En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 7 min 11 sec
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 2 heures 16 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 3 heures 54 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 4 heures 24 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 4 heures 47 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 17 heures 55 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 18 heures 46 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 52 min 11 sec
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 1 heure 15 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 1 heure 52 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 2 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 3 heures 16 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 4 heures 34 sec
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 5 heures 24 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 18 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 19 heures 5 min
© Reuters
80% de notre vocabulaire vient du latin.
© Reuters
80% de notre vocabulaire vient du latin.
Réforme des programmes

"En voulant supprimer le latin, on cherche à faire de nous des penseurs dociles, peut-être parce qu’on gouverne mieux des imbéciles."

Publié le 01 juin 2015
Après la publication du décret de la réforme du collège et alors que la circulaire d’adaptation est encore en débat, plusieurs spécialistes reviennent sur ce que peuvent apporter l’étude du grec, du latin, du Moyen-Âge et des Lumières. Aujourd’hui, entretien avec Jean-Noël Robert, latiniste et historien de Rome.
Jean-Noël Robert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Noël Robert est latiniste et historien de Rome. Auteur de nombreux livres sur l’antiquité romaine, dont Pompéi, De Rome à la Chine et Les plaisirs romains, il est aussi directeur de collections aux Belles Lettres. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la publication du décret de la réforme du collège et alors que la circulaire d’adaptation est encore en débat, plusieurs spécialistes reviennent sur ce que peuvent apporter l’étude du grec, du latin, du Moyen-Âge et des Lumières. Aujourd’hui, entretien avec Jean-Noël Robert, latiniste et historien de Rome.

Atlantico : Pourquoi apprendre encore le Latin à l’ère du numérique ?

Jean-Noël Robert : La connaissance du latin, c’est tout simplement la connaissance de notre langue : 80% de notre vocabulaire vient du latin, notre grammaire est héritée du latin. Par conséquent, que nous le voulions ou non, nous parlons le latin. Souvent, je suis surpris de voir que même les personnes qui sont au sommet de l’Etat utilisent un vocabulaire approximatif. On a parfois l’impression qu’ils ne connaissent pas le sens des mots. Ca crée un certain nombre de confusions. . Il y a pourtant du plaisir à savoir ce qu’on dit, à penser avec précision, outre que cela peut être utile… 

Le latin, par sa rigueur, par sa précision et par son histoire est un élément qui structure l’esprit. Je me rappelle avoir entendu le Pr Laurent Schwartz expliquer un jour que le latin était plus formateur pour l’esprit que les mathématiques. En nous obligeant à une distanciation entre le langage et la pensée, le latin nous offre la possibilité d’une expérience de la pensée autonome. C’est un élément essentiel, car sans cela nous allons avoir des petits perroquets qui répètent tout ce qu’on leur apprend mais restent muselés par une pensée unique. Et j’ai l’impression qu’en voulant supprimer le latin, en voulant empêcher ce moyen d’acquérir une pensée personnelle et critique, on cherche à faire de nous des penseurs dociles, peut-être parce qu’on gouverne mieux des imbéciles.

Apprendre une langue, vous l’avez dit, c’est adopter des structures de pensée. C’est aussi intégrer l’héritage d’une civilisation. Que devons-nous principalement aux Romains ?

Quels sont ceux qui ont uni sous leur loi les peuples du monde ancien en généralisant la pax romana jusqu’aux confins de l’empire ? Quels sont ceux qui ont façonné un modèle qui a permis à tous ces hommes de s’unir et de s’identifier ? Ce sont les Romains. Si on veut éviter l’émiettement des cultures qui forment la civilisation européenne, il faut se retrouver dans cette volonté d’être un tout, retrouver une culture signifiante qui étaie notre quête de communauté. On nous parle tous les jours de l’Europe. Rappelez-vous Kissinger disant : "l’Europe, quel numéro de téléphone ?" Eh bien l’Europe a un numéro de téléphone : c’est la ligne des Romains.

Le traité de Maastricht dit dans son article 8 : "Il est institué une citoyenneté de l’Union. Est citoyen de l’Union toute personne qui a la nationalité d’un Etat-membre. La citoyenneté de l’Union complète la citoyenneté nationale et ne la remplace pas." C’est-à-dire que comme à Rome où on était citoyen de Rome et de sa petit patrie, pour reprendre les mots de Cicéron, si on veut avoir des citoyens de l’Union, il faut avoir des gens qui ont leur originalité de langue et de pensée et en même temps qui puissent se comprendre et se sentir en communauté. Or le latin est la langue de la culture européenne, non pas une langue morte, mais une langue mère. Elle est notre substrat commun. Je ne porte là aucun jugement de valeur : elle n’est ni meilleure, ni moins bonne qu’une autre, mais c’est un fait.

