En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

07.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 45 min 58 sec
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 1 heure 54 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 2 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 5 heures 25 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 6 heures 4 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 7 heures 14 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 7 heures 34 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 7 heures 59 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 8 heures 18 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 1 heure 34 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 2 heures 33 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 3 heures 13 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 5 heures 37 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 6 heures 51 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 7 heures 25 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 7 heures 54 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 8 heures 9 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 8 heures 30 min
La grève à Radio France s'est terminée jeudi 16 avril.
La grève à Radio France s'est terminée jeudi 16 avril.
Bilan

Grève à Radio France : ce qu’elle a coûté, ce que les grévistes ont obtenu

Publié le 18 avril 2015
La grève à Radio France s'est terminée jeudi 16 avril. Si son impact financier est encore difficile à évaluer avec précision, la direction estime la perte à 1 million d'euros par semaine. Les grévistes se considèrent comme les premiers touchés. Malgré la version officielle, des compensations pourraient être mises sur la table des négociations.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Francis Balle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Balle est professeur de science politique à l’université Paris-II Panthéon-Assas. Ancien membre du CSA, il dirige l’IREC (Institut de recherche et d’études sur la communication). Il est également professeur invité, depuis 1981, à l’université de...
Voir la bio
Renaud Dalmar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renaud Dalmar est réalisateur à France Culture et délégué CFDT à Radio France.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La grève à Radio France s'est terminée jeudi 16 avril. Si son impact financier est encore difficile à évaluer avec précision, la direction estime la perte à 1 million d'euros par semaine. Les grévistes se considèrent comme les premiers touchés. Malgré la version officielle, des compensations pourraient être mises sur la table des négociations.

La plus longue grève jamais vécue à Radio France (29 jours) s'est arrêtée officiellement jeudi 16 avril à 13 heures. Ce conflit accouche d'une souris puisque les syndicats et la direction n'ont pas réussi à se mettre d'accord. Malgré une dernière reconduite de la grève mardi, les syndicats n'étaient déjà plus en ordre de bataille. Ainsi, seule la CGT avait appelé à la poursuite du mouvement. Les quatre autres (CFDT, FO, SUD et Unsa) avaient, eux, décidé de sa levée. Selon la direction, le mouvement a fait perdre à radio France 1 million de recettes publicitaires par semaine. Un coût qui devra être compensé d'une manière ou d'une autre.

Le mouvement social a beau être arrivé à son terme, il n'en va pas de même du bras de fer entre les syndicats et la direction. Dès ce vendredi, les négociations ont débuté, afin de déterminer une méthode permettant de produire le contrat d'objectifs et de moyens attendu pour le mois de juillet. En prenant part à cette négociation, les représentants syndicaux espèrent "pouvoir parler du rôle des chaînes et des formations musicales, des ambitions pour Radio France, traiter de la question de nos moyens, etc.", a affirmé Jean-Paul Quenneson (Sud) dans Télérama. Cependant rien n'est garanti, et pour le moment la seule exigence qui ait été pleinement satisfaite est le maintien des deux orchestres, en lieu et place de la fusion initialement envisagée.

Interrogé sur les raisons qui ont conduit à la fin de la grève, Renaud Dalmar, de la CFDT, s'explique :

"Reprendre le travail était la condition pour participer aux négociations. Si la grève continuait, nous ne participions pas et le médiateur s’en allait. Pour l’instant, nous n’avons pas de réponses sur les emplois menacés mais le médiateur nous a promis que tout licenciement passerait par une justification et une démonstration de l’intérêt de la mesure. Pour nous, ce n’est pas le bon levier pour faire des économies à Radio France."

Cependant il se veut optimiste :

"Nous avons obtenu un certain nombre de garanties sur nos revendications, notamment à propos du personnel de ménage, qui était la cible d’une réforme qui n’avait pas du tout été présentée aux salariés et qui l’envoyait dans les sous-sols alors qu’il faisait le ménage dans les bureaux de Radio France depuis 30 ans. C’était une forme d’humiliation qui visait à les faire partir pour avoir recours finalement à une externalisation. Assez tôt dans la grève la direction a reconnu que cette méthode de management pouvait avoir des risques potentiels. Cette réforme tombée du ciel et imaginée par un cabinet extérieur a finalement été jetée au panier et on nous a promis que les réformes feraient désormais l’objet d’une consultation des salariés."

