En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 29 min 12 sec
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 1 heure 29 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 1 heure 44 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 2 heures 52 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 3 heures 12 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 4 heures 56 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 21 heures 3 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 1 heure 4 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 1 heure 43 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 2 heures 8 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 2 heures 41 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 3 heures 7 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 3 heures 24 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 4 heures 10 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 4 heures 38 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 5 heures 21 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 21 heures 52 min
© Reuters
© Reuters
Quand la viande voit rouge

Colères agricoles : et s'il n'y avait qu'une seule chose à faire pour l'agriculture française, ce serait quoi ?

Publié le 21 juillet 2015
La crise que traverse l'agriculture française soulève inquiétudes et débats, en particulier dans la filière de l'élevage. Les éleveurs se mobilisent et tirent la sonnette d'alarme. Seulement, c'est tout un système qui est à bout de souffle. Il nécessiterait un vrai changement profond et structurel, et ne peut se limiter à des réformes esthétiques.
Jean-Marc Boussard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Boussard est économiste, ancien directeur de recherche à l’INRA et membre de l’Académie d’Agriculture.Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont La régulation des marchés agricoles (L’Harmattan, 2007). 
Voir la bio
Gil Rivière-Wekstein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gil Rivière-Wekstein est rédacteur pour la revue Agriculture et Environnement. Il est l'auteur du livre "Panique dans l’assiette, ils se nourrissent de nos peurs". 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise que traverse l'agriculture française soulève inquiétudes et débats, en particulier dans la filière de l'élevage. Les éleveurs se mobilisent et tirent la sonnette d'alarme. Seulement, c'est tout un système qui est à bout de souffle. Il nécessiterait un vrai changement profond et structurel, et ne peut se limiter à des réformes esthétiques.

Atlantico : Depuis lundi matin, les éleveurs protestent contre une chute des prix de la viande et du lait, qui risquerait de faire plonger l'agriculture. Comment en est-on arrivé là ?

Gil Rivière-Wekstein : Nous en sommes arrivés jusque-là parce que depuis une vingtaine d'année, personne n'a pris en compte la réalité de l'évolution de l'agriculture, et plus spécifiquement de l'élevage. Nous n'avons pas pris en compte le changement d'alimentation des français, la manière dont ils consomment et sélectionnent leur viande. Par exemple, aujourd'hui sur une vache de qualité française, ce qui est principalement vendu, c'est de la viande transformée en steak haché. Nous produisons donc de la viande de qualité, qui finit en steak haché. Le cout de production de cette viande de qualité pour qu'elle finisse ainsi est énorme. Avant ce n'était pas le cas, nous sélectionnions les morceaux en fonction de nos besoins.

Enfin, nous ne nous sommes pas préparés à la nouvelle situation du XXIème siècle, dans laquelle il y a d'autres pays qui sont devenus eux aussi des pays producteurs agricoles d'une très grande qualité, avec des prix très accessibles.

C'est la conjonction des deux phénomènes qui fait qu'aujourd'hui, notre système n'est plus en phase avec les besoins des citoyens et la réalité du marché, avec tout ce que cela implique.

Jean-Marc Boussard : Depuis plus d’un demi-siècle, à la suite en particulier de la grande crise économique de 1929, les prix des grands produits agricoles, dans presque tous les pays, avaient été déconnectés du marché. Ils étaient fixés par les États qui s’arrangeaient plus ou moins bien avec les excédents ou les déficits. En Europe, pour les produits laitiers (et les viandes associées) après une époque où l’on ne savait que faire des excédents, on décida en 1981 de créer des "quotas" de production : les prix étaient fixés, mais un agriculteur n’avait pas le droit de produire une quantité supérieure  au "quota" qui lui était alloué. La somme de tous les quotas individuels correspondait grosso modo au volume de la demande nationale, qui est assez stable, et dépend surtout des habitudes des consommateurs.

A partir des années 1990 et surtout 2000, on s’est mis à tout libéraliser. C’est dans ce cadre que l’on a décidé de supprimer les quotas, et de laisser le marché décider de la production souhaitable. Les producteurs ont eu la naïveté d’y croire, et surtout, de croire  que, puisque les prix courants correspondaient aux coûts, ils pourraient augmenter leur production sans les faire changer, grâce à la "conquête de nouveaux marchés".

Malheureusement pour eux, en agriculture, parce que  la demande est "rigide" (elle reste la même quelque soit le prix), l’équilibre du marché est instable (comme une bille posée sur la pointe d’un crayon) et le prix peut fortement s’écarter du coût de production, dans un sens ou dans un autre. C’est bien ce qui arrive maintenant : parce que l’offre a brusquement augmenté sans que les "nouveaux marchés" se soient concrétisés immédiatement, les prix s’effondrent.

