Taubira et de Yann(e)(avec un e, on sait pas trop!) Galut!

Ca me rappelle les discours de la CIMADE, annexe de SOS racisme au sein de la FPF! On parle aussi comme ça à la très libéralissime St Guillaume de Strasbourg, (mais c'est pour faire inclusif sur d'autres sujets de société), et bien sûr à la très avancée paroisse de Eckbolsheim.
Au fait, il parait qu'il y a un peuple de gauche, mais pas de peuple alsacien, dixit Valls à 3 temps.

Salü Bisame!
Outre-Vosges
- 02/08/2015 - 20:22
Encore un masque qui est tombé
Merci à M. Bournazel de laisse tomber le masque et de nous montrer le vrai visage de la droite molle, simple branche de l’UMPS. Voyez-vous, j’ai beaucoup de pitié pour les SDF et, pour les secourir, je donne à ma paroisse (protestante) certainement plus en proportion de mes ressources que nos riches amis du peuple socialistes ne donnent aux associations caritatives. Cela n’empêche pas que chaque soir je descende vérifier si la porte principale de l’immeuble est bien fermée afin d’empêcher des sans-logis de venir s’installer dans la cage d’escalier. Mais je serais enchanté que M. Bournazel nous donnât son adresse pour nous dire combien de réfugiés peuvent venir sonner à sa porte en étant sûrs d’être accueillis. Je pense que, malheureusement, j’attendrai en vain la réponse.