Pour la direction, l'objectif de produire la même quantité avec moins d'effectifs reste inchangé. Les syndicats ont obtenu que le processus se fasse en s'appuyant sur les expertises internes plutôt que sur un audit externe.

Renaud Dalmar :

"Le point qui a posé énormément de problèmes et qui a fait se poursuivre la grève était la mutualisation des programmes des radios locales, c’est-à-dire une mise en commun quotidienne entre des radios parfois même pas si proches que cela, comme par exemple Châlons-en-Champagne et Reims. C’est tout à fait contraire à la notion de service public. La ministre Fleur Pellerin nous a assuré qu’elle était pour préserver les programmes locaux, ce qui nous a rassuré. Nous n’avons pas de garantie écrite, le médiateur n’a pas voulu revenir sur son rapport, mais plusieurs déclarations nous ont donné confiance. L’abandon de la fusion des orchestres a aussi été important."

Le chantier de la Maison de la radio quant à lui, véritable gouffre financier, devrait faire l'objet d'une dotation en capital de l'Etat (il serait question de 80 millions d'euros) pour aider Radio France à faire face à l'emprunt qui devra nécessairement être contracté à cet effet.

Quant à savoir si les grévistes seront tout de même payés pour les jours non travaillés, la direction de Radio France, interrogée par Atlantico, répond catégoriquement par la négative. "La grève va surtout coûter aux salariés, car les salaires des grévistes ne seront pas payés, ou en tout cas pas dans leur totalité", nuance Renaud Dalmar. "Chaque jour de grève est décompté du salaire. Cela fait 20-30 ans que Radio France ne paye plus les jours de grève". A l’époque cela était renégocié a posteriori." Un avis que ne partage pas Francis Balle, professeur de sciences politiques et ancien membre du CSA : "Dans le cas présent le médiateur n'est sans doute pas arrivé sans biscuits : un accord officieux a été passé, qui sera ensuite officialisé parce que cela ne peut pas être passé sous silence. Les membres du conseil d'administration, qui en sont forcément informés, se taisent sur ce sujet car ils ne veulent pas d'histoires, c'est pourquoi aucune fuite ne se produit. Normalement, cela devrait être public, mais personne n'a intérêt à ce que cela se sache, que ce soit les représentants du personnel, le Conseil d'administration, les administrateurs soi-disant indépendants ou les représentants de l'Etat. Personne ne tient à rouvrir un dossier difficile. Pourtant Matthieu Gallet avait été élu sur le projet d'une bonne gestion, et donc, on pouvait le supposer, sur une plus grande transparence."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 18/04/2015 - 21:58
Un million de recette de perdue?
Mais c'est tout simple, il suffit de ne pas verser les salaires durant un mois. Car soyons en sur les grévistes comme d'habitude dans les services publiques ont obtenu que les journées de grèves soient payés, contrairement à la loi. L'idée d'une faillite me parais excellente, ce ne serait pas une perte pour les français, au contraire une économie substantielle, à la rigueure une privatisation, mais quel privé voudra reprendre un nid de gauchiste.
lexxis
- 18/04/2015 - 15:10
LA DEPENSE À TOUT VA (rectificatif)
Dernière phrase corrigée " Cette grève aura eu au moins le mérite de nous faire découvrir les divers privilèges de ces gens qui comptent tant en France, parce qu'ils peuvent hisser leur pouvoir de nuire très au dessus de leur apport à la collectivité". Avec mes excuses pour les erreurs du texte primitif
lexxis
- 18/04/2015 - 15:06
LA DEPENSE A TOUT VA
Une solide invitation à aller écouter ailleurs, d'autant que l'arbre faisait plus que pencher à gauche… Des obsessions éditoriales souvent futiles ou lourdement bobos, qui commencent à sérieusement raser l'auditeur non parisien qui ne partage pas nécessairement le même point de vue…Cette grève aura eu au moins le mérite de nous faire découvrir les divers privilèges de ces gens qui comptant tant en France puisque leur pouvoir de nier l'emporte sur leur contribution à la collectivité.