Cette situation est préoccupante, parce que beaucoup de producteurs vont se trouver ruinés, et obligés de quitter le métier. C’est dommage pour eux, mais plus encore pour les consommateurs, car ces derniers, du fait de la disparition de ces producteurs, après une brève période d’abondance et de prix bas, vont bientôt se trouver confrontés à la pénurie, et donc à des prix qui pourront atteindre des sommets (le yaourt à 5€ pourrait bien paraître bon marché !). Puis ces prix astronomiques attireront de nouveaux entrepreneurs un peu fous, et les prix retomberont pour un nouveau cycle. Tout cela n’est ni  très satisfaisant,  ni très efficace, que ce soit pour les producteurs ou les consommateurs !

De quelle grande mesure les agriculteurs ont-ils besoin pour sortir de cette crise ?

Gil Rivière-Wekstein : Apporter une solution à la complexité est très difficile à mettre en place en une simple mesure. Mais le manque de réflexion sur la nature des marchés et sur l'évolution de l'économie mondiale nous a amené à cette situation, il faut donc remettre au cœur du débat cette question : quelle est la demande du marché ? Il ne faut pas penser qu'à travers quelques déclarations seulement nous allons modifier l'acte d'achat du consommateur, c'est d'un ridicule …

Jean-Marc Boussard : A court terme, il faudra sauver les producteurs (et en même temps les banques qui leur ont prêté de l’argent pour augmenter leur production). Cela se fera à coup de millions...

Il faut revenir à un système d’intervention  publique et de quotas, peut être en les améliorant (une gestion un peu astucieuse des autorisations de produire au niveau européen pourrait accompagner l’émergence du marché chinois). Un tel système n’est nullement contradictoire avec "l’économie de marché", mais tient compte des spécificités des produits agricoles, qui ne sont pas des produits comme les autres du fait qu’ils sont indispensables à la vie. Comme le disait déjà en son temps Jean Jacques Rousseau, "on ne peut pas traiter le nécessaire de la même façon que le superflu". De très nombreux économistes ont développé des analyses très subtiles de ces problèmes, mais leur voix a été couverte par celle de libéraux dogmatiques qui n’ont rien à envier aux pires intégristes de toutes les religions...

Pourquoi n'a-t-elle pas été prise avant ? Quelles dispositions ont été prises ces dernières années et n'étaient pas adéquates ou insuffisantes ? 

Jean-Marc Boussard : Il est clair que la suppression des quotas aura été une très grave erreur, commise par des gens qui n’ont en réalité aucune culture économique. Il est vrai également qu’on a tenté de remplacer le système des quotas par des "contrats à long terme" et d’autres gadgets du même genre. Mais aucun économiste véritable ne peut croire à de telles solutions, dans un contexte de concurrence sauvage.

Je suis du reste surpris que vous ne parliez pas des conséquences de cette concurrence pour certaines zones géographiques, en particulier les zones de montagne. Cela coûte beaucoup plus cher de produire et surtout de collecter du lait en montagne qu’en plaine. Il est donc vraisemblable que le "lait de montagne" va disparaitre à peu près totalement, à l’exception peut-être de quelques "niches" qui subsisteront grâce à leur pouvoir de monopole (mais qui pourraient disparaître si, comme le réclament les américains, on supprime aussi de facto les appellations d’origines !).

Gil Rivière-Wekstein : Cela signifie une modification profonde de la manière dont l'élevage est conçu en France depuis quelques années. Il n'y a pas eu de politique agricole réelle concernant l'élevage depuis 30 ans. L'élevage depuis a répondu à un seul objectif : l'occupation du territoire et pas la réalité économique de la filière. Nous avons mis des éleveurs pour avoir des personnes implantées dans les territoires. Nous n'avons pas créé de filière qui soit en phase avec le marché et avec la demande réelle du consommateur, qui est l'acte d'achat du consommateur. Dans les sondages, un Français peut vous dire qu'il est prêt à payer bien plus cher pour de la viande française de qualité, mais dans les faits, dans l'acte d'achat du consommateur, il se précipite sur celle bon marché venant d'Allemagne.

Il y a un problème de vision stratégique par rapport à l'évolution d'une filière. Aucune disposition prise n'était adéquate ou suffisante, puisqu'il n'y en a aucune qui répond à l'exigence et la réalité du marché.

Quelles menaces peuvent représenter la grande distribution et / ou les industriels ?

