En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 3 heures 22 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 12 heures 53 sec
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 12 heures 10 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 12 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 14 heures 7 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 4 heures 34 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 7 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 9 heures 22 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 11 heures 43 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 12 heures 7 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 12 heures 17 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 12 heures 51 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 13 heures 36 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 13 heures 45 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 14 heures 15 min
© Reuters
Le quotidien de l'entourage de personnes réduites à un état végétatif est extrêmement difficile à supporter.
© Reuters
Le quotidien de l'entourage de personnes réduites à un état végétatif est extrêmement difficile à supporter.
Au-delà du cas Vincent Lambert

Des vies en suspens : le difficile quotidien des proches de personnes réduites à un état végétatif

Publié le 12 juin 2015
Le quotidien de l'entourage de personnes réduites à un état végétatif est extrêmement difficile à supporter. Le plus souvent dans ce genre de cas, les proches essaient d'entrer en communication par tous les moyens avec la victime.
Philippe Azouvi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Azouvi est professeur de médecine physique et de réadaptation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le quotidien de l'entourage de personnes réduites à un état végétatif est extrêmement difficile à supporter. Le plus souvent dans ce genre de cas, les proches essaient d'entrer en communication par tous les moyens avec la victime.

Atlantico : Suite aux polémiques qui entourent le sort de Vincent Lambert, le débat sur la fin de vie et la situation des personnes en état végétatif revient sur le devant de la scène. Mais qu'en est-il de leurs proches ? Quelles sont les réactions les plus communes des proches ?

Philippe Azouvi : Ce type de situation est très difficile à vivre pour les proches. Le blessé est vivant mais a perdu ses capacités de communication. Le plus souvent, les proches essaient de rentrer en communication par tous les moyens (contact physique, verbal, musiques, photos...).  Il arrive très fréquemment que les proches détectent ainsi avant le personnel soignant certains petits signes de récupération. Certaines familles peuvent au contraire réagir en se détachant progressivement, mais c'est en fait rare.

Lorsqu'un proche est dans un état végétatif, sa famille fait généralement l'objet d'un suivi. Comment accompagner les individus qui se retrouvent face à ce type de situations ? 

L'accompagnement repose d'abord sur des échanges et des informations régulières entre la famille et le personnel soignant. Il est très important de bien expliquer la différence entre des mouvements réflexes involontaires et les premiers signes de récupération de la conscience. Il faut aussi les écouter car ce sont souvent eux qui détectent les premiers signes de récupération. Il est aussi proposé aux proches de rencontrer la psychologue du service s'ils le souhaitent. Il est parfois difficile de répondre aux questions qu'ils se posent du fait de l'incertitude fréquente sur le pronostic.

Comment se préparer à la possible perte d'un être cher quand rien n'est établi ? 

Il m'est difficile de répondre précisément. Je dirais simplement que, le plus souvent les proches, passée la phase aiguë ne sont pas dans une démarche de deuil mais plutôt d'espoir de récupération. Il est en fait rare que les proches demandent l'arrêt des soins (du moins après la phase aiguë), en général la demande est plutôt une intensification de la prise en charge, même si cela parait parfois peu utile aux professionnels, ce qui peut déboucher sur des incompréhensions. La problématique de l'arrêt des soins se pose en fait principalement à la phase aiguë, en service de réanimation, et non quand l'état est devenu chronique, en rééducation. C'est d'ailleurs pour cela qu'ont été créées des unités spécifiques pour la prise en charge au long cours de patients en état de conscience altérée. Certaines familles finissent parfois par se détacher avec le temps mais cela peut prendre beaucoup de temps, et n'a rien d'obligatoire, au contraire. Le rôle des professionnels est aussi de les accompagner dans ce cheminement sans les culpabiliser.

La société d'aujourd'hui étant une société matérialiste comment gérer les problématiques qui entourent la mort ? 

Il faut aussi savoir que les idées que l'on peut avoir a priori, quand on est soi-même en bonne santé, ne reflètent pas nécessairement le point de vue des personnes qui se trouvent en situation de handicap. Ainsi, certaines études ont montré que des patients très lourdement handicapé (par exemple après un syndrome dit de "locked-in", de paralysie totale des 4 membres et du visage, mais conscients par ailleurs), n'expriment que rarement la volonté de mourir et peuvent même rapporter une satisfaction de vie proche de celle de sujets sains. Il peut ainsi exister de grandes discordances entre ce que peuvent penser et dire des personnes en bonne santé ("je préférerais être mort que dans tel ou tel état") et ce que pensent et expriment des personnes qui se trouvent concrètement dans une telle situation, et qui le plus souvent demandent à continuer à vivre. Mais bien entendu il peut exister de grandes variations d'un individu à un autre.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 13/06/2015 - 18:49
lire le poème
sur Vincent Lambert dans Causeur de Anne Laure Bosh
Qu'y a t il dans la tête de Vincent Lambert ? le vide dit elle , certes mais le vide existe t'il ? On a l'impression que Vincent est dans un entre- deux mystérieux une terra incognita qui lui semble effrayante tant son expression est terrifiée . Est son âme prisonnière de son corps dont les cellules sont vivantes ? .....
Ganesha
- 13/06/2015 - 00:10
Leonetti Barbare
Mais comme disait mon vieux professeur de pédiatrie : ''En médecine comme en amour, les deux mots que l'on devrait éviter d'utiliser, c'est jamais et toujours…'' Enfin, si Vincent Lambert est conscient et cherche désespérément à communiquer, sans y parvenir, cela doit lui causer une grande souffrance et je pense que ''par compassion'', il faudrait le tuer ! Mais pas de faim et de soif, comme la cruelle, hypocrite et barbare loi Leonetti, plutôt par une petite piqûre efficace, comme dans les pays voisins de la France !
Ganesha
- 13/06/2015 - 00:07
Vidéo
Les quelques secondes de vidéo (publiée hier) où l'on voit Vincent Lambert sont très utiles et vraiment intéressantes ! Elles nous font comprendre quel est le problème : non, il ne dort pas paisiblement en permanence ! Vincent ouvre les yeux, il donne l'impression de chercher en permanence à communiquer ! Est-ce vraiment le cas ? Le fait que son encéphalogramme soit plat plaide plutôt contre… Question encore plus importante : il y a-t-il eu, selon les archives médicales, des cas de ''réveil'' après de si nombreuses années ? C'est certainement extrêmement rare…