En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 8 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 9 heures 29 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 10 heures 24 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 11 heures 20 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 15 heures 37 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 16 heures 20 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 16 heures 57 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 9 heures 18 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 10 heures 2 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 10 heures 46 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 12 heures 16 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 15 heures 28 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 16 heures 3 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 18 heures 49 min
© Reuters
La crise grecque remet en cause le fonctionnement de l'Europe.
© Reuters
La crise grecque remet en cause le fonctionnement de l'Europe.
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

Et si la crise grecque rendait tout le monde intelligent

Publié le 02 juillet 2015
Les Européens s’agitent et paraissent de plus en plus nombreux à vouloir tirer les leçons de toutes ces difficultés. La construction européenne pourrait réparer ses erreurs et la démocratie pourrait se départir de pratiques hystériques.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Européens s’agitent et paraissent de plus en plus nombreux à vouloir tirer les leçons de toutes ces difficultés. La construction européenne pourrait réparer ses erreurs et la démocratie pourrait se départir de pratiques hystériques.

Les Chinois traduisent la crise par "opportunité". Ce qui veut dire que la crise, par son impact prévisible, pourrait rendre intelligent tous ceux qui ont quelques influences et quelques responsabilités. C’est peut-être ce qui pourrait se passer avec la crise grecque. On sent bien que les acteurs principaux ont repris les négociations pour essayer de sortir du piège dans lequel ils sont tombés. Le Premier ministre, Alexis Tsipras a repris sa casquette de révolutionnaire pour s’adresser au petit peuple de la Grèce. Mais Alexis Tsipras peut très bien revenir en arrière avant la fin de la semaine. Cette stratégie du maitre chanteur est un marqueur de faiblesse. Donc tout est encore possible 

Si on veut résumer la crise grecque, il faut retenir deux problèmes.

Le premier tient au poids de sa dette. Plus de 300 milliards d’euros. Tous les créanciers savent, peu ou prou, que la Grèce ne remboursera pas cette dette. On trouvera forcement des arrangements. Les Européens commencent à le reconnaitre. Le détail qui tue c’est qu’ils ne peuvent pas l’acter officiellement sinon derrière les pays endettés défileront aux guichets de la BCE pour faire annuler leurs dettes. Il y a des formes qu'il faut respecter. Les Grecs devraient comprendre que leur ambition ne peut pas être contagieuse. Donc on dira qu’il faut restructurer la dette. C’est de cela que l'on discute depuis des semaines. Tout le monde est à peu près d'accord, sinon il y a longtemps que la BCE aurait fermé les perfusions.

Le deuxième problème est beaucoup plus important. Il faut que la Grèce reconstruise son modèle économique et social avec une industrie qui génère de l'activité et de la valeur, avec des recettes fiscales qui remontent au niveau de l’Etat et des dépenses de fonctionnent qui ne dépassent pas tous les jours, les recettes fiscales. Sur ce point, le gouvernement Tsipras n’a jamais voulu l’entendre.

C’est bien le problème. Il ne s’agit pas d’ajouter de l’austérité à l’austérité, il s’agit de récupérer des recettes fiscales auprès des contribuables qui n’ont jamais payer l’impôt. La nuit dernière, on pensait que la gouvernance grecque avait compris cette nécessité de retrouver en Grèce un modèle de croissance. Hier soir dans son discours, Tsipras en contradiction avec la lettre de compromis a repris son discours de guerrier.  

L’ampleur et la gravité de la catastrophe annoncée pourraient paradoxalement faire évoluer notre système économique et notre organisation politique dans des proportions importantes. A deux niveaux.

Tout d'abord, la construction européenne pourrait progresser vers plus d’unité politique. Les crises en Europe sont le résultat d’un déficit politique de l’Europe. Tout le monde savait dès la création de l’euro, que la monnaie unique aurait du être précédée ou suivie d’une construction politique. Jacques Delors, le créateur de l’euro pensait que l’Europe fabriquerait son unité politique trois mois après le lancement de l’euro. C’était dans les gênes de départ. Les égoïsmes et l’absence de volonté ont dressé des faisceaux de contraintes. Aujourd'hui  la situation n’est plus tenable. Il est impossible de faire vivre une monnaie unique sans un budget fédéral, un gouvernement fédéral et une autorité européenne légitime pour procéder aux harmonisations fiscales et sociales, aux arbitrages. On peut penser que la crise grecque pourrait forcer les pays de la zone euro à préparer un peu plus les Etats-Unis d’Europe.

Ensuite, la démocratie ne peut pas fonctionner avec des partis politique extrémistes qui, pour accéder aux pouvoirs, promettent des programmes irréalisables. La démocratie doit être sanctuarisée mais elle doit aussi respecter les règles fixées.

La légitimité politique d’Alexis Tsipras n’est pas en cause (pas encore). Ce qui est en cause, c’est son expertise et les promesses faites qui ne peuvent être financées par les voisins. Ses voisins n’ont pas voté pour payer les factures grecques. Angela Merkel a rappelé que toute aide supplémentaire devait être, autorisée par les parlementaires allemands du Bundestag. Le comportement allemand dans la crise grecque n’est pas le résultat d’une décision de la Chancelière, c’est un résultat de la démocratie allemande. La démocratie allemande vaut bien la démocratie grecque n’en déplaise au premier ministre Tsipras.

La démocratie ne peut fonctionner correctement que si les leaders politiques sont totalement responsables et conscients des contraintes juridiques et financières. La politique n’a pas tous les droits. Sinon c’est le principe même du système démocratique qu'ils fragilisent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cadi67
- 03/07/2015 - 11:13
démocratie
Il reste à nous expliquer, M Sylvestre, en quoi les décisions de M. Tsipras seraient assujetties aux décisions du Bundestag. L'Allemagne est une nation, la Grèce en est une autre. A Mme Merkel et à M. Tsipras de défendre les intérêts de leurs nations RESPECTIVES. Nous ne sommes pas dans une fédération. Donc l'intérêt national prime sur l'intérêt européen. Quant à l'intérêt des Grecs M. Sylvestre, il ne nous appartient pas de le définir. Si vous y tenez tant, prenez donc la nationalité grecque et faites-les profiter de votre docte savoir.
cloette
- 02/07/2015 - 23:31
l'enclume
sûrement pas l'Allemagne a besoin de la main d'œuvre immigrée des polonais hongrois portugais grecs qu'elle paie 3 euros 6 sous , elle en a besoin aussi pour sa démographie défaillante
l'enclume
- 02/07/2015 - 22:33
Plus dure sera la chute
cloette - 02/07/2015 - 17:40 - "Surtout pas d'Europe fédérale" Ce qui risque de se passer, les Allemands vont former un noyau dur avec les Etats du Nord et, nous laisseront nous démerder avec les autres. Ce qui veut dire que nous ne bénéficierons plus de taux d'emprunt garanti par l'Allemagne.