En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 1 heure 49 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 2 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 3 heures 51 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 5 heures 22 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 6 heures 46 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 9 heures 20 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 10 heures 8 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 11 heures 53 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 2 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 3 heures 29 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 4 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 6 heures 10 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 9 heures 9 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 10 heures 52 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 11 heures 57 min
Sursaut démocratique

Introduction du "say on pay" : quand les actionnaires se rebiffent et font enfin entendre leur voix

Publié le 07 mai 2015
L’introduction récente du "say on pay" dans le code de régulation Afep-Medef conduit les assemblées générales à se prononcer sur la rémunération des dirigeants d’entreprise.
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’introduction récente du "say on pay" dans le code de régulation Afep-Medef conduit les assemblées générales à se prononcer sur la rémunération des dirigeants d’entreprise.

Les capitalistes, c’est bien connu, sont une espèce de rapaces néfastes, qui a partie liée avec le grand patronat, dans une promotion éperdue des valeurs bassement matérielles et pécuniaires, dont la pire déclinaison se développe aux Etats-Unis. Il suffit d’allumer sa télévision ou de feuilleter les pages des meilleures publications françaises pour s’en rendre compte : la nuée capitaliste, motivée par son intérêt égoïste n’apporterait que souffrances et injustices si elle n’était pas maitrisée et régulée par le Saint Empire Etatique. De recherches de bonus en rémunérations faramineuses, les marchés donneraient ainsi régulièrement la nausée par leurs excès salariaux.

Le narratif est usé jusqu’à la corde, mais il prospère pourtant. En dépit des réalités. Car s’il est un mouvement significatif dans la gouvernance des entreprises ces dernières années, c’est la montée en puissance du pouvoir des actionnaires, scrutateurs sévères et avisés de la performance des entreprises, moteurs d’une autorégulation qui se révèle probablement plus puissante que de nombreuses réglementations absconses.

 

Les assemblées générales récentes ont donné lieu à de petites révolutions dans le capitalisme français : chez Sanofi, les rémunérations des dirigeants ont suscité quelques sifflets, chez Renault à peine 60% des actionnaires ont approuvé la rémunération de Carlos Goshn… Les actionnaires se rebiffent et ils font entendre leur voix.

 

A l’origine de ce sursaut démocratique dans le capitalisme : l’introduction récente du "say on pay" dans le code de régulation Afep-Medef, qui conduit les assemblées générales à se prononcer sur la rémunération des dirigeants d’entreprise. Cette pratique, venue de chez nos voisins anglo-saxons, a introduit un contrôle plus fort des PDG par leurs actionnaires, obligeant par le même mouvement à plus de transparence.

 

Ces nouveaux modes de gouvernance, qui renforcent la démocratie actionnariale, ont été promus par des groupes militants, notamment les fonds activistes. Regardés avec méfiance – si ce n’est hostilité – par une partie des entreprises, ces organisations – dont le dynamisme vire parfois à la croisade et engendre de lourdes batailles judiciaires – ont décidé de prendre le pouvoir et de mener la vie dure aux PDG, en renforçant sans cesse leurs exigences et le contrôle qu’elles exercent. Il s’agit d’un véritable bouleversement intellectuel qui s’est produit sur les dernières décennies outre-Atlantique et qui se développe désormais en Europe.

 

Dans un capitalisme français qui était habitué à une gestion traditionnelle, distante et pas nécessairement animée par la volonté de se dévoiler (parler de salaires, c’est vulgaire), c’est une révolution. Elle est profondément concurrentielle : c’est la logique de performance des marchés qui est à l’œuvre. Le PDG efficace est récompensé, le moins efficient remercié ou sanctionné. Le marché, c’est l’efficacité.

 

Car si les propriétaires atomisés des grandes entreprises protestent, ce n’est pas nécessairement par goût altruiste d’une arbitraire obligation morale, mais bien parce qu’ils jugent les résultats des dirigeants sensés les enrichir. C’est, pour simplifier à outrance, la logique de la main invisible d’Adam Smith qui est à l’œuvre : la conjugaison des intérêts personnels fait contrepoids au pouvoir des dirigeants et les soumet à une surveillance constante. Le marché, c’est la démocratie.

 

La logique du marché est participative et démocratique. C’est parce qu’ils pensent à leurs intérêts égoïstes (cette valeur que défendait Aynd Rand) que les actionnaires parviennent à promouvoir un résultat optimal pour la collectivité : soumis à leur contrôle, les PDG sont contraints à l’optimisation et la performance, laquelle doit engendrer un effet positif sur l’ensemble de l’économie. L’entreprise mieux gérée croît, crée de l’emploi. L’actionnaire enrichit investit, consomme. Le marché redistribue ainsi la richesse, en imposant des mécanismes de performance constants.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ex abrupto
- 07/05/2015 - 22:22
Il ètait temps
"Car s’il est un mouvement significatif dans la gouvernance des entreprises ces dernières années, c’est la montée en puissance du pouvoir des actionnaires,..." Ce qui veut dire que jusqu'ici ces messieurs dames faisaient ce que bon leur semble...
borissm
- 07/05/2015 - 20:48
Dans cet article sans grand intérêt...
... je suis, comme (trop) souvent sur Atlantico, effaré par le nombre de fautes d'orthographes rencontrées. N'y a-t-il plus personne qui sache encore écrire notre langue ?