Jean-Marc Boussard : Je ne dirai pas que la grande distribution est toujours sans reproche, mais je crois quand même que les procès qu’on lui fait à l’heure actuelle sont largement exagérés. Les marges ne sont pas toujours aussi excessives qu’on le dit. De plus il faut bien dire que les pertes viennent aussi vite que les bénéfices, de sorte que ces organismes sont des colosses aux pieds d’argile. La preuve, c’est que certains d’entre eux font faillite de temps à autre... Dès lors, on ne peut pas leur reprocher d’engranger quelques profits en prévision des années maigres... c’est la Loi du Marché !

Gil Rivière-Wekstein. C'est un ensemble. Il faut arrêter de chercher un bouc émissaire. La grande distribution a certainement une part de responsabilité mais elle ne fait rien d'autre que de répondre à l'expression des consommateurs. Si la grande distribution fonctionne, c'est parce que les consommateurs la fait vivre. Elle répond à un besoin que les consommateurs ont, qui peut être légitime ou pas mais qui correspond à une réalité. Il faut arrêter de mettre les uns contre les autres. Tout le monde a une part de responsabilité, mais il n'est pas là le vrai problème. La question est : est-ce que, ensemble, nous pouvons mettre en place une vision stratégique pour l'élevage dans les 10-15 prochaines années, qui répond à la fois aux besoins des consommateurs et aux exigences du marché international et du marché mondialisé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 22/07/2015 - 09:49
Le Président Caton H a passé plus de 12 h au Salon
de l'Agriculture avec son Ministre Le Foll. Ils ont bien bu, bien mangé, ils ont eu la peau du ventre bien tendu!!!!! Mais depuis Mars les problèmes de l'Agriculture Française ( dont celui de la viande, mainte fois rappelé pendant ce salon)sont restés au fond des tiroirs du Président et du Ministre. Juillet manifestation monstre et là miracle les deux sbires découvrent qu'il y a un problème de la filière viande en France. L'Agriculture Française ne s’en sortira pas sans un plan massif pour des Grandes Fermes. Les Grandes Fermes sont les seules à pouvoir investir sur une ferme écologique avec l'ensemble des outils de retraitement pour sa production mais aussi pour les plus petites fermes qui seront autour. Les fermes plus petites pourront être Bio. Qui dit Bio ne dit pas zéro déchet et donc ils pourront recycler leurs déchets dans les outils de la grande ferme locale. Problème les Socialistes avec EELV ne veulent pas de Grandes Fermes!! Donc il faut dire aux Français et aux Jeunes Agriculteurs qui veulent s’installer que l'option PS EELV ne pourra jamais être rentable (sans donation gratuite de l’État de sommes colossales pour la faire vivre) En fait une Agriculture d’État.
vangog
- 22/07/2015 - 00:26
Libéralisation du marché européen dans un système
ultra-concurrentiel de dumping fiscal et social des pays mieux-disants libéraux au détriment des pays moins-disants socialiste= mort à terme des industries et agricultures à forte valeur ajoutée et privilège accordé à l'agriculture de masse et à l'industrie bas de gamme. A partir de là, existent deux solutions, soit conserver des taxes et des impôts pénalisants et choisir de subventionner une nouvelle usine à gaz socialiste, qui explosera de toutes les manières à long terme, ou baisser les taxes et impôts des petits producteurs, les multiples contraintes ecolo-reglementaires, afin de remonter leurs marges qui se sont effondrées sous les effets des monopoles de fait de la grande distribution et des restructurations des industries de transformation...on peut déjà prévoir que les socialos choisiront le subventionnement aux baisses de charges, soit la culture intensive de la dette et du chômage: un choix mortifère!
MONEO98
- 21/07/2015 - 15:00
quelle mesure? suite 2
FN =sortie de l 'europe et bunkerisation du pays Prix à payer exorbitant mais solution qui peut arriver quand on voit syriza /Podemos.
Si on reste dans l 'UE faut jouer le jeu européen ....cad encourager les grandes installations ( ne pas s'y opposer serait déjà un progrès) cesser tous les processus qui permettent la reprise des petites exploitations qui ne seront jamais rentables car ce n'est pas en accord avec nos engagement à Bruxelles mais surtout quand on aide à l'installation une reprise avec un troupeau de 50 vaches on est sûr de 2 Choses ;il ne pourra pas rembourser et en vivre et in fine si on l'aide c'est le client qui paiera. on en revient toujours au problème qu'est ce qu'un prix ? un juste prix ???qui le fixe ? un syndicat de fermiers ,un bureaucrate parisien? ou le marché cad les acheteurs ayant un choix
l'élevage individuel de faible quantité est fichu faut des regroupements volontaires de paysans sur une région ,une mutualisation des moyens, une baisse des charges ( aille... on est en déficit)
aujourd'hui nous sommes au milieu du gué ,à force d'avoir voulu,,le lait ,le beurre l'argent du beurre et la fermière..