En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 1 heure 7 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 2 heures 40 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 4 heures 9 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 4 heures 24 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 5 heures 9 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 5 heures 42 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 6 heures 5 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 6 heures 34 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 7 heures 28 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 1 heure 37 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 3 heures 59 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 4 heures 20 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 4 heures 43 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 5 heures 7 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 5 heures 23 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 5 heures 45 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 6 heures 31 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 7 heures 11 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 7 heures 34 min
info atlantico
© Reuters
Le corps enseignant soutient de moins en moins François Hollande.
© Reuters
Le corps enseignant soutient de moins en moins François Hollande.
Espoirs déçus

-18 points par rapport à 2012 : Hollande en chute dans les intentions de vote chez les professeurs du secondaire pour 2017

Publié le 19 juin 2015
Fidèle électorat de gauche, le corps enseignant semble tenir rigueur à François Hollande de la réforme du collège et plus généralement de ces 3 ans de mandat en tant que président de la République, selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico. Les voix se reporteraient en 2017 sur plusieurs autres candidats, mais Nicolas Sarkozy pourrait ne pas en profiter.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fidèle électorat de gauche, le corps enseignant semble tenir rigueur à François Hollande de la réforme du collège et plus généralement de ces 3 ans de mandat en tant que président de la République, selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico. Les voix se reporteraient en 2017 sur plusieurs autres candidats, mais Nicolas Sarkozy pourrait ne pas en profiter.

Atlantico : Avec en fond de toile la réforme du collège, que peut-on déduire de ce sondage aujourd'hui sur les intentions de vote des enseignants ?

 

Jérôme Fourquet : 3 ans après l'élection de François Hollande, il s'agit de se pencher sur les enseignants du secondaire à l'aune de la réforme du collège. Là on semble retrouver un schéma connu peut-être en 2002 et 2007 qui serait la résultante d'un double phénomène. D'abord on remarque une tendance générale, la désaffection dont souffre François Hollande y compris dans son propre électorat. Sa côte de popularité est en berne au niveau national, il n'y a pas de raison que cette baisse ne se retrouve pas dans l'électorat des professeurs. A cela s'ajoute, comme du temps d'Allègre et de Royal sans doute, l'impact de la question de la réforme du collège qui a amené les syndicats dans la rue, qui a distendue les liens et qui s'est soldée par la signature du décret le soir-même de la grande manifestation nationale. On peut penser que cela va laisser des traces durables et profondes. C'est dans ce contexte-là que nous avons sondés les enseignants du secondaire. On a un dévissage conséquent de François Hollande qui passe de 44% des votes en 2012 à 26% en termes d'intention de vote aujourd'hui. Une fois de plus cet électorat se détourne du candidat socialiste en partie pour des raisons catégorielles et professionnelles faciles à cerner : la réforme du collège.

Pour autant, le candidat de droite n'en bénéficie pas : Sarkozy est très bas. Les principaux bénéficiaires sont principalement les autres candidats de gauche, le total de l'extrême gauche est à 4 contre 1% à la présidentielles, c'est 3 points de plus, Mélenchon ferait 4 points de plus, Cécile Duflot (Eva Joly était candidate à l'époque) ferait 3 points de plus aussi, et Bayrou progresserait aussi. Bayrou serait au coude à coude aujourd'hui avec Hollande comme avec Royal en 2007.

Si Nicolas Sarkozy ne semble pas profiter du tout de ce désamour pour François Hollande, peut-on imaginer un report des voix sur Alain Juppé ?



On peut penser que l'aspect repoussoir qu'exerce Nicolas Sarkozy dans cet électorat-là ne serait pas aussi important en cas de candidature Juppé qui, au-delà de son image plus consensuelle, pourrait se targuer du soutien de Bayrou. De là à penser que l'ensemble des voix enseignantes aujourd'hui tentées par un vote Bayrou puisse être transférées sur Jupé, c'est aller un peu vite en besogne. Une part importante se perdrait en route. Mais effectivement Juppé dans une cible électorale comme celle-ci ferait bien mieux, à fortiori si Bayrou n'était pas le candidat, et que Nicolas Sarkozy était en concurrence avec Bayrou.

