En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

07.

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 31 min 38 sec
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 16 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 1 heure 59 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 6 heures 42 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 16 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 38 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 42 min 41 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 38 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 34 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 15 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 6 heures 50 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 34 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 37 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 10 heures 21 min
© Reuters
David Cameron a peur de perdre le referendum promis.
© Reuters
David Cameron a peur de perdre le referendum promis.
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

Vous avez aimé la crise grecque ? Vous adorerez la crise britannique...

Publié le 25 juin 2015
David Cameron a tellement peur de perdre le referendum promis qu'il s’est juré d’obtenir une réforme profonde de l’Europe. Il rêve. Le sommet européen qui se déroule jeudi et vendredi à Berlin risque d’être sportif.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Cameron a tellement peur de perdre le referendum promis qu'il s’est juré d’obtenir une réforme profonde de l’Europe. Il rêve. Le sommet européen qui se déroule jeudi et vendredi à Berlin risque d’être sportif.

Et pour cause, les Européens ont au moins deux dossiers qui fâchent à régler. Le premier, c’est celui de la Grèce. Normalement, le Premier ministre Tsipras doit confirmer les concessions qu'il accepte en contrepartie des aides européennes. Concessions par rapport à ses promesses électorales, sur la TVA, les pré-retraites et le nombre de fonctionnaires. En clair, il doit apporter la preuve que sa gestion quotidienne ne va pas creuser la dette. En contrepartie, les Européens vont lui donner les moyens de gérer son endettement passé. En clair, on  va s’arranger pour qu’il n’ait rien à rembourser avant longtemps.

Normalement ça passe, sauf que la majorité parlementaire à Athènes s’oppose au moindre coup de canif dans le programme électoral. Cette majorité est prête à aller au clash, alors que la majorité du peuple Grec lui, préfère rester dans l’Euro et payer le prix qu'il faut. C’est pour beaucoup, encore moins cher que de sortir. A quelques heures de la réunion des ministres de l’Economie, Alexis Tsipras est coincé entre ce qu’il a accepté à Bruxelles pour sortir du piège et ce qu’il avait promis à ses électeurs. Difficile de reconnaitre publiquement que l’on est dans des jeux de rôle . Les Grecs doivent faire semblant d’accepter le compromis et les créanciers doivent faire semblant de les croire.

Le deuxième dossier concerne la Grande-Bretagne. Dès ce soir, David Cameron va éclipser Alexis Tsipras. Son dossier est beaucoup plus lourd. David Cameron s’est mis lui aussi dans une position impossible à tenir longtemps. Pour être élu, il a promis au peuple britannique qu’il allait organiser un référendum sur l’avenir de la Grande-Bretagne dans l’Europe. Or, il existe une majorité pour demander une sortie de l’Europe. L’ensemble de l’industrie financière britannique, le patronat industriel et une partie de la classe politique considèrent que la sortie de la Grande-Bretagne de l’Europe serait catastrophique pour l’évolution économique. David Cameron est foncièrement de cet avis. Il s’est donc mis en tête de réclamer à l’Europe des réformes dans son fonctionnement.

Très clairement, David Cameron veut obtenir des Européens qu’ils retirent des traités fondateurs, "la notion d’une union européenne toujours plus proche". Cette formule est rejetée par les conservateurs britanniques qui considèrent qu'elle peut justifier tous les abandons de souveraineté. Beaucoup pensent en Europe que Cameron est dans le symbole. En réalité, cette formule correspond à l’ambition profonde de beaucoup d’européens qui estiment que la crise économique et financière, que la crise Grecque et de l’euro ont mis en évidence l’incapacité des Européens a se gérer et de réclamer plus de solidarité, de cohésion, d’harmonisation et plus de fédéralisme.

Emmanuel Macron a mis en garde hier les Britanniques qu’il était hors de question que l’évolution européenne vers plus de fédéralisme, soit freinée ou abandonnée. Au contraire, il faut aller plus vite et plus loin. Cette position favorable au fédéralisme est beaucoup mieux partagée par les peuples que par les élus. Les opinions publiques sont en majorité favorables à une union des Etats européens. Union qui serait dotée des institutions correspondantes. Des Etats-Unis d’Europe comme il existe des Etats-Unis d’Amérique. La Grande-Bretagne est très éloignée de cette ligne et de cet objectif.

Ce qui est très intéressant dans ce débat, c’est que la Grande-Bretagne a pris le risque de le situer au niveau des principes  et que la gauche au pouvoir en France commence a défendre le principe d’un approfondissement de l’Europe.

Enfin, c’est intéressant parce que politiquement Macron, en rejetant David Cameron dans les cordes, teste un thème qui pourrait s’incruster au sein de la prochaine campagne électorale. L’Europe a toujours été très absente des débats électoraux, elle pourrait revenir au premier rang des propositions, ne serait-ce comme porteuse de solution à la crise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AlainAFZ
- 27/06/2015 - 10:52
Pourquoi non ?
Sur cette petite planète la représentativité nécessite un renforcement des liens entre pays Européens. Il est dommage que fabius et quelques autres mal intentionnés aient fait perdre du temps à cette union en racontant des inepties.
CSV
- 26/06/2015 - 10:24
se relire avant de publier
La réflexion de M. Sylvestre (qui semble faire autorité - au moins dans les médias) est aussi confuse que son expression. Par courtoisie pour le lecteur, il pourrait au moins se relire avant de publier. On n'ira quand même pas jusqu'à espérer qu'il vérifie si ce qu'il dit est fondé ou pertinent. Affirmer les choses, asséner des propositions, ne suffit pas à les rendre réelles ou vraies.
Bon, ses billets qui ont tous les mêmes propriétés (celles du catalogue des idées reçues à la mode) donnent au moins l'occasion de se défouler. C'est déjà ça et c'est tout ce qu'on aura de toutes façons. Le référendum britannique aura le même devenir que les précédents. Quand les "politocards" ont fait une erreur, qui en outre justifie leur pouvoir et leur statut, ils en poursuivent la concrétisation jusqu'au bout aidés par des porte-voix du style de M. Sylvestre - et M. Moscovici, l'homme qui parle creux!
Linux
- 25/06/2015 - 23:07
Le journaliste et sa boule de cristal ...
Monsieur le journaliste ayant rédigé cet article semble avoir oublié que les Français eux-mêmes avaient rejeté par référendum le traité pour davantage d'Europe que Nicolas Sarkozy leur a quand même imposé au mépris de toute démocratie ...
Ce monsieur est tout à fait représentatif de nos « élites » autistes qui font mine de croire que les peuples européens voudraient davantage d'abandons de souveraineté alors que tous les référendums que les politiciens ont eu la faiblesse passagère de leur soumettre ont montré un résultat exactement contraire ... ce qui a motivé le fait qu'on en a tenu absolument aucun compte !En vertu du principe qu'on ne change pas une équipe qui ... perd, nos politiciens sont donc partants pour abandonner encore un peu plus de leur droit de décision pour justifier ensuite leur impuissance devant leurs électeurs ...
« ça ne dépend pas de nous, mais de l'Europe! » Les politiciens français, en route vers le modèle des rois feignants, n'auront plus in fine comme utilité que de distribuer à leurs amis, affidés et autres soutiens intéressés les mannes et largesses d'un Etat réduit à la satisfaction de leurs besoins en frais de taxi avions d'affaires et emplois bidon