En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 9 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 14 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 15 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 16 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 16 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 17 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 3 jours 19 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 12 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 14 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 15 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 16 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 16 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 3 jours 18 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 3 jours 19 heures
© Reuters
Certains experts se frottent les yeux devant la croissance de 0,6% qui s’est affichée au premier trimestre.
© Reuters
Certains experts se frottent les yeux devant la croissance de 0,6% qui s’est affichée au premier trimestre.
Editorial

Pourquoi l’embellie de l’économie française pourrait bien connaître des ratés

Publié le 15 mai 2015
La croissance de 0,6% qui s’est affichée au premier trimestre n'est pas due à des réformes internes au pays mais seulement à des facteurs externes, tels que la croissance américaine ou le cours du pétrole. Dès lors, l'embellie économique française reste très fragile.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La croissance de 0,6% qui s’est affichée au premier trimestre n'est pas due à des réformes internes au pays mais seulement à des facteurs externes, tels que la croissance américaine ou le cours du pétrole. Dès lors, l'embellie économique française reste très fragile.

L’économie française est-elle enfin sortie de la léthargie qui la mine depuis des années ? Certains experts se frottent les yeux devant la croissance de 0,6% qui s’est affichée au premier trimestre et qui permet à la France de se situer au cours de cette période parmi les meilleurs pays européens. Un tel rythme de croissance n’avait pas été enregistré depuis le deuxième trimestre 2013. Un résultat dans lequel certains voient déjà un début de renouveau,  même s’il est bien connu qu’une hirondelle ne fait pas le printemps. Car le petit bond en avant réalisé  n’est pas le résultat d’une politique volontariste alors que les freins qui enserrent l’Hexagone sont toujours à l’œuvre. Les fondements de la reprise sont extérieurs : la baisse du pétrole, qui apporterait vingt milliards d’euros de pouvoir d’achat supplémentaire que nos compatriotes utilisent  en augmentant leur consommation, le repli de l’euro et des taux d’intérêt, dont les effets ont pour l’instant été moins spectaculaires, même s’ils commencent à se faire sentir.

Il reste que le bon chiffre du premier trimestre a été salué avec soulagement comme s’il annonçait un changement salutaire. La Commission de Bruxelles a mis la pédale douce sur les critiques qu’elle adresse régulièrement à Paris pour exprimer cette fois des encouragements à poursuivre sur ce qui pourrait apparaître comme  une bonne voie, tout en conservant une certaine prudence. Car il faut conforter la bonne nouvelle, pour qu’elle ne  reste pas une performance sans lendemain. On sait déjà que l’investissement est toujours en panne, plombé par le secteur de la  construction en recul, tandis que le chômage poursuit son ascension sous l’effet des plans sociaux en cours. Par ailleurs, la baisse de l’euro n’a pas encore d’effet positif sur le commerce extérieur : les importations continuent de se développer plus vite que les exportations, en raison des difficultés du système productif à répondre à la demande. Par ailleurs, la fenêtre qui vient de s’ouvrir sur le monde pourrait bien se refermer en partie : les cours de l’or noir ont repris leur ascension, avec plus de vingt pour cent au mois d’avril, et l’euro opère une remontée sensible  par rapport au dollar. Et la conjoncture américaine reste mollissante. Si cette tendance se confirme, le vent fort qui soufflait de l’extérieur dans le bon sens pourrait se transformer rapidement en une faible brise et annuler une partie des effets positifs qu’il  avait généré. Ce qui signifie que la France ne doit pas continuer à se laisser porter par un courant fragile, mais profiter au contraire de la chance qui lui est offerte pour amorcer enfin les réformes indispensables si elle ne veut pas continuer à perdre du terrain vis-à-vis de ses voisins européens qui se sont mis résolument à l’ouvrage.

 

Il faut que notre pays se décide à changer de modèle : abandonner le schéma qu’il déroule imperturbablement  depuis trente ans, fondé sur des subventions pour maintenir contre vents et marées des entreprises et des organismes obsolètes, nourris aux aides publiques, qui génèrent les déficits, conduisant à un recours excessif à l’impôt, le tout asphyxiant l’économie du pays, freinant les transformations indispensables du tissu industriel productif et maintenant un niveau déraisonné  de chômage. Un chantier énorme à réaliser, qui supposerait un programme qui irait bien au-delà de la prochaine échéance de l’élection présidentielle de 2017. Encore faudrait-il fixer des objectifs précis et commencer dès maintenant à poser la première pierre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 15/05/2015 - 17:07
0.6% de croissance
Un heureux accident en effet, le risque est grand que notre gouvernement s'en attribue tout le mérite, dans l'oubli total des graves handicaps qu'il a infligés à notre pays.