En regardant en bas du tableau, sur le vote à la présidentielles, si l'on regarde la ligne horizontale relative à François Hollande,  parmi les professeurs ayant voté pour lui en 2012, 57% seulement, parmi ceux allant voter, revoteraient pour lui en 2017. 10% iraient vers Mélenchon, 10% vers Duflot, et 20% vers Bayrou. La dispersion est très claire. Il s'agit donc des mêmes mécanismes qu'en 2002 et 2007, la situation est très sérieuse pour le PS.

Que sait-on du vote en général du corps enseignant à travers les dernières élections présidentielles ? Est-il fidèle au PS ?

Ce groupe social est historiquement très marqué à gauche, cela s'est constaté tout au long des scrutins mais dont l'orientation à gauche ne se traduit pas toujours par un vote majeur en faveur du PS. Il y a eu plusieurs cas de figure lors des élections présidentielles récentes, où d'autres candidats de gauche ou du centre ont manifestement tiré leur épingle du jeu dans le corps enseignant au détriment des candidats socialistes. C'est très clair en 2002, on se souvient de la disqualification de Lionel Jospin à cause de la dispersion des voix de gauche, amplifiée dans l'électorat enseignant. Certes Lionel Jospin recueillait un score supérieur à la moyenne chez les enseignants et parmi l'ensemble des Français (19 contre 16), mais les candidats comme Christiane Taubira (6 points de plus), Noël Mamère (8 points de plus), et Jean-Pierre Chevènement (8 points de plus). Et une petite prime pour la gauche de la gauche. Il y avait donc une dispersion maximale de l'électorat enseignant sur les autres qui avait contribué, quand on connait le poids important des enseignants dans la sociologie de l'électorat socialiste, à la disqualification de Lionel Jospin. Ce dernier avait pâti en tant que Premier ministre et candidat de 10 ans très controversés et contrastés du passif creusé par son ministre de l'Education, Claude Allègre, avec le corps enseignant. Ce corps enseignant avait choisi délibérément choisi de voter pour d'autres candidats de gauche par rancune et mécontentement.

En 2007, de nouveau, une candidate socialiste Ségolène Royale qui fait certes mieux chez les enseignants que chez l'ensemble des français (31 contre 25). En niveau et en moyenne, il s'agit d'une configuration bien plus favorable que celle de Jospin 5 ans avant. Mais une tentation de la dispersion se manifeste encore. Et François Bayrou fait quasiment jeu égal avec le PS soit 30% et 11 points de plus que dans l'ensemble de la population. L'électorat enseignant n'est pas devenu centriste pour autant. Cet électorat n'est pas de droite donc quand il ne vote pas à gauche, son choix se porte sur le centre. Un tropisme centriste est plus important chez les enseignants que dans l'ensemble des français. Ensuite Bayrou lui-même enseignant avait envoyé une série de signaux à ce corps professionnel en campagne en 2007. Un certain nombre de sorties de Ségolène Royal pendant la campagne sur la question de l'éducation et notamment du temps de travail des professeurs a été très mal perçu.

En 2012, on a une espèce de retour à la normal puisque François Hollande bénéficie d'un soutien massif des professeurs (44% au premier tour soit 16 points de plus que la moyenne nationale). Il avait fait un sans-faute et des annonces avaient été faites comme la mesure phare de la création de 60.000 postes d'enseignants. Bayrou est au-dessus de sa moyenne mais pas autant qu'en 2007. Et les autres candidats ne bénéficient que d'un très léger survote du corps enseignant. L'électorat est très majoritairement à gauche : près de 2/3 des enseignants votent à gauche. Les leçons de 2002 et 2007 ont été pleinement tirées, aucune faute n'est commise pendant la campagne.

Méthodologie

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
phegp
- 19/06/2015 - 10:20
On rigole ou quoi ?
Attendez la finale Hollande - Le Pen et vous verrez pour qui votent les profs !
vangog
- 18/06/2015 - 16:48
Si Montebourg se présente contre Valls...
la gauche est morte, et les profs n'auront plus que leurs yeux pour pleurer sur les dépouilles du socialisme...triste, ça!
cloette
- 18/06/2015 - 14:30
petit calcul
leurs intentions de vote pour 2017 c'est pour la gauche ( sans Bayrou ) 53 % Comme pour l'ensemble des Français c'est 10 points de moins on en conclut que la gauche fera 43 % !