Le latin serait donc un facteur d’intégration ?

Nous ne sommes que les maillons d’une chaîne, qui nous relie dans le temps et dans l’espace. Chaque nouvelle génération ajoute un maillon à cette chaîne. Elle ne la détruit pas, sans quoi elle n’existerait plus : elle s’accroche au précédent et ouvre les bras au suivant qui la poursuivra pour aller plus loin. Il n’y a que comme cela qu’on progressera. On ne progresse pas en tuant ses parents. Il en va de même pour la langue.

Et aujourd’hui, avec les migrations de populations, si on n’aide pas à accueillir et à intégrer ces populations pour renforcer l’Europe, on ira vers sa désintégration, avec intolérance, conflits, incompréhensions. La culture latine permet d’avoir une patine commune, quelque chose qui va nous rassembler, ce qui ne veut pas dire qu’on va renier les particularités de chacun, mais qu’on va essayer de leur donner une force commune pour aller de l’avant.

Et que répondez-vous à ceux qui disent qu’il s’agit d’un enseignement élitiste, inégalitaire ?

Le biologiste Jean Rostand, disait déjà il y a un siècle : "Nous sommes des individus et on veut faire de nous une collection de semblables". L’égalité ne réside pas dans le fait que nous soyons tous semblables, mais dans la reconnaissance de la valeur propre de chacun. Ce n’est pas parce que tout le monde ne peut pas faire telle ou telle chose, qu’on doit l’interdire aux autres : va-t-on interdire la cuisine parce qu’on trouve des gens qui ne savent pas faire cuire un œuf ? Ils ne savent pas faire cuire un œuf, mais ils savent faire autre chose. Le problème, c’est que ceux qui font ces réformes sont des gens qui sont d’abord motivés par une idéologie. Ils ne s’intéressent absolument pas à la diversité des talents. C’est ce qui fait qu’un certain nombre d’établissements se transforment en ghettos où les profs ne peuvent rien enseigner parce que leur enseignement n’est pas adapté. Ce dont des procédés suicidaires, destructeurs. C’est d’un mépris pour les capacités de la jeunesse que je trouve ahurissant.

Le département où le latin s’est le plus développé ces dix dernières années est d’ailleurs la Seine-Saint-Denis…

Oui, le latin, dans les banlieues, pour les jeunes qui se battaient avec le français et avaient moins de facilités à cause de leur contexte familial par rapport aux fils de bourgeois, était un moyen de se valoriser, car devant lui, tout le monde était à égalité. Cela a permis à beaucoup d’entre eux de prendre confiance, de prendre conscience de leur valeur. Alors qu’on ne vienne pas nous dire que c’est pour l’élite. C’est maintenant, avec cette réforme, que ça le sera, parce que le latin ne sera plus enseigné que dans les écoles privées et seuls ceux qui auront de l’argent pourront en faire bénéficier leurs enfants.

Entretien réalisé par Pauline de Préval

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 01/06/2015 - 23:55
Les penseurs indociles nous apprenent toujours la même chose
: que nous pensons mal car nous ne pensons pas comme eux, alors que nous ne demandons qu'à être éclairés. L'indocilité n'est pas une qualité intrinsèque de la pensée mais plutôt une fuite en avant, très prisée aujourd'hui, par l'incapacité de se tenir en place pour méditer. Un Lorrain me disait naguère que le dialecte de la région frontalière est du prussien qui avait perdu ses déclinaisons. Le français est du latin qui les a beaucoup perdues aussi. La place des mots est essentielle. Ce que nous apprend cette langue est une gymnastique de l'esprit et la justesse de l'expression, tant espérée dans une société qui ne sait plus ni parler ni écrire.
Anouman
- 01/06/2015 - 19:20
Penseurs dociles?
Que certains, par goût, aient envie de faire du latin, ou du grec mérite de maintenir certaines options. Maintenant affirmer que parce qu'on fait du latin on ne sera pas un "penseur docile" (expression étonnante car celui qui pense n'est en général pas très docile) est quand même très excessif. Pas besoin du latin pour comprendre le Français, et celui qui n'est pas capable d'apprendre le Français ne saura pas plus apprendre le Latin.
D'ailleurs beaucoup se passent de réfléchir car ils aiment se retrouver dans une majorité (même relative). Et quand on fait partie d'une majorité on est quasiment certains d'avaler autant de couleuvres que l'on en est capable, chose impossible sans mettre au placard son esprit critique.
Je ne vois aucun conflit entre le fait d'être latiniste et le fait d'être incapable d'avoir une idée sortant des conventions.
ccourouve
- 01/06/2015 - 15:19
Les maths aussi
C'était déjà le cas lorsqu'on évacua la plupart des démonstrations et l'esprit de raisonnement de l'enseignement des mathématiques.