En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

02.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

03.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

04.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

05.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

06.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

07.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 32 min 21 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 4 heures 39 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 5 heures 11 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 7 heures 7 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 9 heures 24 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 9 heures 55 min
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 10 heures 29 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 4 heures 25 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 4 heures 53 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 5 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 7 heures 31 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 8 heures 12 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 9 heures 51 min
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 10 heures 21 min
décryptage > Politique
VGE

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 10 heures 34 min
© Reuters
Les plus défavorisés vont payer le plus cher la réforme du collège.
© Reuters
Les plus défavorisés vont payer le plus cher la réforme du collège.
Effet boomerang

Réforme du collège : ce que nous coûte la lutte contre l’élitisme et pourquoi ce sont les plus défavorisés qui paient le plus cher

Publié le 07 mai 2015
Alors que 90 députés d'opposition, menés par le député de la 1ère circonscription de l'Eure Bruno Le Maire, réclament à François Hollande le retrait de la réforme du collège, les conséquences néfastes du texte sur l'enseignement sont plus que jamais au centre des préoccupations. En supprimant les classes bilingues, le texte risque bien de destituer les élèves issus de milieux défavorisés de leur seule chance de prendre l'ascenseur social grâce à l'école. Un coup dur pour la méritocratie.
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Jean-Louis Auduc
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis AUDUC est agrégé d'histoire. Il a enseigné en collège et en lycée. Depuis 1992, il est directeur-adjoint de l'IUFM de Créteil, où il a mis en place des formations sur les relations parents-enseignants à partir de 1999. En 2001-2002,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que 90 députés d'opposition, menés par le député de la 1ère circonscription de l'Eure Bruno Le Maire, réclament à François Hollande le retrait de la réforme du collège, les conséquences néfastes du texte sur l'enseignement sont plus que jamais au centre des préoccupations. En supprimant les classes bilingues, le texte risque bien de destituer les élèves issus de milieux défavorisés de leur seule chance de prendre l'ascenseur social grâce à l'école. Un coup dur pour la méritocratie.

Atlantico : Najat Vallaud-Belkacem a estimé vouloir en finir avec "l’élitisme" au nom de "l'égalité des chances" justifiant ainsi la suppression des classes bilingues, du latin et du grec. Est-ce vraiment une bonne idée dans le sens où l'école a pour objectif de tirer les élèves vers le haut plutôt que de faire de tous les élèves des élèves moyens ?

Eric Deschavanne : Najat Vallaud-Belkacem fait flèche de tout bois pour défendre sa réforme du collège qui selon elle permet à la fois d'augmenter l'égalité des chances et de lutter plus efficacement contre l'échec scolaire. En vérité, la réforme est nuisible sur les deux tableaux : elle va contribuer à casser ce qui reste d'élitisme républicain tout en renforçant l'échec scolaire. Le problème du collège unique, c'est le lit de Procuste : on coupe ce qui dépasse et on tente désespérément d'étirer ce qui est trop petit. Dans le langage de la maison educ'nat', le lit de Procuste se nomme "l'excellence pour tous" : au nom de l'égalité et de l'ambition culturelle, on conçoit des programmes exigeants et on prétend tirer tous les élèves vers le haut dans des classes hétérogènes. On ne sort pas de cette logique, on la renforce : madame Vallaud-Belkacem et ses soutiens, comme Patrice Bloche, le Président de la commission des affaires culturelles et de l'éducation de l'Assemblée Nationale, le revendiquent explicitement : la réforme du collège vise à supprimer l'école à deux vitesses, en éliminant les options et les sections européennes, pour généraliser à tous les élèves, sous forme de saupoudrage, les bienfaits de l'enseignement de l'allemand, du grec et du latin. Il faudrait leur poser deux questions : que reste-t-il de l'élitisme républicain quand on supprime l'élitisme ? Comment va-t-on s'y prendre pour faire apprendre dès leur entrée au collège deux langues vivantes et deux langues mortes aux 35% d'élèves qui arrivent sans maîtriser la langue française ?

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, cette réforme aggravera les maux du collège unique, que l'on connaît pourtant bien : les classes hétérogènes sont ingérables; l'ambition affichée par les programmes se traduit concrètement par l'école du "faire semblant", où les professeurs font semblant d'enseigner et les élèves font semblant d'apprendre; les classes moyennes fuient le collège public lorsque "l'hétérogénéité" tirent par trop le niveau vers le bas tandis que les élèves les plus faibles se noient. Tous les intéressés ont parfaitement compris que la réforme ne produira pas un latiniste ou un germaniste de plus. En pratique, on supprime l'égalité des chances d'accèder à l'apprentissage réel de l'allemand, du grec et du latin dans des classes "protégées", avec des horaires et un enseignement consistants.

Jean-Louis Auduc : L'implantation des classes bilingues est, contrairement à ce que l'on pense généralement, très souvent dans des établissements dits d'"éducation populaire", qui accueillent les enfants des familles les plus défavorisées. Les abandonner c'est mettre à terre toute une politique qui permettait de stabiliser et de tirer vers le haut les établissements situés en zone d'éducation prioritaire. Cela les valorisait par rapport à ceux des quartiers plus huppés. Cela montrait aux élèves de primaire, qui s'apprêtaient à entrer au collège, qu'il était possible de réussir quelle que soit sa classe sociale d'origine. Cette motivation les poussait à réussir dès la primaire car leur travail était récompensé et reconnu par l'entrée dans les classes bilingues, très convoitées. C'était aussi une fierté pour les élèves issus de milieux difficile. C'était pour eux l'ascenseur social inespéré. Ce sont donc les premières victimes de cette réforme, d'autant plus que les plus favorisés auront de toute façon la possibilité d'étudier de manière intensive les langues vivantes en dehors de l'école.

