En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

07.

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 33 min 30 sec
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 18 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 1 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 3 heures 31 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 6 heures 44 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 18 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 39 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 44 min 33 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 40 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 36 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 17 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 6 heures 52 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 36 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 39 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 10 heures 23 min
© Reuters
Le Medef veut supprimer deux jours fériés.
© Reuters
Le Medef veut supprimer deux jours fériés.
Essaye un peu pour voir

Supprimer 2 jours fériés pour relancer la croissance : l’idée du Medef qui n’avait aucune rationalité économique

Publié le 07 mai 2015
Supprimer des jours fériés pour soutenir la croissance et créer des emplois. Au-delà d’être inefficace dans les circonstances économiques actuelles, la proposition conduit surtout le MEDEF à conforter une image caricaturale du patronat français.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Supprimer des jours fériés pour soutenir la croissance et créer des emplois. Au-delà d’être inefficace dans les circonstances économiques actuelles, la proposition conduit surtout le MEDEF à conforter une image caricaturale du patronat français.

En ce mois de mai truffé de jours fériés, le MEDEF se porte au secours de l’économie française en proposant, par le biais de son Vice-Président ; Thibault Lanxade, une réforme permettant de booster la croissance et l’emploi. Selon l’organisation patronale, l’augmentation du nombre de jours travaillés, par le biais de la suppression de jours fériés, produirait un résultat satisfaisant :

"Deux jours en moins, c'est pratiquement un point de PIB supplémentaire, soit 100.000 emplois"

En réalité, la proposition n’est pas nouvelle, car elle faisait partie intégrante du package présenté par Pierre Gattaz,  intitulé  "1 million d’emplois, c’est possible !" qui annonçait, dès septembre dernier, la même proposition :

"Supprimer 2 jours fériés par an permettrait d’allonger la durée annuelle travaillée de 1,2 jour, ce qui représente environ 1 % de croissance. 1 % de croissance supplémentaire permet de générer 100 000 emplois supplémentaires."

Ce calcul réalisé par le Medef suppose que l’augmentation du nombre d’heures travaillées permettrait d’augmenter le PIB de façon proportionnelle, entrainant ainsi l’emploi avec lui. Selon l’estimation réalisée, pour un jour ouvré, ce serait donc 0.5% de croissance en plus.

Pourtant, du point de vue du calcul statistique, d’autres propositions sont sur la table pour évaluer l’impact d’un jour ouvré supplémentaire sur l’économie. En effet, afin de comparer équitablement le PIB d’une année sur l’autre, l’INSEE se trouve contraint de lisser l’impact des jours fériés. Ainsi, lorsqu’une année X compte 10 jours fériés alors que l’année Y en compte 11, il convient de procéder à un ajustement permettant la comparaison. Sur cette base, l’INSEE publiait en 2014, une estimation des corrections à faire pour l’année 2015 :

"En 2015 il y aura 252 jours de semaine ouvrés, soit un de plus qu’en 2014 : on comptera un lundi et trois jeudis de plus, mais un mercredi et deux vendredis de moins. Le 1er novembre tombera un dimanche, et il y aura encore un samedi férié (le 15 août).Au total, l’effet sur la croissance serait positif en 2015, de l’ordre de 0,06 point (estimation avec un intervalle de confiance à 95 % compris entre 0,00 et 0,12 point)"

Ce qui signifie deux choses. D’une part, l’impact d’un jour férié est plus proche de 0.06% que de 0.5% de croissance, soit un rapport de 1 à 10 par rapport aux calculs du Medef. De plus, et malgré un agréable mois de mai pour les salariés bénéficiant de 4 jours fériés, l’année 2015 leur est pourtant moins favorable que 2014, avec 11 jours fériés contre 12 l’année précédente.

Finalement, le problème des calculs du MEDEF est leur grossièreté. En prétextant que le simple ajout d’un jour ouvré permet d’accélérer la croissance de façon proportionnelle au temps de travail, le syndicat défend une vision économique déconnectée de toute réalité. Sinon, que penser du modèle récurrent du Medef, c’est-à-dire l’Allemagne, et de son nombre inférieur d’heures annuelles travaillées? :

Heures travaillées par travailleur par année. Données OCDE 2013.

En l’espèce, alors que la France est confrontée à un taux de chômage de 10.6%, l’abandon pur et simple de quelques jours fériés aurait pour effet de voir le temps de travail des salariés s’allonger, et ce, sans contrepartie de salaire. Un abaissement du salaire-horaire, rien de plus. C’est-à-dire une politique de l’offre permettant d’améliorer les conditions de production des entreprises.

Pourtant, et selon les calculs réalisés par l’OFCE, l’économie française emploie, encore aujourd’hui, environ 200 000 salariés de plus que son niveau de ventes ne le lui impose. Le pays est en état de surproduction par rapport à la faiblesse de ses ventes. Ce qui se traduit également par un taux d’utilisation des moyens de productions bien inférieur à sa moyenne longue. En d’autres termes, la "demande" n’est pas suffisamment soutenue pour absorber l’offre économique du pays. Ce n’est donc pas en rajoutant des heures de travail, en augmentant la capacité de production, que les problèmes de la croissance et du chômage vont être réglés.  Mais bien en soutenant la demande. 

Le MEDEF, dans sa proposition, ne souhaite pas se prononcer sur la nature des jours fériés à supprimer. Fête religieuse ? Amnistie ? Dans un pays en proie aux doutes, le sacrifice d’un symbole sur l’autel de la compétitivité des entreprises ressemble plus à une provocation inutile qu’à une participation constructive au débat. Malheureusement, avec ce type de proposition, le MEDEF ne fait que renforcer une image caricaturale de lui-même.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vm
- 08/05/2015 - 05:56
8 et pas 2
Au risque de vous décevoir il faut supprimer huit jours et pas deux et laisser uniquement le premier janvier, le 14 juillet, Pâques et Noël car oui nous sommes républicains et de tradition chrétienne ! Pour ce qui est de l économie, selon votre raisonnement, monsieur goetzmann, supprimer deux jours ne créerait aucune croissance ? Alors pourquoi dans ce cas ne pas en rajouter 20 ou 30 puisque cela selon la même logique ne devrait rien coûter ? Votre théorie s'écrase hélas sur le mur de la réalité : le mois de mai est un désastre pour les entreprises et les innombrables jours fériés le sont également qui combinés avec Rtt et autres niaiseries permettent de multiplier les ponts. Économiste et dirigeant d une entreprise commerciale je suis pour un suppression massive...et si une telle mesure faisait baisser le coût du travail tant mieux. Au fait êtes vous économiste de formation ?
Anouman
- 07/05/2015 - 19:36
Rationnel
Vu en terme d'efficacité pure ce n'est pas rationnel, mais un sou est un sou. Et puis sur 5000 employés, ça fait 10000 jours de plus soit l'équivalent de 500 employés. Donc pour l'artisan qui a deux employés, guère de différence, pour d'autres... Par ailleurs si le Medef arrive à obtenir la suppression de deux jours fériés, nul doute que l'année suivante il demandera la suppression de deux autres ou de trois jours de congés. Quand on manque d'imagination pour développer son chiffre d'affaire il faut trouver autre chose pour améliorer sa rentabilité immédiate. Parce qu'à terme, moins les gens sont payés, moins ils consomment et moins on vend. Mais sur le court terme...
Deudeuche
- 07/05/2015 - 09:15
La caricature c'est tendance!
Le Medef travaille dur sur le sujet même pendant les jours fériés.