Il ne faut donc pas se baser sur un élève moyen qui n'existe pas mais plutôt encourager les filières d'excellence. La suppression des classes bilingues signifie la moindre reconnaissance du travail fourni par les élèves les plus défavorisés, qui se battent pour s'en sortir. Cela va paupériser encore plus les établissements et les quartiers qui profitaient de ces filières. On supprime ainsi les seules filières qui ouvraient des portes à ces jeunes.

En voulant lutter contre l'élitisme de la sorte, le gouvernement ne risque-t-il pas au contraire de creuser les inégalités  ? 

Eric Deschavanne : C'est absolument certain. Les sections européennes permettaient de tirer vers le haut des enfants issus de tous les milieux sociaux dans les collèges publics sur l'ensemble du territoire. L'élitisme "dynastique" que prétend combattre Najat Vallaud-Belkacem n'est absolument pas touché par la réforme : il repose sur la dualité public/privé et sur la ségrégation territoriale : chacun sait que l'enseignement dans un collège des beaux quartiers de Paris n'a rien à voir avec l'enseignement délivré dans un collège de Clichy-sous-bois : "l'excellence pour tous" n'est à cet égard qu'une fiction. La réforme va sans doute renforcer la fuite vers le privé et les stratégies résidentielles destinées à éviter les collèges difficiles... et donc perpétuer l'existence d'un système scolaire à deux vitesses fondé non sur la méritocratie mais sur des critères purement socio-économiques.

Jean-Louis Auduc : Toutes les études menées, notamment celle de Stéphane Bonnery (Paris 8), montrent que les élèves ont besoin d'un travail sur les fondamentaux qui constituent le savoir. En les abandonnant, c'est celui qui n'aura pas accès à ce savoir à la maison qui sera pénalisé. Le rôle du collège est de donner des clés pour ouvrir les bonnes portes du savoir. Cette réforme va mettre de plus en plus d'élèves devant des portes dont ils n'auront pas les clés.

Un élève issu d'un milieu défavorisé doit être structuré. Lorsque vous travaillez sur des sujets interdisciplinaires, comme le prévoit le texte, il faut d'abord avoir un minimum de structures. C’est-à-dire leur montrer quels sont les savoirs indispensables dans notre société. Cette réforme a été préparée par des gens qui pensent que tout le monde a les mêmes savoirs de base qu'eux.

Élaborer des programmes thématiques  et interdisciplinaires, comme le prévoit le texte, ne favorisera-t-il pas davantage les élèves au capital social et culturel important ? Comment ?

Eric Deschavanne : Ces programmes, rédigés dans un jargon dont toute la France se gausse, ainsi que l'intitulé des "Enseignement pratiques interdisciplinaires (sic) constituent un monument de bêtise bureaucratique dont je ne pense pas que l'on puisse dire qu'il favorisera qui que ce soit. Par ailleurs, on ne peut pas préjuger de la manière dont les professeurs s'approprieront l'interdisciplinarité : il est toujours possible de tenter de faire un usage intelligent d'une réforme stupide. Vous avez cependant raison sur un point : la disparition des repères fondamentaux nuira moins aux enfants qui bénéficient dans leur famille d'une transmission de ces repères.

Pour pallier le problème du renouvellement des élites, supprimer les marqueurs de réussite à l'école ne réglera-t-il pas qu'une petite partie du problème ? Les plus aisés ne finiront-ils pas de toutes façons par réussir quoiqu'il arrive ?

Jean-Louis Auduc : Il y aura inévitablement des écarts de réussite sociale. Monter toutes les potentialités c'est permettre à tous les élèves de courir un 100 mètres et non pas à permettre à certains de courir un 100 mètres et aux autres un 110 mètres haies. Si l'on supprime le latin, par exemple, celui qui voudra faire du droit, riche en termes latins, devra faire des modules supplémentaires à l'université pour les maîtriser alors que celui qui aura eu l'opportunité de les étudier à la maison aura une longueur d'avance. On prépare avec cette réforme une société où certains courront un 100 mètres plat quand d'autres devront courir un 110 mètres haies. Or on n'a jamais vu quelqu'un finir un 110 mètres haies aussi vite qu'un 100 mètres plat.

Il y a une diversité des réussites. Ce dont a besoin l'école c'est de montrer les exemples de ceux qui ont réussi par l'école. Aujourd'hui, les modèles sont les acteurs, les footballeurs ou les stars de la télé-réalité. C’est-à-dire ceux qui n'ont pas réussi par l'école.

Si l'on supprime les classes bilingues et si l'on suit cette logique, on va supprimer les filières d'excellence comme les préparations à Sciences Po réservées aux défavorisés. Or ces dernières ont fait bouger les lignes en ce qui concerne les origines sociales.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
francoise34
- 07/05/2015 - 23:54
le choix de l'ecole
A quelle ecole
vont les enfants de madame la ministre?
OLYTTEUS
- 07/05/2015 - 20:11
Politique des Ignorants
Les ministres socialos étalent leur ignorance et font une politique idéologique qui remplace le savoir par des activités périphériques servant leur idéologie.
Outre-Vosges
- 07/05/2015 - 19:05
Une politique logique
Dans le cadre du remplacement de population notre ministre compte remplacer le latin et le grec par l’arabe et le turc. De la même façon des cours de religion musulmane, faits dans le cadre des cours d’histoire, initieront les élèves aux croyances qui deviendront bientôt obligatoires.